:: COIN DÉTENTE :: Flood Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire aléatoire

avatar

Feuille de personnage
Titre: Perséphone
Expérience: 45/200
Alter: Hanahaki
Rang D





Jae-Sun Park
Rang D
Ven 16 Fév - 2:45
Pour résumer, laisser un générateur de mots aléatoires et un document de travail multiple à Kass et moi à un horaire indécent du matin est.. une expérience.
On vous envoie notre oeuvre d'art, quand même ;D (comment ça 'faites vos rep au lieu de faire de la merde' ?)
je vais utiliser l'heure comme excuse pour la qualité et les typo


Liste des mots: Sénat / Dessiner/ Canari / Paratonnerre / Lavande / Félin / Tango / Cubes / Bougie / Réputation / Barbe / Massif d'arbustes / Naphte / Flûte / Tissage / Mortel / France / Crackers / Brique / Guillotine / Estomac / Supprimer / Mère / Trahir / Fragile / Hiberner


Quand on lui avait dit de se rendre au sénat, il s'était imaginé que l'endroit serait.. au moins mieux indiqué. Il avait pourtant pris le temps de dessiner tout un plan qu'il gardait au fond de sa poche. Il faut croire que se trimbaler avec la cage d'un canari particulièrement joyeux jouait avec ses nerfs et affectait son sens de l'orientation. Mais il fallait au moins cela pour lui servir de paratonnerre. Le parfum de lavande de sa chemise ne masquait pas la vague odeur de cramé persistant après le coup de foudre qu'il venait de subir. Mais ce coups de foudre était particulier, il se sentait maintenant disposer des réflexes d'un félin. Il danserait un tango avec le danger s'il le fallait, enchaînant les pas avec une volupté qu'il ne se serait jamais crue.

Enfin, le sénat était là et dans la rue, des cubes de bêtons empêchaient l'accès aux véhicules de forcenés. Pressant le pas pour rattraper le temps perdu à.. se perdre, justement, il eut l'impression de s'aventurer dans une caverne avec une simple bougie pour s'éclairer: il n'était pas du tout préparé. Le lieu était fidel à sa réputation, sombre, vide de toute substance et d'âme, ce n'étaient plus des Hommes qui franchissaient l'entrée et encore moins qui en sortaient. Plutôt des monstres courbés à l'apparence vaguement humanoïde enveloppés dans des vêtements mornes et au visage la plupart du temps masqué par une barbe massive dont l'entretien laissait à désirer. Le massif d'arbuste devant les portes ne trompait personnes, ce n'était pas un lieu paisible et encore moins un lieu de vie.

Dépassant la réception puis les salles qui ne l'intéressaient pas, il pataugeait dans le malaise comme un oiseau dans un marée noire, incapable de voir ce que ce liquide avait d'assez intéressant pour qu'on se dispute l'accès aux naphtes. Le chant d'une flûte parvenait à mes oreilles, c'est celle que l'on jouait aux demandeurs d'asiles dans la salle qui leur incombait. La plupart d'entre eux signifiaient au musicien son manque de talent par des regards appuyés tandis que d'autres s'occupaient les mains à des tissages colorés. Ils ne réalisaient certainement pas que ce sont était presque mortel dans un pays où l'on n'accceuillait pas les réfugiés sans pour autant les laisser repartir.

C'était bien leur veine d'avoir choisi la France comme point de chute, il craignait que ça ne soit leur dernière demeure. En fait ce n'était pas vraiment dans le mauvais sens du terme puisqu'on leur donnait une poignée de Crackers pendant leur attente.

Frappant enfin à la porte du bureau où on l'attendait, il fut accueilli par.. un violent coup de brique, ça faisait chaud au coeur. Le coups fut si brutal qu'il en fit tomber son canari, une guillotine pour le pauvre animal déjà carbonisé. Son estomac se retourna à la vue des morceaux de plumes désormais noires salissant le tapis, mais il s'efforça de lever les yeux sur son agresseur: il n'avait pas changé, toujours aussi amical. Son ex-copain qui continuait de forcer la porte de son bureau pour le frapper avec une brique comme tous les jours avec son fameux "Ca.. C'est pour mon coeur !" avant de s'éloigner en dandinant, peut-être un moyen de supprimer ses sentiements ?

"Mh.. vous m'avez fait appeler au sujet de ma mère ? "

"Monsieur Marcel, sachez que l'on ne peut trahir le sénat comme vous l'avez fait"

Sous le regard accusateur de son interlocuteur il se sentait plus fragile que l'oiseau en morceaux à ses pieds. Sans savoir quoi répondre, il paniqua et sa réponse fut à la mesure de son intelligence :

"Mais monsieur.. j'étais en train d'hiberner"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: COIN DÉTENTE :: Flood-
Sauter vers: