:: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Ruelles étroites Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Where are they ? [PV Melody]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages RP : 94

Feuille de personnage
Titre: Ophiuchus
Expérience: 0/1000
Alter: Schlange
Rang C





Melody Snicket
Rang C
Mar 10 Avr - 23:13
Même si nous avons vu que la vérité peut blesser, il existe aussi le fait que la discussion peut paraître vachement plus efficace que la violence. Nous voyons actuellement le cas avec cette chère Ryou qui, se retrouvait à arrêter toute attaque pour éviter que notre petite Albinos se retrouve dans les vapes, incapable de répondre.

"Parce que les cafards dans son genre résistent à tout", a entendre ces dires, Melody se retrouvais à supposer que notre chère demoiselle avait une dent contre lui, et peut être une envie de faire justice elle même, comme beaucoup ont essayé auparavant après tout, être vilain donne beaucoup plus d'ennemis que d'alliés. Melody se décida de dire la vérité, de peur que la situation s'aggrave pour elle.

-"Les informations relayées au propos de sa mort sont que c'est ma mère qui l'a tuée. La vérité est autre. Cette soirée là, j'ai voulue faire face à mon père, j'en avait marre de toutes ces activités et j'en avait marre d'être vue uniquement par une bonbonne de poison sur place. Mon frère a commencé à se mettre entre nous deux pour le protéger, je me suis battue contre lui et l'ai mis hors combat en lui crevant un oeil. Mon père était fou de rage et m'a sauté dessus m'infligeant une morsure au cou qui aurait pu être mortelle si ma mère n'était pas intervenue. Ma mère a juste rabattue toute l'attention sur elle. Etant très mal en point à cause de la morsure, j'ai mobilisée mes dernières forces pour infliger à mon père la même morsure, qui l'a achevé. Si je sais qu'il est mort, c'est parce que c'est moi qui l'ai tué. Si les activités continues malgré tout, c'est probablement parce que quelqu'un a dû prendre la relève.

Maintenant, s'il vous plait, laissez moi partir. La seule chose que je veut, c'est oublier cette histoire.

Melody avait dit la vérité, rien que la vérité et uniquement la vérité, maintenant elle voulait juste partir, s'enfermer à nouveau dans sa bulle et essayer de faire comme si que cette conversation n'avait pas lieu. Après tout elle voulait savoir où se cachait Ludwig et maintenant elle est au courant, bien sûr, elle pouvais toujours supposer que Melody était encore en train de mentir d'où le fait qu'elle se décida de sortir un dernier argument. Elle retira le casque d'autour de son cou ainsi que tout ce qui pouvait cacher celui-ci, laissant apparaître des cicatrices de profondes morsures. Avant de se ré-exprimer avec ses signes

-"J'espère que cela peut vous aider à prouver que je dit la vérité."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 61

Feuille de personnage
Titre: Lady Moriarty
Expérience: 185/1000
Alter: split second
Rang C





Ryou Hanazawa
Rang C
Mar 10 Avr - 23:54
Si je dois être honnête, et c'est un peu le but après tout, je veux mettre de l'ordre dans ma tête donc si j'y ajoute des mensonges ou de l’ego je vais juste m'embrouiller et ne plus me souvenir pourquoi j'ai fait ceci ou ça et le récit n'aura plus aucun sens, ce qui serait exactement l'inverse de ce que je veux, il ne manquerait plus que je mélange moi-même sciemment mes souvenirs. Je serais donc honnête et avouerait que je n'ai sans doute pas été très terrifiante pendant ma brève entrevue avec Melody, un échec pour Lady Moriarty, pas même fichue de faire peur à une écolière traumatisée. Enfin, c'est justement parce qu'elle est très visiblement traumatisée que je pense ne pas avoir été pour grand-chose dans la facilité avec laquelle je l'ai faite parler, je me suis juste insérée de force au pire endroit possible et elle a craqué toute seule après ça, comme si j'avais appuyé sur la fissure dans une vitre, pas besoin de beaucoup de force pour empirer les dégâts causés par un autre.

L'avantage, c'est qu'elle a vite craqué, enfin, vite, elle mettait toujours trois plombes à signer ses réponses, d'autant que quand elle a cédé elle a tout laissé sortir, un monologue long et complet avec beaucoup de détails qui étaient certes intéressants pour plus tard, éventuellement, mais qui sur le moment n'étaient absolument pas ce que je voulais entendre. Cette fois pas de retenue, j'ai saisi sa tête comme si je voulais l'écraser, je l'ai forcée à me regarder dans les yeux, enfin surtout je voulais moi la regarder dans les yeux pour y déceler quelque chose, une des nombreuses micro-expressions que personne ne sait dissimuler complètement, même les meilleurs menteurs qui ne savent pas que je perçoit leur monde au ralenti et que le moindre détail m’apparaît comme si je regardais le film en frame par frame. Mais tout ce que je voyais c'était de la peur et du stress, une tension absolument pas liée à un mensonge, pas liée au coup que j'avais envoyé dans son ventre ou même à moi de façon générale, juste des symptômes légers de stress post-traumatique, les tremblements de quelqu'un qui souffre dans sa tête plus que dans son corps.

Alors je l'ai lâchée. Elle ne mentait pas, elle avait vraiment tué Ludwig, ou du moins elle le croyait avec trop de conviction pour pouvoir se souvenir d'autre chose. En plus de ça, elle venait d'avouer un meurtre, si qui que ce soit l'apprenait elle pouvait dire adieu à sa scolarité en école de héros, elle irait en maison de correction puis en prison et sa vie serait irrémédiablement fichue, la société ne la laisserait plus jamais oublier ses démons et elle finirait refermée sur elle-même, encore plus qu'elle l'était actuellement à se réfugier dans sa musique, et elle savait forcément tout ça donc elle n'aurait pas été inventé une histoire comme ça face à quelqu'un visiblement prêt à détruire sa vie, surtout pas pour protéger son père dont je savais au moins qu'elle n'avait jamais été dans son business, elle ne pouvait donc pas l'aimer à ce point. Et la cicatrice, même si je m'en fichais, avait clairement été infligée par des crocs comme les siens. Alors certes, sa famille n'était pas la seule à posséder un alter de serpent, mais la coïncidence aurait été trop grosse.

Je l'ai lâchée et j'ai reculé, forcée d'accepter que oui, peut-être, quelqu'un m'avait volé ma vengeance. Et définitivement en prime, car on ne se venge plus des morts. S'en prendre à leurs famille par procuration ou salir leur nom à titre posthume, ça n'avait jamais servi à rien, ça ne valait pas une vraie vengeance. C'était difficile, j'ai dû fixer le vide pendant plusieurs millisecondes, plusieurs centaines même, avant de me vider les poumons et de hurler ma frustration, continuant jusqu'à perdre mon souffle. Pour une fois j'avais vraiment envie de détruire quelqu'un, de le broyer, de l'anéantir sciemment, pas juste de le frapper parce qu'il était sur le chemin ou de l'étaler pour en faire le dégât collatéral de ma renommée, j'en voulais personnellement à Ludwig Snicket et jamais il ne le saura.

Puis le temps de reprendre mon souffle j'ai fouillé ma poche et j'en ai tiré une carte de visite – au nom de Lady Moriarty, bien sûr, avec la mention "criminelle consultante" et un moyen sécurisé de me faire passer des messages détaillés au verso – que j'ai tendu vers la gamine. Et comme ce petit vidage de poumons et de crâne m'a fait réaliser que je m'étais laissée emporter et que je parlais trop vite, j'ai fait l'effort de me remettre à parler lentement.

"Tiiieeens, pouur meee faiiire paaarrdooonneer. Llee prreeemmiieer coontrraaat sseerrraa grraaaatuuiiit pouuur tooiii."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 94

Feuille de personnage
Titre: Ophiuchus
Expérience: 0/1000
Alter: Schlange
Rang C





Melody Snicket
Rang C
Mer 25 Avr - 21:51
Avouer la vérité, c'est quelque chose de toujours très complexe, surtout lorsque celle-ci nous paraît, étrange, fragmentée même parfois, mais que malgré tout, on y croît dur comme fer. Il y avait beaucoup de zones d'ombres dans l'affaire Snicket, et beaucoup se disent encore que le grand Ludwig n'a pas pu finir comme ça. D'autres qui se retrouvent obligés d'accepter cette triste vérité, et se retrouvent à pousser à hurler un magnifique hurlement de frustration. Personne n'aurait aimé entendre ce cri qui était limite aussi strident que celui que Melody est capable de sortir lorsque qu'elle craque.

La discussion pouvait se terminer ici, après tout, car notre chère demoiselle savait désormais ce qu'elle voulait, mais Lady Moriaty décida de faire un petit geste de pardon lui donner sa carte de visite en soulignant que le premier contrat sera gratuit. Melody inspecta la carte et remarqua le "Criminelle consultante".... Elle pouvait partir en courant pour la dénoncer comme le ferait beaucoup de personnes normales, mais celle-ci, reprenant peu à peu ses esprits décida d'autre chose.

"Si vous pensiez que mon père est toujours en vie, c'est que quelqu'un a repris la tête, la seule chose que je veux savoir, qui exactement. Les affaires Snicket doivent cesser"

Melody en avait marre d'être rattachée aux affaires criminelles menées par sa famille, elle voulait vivre normalement et qu'on arrête de la voir comme la fille d'un criminel, quitte à faire appel à d'autres vilains paradoxalement. Mais bon, l'occasion se présentait alors celle-ci se disait "Autant la saisir".
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 61

Feuille de personnage
Titre: Lady Moriarty
Expérience: 185/1000
Alter: split second
Rang C





Ryou Hanazawa
Rang C
Jeu 26 Avr - 22:48
Je dirais pas que j'ai été surprise qu'elle prenne la carte. C'était certain qu'elle n'allait pas profiter de ma déconcentration momentanée pour attaquer, d'une part parce qu'elle avait laissé passer beaucoup trop d'autres opportunités, elle n'avait clairement aucune intention de riposter et n'allait pas s'y mettre alors que j'avais de façon très manifeste décidé de la laisser tranquille, et d'autre part parce que ça aurait été très idiot, même en ne la regardant pas de face je l'aurais vue venir avant qu'elle ait fini d’amorcer son coup et je l'aurais envoyée voler, elle avait visiblement encore mal du poing dans le ventre de quand je voulais lui faire dire la vérité, et j'avais raison d'ailleurs, même si c'était pas la vérité que je voulais entendre elle était quand même en train de mentir, et du coup elle avait l'air un minimum intelligente et elle devait se rendre compte qu'à ce stade attaquer aurait été une terrible idée.

Elle aurait pu s'enfuir, c'était une possibilité, même si j'y croyais pas trop, mais je l'aurais laissée faire. Mais elle a prit la carte et a dû la lire, le temps que je me redresse et que je commence à tourner pour partir. J'ai même pas pu finir mon quart de tour qu'elle commença à signer dans le coin de mon champ de vision, par contre, et ça c'était une surprise. Je m'attendais plutôt à ce qu'elle y réfléchisse et me recontacte plus tard, ou jamais, comme tout le monde. Désolé de vous le dire, les gens, mais vous êtes terriblement lents et terriblement faciles à perturber. La surprise, la douleur, l'incompréhension, tout ça aurait dû faire cogiter son cerveau assez longtemps pour que je files. Pas que ça soit une mauvaise chose, c'était juste inattendu, et peu de choses arrivent encore à me prendre par surprise, surtout c'est rare que quelqu'un se montre plus intelligent et vif que je le pensais, mais enfin peut-être qu'à force d'imaginer que les gens sont au moins à peu près aussi rapides que moi et d'être déçue je suis devenue pessimiste à ce sujet.

Cette fois je n'étais pas déçue, je commençais vraiment à bien l'aimer cette gamine, elle pense vite et elle se laisse pas aveugler par sa fierté, plutôt l'inverse. Elle avait le potentiel de faire une bonne héroïne si elle s'ouvrait un peu plus, et c'est quelque chose que je respecte. Un nom à retenir, peut-être que je devrais la passer à tabac un jour, ça serait un peu triste mais bon. Elle avait même cherché pourquoi je pensais son père vivant, et même si elle s'est trompée, c'était un bel effort. Ça m'a fait sourire. J'ai interrompu mon demi-tour pour lui refaire face. C'est plus pratique pour lire les signes.

"Jjjjeeee peeeuuux eeeessaayyyyyeer, mmaaaiis jjeee nnee ssaiiis paas sssiiii vvrrraiimment llaaa ffammmiille Ssnniiickeet ffaiit touujouuurs paarrleer d'eelllle. Ssiii cc'eeest touujjjouuuurs lleee caaas, cooonssiiiidèèère qu'iiillls soooonnnt teermmiiinnééééés."

Je cherchais déjà comment faire pour, justement, me renseigner à ce sujet. Le plus simple serait de commencer par les anciens associés de Ludwig mais ça ne serait absolument pas discret et si un héritier avait repris le nom, ces mêmes associés seraient les premiers à surveiller, et ils pourraient en parler. Et certains pensaient encore que j'avais tué ou fait tuer son ancien boss, donc trop risqué. D'un autre côté, Snicket père avait un fils impliqué dans ses affaires, donc même si ce n'était pas forcément lui l'héritier, j'avais au moins un candidat. Et un réseau comme le sien était large, il faisait forcément parler de lui donc même en restant à distance, j'entendrais des rumeurs et trouverais de nouvelles pistes, même si ça serait long. Me concentrer sur les cambriolages et vols divers, l'ancien domaine de prédilection de Ludwig, permettrait sans doute de réduire les pistes. J'avais déjà participé à plusieurs braquages donc j'avais le réseau nécessaire pour ça. L'héritier potentiel de Ludwig avait aussi peut-être prit une autre identité, juste récupéré le réseau en changeant le nom, ce qui le rendrait difficile à identifier précisément, je devrais aussi m'attarder sur les méthodes pour le reconnaître.

"Jjjeeee tee rrreecoontaaaaacteeraaiiiis."
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Ruelles étroites-
Sauter vers: