:: SUR LE TERRAIN :: Musutafu (Tokyo) Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La belle et la bête [pv Kana]

avatar
Age : 26

Feuille de personnage
Titre: Inquisitor
Expérience: 0/400
Alter: Pink Purgatory
Rang C





Yomi Kisara
Rang C
Mer 11 Avr - 16:10
Une fois de plus l’insouciante hypocrite s’évadait à sa contrée, filant par-delà des juridictions et entraves du système, afin de sévir en toute quiétude et impunité. La belle rose avait ainsi délaissé sa modeste cité en faveur d’une plus vaste agglomération. La métropole de Mustafu suintait les fastes du prestige et de la quête d’excellence, un domaine dont la suffisance manquait de lasser déjà sa visiteuse. Certes la populace n’exaltait que peu cette fierté d’accueillir des sites de renoms comme les établissements d’enseignements classiques et héroïques les plus méritoires et fantasmés du pays, mais n’y voyait-là qu’une cible de choix pour des mécréants d’organismes absolument répréhensibles, tel que la mystérieuse Evoker. L’inquisitrice s’imaginait dont que la vermine devait se terrer dans l’ombre des instances de justices, pouvant même la gangréner peut-être.

Du reste, elle ne désirait pas s’attarder dans ces rues grouillantes. Quand bien même elle rechignait à porter la balade aux abords de la promenade côtière, enfin débarrassée des ordures insouciamment empilées par les citadins, afin de s’éloigner un brin de cette jungle de bêton et d’ainsi admirer un paysage autrement plus agréable et poétique. Mais la vilaine ne pouvait décemment s’abandonner à la tranquillité d’un instant de répit, lorsqu’il lui incombait d’amasser d’avantage d’indices sur l’affaire l’amenant. La jeune détective avait en effet jugé nécessaire de se rendre sur place dans l’optique de méditer les similitudes reliant une enquête locale à celle de sa ville de prédilection.

Outre le fait d’avoir surpris une conversation téléphonique entre son géniteur lieutenant de police et son supérieur hiérarchique, tout agacé qu’on ne daigne pas même entendre son avis à propos d’éventuels liens flagrants entre deux affaires et la possibilité que le malfaiteur migre de manière ambitieuse, ses forfaits prenant d’avantage d’ampleur et s’avérant plus audacieux et frustrants puisqu’il semblait narguer les autorités. Yomi suivait son flair d’enquêtrice en plus de poursuivre l’investigation parentale, non par devoir ni fierté familiale ou citadine, mais bien par volonté d’endiguer a menace insaisissable et tordue. D’autant qu’éventrer le massacre rendrait quelque humeur utile à son paternel, dont la raison pouvait s’émousser par égarement et entêtement.

La belle affichait-là une trogne songeuse, ni vraiment radieuse ou morne, ses prunelles violacées plongées dans la teinte flamboyante d’une avenue à demie éclairée par le déclin de l’astre diurne, au travers d’une vitrine reflétant frêlement son enveloppe délicieuse. Assise à l’écart d’une banquette du fond de la salle, où une légère pénombre l’accueillait, l’enveloppait, la donzelle demeurait silencieuse. Sa sombre suivante gisait sur le cuir carmin tiède, l’appendice de diable se fondait presque en cette menue obscurité. Et la bête taciturne n’avait daigné éventrer le phénomène qu’afin d’éconduire avec délicatesse de fringants jouvenceaux. Elle n’avait d’ailleurs éprouvé nul regret à ne pas côtoyer sa chère et tendre camarade d’investigation, si pétillante et adorable. A vrai dire, la belle rose n’aurait guère apprécié sa présence, redoutant qu’un péril ne déferle sur son innocence.

Du reste, elle espérait presque qu’un de ces guignols en collants interpelle le maraud qu’elle traquait à l’aveugle. Là voilà dont toute lasse de piétiner sur sa piste si maigre depuis des heures, tandis qu’elle demeurait en ce charmant café dont raffolaient les étudiants en tout genre. Et ni les succulentes pâtisseries et autres déserts, ni les somptueuses boissons gouleyantes ne pouvaient hélas la délivrer de cette frustration dont-elle avait la triste habitude en sa voix anxiogène. Un modeste paquetage siégeait entre-elle et la paroi présentant une large vitre sur toute sa façade extérieure. Son regard sans sourire se rivait parfois  vers l’entrée lointaine et des rumeurs ou palabres piquantes. Telles des inquiétudes et allusions à propos du fameux lascar anonyme.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Musutafu (Tokyo)-
Sauter vers: