:: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Centre commercial Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Promotion sur le mouton [PV Aslinn]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages RP : 120

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 375/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Ven 22 Juin - 18:31
C'est évidemment mon bras qui me fait reprendre conscience.

Je n'ai aucune idée de combien de temps j'ai passé évanouit comme une merde. Je suis adossé au mur du salon d'une maison abandonné, qui doit servir de squat à l'occasion. Un rapide coup d’œil et d'oreilles me permet de confirmer que je suis toujours seul. Mon crane me fait mal : sans doute le mélange de mon état physique déplorable et des souvenirs plus ou moins intact de Wendigo avant son KO. Dieu Sylvestre. Un gros arbuste assurément. Beaucoup trop gros pour moi, encore plus gros pour mon Alter sans capacité de jugement poussé. Je me demande dans quelle état est la biquette à l'heure qu'il est.

Attend une minute...

"C'est quoi cette odeur ?"

L'odeur de viande pourrie est telle que je n'ai pas pu m’empêcher de poser la question à voie haute. Je me dirige vers ce qui a sans doute été la cuisine. Mon corps a mis un petit moment à récupérer son odorat, mais plus je me rapproche plus c'est flagrant. Je pousse faiblement la porte de la cuisine est tombe sur la source de ce "doux fumet" : un sans abri, la vingtaine, mort. Le cadavre est posé sobrement sur un matelas. Vu les seringues à ses coté, je peut déjà déduire le fait que c'était sans doute la dose de trop.

Je regarde le garrot autour de mon bras. Je n'aurai pas pu trouver mieux.

"Si il avait de la famille, je demande pardon d'avance."

Le malheur des morts fais le bonheur des vivants. Je sort de la cuisine et me dirige vers l'ancienne salle de bain. Si c'est un squat régulier il est probable que j'y trouve des trucs utiles. Une ancienne douche, un ancien lavabo, une veille chiotte, un placard. Dans le placard le nécessaire du parfait petit drogué. Des seringues, un peu d'héroïne, de l'eau de Javel. De l'eau de Javel : parfait. Je prend la bouteille avec mon bras valide et frémit d'avance.

"Pourquoi faut il que mes putain de faux papiers aient coûté si cher ? Je peste d'avance. Toute cette putain d'opération parce qu'un connard m'a tiré mon portefeuille après m'avoir cassé la gueule. Et vu comme je suis parti je vais encore vivre une expérience magnifique, super.



"Mon bras, putain ça fait mal."

"Tu as des choses moins évidentes à me dire ?"

"Une véritable promotion sur le mouton."

"Incroyable..."

Moi qui viens de passer une petite heure à essayer d'activer mon Alter, avec un bras dans la merde et une Faim sans cesse grandissante, je ne m’attendais pas à temps de poésie. Wendigo, ou du moins la version franc prix que j'ai réussi à générer, me regarde avec un air plus ou moins intéressé. Il n'a pas bonne mine lui non plus. Je retire mon garrot pour observer ma blessure. Elle est dégueulasse, comme toute les putains de blessures par balles. Un peu de courage. Il me faut juste un peu de courage...

Je vais y aller a trois.

"Un."

"Deux."

"Trois"

Sans m'attendre, Wendigo attrape la bouteille d'eau de javel et m'en asperge le bras à grande goutte. Je hurle. Il plaque sa main sur ma bouche tandis que ses griffes pénètrent le trou de mon bras droit à la recherche de la balle. Mes oreilles me braillent dessus, la tête de mon Alter commence à perdre sa forme. Sa couleur. Je mord comme un animal la griffe que Wendigo vient de foutre dans ma bouche. Je tombe, ma main essaye d'agripper le parquet mais je tombe.



Je me réveille progressivement de mon second évanouissement de la journée. Des flaques de sang séchées sont visibles sur le sol. Wendigo a méticuleusement posé la balle à coté de la bouteille d'eau de javel, désormais à moitié vide. Je suis en sueur, et en larme. Je met bien cinq minutes à calmer mes sanglots erratiques. Mon bras me gratte. Je tourne la tête vers la porte de la cuisine, ouverte.

Il me suffit d'écouter un petit instant pour comprendre que mon Alter est en train de s'occuper du cadavre.

Je baisse finalement les yeux vers mon bras droit. La chair se crée, rapidement. Le trou béant causé par la finesse légendaire du docteur Wendigo se régénère avec un petit bruit irritant. J'observe, les larmes aux yeux, ma chair se reformer en un bras comme neuf, en maudissant Daisuke pour avoir osé exister ; et en maudissant également le connard qui a un jour eu l'idée d'inventer les papiers d'identités.

Ce n'est qu'après une dizaine de minutes, à stabiliser ma respiration, que je me rend compte que je me suis pissé dessus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 63

Feuille de personnage
Titre: Curly Locks
Expérience: 230/500
Alter: Mouton électrique
Rang D





Aslinn Mc Megido
Rang D
Sam 23 Juin - 0:49
"C’était complètement inconscient de ta part."

Aslinn cligne des yeux. Une fois, deux fois. Elle est allongée sur un lit d’hôpital. Son biceps gauche est recouvert de bandages. A sa droite, de la glace, dont elle se saisit pour l’appliquer sur sa joue gonflée. A sa gauche, nul autre que Dieu Sylvestre, debout les bras croisé. De près, il est très impressionnant, avec son air sévère et sa musculature soulignée par son costume.

Je suis désolée monsieur…"

Elle ne peut pas soutenir son regard. Ses grand yeux dorés fixent ses jambes. Le professionnel soupire.

"Les petits jeunes qui ont filmé la scène ont tout montré à la police. Je me pose une question toutefois. Tu es à Shiketsu n’est-ce pas ?"

Aslinn hoche faiblement la tête, un peu honteuse. Il marque un temps d’arrêt.

"Quitte à activer ton alter, pourquoi ne pas riposter ? Tu t’es contentée de te défendre tout le long."

"C’est illégal."

La réponse vient d’un coup, sans hésitation aucune de la part d’Aslinn. Elle regarde l’homme-arbre dans les yeux à présent. Ce dernier semble quelque peu embarrassé. C’est illégal de l’activer même si tu n’attaques pas, semble-t-il avoir envie de dire. Mais il garde le silence et se contente de se diriger vers la sortie, s’arrêtant d’un coup au milieu de la pièce.

"Certains témoins disent que tu as agi pour sauver un homme. A quoi ressemblait-il ?"

La questions surprend l’Irlandaise, mais cette dernière répond du mieux qu’elle peut, en rassemblant ses bribes de souvenirs.

"Hmmmm… Grand, bras tatoués, cheveux courts… Très musclé."

Le poing du pro se serre en entendant la description. Aslinn croit l’entendre marmonner "C’est bien ce que je craignais", mais est incapable de s’en assurer. Il reprend son chemin vers la sortie de la chambre et s’arrête, une fois de plus, cette fois alors qu’il se trouve dans l’embrasure de la porte.

"Ce que tu as fait était illégal, mais si tu réussis à conserver cet état d’esprit, cette pulsion qui t’a poussée à sauver cet homme… Tu deviendras une grande héroïne."

Et sur ces mots, il quitte les lieux. La jeune femme, bouche bée, manque de lâcher la glace pressée contre sa joue endolorie. Un pro venait de la complimenter ! Certes, elle avait enfreint la loi mais… Ce qu’elle avait fait était fondamentalement bon. Elle était rassurée.  Elle ferme les yeux tout en s’enfonçant dans son lit, un sourire au lèvres.




Elle avait pu quitter l’hôpital assez rapidement, ses blessures n’étant pas bien graves. Elle aurait mal à la joue pendant encore quelques jours toutefois. L’air frais du Tokyo nocturne lui faisait un bien fou. On lui avait restitué ses courses et sa veste, elle pensa qu’elle devrait remercier ces jeunes gens si d’aventure elle les recroisait.

Elle jeta négligemment sa veste sur une chaise et posa son sac de course sur l’établi de la petite cuisine de son appartement. La vache, heureusement que j’ai pas acheté de glaces. Après avoir rapidement rangé ses emplettes, elle alla se vautrer sur son lit. Son bras la lancinait, sa joue était toujours aussi gonflée, mais elle était trop épuisée pour y prêter attention. Elle eut à peine la force d’atteindre son portable et d’ouvrir un mémo sur lequel elle marqua "Acheter sac poubelles URGENT" avant de sombrer dans le sommeil.


J'écris en #ff00cc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Centre commercial-
Sauter vers: