:: LE MANUEL DU FUTUR HÉROS :: ADMISSIONS ET INSCRIPTIONS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Oda Matsui - terminé

avatar





Oda Matsui
Jeu 14 Juin - 16:18
"Inspecteur Oda Matsui."
"Pour protéger la loi, il faut parfois lui casser une jambe."
Matsui Oda
Alter
Officiellement pourvu d'un Alter faiblard lui permettant de faire disparaître un petit objet en serrant le poing, Oda Matsui avait pris soin de cacher à ses connaissances et aux autorités les véritables possibilités que lui offrait se dernier ; et cela afin d'améliorer sa carrière, et passer outre la loi régulant ses capacités.

Dimension de poche est un Alter de soutien permettant à l'inspecteur Matsui de créer des portails, généralement via la paume de ses mains, reliés à un endroit qu'il surnomme sa "dimension de poche". Cette "dimension" peut contenir n'importe quelle objet. Plus le portail est grand, plus il reste ouvert longtemps, plus l'effort fatigue l'utilisateur. L'inspecteur n'a jamais réussi à déterminer si ce qu'il fait rentrer et sortir de sa "dimension" est stocké dans un endroit physiquement atteignable ; mais il suppose que ce n'est pas le cas. Oda n'a jamais eu la volonté de tester ce que donnerait le passage d'un être vivant dans sa "dimension".

En combat Oda utilise son Alter afin de s'équiper d'une manière qu'il juge convenable, recharger discrètement ses armes, et, si il ne craint pas les conséquences des regards extérieurs, renvoyer les attaques de son adversaire sans sa direction et influencer la topographie du terrain. Lorsqu'il était membre de la SAT (Special Assault Team), l'Alter d'Oda (dont il a soigneusement caché l'existence à tout autre personne) lui donnait un avantage certain sur ses adversaires sous le feu, et plusieurs de ces coéquipiers n'arrivait pas à comprendre comment il parvenait à maintenir un feu aussi soutenu avec aussi peu de munitions.

Maintenant trop âgé pour servir au sein de la SAT, Oda Matsui a réussi le concours d'inspecteur, et se retrouve bien souvent à devoir utiliser discrètement son Alter pour se sortir des mauvais pas (et des attaques de super-vilains). 
Informations sur le personnage
NOM : Matsui.
PRÉNOM : Oda.
TITRE : Inspecteur
AGE : Trente Sept ans.
NATIONALITÉ : Japonaise.
GROUPE : Vigilant - Police Japonaise.
RANG : Va palabrer avec les admins pour le rang C.
Avatar : Kurokôchi - inspecteur Kurokôchi.
CODE DU RÈGLEMENT : Les cheveux de Midoriya sont aussi doux que de la soie !
Une arme à feu
correctement entretenue
peut valoir n'importe quel Alter
si vous avez le cran d'appuyer sur la gachette
Description physique
L'inspecteur Matsui est un homme asiatique d'une quarantaine d'année. Il a gardé une forme physique optimale de ses années "militaires" : sa silhouette est imposante, 1m92 pour 90 kilogrammes de muscles. Il porte généralement une barbe de un à trois jours plus ou moins bien rasé, une coupe au bol, et regarde le monde à l'aide d’éternels yeux cernés se trouvant en dessous d'imposants sourcils. Un impact de balle cicatrisé peut être aperçu sur le bas droit de son torse, ainsi qu'une cicatrice sur le causé par un coup de couteau clairement visible sur son dos.

C'est un fumeur régulier, qui a souvent tendance à se griller une cigarette dans les lieux ou ce n'est pas acceptable. Il arbore souvent des habits froissés sous un grand imperméable beige qu'il porte, malgré les quolibets de ses collègues, en toute saison. Cela lui permet entre autre de porter un gilet pare balle léger en toute circonstance.

En intervention organisé, Oda laissera sa tenue habituelle au vestiaire pour privilégier une tenue plus "réglementaire" aux yeux de la police de Tokyo, c'est à dire un T-shirt et un pantalon noir confortablement planqué sous un gilet par balle plus solide que le sien. Si il doit agir rapidement, il aura tendance à laisser son imperméable au sol afin d’être plus libre de ses mouvements. Son arme de service est bien souvent stocké dans sa "dimension de poche" et n'est donc pas visible au premier coup d’œil.
Description psychologique
« Putain c’est dégueulasse… »

Tetsuo Honda avait tout pour lui : un job stable de kidnappeur au horaires de travail pas trop prenantes, une situation financière vraiment loin d’être dégueulasse et une épouse aux mœurs aussi répugnantes que les siennes ; et voila qu’un gentil maniaque, à qui il manque sans aucun doute une ou deux cases, lui fracasse le cranes à coup de ce qui doit être une masse et confond son cadavre avec un hamburger.

« C’est dégueulasse, dégueulasse dégueulasse…. »

« Oui, c’est bon officier Aizawa, j’ai compris merci. »

Daichi Aizawa a été le premier à arriver sur les lieux. Un gamin sale comme un peigne l’a appelé en utilisant le portable de notre victime, il a demandé l’aide d’un policier pour le « ramener chez lui » . Aizawa a d’abord cru à une simple affaire de mœurs, et de tabassage de môme tout ce qu’il y a de plus classique jusqu’à ce qu’il tombe sur le cadavre. Et depuis qu’il est tombé sur le cadavre, il ne cesse de répéter que c’est dégueulasse. Les jeunes sont vraiment pas solide de nos jours. Il me marmonne une réponse complètement incompréhensible et sort de l’appartement avec une démarche un peu particulière.

Rester plus de temps que nécessaire au coté du cadavre me semblant un excellent moyen de me faire engueuler par mes collègues du Labo, je laisse mes jambes me porter vers la cuisine. C’est joli, bien équipé, et ça pu le fric. Enfin, c’est joli si on excepte l’armoire, grande ouverte. La double porte a été démoli, laissant apparaître son misérable contenu. Une assiette sale sans couvert, un saut pour les besoins et aucune source de lumière. Si il y a bien une chose que l’on peut déduire, c’est que Tetsuo savait parler aux gosses. Et ça, comme le dirait l’officier Aizawa, c’est vraiment dégueulasse. Et en plus, pour rajouter au malheur du petit, c'est le seul témoin du meurtre le plus cannibalesque de l'année. Meurtre qui, si il est remarqué par la presse, à le potentiel de transformer sa vie en enfer.

Boarf mieux vaut les médias que l'armoire remarque.

Recentrons nous un peu sur ce que nous savons déjà : notre assassin est quelqu'un de violent, efficace et à qui il manque un bout certain de santé mental. Mais malgré ça, c'est quelqu'un avec un minimum de sens de l'honneur... Ça aurait facile de se débarrasser du témoin gênant qu'est le gamin et ça aurait été encore plus simple de le laisser crever de faim dans son armoire. C'est pas courant le cannibalisme dans le coin, si ça ce trouve je me fais des films, et notre nettoyeur est venu avec un clébard d'attaque dopé aux hormones.

Mes jambes continuent de me faire visiter la maison de Tetsuo de long en large. Pas de suspect miracle de planqué, pas de choses très intéressante. Jusqu’à ce que j'ouvre la porte de sa chambre pour me retrouver nez à nez avec le père noël dans sa plus grande gloire : devant moi, ce trouve une caisse de la taille d'une table de chevet. Et dans cette caisse, se trouve un M16, un nombre de munition absolument affolant et des grenades. Je jette un coup d’œil dans le couloir.

Personne à droite.

Personne à gauche.

Je termine de stocker ce cadeau des dieu dans ma "dimension de poche" quatre seconde environ avant d'entendre les renforts passer le pas de la porte d'entrée.
De toute façon, entre mes mains, je suis certain que cet équipement ne prendra pas inutilement la poussière dans un hangar miteux.
Je suis peut être plus un officier du SAT, mais je reste un flic entreprenant. Après tout, des ordures comme Tetsuo Honda, nos rues en sont encore remplies.
Et personne de censé ne nettoie une rue à coup de poing.
Histoire
D'habitude quand je rentre chez moi, (et encore plus un vendredi soir) je n'attend qu'une seule chose : me vider la tête après une journée de travail, m'effondrer sur le canapé, et arrêter de penser au travail pendant deux heures minimum. Mais aujourd'hui il semblerait que le monde extérieur est décidé de me faire chier, et de plus via lettre interposé.

Cher monsieur Matsui, nous sommes au regret de vous annoncer que votre neveux c'est évadé de notre établissement il y a trois mois, suite a une augmentation imprévu de son agressivité. En temps que dernier responsable légal, nous nous excusons du temps anormalement long que nous avons mis pour trouver votre adresse, et nous vous informons que

"Quelque chose te tracasses ?

Chidori n'aime pas me laisser maugréer dans mon coin, et cela depuis que je l'ai rencontré lorsqu'on était tout les deux officiers à la SAT. Mais contrairement à moi il a eu la présence d'esprit de ne pas repartir pour un deuxième tour dans la police lorsque sa blessure l'a fait sortir de l'effectif. Par contre il garde son habitude insupportable de lire par dessus l'épaule des autres.

"Oui c'est mon neveux. Un gamin avec une poisse impossible : ma sœur est morte en l'accouchant, mon beau frère a claqué dans un accident de la route et maintenant il est tout seul avec un Alter qui lui bouffe la cervelle. Je m'y suis jamais vraiment intéressé, mais la il c'est évadé de son asile."

"Je savais pas que tu étais seul responsable légal d'un gamin"

"Ouais, et vu qu'on est fiché comme d'anciens SAT, la direction de l'hosto à mis trois mois à passer les contrôles d'usage. Fait chier."

Je lève les yeux vers mon compagnon. L'homme de trente deux ans qui surplombe le canapé est torse nu, sortant qu'il est de sa séance de poids au corps. Le fait qu'il doive la vie à Recovery Girl est visible, tellement la cicatrice qui lui traverse le corps est inloupable . Son visage est plus fin que le mien et objectivement il est beaucoup mieux avec des cheveux qu'avec la coupe militaire qu'il c'est trimbalé pendant douze ans. Son nouveau métier de tenancier de pub lui va a merveille. La gravité subite de la situation me donne l'envie pressante de changer de sujet.

"Avant que tu te changes, j'aurais besoin d'aide pour trier un truc."

Je tend la paume de ma main droite devant moi, faisant grandir une ouverture donnant sur le noir complet. La caisse d'arme de Tetsuo sort de ma "dimension de poche" pour se poser délicatement sur le sol devant le canapé. Chidori hausse fortement les sourcils.

"D’où tu sort ça ?"

"De ma dimension de poche."

"Je parle sérieusement Oda..."

"De l'appartement d'une ordure morte assassiné. Personne ne peut savoir que je l'ai, ou même qu'elle existait ; si on t'excepte bien sur. Et j'ai besoin de la trier plus précisément."

J'entends son soupir réprobateur d'ici. Chidori me regarde avec un regard fatigué avant de s’asseoir afin de trier les cartouches par type sur le sol pendant que j'absorbe le M16 dans mon arsenal personnel. L'envie de m'allumer une cigarette commence à monter mais en fumer une pendant que je manipule des cartouches me vaudrait plus qu'un regard réprobateur de mon compagnon.

"Oda c'est ridicule... Tu n'es plus membre du SAT tu es inspecteur de police, je serai putain de damné si jamais tu as besoin du quart de cette puissance de feu avant ta mort."

"Trop de puissance de feu", c'était déjà ce que me rabâchait mon supérieur à la belle époque des interventions armées ; à l'époque ou les super-vilains ressemblaient plus à un ensemble de milices privées qu'à des braqueurs de banque du dimanche soir. Mais, même aujourd'hui, quand vous voulez repousser efficacement des cibles qui projettent des boules de feu vous n'avez certainement pas à rechigner sur les moyens.

"Si j'avais rechigner sur la puissance de feu le jour ou un vilain t'a baisé une bonne partie des organes internes, tu serais "KIA", et j'aurai eu que mes petits yeux d'amant pour pleurer la perte du plus important de mes frères d'armes. Et accessoirement, je ne serai pas devenu une légende du SAT pour avoir extrait un blessé sous le feu de quatre super-criminels avec mes petites mains."

"Si un jour quelqu'un apprend pour ton Alter, et pour tes "péripéties" tu seras dans une merde noir."

"Je n'y crois pas une seul seconde."La perspective me semble tellement improbable qu'elle ne peut s’empêcher de m"arracher un sourire."Après tout, qui serait assez bête pour m'accuser devant la hiérarchie ? Et surtout lequel de mes supérieurs seraient assez stupide pour ne pas laisser couler ?"

"Un flic plus intègre que toi."

"Chidori, tout les flics intègres savent que, pour protéger la loi, il faut parfois lui casser une jambe."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: LE MANUEL DU FUTUR HÉROS :: ADMISSIONS ET INSCRIPTIONS-
Sauter vers: