:: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Centre-ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

C'est effectivement un beau crabe madame [PV Iku]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages RP : 76

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 105/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Sam 28 Juil - 20:57
"Incroyable, vraiment... ce mettre dans un état pareil pour des putains de papiers..."

Wendigo tente difficilement de se remettre sur patte.
Les coups de pince, donnés avec une force que je suppose létal, n'aide pas à stabiliser la structure de mon Alter. Une cannette de soda tombé au sol manque de faire tomber le tout, tandis que les griffes de Wendigo s'appuient difficilement sur le comptoir pour se retrouver enfin debout.
Un petit rire de soulagement sort de mon Alter. Je tourne sa tête vers l’extérieur du café. Des sirènes de Police commencent à se rapprocher, rien ne me permet de dire si un héro et avec eux. Mais bon ça n'a aucune importance de toute façon. Je suis bien à une ruelle de la scène maintenant. Vu les dégâts reçus par l'autre tête de dents, il ne restera pas debout très longtemps.

"Pourquoi faut il que les élèves de Shiketsu me face chier moi... C'est pas possible une obstination pareil. D'habitude tout le monde se branle de me voir malmener des criminels. Me dis pas que vous le faites exprès ?"

Wendigo lâche le comptoir et commence à se masser le dos avec les griffes, tel un type qui viens de fournir un effort en trimbalant une caisse.
Mais les coups de l'autre crabe ont été durs, très durs, et je n'ai fait aucun effort en vue d’amortir le choc que représente l'impact avec des pinces pesant certainement un nombres de kilo impressionnant.
Avec un craquement sec, et une disparition momentanée d'atome de matière noire, le torse de mon Alter s'écrase au sol avec un petit bruit sec tandis que ses jambes s'envolent en fumée. Le regard de l'autre crabe sort soudainement sortir de sa torpeur dépressif pendant que Wendigo pousse une onomatopée d'indignation au contact du sol. Avec une suite de mouvements plus ridicule les un que les autres, mon Alter soulève sa carcasse de bizarrerie sur patte en plantant ses griffes dans le sol. Un torse planté dans le sol par deux long bras font maintenant face à une élève de Shiketsu que je suppose passablement intriguée.

"Mais putain c'est pas possible... Tu fais jamais attention à la force des coups que tu met dans ton adversaire la crevette ? Si j'avais été une petite frappe transformé et sous coke, tu m'aurais tué sur le coup avec tes merdes. À moins que l'absence de sang pousse les gens à l'Ultraviolence... faudra que je fasse des tests plus poussés...

Essayer de déplacer Wendigo avec l'aide de ses deux bras est une des choses les plus difficiles à mettre en place que j'ai jamais essayer avec mon Alter. Je suppose que sa démarche, tentant plus ou moins de contourner le comptoir, doit plus ressembler à celle d'un canard qu'a celle d'un implacable prédateur dévoreur de cadavre. Tout en jurant ma haine a ce sol glissant, Wendigo se dirige tant bien que mal vers la porte du café devant sous le regard d'un serveur médusé.
Si jamais Dieu Sylvestre est encore avec les flics il risque de criser... ou d'éclater de rire. Au choix.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 60

Feuille de personnage
Titre: Aucun
Expérience: 210/500
Alter: Hand Bite
Rang D





Iku Tozutsami
Rang D
Sam 28 Juil - 22:13
Comme pour confirmer ce qu'elle avait déjà deviné, la silhouette au sol se redressa. Son corps avait souffert mais plus aucun cri ne s'élevait de sa bouche, ni juron, ni rien qui indiquait qu'il souffrait. Et bien sûr, il bougea ses jambes. Iku aurait pu être fière, elle avait eu raison de ne pas le croire, mais pour l'instant le chagrin dominait. En fait elle prêtait à peine attention à ce qu'il restait du vilain, incapable de le voir à travers ses pinces et presque incapable de l'entendre à travers ses sanglots.

Elle l'entendait, pourtant, et après quelques instants, elle l'écouta même. Ce qu'il disait n'était pas plus intéressant mais l'étincelle de la rage n'était pas éteinte. Et puis, il ferait un bon exutoire en attendant qu'elle fasse face aux conséquences de ses actes. Il était effectivement en partie responsable, même sans aucune mauvaise foi. Pas entièrement, mais en partie. Iku baissa donc les bras un instant, révélant ses yeux rougis, pour l'invectiver un peu plus de sa voix désormais rauque.

"Tu malmènes pas les vilains, débile, t'en es un. C'est pour ça que les gens ont peur de toi et que les héros s'interposent. Ou ceux qui voudraient en être."

La silhouette informe semblait trop épuisée pour l'écouter, ou trop abîmée. Si abîmée en fait qu'elle se brisa en deux, ce qui ne sembla pas lui faire si mal. La déranger oui, mais pas plus. Le vilain ne semblait pas ressentir la douleur, en fait, ce qui collait aussi bien avec ce qu'Iku avait sous les yeux qu'avec ce qu'elle avait senti en le frappant. De la poussière, des grains accumulés sans organe à l'intérieur, pas de muscle ou de sang, rien à blesser ou estropier, que de la matière qui se brisait comme une statue et se réparait sans doute de la même façon. Après quelques secondes d'incompréhension, d'autres de dégoût et quelques de plus dans l'incertitude, un petit rictus se dessina malgré tout sur le visage endolori de la lycéenne tandis qu'elle dirigea un bras vers la moitié d'homme qui essayait de fuir.

"Puis si il y avait eu quoi que ce soit à tuer, je l'aurais senti après le premier coup. T'es que du sable, sans os ni cœur, qu'il y ai du sang ou non change rien. Je m'en serais rendu compte sinon, et j'aurais pas été aussi violente, je pense."

Elle ne se leva pas pour le poursuivre, cependant. Elle n'en avait plus l'envie, plus la force. Et puis de toute façon, la police était là. Qu'est-ce qu'il pourrait faire, sans ses jambes ? Il serait capturé, elle serait capturée, il leur arriverait des crasses à tous les deux, fin de l'histoire. Non, elle laissa juste retomber son bras dans l'eau. De toute façon, bouger risquait de faire encore bouger le verre dans son ventre et aggraver la blessure. Il valait mieux qu'elle reste là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 76

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 105/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Dim 29 Juil - 14:58
"Pffff... entre la biquette qui se contente de me bloquer la route d'une manière musclée sans attaquer, et la crevette qui attaque de front un adversaire qui aurait pu la tuer plus de dix fois en trois minutes, l'écurie Shiketsu est vraiment pas sorti de l'auberge."

Wendigo continu mon petit speech visant à ce que la crevette n'ai surtout pas l'idée de fouiller les environs à la recherche du possesseur de l'Alter "sans os ni cœur".
Les civils du coin sont beaucoup trop occupé à observer le Café comme des crèves la faim devant un sandwich pour s’apercevoir que je vais à contre courant de la foule. Je ne suis pas le seul d'ailleurs, des livreurs de pizzas et des travailleurs en costard cravate remonte le lit des attroupements en grognant des excuses diverses et variés. Des personnes de toute âge sortent leur smartphone tel des rapaces en recherche de gore, encore. Cette impression de déjà vu est assez saisissante, pas besoin d'être sociologue pour se rendre compte que ce phénomène est complètement merdique. Si on était dans un pays sain une bande de daron aurait débarqué dans le café, Alter à la main, avec la ferme intention de mettre fin à la bagarre. Mais à ce niveau le Japon n'est pas un pays sain.

Arrivé au croisement routier, un rapide coup d’œil m'indique que la situation du trafic est l’éternel lenteur des bouchons citadins. Rien de vraiment intéressant dans ce troupeau de véhicules divers si ce n'est le taxi. Le taxi qui, tel un messager des Dieux, indique gracieusement au monde que personne ne réside actuellement sur sa banquette arrière. Je ne réfléchi pas bien longtemps avant de me glisser à l'intérieur, tel un danseur étoile au milieu d'une circulation quasiment à l'arrêt. La portière claque derrière moi tandis que je boucle ma ceinture, sous le regard d'un chauffeur qui semble avoir connu tout ce que cette ville peut offrir de passager.

"Je le dépose ou le jeune homme ?"

"Attendez... je vous ressort l'adresse."

Il ne faut pas longtemps au taxi pour démarrer. Et prendre une avance incroyable d'au moins cinq mètres. Je sort mes écouteurs de mon sac et commence à me brancher sur une radio local. Le combat n'a pas augmenté exponentiellement ma Faim, mais autant ne pas prendre de risque. Ce qui est certain c'est que personne n'ira s'amuser à me chercher ici, en particulier si un héro quelconque débarque. Wendigo de son coté, continu de progresser dans le Café comme une autruche sous coke : avec beaucoup de difficultés, beaucoup de ridicule et beaucoup de plaisir. Il ne se rendit compte que la cavalerie était que lorsqu’il vis Dieu Sylvestre lui jeter un regard d'incompréhension total à travers la porte.

"Heu... Bonjour... Ou rebonjour... Je suppose..."

Il me faut toute les peines du monde pour ne pas éclater de rire dans le Taxi.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Centre-ville-
Sauter vers: