:: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Quartiers résidentiels Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Here they are [PV Melody]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages RP : 36

Feuille de personnage
Titre: Lady Moriarty
Expérience: 40/1000
Alter: split second
Rang C





Ryou Hanazawa
Rang C
Jeu 9 Aoû - 23:18
"C'est bien, ais-je approuvé d'un hochement de tête, reste loin de tout ça. Enfin de la consommation, ne prends pas le risque de voir si tu résistes à leurs effets ou pas. Si les médicaments marchent sur toi, la drogue marchera peut-être, et si tu deviens accro, ça détruira ta vie de toute façon, ne serait-ce que financièrement, même en ignorant les autres effets, quoique si on ignore les autres effets tu n'aurais aucune raison de ne pas résister à l'addiction. Si tu veux en revendre par contre, c'est ton problème, il y aura toujours des gens pour acheter. Mais pas le Trigger, ça tu n'achètes pas, tu ne vends pas, tu ne consommes pas, ça rend littéralement fou et donne des tendances autodestructrices, avec ta vie tu n'as pas besoin de ça. Mais pour le reste, fait ce que tu veux. C'est ta vie, ton alter, donc personne ne devrait choisir ce que tu fais d'eux à part toi, et surtout pas ton père ou un autre crevard affamé d'argent, ton argent si c'est toi qui fait tout le boulot, en plus. Choisit ta voie, prend ton destin en main et accomplit tes rêves, ou pas, mais quoi que tu fasses, fais-le pour toi et acceptes-en les conséquences sans blâmer les autres pour tes erreurs. Mais pour les leurs tu peux, ou pour leurs sales coups."

J'ai apporté une dernière touche aux lèvres et me suis un peu écartée pour observer le résultat, j'avais presque fini après tout et ne savait pas encore si je pourrais m'occuper des sourcils, si ce n'avait pas été le cas il aurait fallu trouver une autre option, comme des motifs faciaux par exemple, des flèches ou des spires tribales pour masquer encore plus les traits, donner un faux motif à retenir aux passants afin de les distraire d'autres caractéristiques remarquables et surtout couvrir de noir les sourcils sans que leur absence ne semble étrange puisque quelque chose d'autre les auraient remplacé. Ça aurait demandé encore plus de travail et un peu ruiné ce que j'avais déjà fait, notamment au niveau des yeux et du front, mais l'art est exigeant et seul le résultat est important après tout. Heureusement, la teinture requise était déjà avec la perruque, pas surprenant quand on repense à la qualité de la dite perruque, celui ou celle qui l'avait portée puis abandonnée était un ou une pro.

"Écoute, tu fais comme tu le sens mais souviens-toi que c'est toi qui veut passer inaperçue, ni ma réputation ni ma crédibilité ni mon casier judiciaire ne souffriront qu'on reconnaisse une élève de Yueï à mes côtés, plutôt le contraire si je prétend que je t'ai corrompue, ça m'attirera un certain respect, alors que toi tu as tout à perdre à ce que les gens sachent que tu te balades avec moi. Je ne te forces à rien, choisis comme tu veux, je te laisse toute seule pour réfléchir le temps d'aller récupérer la teinture, moi ça ne – hey, non, laisse, je m'en charge."

Elle avait versé une larme pendant ce temps, ce qui n'aurait pas été un problème outre mesure, une petite larme, j'aurais facilement rattrapé le maquillage après, mais en voulant la rattraper elle a accidentellement étalé le fard sous son œil et laissé une grosse trace, enfin pas si grosse que ça, pas grosse du tout même, je crois, moi elle m'a parut énorme et je me suis précipitée pour l'effacer. En quelques secondes c'était réglé, mais quelques secondes qui auraient pu être épargnées si elle m'avait laissée faire.

"Je reviens, ne touche pas à ton maquillage en attendant, et ne pleure pas !"

Elle n'a pas eu à attendre longtemps, la chambre était juste à côté et j'avais vu où elle avait pris la perruque, je n'ai eu aucun mal à trouver ce qui était pile ce qu'il me fallait pour ses sourcils, comme prévu. Au passage j'ai laissé mon regard vagabonder un peu, et plus précisément s'arrêter sur le poison qui traînait de partout. Il y en avait tellement, elle ne pouvait pas tenir un inventaire précis. Pas en le laissant en vrac de partout comme ça, ce n'était pas de l'organisation, c'était une éloge du chaos, un petit détail manquant passerait inaperçu au milieu de ce motif inintelligible, je me suis donc permise de piquer un sac et de rapidement le glisser dans la petite sacoche accrochée dans mon dos avant de revenir dans la salle de bain, la poudre en main.

"Et maintenant, la touche finale !"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 64

Feuille de personnage
Titre: Stille Tod
Expérience: 205/500
Alter: Schlange
Rang D





Melody Snicket
Rang D
Ven 10 Aoû - 0:45
Se retrouver en face d'une vilaine en train de dire que c'est très bien de ne pas toucher à la drogue c'est mal. Après tout, cela peut représenter une grande part de clientèle pouvant engendrer un bon pourcentage de chiffer d'affaires. Quoi qu'il en soit, elle restait à écouter ces multiples informations, cela lui permettait d'avoir quelque connaissances par rapport à différentes drogues existantes comme le Trigger qui s'avère être vraiment dangereux. Mais aussi d'écouter le discours à moitié égoiste et hypocrite d'une demoiselle prête à lui dire qu'elle pouvait faire ce qu'elle voulait de sa vie et de chosir sa voie. N'importe quel vilain pourrait dire ça en apparence avec derrière une pancarte "Rejoins mois ou je me sers de toi" Malgré tout, ce discours avait un impact sur Melody, du fait que peu de gens lui avaient sorti ce genre de choses pouvant sous entendre qu'elle était maître de sa propre vie.

La suite du discors était néanmoins plus importante encore, la mise en garde par rapport à ce qui va être fait. Il était évidemment indispensable de rappeler que la personne prenant le plus de risque dans cette histoire, c'était bel et bien Melody, qui prenais le plus de risques. A partir du moment où cette couverture tomberait à l'eau, rien n'empêchera à Ryou de la lui mettre à l'envers à sa guide. Tout était une grosse prise de risque avant tout. Et ça, Melody le savait. Elle ne ferait pas ça si le contexte était différent mais là : ça concernait sa famille. Que tout s'arrête, que son père reste bien mort, et que son frère arrête ses conneries une bonne fois pour toutes dans le cas où il serait responsable de cette reprise des affaires. Lorsque tout sera réglé, elle pourra avancer sereinement sans constamment se faire hanter par des spectre du passé et ça, elle le voulait, par dessus tout.

Melody attendais de manière très patiente que Ryou termine la touche finale du maquillage avant de dire sa décision. Elle commença par un "Désolée, encore un monologue" avant de se mettre à dire le fin fond de sa pensée.

-J'aurais pu appeler les flics dès le moment où on s'est séparés la dernière fois. Je l'ai pas fait. Vous demander d'enquêter sur ma famille pour moi est quelque chose qui pourrais m'enjendrer des problèmes si ça se savait. Je n'ai pas envie de reculer maintenant, j'ai beau être faible et fragile, je sais ce qui est bon pour moi. Et c'est d'en finir avec ces histoires de famille. Après, la vie reprendra son cours, votre réputation de vilaine bondira et moi je pourrais continuer mes études sans accroc. Je prends des risques, oui. Mais on est tout les deux gagnants.

Melody avait beau être souvent fragile et dépressive, elle demeurait tout de même intelligente, et sait que dans tout les cas, Ryou l'aide parce qu'elle est aussi gagnante dans le lot, le désir de vengance d'une part et aussi le fait de pouvoir gagner en cote de popularité criminelle. Il ne fallait pas être née de la dernière pluie pour se rendre compte de ça. D'ou le fait qu'elle insistait aussi sur ce fait lorsqu'elle disait qu'elle était prête à prendre le risque. Elle ajouta néanmoins une petite pique.

-Du moins, jusqu'à ce que quelqu'un vous fasse tomber, après tout, les héros gagnent toujours. Je ne suis pas la seule personne à prendre un risque dans cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 36

Feuille de personnage
Titre: Lady Moriarty
Expérience: 40/1000
Alter: split second
Rang C





Ryou Hanazawa
Rang C
Ven 10 Aoû - 23:33
Elle aurait pu me sortir tout ça pendant que je m'occupait de ses sourcils, ce qui a finalement été assez simple – je les aient affinés pour le coup, en masquant seulement une partie sous la colle et le fond de teint et tournant le reste au vert pour modifier leur motif à eux aussi, tout pour effacer jusqu'au dernier détail de son visage d'origine, enfin sauf ses iris pour lesquels je ne pouvais rien faire, mais bon, je ne pouvais justement rien y faire donc autant me concentrer sur le reste et espérer que ça suffise. On aurait gagné du temps puisque ses mains ne servaient de toute façon à rien pendant que je m'occupais de son visage. Mais elle a attendu que je termine avant de débiter ce qu'elle a elle-même qualifié de monologue. Au début c'était étrange, je ne voyais pas bien où elle voulait en venir à part me faire la version longue de "je sais que tu fais pas ça pour moi mais c'est pas grave", je veux dire, oui elle n'était pas stupide, moi encore moins, elle savait, je savais, je savais qu'elle savait, tout ça tout ça. La moitié du discours sur ses motivations, je m'en fichais un peu et l'autre, ce n'était que du réchauffé que je connaissais déjà. Ça ne m'a pas empêchée de regarder jusqu'au bout, au cas où elle aille quelque part avec ça, ce qui était d'ailleurs plus ou moins le cas. Disons qu'elle avait une petite conclusion qui, si elle n'avait pas besoin de cette introduction à rallonge, valait le coup d’œil. Quand elle a signé ça, j'ai simplement explosé de rire.

Sérieusement, j'en étais pliée de rire, les bras ramenés contre le ventre alors que je m’esclaffais sans retenue, au point même d'en avoir mal à cause des inspirations trop violentes, au point aussi d'en avoir les larmes aux yeux, ce qui est moins grave dans mon cas puisque je porte toujours du maquillage waterproof, plus compliqué à enlever mais plus résistant dans les situations extrêmes comme un combat ou un coup à risque, ou juste une averse et un fou-rire comme celui-là. Plusieurs fois j'ai essayé de me calmer, de forcer ma respiration à reprendre un rythme normal, mais sans succès. Il a bien fallu… oui, bon, je suis mauvaise pour les estimations de temps mais même en essayant de ne pas exagérer je dirais quand même qu'une bonne minute m'a été nécessaire pour reprendre le contrôle. Pendant un instant je me suis tenue au lavabo, pour être parfaitement stable le temps de retrouver une station verticale normale, puis j'ai soupiré longuement sans réussir à effacer un large sourire de mes lèvres.

"Siseulemencétaitaussisimple,gamine,jenauraipaàfairtouça."

Puis j'ai réalisé que je venais encore de parler trop vite, ce qui était d'une part pas plus mal parce qu'elle n'avait vraiment pas besoin de connaître mon avis sur le sujet des héros et du triste état de l'héroïsme moderne, et d'autre part signifiait qu'il fallait encore que je me calme un peu. J'ai toujours du mal à retrouver un rythme de paroles adapté après avoir été à ma vitesse, surtout après avoir perdu le contrôle comme ça, donc il a fallu que je m'impose encore un peu d'exercice de respiration avant de pouvoir poursuivre la conversation.

"Si tu es si certaine que je vais tomber, pourquoi tu ne t'en chargerais pas ? On pourrait passer un deal, toi et moi. Je ne laisserais personne se mettre en travers de ma route, personne entraver mon ascension vers les sommets de la vilainie, à part toi, et de ton côté, tu ne laisses aucun vilain de faire la peau avant que je m'en charges et tu deviens le genre d'héroïne dont je pourrais être fière. Toi, moi, dans dix ou vingt ans, pour un final d'anthologie ! Laaumointumeprouveraquelesgentilgagnetoujouràlafin,outusouffriraendécouvrantonerreur! En attendant admire-toi dans la glace, admire la qualité de mon travail, puis prépare-toi à partir. Nous avons perdu beaucoup de temps, il est temps d'aller semer le chaos chez les Snicket ! Les autres Snicket, hein, tu vois ce que je veux dire. Et décide-toi pour tes crocs, dernière chance."


Parler m'a aidé à décrisper mon visage et à progressivement rendre à la commissure de mes lèvres leur position normale, si bien que j'avais retrouvé le rictus qui caractérisait dans ma tête la pleine personnalité de Lady Moriarty au moment de rejoindre la porte de la salle de bain. Là, consciente que Melody ne m’emboîterait pas le pas comme ça, surtout après que je l'ai dirigée vers son reflet, je me suis immobilisée et retourner pour voir comment elle réagirait à l'inconnue dans le miroir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 64

Feuille de personnage
Titre: Stille Tod
Expérience: 205/500
Alter: Schlange
Rang D





Melody Snicket
Rang D
Sam 11 Aoû - 1:04
Melody ne savait pas vraiment comment interpréter la crise de four rire de notre chère criminelle. Malaisant ? Peut être. Mais quoi qu'il en soit, le plus important n'était pas cet aspect là de la réaction mais plutôt la réponse qui en découlait qui elle, était tout aussi tordue. Le coup du héros et du vilain qui passent un deal en mode "Nous deviendrons les meilleurs, toi dans l'héroisme, et moi dans le crime, puis un jour, nous feront un combat final pour voir qui va gagner d'entre nous deux." Franchement, cela ressemblait à une histoire tout droit sorti d'un shonen menant à un combat final entre le bien et le mal. Un combat bas de gamme ceci-dit car Melody ne deviendrait jamais le symbole de la paix et Lady Moriaty en son genre était loin d'inspirer la terreur rien qu'en prononçant son nom. Mais disons que ceci pouvait tout de même faire sourire.

Cependant, elle ne pouvait pas du tout tenir ce genre de promesse. Sur papier, cela peut paraître très amusant mais derrière... Non, elle avait du mal à s'imaginer entretenir une rivalité de ce genre avec une vilaine. Cela lui faisait plus peur qu'autre chose à vrai dire. Et cela ne collait pas non plus aux idées qu'elle se faisait d'être "Héros". Enfin, elle ne s'attendais pas non plus à coopérer avec elle pour gérer elle même les soucis de sa famille mais ça, c'était une histoire beaucoup plus personnelle.

-"On verra. Avant cela, il y a plus important à gérer.

Ce genre de réponse lui convenait, en mode "Quand ça sera sûr que tout ira bien par chez moi. Pour le reste, le sujet changea rapiement lorsqu'on lui dit que son maquillage était enfin terminé. Elle se regarda dans le miroir avant de se dire "C'est vraiment moi ?" Le résultat était bluffant et en plus de ça, il restait joli malgré tout. Le seul détail à voir était les crocs. Elle était libre de choisir entre les laisser ou essayer de les cacher. Au vu de ce que ça donnait, les enlever serait la meilleure solution. Elle commença donc par les sortir complètement, laissant apparaître de magnifique crochets pouvant aller assez profond dans la chair et bien faire mal. Elle souffla un bon coup avant de les rentrer d'un coup sec et ferme. Ils ne se voyaient désormais plus mais avaient eu pour effet d'infliger une vive douleur à Melody pendant quelque temps, la faisant siffler par réflexe avant de cracher un peu de sang dans le lavabo. Il lui a fallu forcer complètement pour faire rentrer les crocs d'un coup, son corps n'étant pas encore habitué, cela a causé ce petit effet problématique.

Une fois ceci terminé, elle fit un signe "Ok de la main" avant de commencer à bouger, elle se dirigeais vers le couloir afin de ramasser toutes les affaire qu'elle avait éparpillée avant de se diriger vers la chambre. Il fallait qu'elle ferme tout au cas où ils prendraient trop de temps mais surtout : Il lui fallait son casque, et ça, c'était pas négociable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 36

Feuille de personnage
Titre: Lady Moriarty
Expérience: 40/1000
Alter: split second
Rang C





Ryou Hanazawa
Rang C
Dim 12 Aoû - 16:40
Honnêtement ? Je ne sais pas trop pourquoi j'avais dit ça. Ce n'était pas trop sérieux, ça le serait peut-être devenu si Melody avait mordu à l'hameçon, mais non. Il faut dire que j'adore ce genre de clichés, je trouve ça excitant, et puis ça fait partie du personnage, ça aide à marquer les esprits et à me donner un style. Un pacte, une rivalité, ça pimente les histoires. Et la réalité. Puis bon, ce n'est pas comme si je m'engageait à quoi que ce soit avec ce genre d'offre, je n'ai pas prévu de me faire capturer ou arrêter par qui que ce soit de toute façon. Non, c'était juste un jeu, une impulsion, une idée comme ça qui ne donnerait rien.

Et elle avait raison, moi qui parlait de se presser, je devais bien admettre qu'il y avait plus important. Et plus émouvant aussi, ou touchant, enfin bref ça a fait vibrer mon petit cœur pourri jusqu'à la moelle quand la gamine s'est regardée dans le miroir, des étoiles dans ses yeux maquillés tandis qu'elle réalisant l'ampleur du changement que j'avais opéré sur son visage. Peut-être que je l'ai juste imaginé, il faut dire que couvrir sa face de maquillage avait rendu la lecture de marqueurs émotionnels un peu plus compliqués. Et c'était aussi peut-être de l'anticipation de la douleur quand elle rentra ses crocs, d'un coup, clac, je dirais bien quelque chose comme « tout ça pour ça » mais ça lui a effectivement fait plus mal que juste les rentrer un peu les crochets, en plus de lui défoncer l'intérieur de la bouche au point de lui faire cracher du sang. Pas de larmes cependant, cette fois, soit elle avait les yeux très secs et avait déjà épuisé ses glandes lacrimales, auquel cas les lentilles n'auraient de toute façon pas été une option pour parachever son déguisement, soit elle se retenait très fort dans une démonstration de volonté admirable.

Je lui faisait confiance pour se plaindre si ça devenait trop douloureux, ou si quoi que ce soit posait problème à un moment où à un autre, donc quand elle s'éloigna du miroir et retourna vers sa chambre, je la laissais passer sans objecter. Une part de moi se demandait ce qu'elle pouvait bien vouloir récupérer dans ce capharnaüm, mais nous partions pour une mission possiblement dangereuse et j'avais moi-même un peu de matériel dans les poches, rien d'anormal à ce qu'elle veuille se préparer au mieux. Nous avions déjà passé bien trop de temps sur son maquillage mais j'avais quelque chose à faire pour m'occuper à ce moment-là, l'attente n'avait pas été aussi désagréable qu'elle promettait de le devenir si je devais l'admirer sans rien avoir à faire. Juste pour m'assurer qu'elle ne me faisait pas patienter inutilement, je la suivais et m'arrêtais au cadre de sa porte pour la surveiller.

"Essaie de faire vite, et équipe-toi légèrement. Pas de gros sac ou de breloques brinquebalantes pour gêner les mouvements ou faire du bruit, le mot d'ordre c'est la légèreté et la discrétion. Sauf si tu préfères un assaut frontal, mais je crois que nous n'avons pas assez de renforts pour ça."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 64

Feuille de personnage
Titre: Stille Tod
Expérience: 205/500
Alter: Schlange
Rang D





Melody Snicket
Rang D
Mer 15 Aoû - 0:19
Il va de soi que Melody allait faire le plus vite possible pour ranger ses affaires un tant soit peu correctement afin de ne pas avoir à le faire lorsqu'ils seront rentrés de leur petite excursion. Je ne sais pas si vous connaisez la loi de Murphy. Développée par Edward A.Murphy Jr, grand ingénieur aérospacial qui a énoncé le principe de la manière suivante "Tout ce qui est susceptible de mal tourner, tournera mal". De ce fait, Melody voulait éviter que cette loi s'applique le plus possible lors de cette soirée. Cela a commencée avec le déguisement et le maquillage afin de ne pas se faire reconnaître et maintenant le but est tout simplement de faire comme si elle n'avais pas quittée la chambre de sa soirée.

Pour cela il fallait d'abord ranger son uniforme, elle se contenta de le plier rapidement pour le mettre au pied de son lit, ensuite, remettre le bazar éparpillé au sol dans le tirroir, ça ce n'était pas important en soi vu du fait que madame était bordélique, c'était surtout pour éviter de piler dedans en rentrant, et de faire un potentiel bruit une fois qu'elle sera rentrée. Il y avait aussi le maquillage à ranger, ça elle ferait ça en dernier, il y a toujours des excuses bidon pour expliquer pourquoi tout ça est sorti, par exemple "Je voulais essayer". Il lui restait plus qu'à mettre son casque autour de son cou et de mettre son telephone dans sa poche. Ce qu'elle fit d'ailleurs juste avant de contempler son bureau avec la multitude de poisons.

Elle se disait que quelque chose pouvait relativement être utile parmi tout ce qu'elle possédait. Vu qu'il y avait des risques d'avoir à faire au Snickets, il y avait de fortes chances si ça tourne mal qu'un alter de poison soit utilisé. Et si Melody elle est immunisée, Ryou non. A partir de là, notre serpent était en train de chercher un petit antidote qui pourrait être utilisé au cas ou ça tournait mal. Dans son bordel organisé, tout était rangé généralement par flacon, même lorsque les poisons étaient sous forme de poudre. Seuls les antidotes étaient mis en sachet, cela lui permettait de les emporter facilement et de les reconnaître parmi le bazar en cas de besoin. Le problème ici, c'est que celui qu'elle cherchait avait tout simplement disparu de son bureau.

Elle paniqua légèrement et se mis à farfouiller un peu partout, en se disant qu'elle l'avait peut être déplacée sans spécialement s'en rendre compte, car après tout cela lui était déjà arrivé. Cinq minutes de recherches et de panique s'écoulèrent avant qu'elle décide d'abandonner ses recherches en se disant que la localisation de cet objet lui reviendra probablement à l'esprit un jour où l'autre, tant pis si ça tourne mal, il faudra trouver une autre solution. A partir de là, elle sorta de sa chambre, éteignait la lumière et la ferma a clé. Il était habituel pour elle de fermer cet accès à clé, cela avait été vu avec les personnes qui l'accueillait et cet accord fut mis rapidement en place d'ailleurs.

Une fois de retour avec Ryou dans son champ de vision, elle signa :

-"J'ai pris un peu de temps..... Vu que dans la famille on est très poison.... Je voulais vous passer un antidote au cas ça tournerait mal mais, celui-ci a disparu de mon bureau, je ne saias pas où je l'ai mis, du coup il faudra faire sans. J'espère qu'on en aura pas besoin.

Melody préférais jouer la carte de la franchise sur ce coup, même si rien ne l'obligais à la base à fournir ce précieux élément de sa conception personnelle et rien ne l'obligeais à dire également que c'était la raison de cette perte de temps. Après tout, tout n'était qu'optionnel mais bon, elle préférais jouer la carte de la franchise le temps de cette soirée, car arpès tout, elle avait besion de Ryou pour avoir ces informations. Une fois ce détail réglé, elle rajouta :

-"Sinon, je suis prête, il suffit d'éteindre les lumières et fermer la porte d'entrée à clé.

Elle commença donc à préparer la maison afin de faire comme si celle-ci était actuellement vide, dernière étape avant de sortir et de enfin voir si l'information est viable !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 36

Feuille de personnage
Titre: Lady Moriarty
Expérience: 40/1000
Alter: split second
Rang C





Ryou Hanazawa
Rang C
Mer 15 Aoû - 19:57
Bon, si elle avait effectivement cherché quelque chose comme elle avait dit, ça aurait été mieux, plus facile à supporter pendant que j'attendais à la porte. Sauf qu'elle ne cherchait pas, elle rangeait, ce qui était certes important, utile, bon, je ne le fais pas souvent mais c'est personnel, mais en tout cas ce n'était pas urgent et je lui avait demandé de se presser, ça faisait plaisir de voir que j'étais écoutée. Je n'ai pas pu m'empêcher de taper du pied sous le coup de la frustration. C'est qu'elle y a passé du temps, en plus. A bien ramasser toutes ses affaires, à bien tout plier, tout cacher, tout ranger, comme si c'était horrible de laisser traîner quoi que ce soit. Une chemise dans le couloir, une chaussure qui coince la porte, c'est normal, c'est quand il n'y a rien qui traîne que ça fait suspect, comme si on avait quelque chose à cacher ! Oh, j'ai dû soupirer aussi, grogner un peu peut-être. Je ne sais même pas pourquoi je ne suis pas intervenue plus physiquement pour la traîner dehors. Ou la malmener pour qu'elle aille dehors toute seule bien gentiment. Enfin je suppose que j'ai eu raison. Quand elle a décidé d'arrêter de nettoyer pour rien, elle a enfin daigné m'expliquer pourquoi elle avait pris si longtemps. Elle cherchait un antidote ! Pour moi ! Pour elle ça aurait été stupide puisqu'elle y est naturellement résistante, mais pour moi ça faisait sens, enfin j'avais mon masque à gaz en cas de soucis mais si je devais me faire mordre par un Snicket il n'aurait pas servi à grand-chose. Sauf que, destin ou hasard, ou que sais-je, le seul antidote était précisément dans le sachet que j'avais pris, pas surprenant qu'elle ne le trouve pas. Enfin je ne le savais pas sur le moment, j'avais juste des doutes.

"Ne t'en fais pas pour moi, je suis une grande fille, je peux me débrouiller. Si tu essaie de te soucier de moi tu prendras moins soin de toi, commence plutôt par ça. Et fermes bien, la serrure était très facile à crocheter. Oh, et quand tu parles d'antidote…"

Pendant que je la poussais vers la sortie, ou que je la suivais, je ne me souviens plus des détails précis, j'ai mis une main dans mon sac et récupéré justement le sachet de poudre.

"C'est pas celui-là ? Je l'ais pris dans ta chambre quand je cherchais la colle. Me fait pas cette tête – même pas besoin de la voir, je la devinais, après l'avoir vue paniquer et fouiller pour rien dans sa chambre pendant trop longtemps – je ne comptes pas le vendre. Je n'ai pas besoin de ça pour gagner ma vie, puis je ne sais pas ce que ça fait. Enfin je ne savais pas. J'avais pensé à le tester sur quelqu'un, peut-être. Quoique, tu as des poisons létaux, aussi, non ? Pas question de tester au hasard, alors. Non, je pense que ça fera juste un bon souvenir. Ça vient littéralement de toi, après tout. Un petit trophée, une petite breloque pour me rappeler toute cette histoire quand on en aura fini. Mais enfin – je me suis tournée vers elle et lui ait lancé le sachet – si c'est si important tu peux le reprendre, je trouverais bien autre chose. Ah mais tu le cherchais pour moi, non ? Tu me le redonneras si j'en ai besoin. C'est bon, c'est bien fermé ?"
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Quartiers résidentiels-
Sauter vers: