:: COIN DÉTENTE :: Flood Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Zone de test de David

Alucard Dracula
Messages RP : 86

Feuille de personnage
Titre: Alucard
Expérience: 405/1000
Alter: Vampirisme
Rang C





Alucard Dracula
Rang C
Jeu 28 Juin - 15:10
"Inspecteur Oda Matsui."
"Pour protéger la loi, il faut parfois lui casser une jambe."
Matsui Oda
Alter
Officiellement pourvu d'un Alter faiblard lui permettant de faire disparaître un petit objet en serrant le poing, Oda Matsui avait pris soin de cacher à ses connaissances et aux autorités les véritables possibilités que lui offrait se dernier ; et cela afin d'améliorer sa carrière, et passer outre la loi régulant ses capacités.

Dimension de poche est un Alter de soutien permettant à l'inspecteur Matsui de créer des portails, généralement via la paume de ses mains, reliés à un endroit qu'il surnomme sa "dimension de poche". Cette "dimension" peut contenir n'importe quelle objet. Plus le portail est grand, plus il reste ouvert longtemps, plus l'effort fatigue l'utilisateur. L'inspecteur n'a jamais réussi à déterminer si ce qu'il fait rentrer et sortir de sa "dimension" est stocké dans un endroit physiquement atteignable ; mais il suppose que ce n'est pas le cas. Oda n'a jamais eu la volonté de tester ce que donnerait le passage d'un être vivant dans sa "dimension".

En combat Oda utilise son Alter afin de s'équiper d'une manière qu'il juge convenable, recharger discrètement ses armes, et, si il ne craint pas les conséquences des regards extérieurs, renvoyer les attaques de son adversaire sans sa direction et influencer la topographie du terrain. Lorsqu'il était membre de la SAT (Special Assault Team), l'Alter d'Oda (dont il a soigneusement caché l'existence à tout autre personne) lui donnait un avantage certain sur ses adversaires sous le feu, et plusieurs de ces coéquipiers n'arrivait pas à comprendre comment il parvenait à maintenir un feu aussi soutenu avec aussi peu de munitions.

Maintenant trop âgé pour servir au sein de la SAT, Oda Matsui a réussi le concours d'inspecteur, et se retrouve bien souvent à devoir utiliser discrètement son Alter pour se sortir des mauvais pas (et des attaques de super-vilains).
Informations sur le personnage
NOM : Matsui.
PRÉNOM : Oda.
TITRE : Inspecteur
AGE : Trente Sept ans.
NATIONALITÉ : Japonaise.
GROUPE : Vigilant - Police Japonaise.
RANG : Va palabrer avec les admins pour le rang C.
Avatar : Kurokôchi - inspecteur Kurokôchi.
CODE DU RÈGLEMENT : Impeccable - Aslinn
Une arme à feu
correctement entretenue
peut valoir n'importe quel Alter
si vous avez le cran d'appuyer sur la gachette
Description physique
L'inspecteur Matsui est un homme asiatique d'une quarantaine d'année. Il a gardé une forme physique optimale de ses années "militaires" : sa silhouette est imposante, 1m92 pour 90 kilogrammes de muscles. Il porte généralement une barbe de un à trois jours plus ou moins bien rasé, une coupe au bol, et regarde le monde à l'aide d’éternels yeux cernés se trouvant en dessous d'imposants sourcils. Un impact de balle cicatrisé peut être aperçu sur le bas droit de son torse, ainsi qu'une cicatrice sur le causé par un coup de couteau clairement visible sur son dos.

C'est un fumeur régulier, qui a souvent tendance à se griller une cigarette dans les lieux ou ce n'est pas acceptable. Il arbore souvent des habits froissés sous un grand imperméable beige qu'il porte, malgré les quolibets de ses collègues, en toute saison. Cela lui permet entre autre de porter un gilet pare balle léger en toute circonstance.

En intervention organisé, Oda laissera sa tenue habituelle au vestiaire pour privilégier une tenue plus "réglementaire" aux yeux de la police de Tokyo, c'est à dire un T-shirt et un pantalon noir confortablement planqué sous un gilet par balle plus solide que le sien. Si il doit agir rapidement, il aura tendance à laisser son imperméable au sol afin d’être plus libre de ses mouvements. Son arme de service est bien souvent stocké dans sa "dimension de poche" et n'est donc pas visible au premier coup d’œil.
Description psychologique
« Putain c’est dégueulasse… »

Tetsuo Honda avait tout pour lui : un job stable de kidnappeur au horaires de travail pas trop prenantes, une situation financière vraiment loin d’être dégueulasse et une épouse aux mœurs aussi répugnantes que les siennes ; et voila qu’un gentil maniaque, à qui il manque sans aucun doute une ou deux cases, lui fracasse le cranes à coup de ce qui doit être une masse et confond son cadavre avec un hamburger.

« C’est dégueulasse, dégueulasse dégueulasse…. »

« Oui, c’est bon officier Aizawa, j’ai compris merci. »

Daichi Aizawa a été le premier à arriver sur les lieux. Un gamin sale comme un peigne l’a appelé en utilisant le portable de notre victime, il a demandé l’aide d’un policier pour le « ramener chez lui » . Aizawa a d’abord cru à une simple affaire de mœurs, et de tabassage de môme tout ce qu’il y a de plus classique jusqu’à ce qu’il tombe sur le cadavre. Et depuis qu’il est tombé sur le cadavre, il ne cesse de répéter que c’est dégueulasse. Les jeunes sont vraiment pas solide de nos jours. Il me marmonne une réponse complètement incompréhensible et sort de l’appartement avec une démarche un peu particulière.

Rester plus de temps que nécessaire au coté du cadavre me semblant un excellent moyen de me faire engueuler par mes collègues du Labo, je laisse mes jambes me porter vers la cuisine. C’est joli, bien équipé, et ça pu le fric. Enfin, c’est joli si on excepte l’armoire, grande ouverte. La double porte a été démoli, laissant apparaître son misérable contenu. Une assiette sale sans couvert, un saut pour les besoins et aucune source de lumière. Si il y a bien une chose que l’on peut déduire, c’est que Tetsuo savait parler aux gosses. Et ça, comme le dirait l’officier Aizawa, c’est vraiment dégueulasse. Et en plus, pour rajouter au malheur du petit, c'est le seul témoin du meurtre le plus cannibalesque de l'année. Meurtre qui, si il est remarqué par la presse, à le potentiel de transformer sa vie en enfer.

Boarf mieux vaut les médias que l'armoire remarque.

Recentrons nous un peu sur ce que nous savons déjà : notre assassin est quelqu'un de violent, efficace et à qui il manque un bout certain de santé mental. Mais malgré ça, c'est quelqu'un avec un minimum de sens de l'honneur... Ça aurait facile de se débarrasser du témoin gênant qu'est le gamin et ça aurait été encore plus simple de le laisser crever de faim dans son armoire. C'est pas courant le cannibalisme dans le coin, si ça ce trouve je me fais des films, et notre nettoyeur est venu avec un clébard d'attaque dopé aux hormones.

Mes jambes continuent de me faire visiter la maison de Tetsuo de long en large. Pas de suspect miracle de planqué, pas de choses très intéressante. Jusqu’à ce que j'ouvre la porte de sa chambre pour me retrouver nez à nez avec le père noël dans sa plus grande gloire : devant moi, ce trouve une caisse de la taille d'une table de chevet. Et dans cette caisse, se trouve un M16, un nombre de munition absolument affolant et des grenades. Je jette un coup d’œil dans le couloir.

Personne à droite.

Personne à gauche.

Je termine de stocker ce cadeau des dieu dans ma "dimension de poche" quatre seconde environ avant d'entendre les renforts passer le pas de la porte d'entrée.
De toute façon, entre mes mains, je suis certain que cet équipement ne prendra pas inutilement la poussière dans un hangar miteux.
Je suis peut être plus un officier du SAT, mais je reste un flic entreprenant. Après tout, des ordures comme Tetsuo Honda, nos rues en sont encore remplies.
Et personne de censé ne nettoie une rue à coup de poing.
Histoire
D'habitude quand je rentre chez moi, (et encore plus un vendredi soir) je n'attend qu'une seule chose : me vider la tête après une journée de travail, m'effondrer sur le canapé, et arrêter de penser au travail pendant deux heures minimum. Mais aujourd'hui il semblerait que le monde extérieur est décidé de me faire chier, et de plus via lettre interposé.

Cher monsieur Matsui, nous sommes au regret de vous annoncer que votre neveux c'est évadé de notre établissement il y a trois mois, suite a une augmentation imprévu de son agressivité. En temps que dernier responsable légal, nous nous excusons du temps anormalement long que nous avons mis pour trouver votre adresse, et nous vous informons que

"Quelque chose te tracasses ?

Chidori n'aime pas me laisser maugréer dans mon coin, et cela depuis que je l'ai rencontré lorsqu'on était tout les deux officiers à la SAT. Mais contrairement à moi il a eu la présence d'esprit de ne pas repartir pour un deuxième tour dans la police lorsque sa blessure l'a fait sortir de l'effectif. Par contre il garde son habitude insupportable de lire par dessus l'épaule des autres.

"Oui c'est mon neveux. Un gamin avec une poisse impossible : ma sœur est morte en l'accouchant, mon beau frère a claqué dans un accident de la route et maintenant il est tout seul avec un Alter qui lui bouffe la cervelle. Je m'y suis jamais vraiment intéressé, mais la il c'est évadé de son asile."

"Je savais pas que tu étais seul responsable légal d'un gamin"

"Ouais, et vu qu'on est fiché comme d'anciens SAT, la direction de l'hosto à mis trois mois à passer les contrôles d'usage. Fait chier."

Je lève les yeux vers mon compagnon. L'homme de trente deux ans qui surplombe le canapé est torse nu, sortant qu'il est de sa séance de poids au corps. Le fait qu'il doive la vie à Recovery Girl est visible, tellement la cicatrice qui lui traverse le corps est inloupable . Son visage est plus fin que le mien et objectivement il est beaucoup mieux avec des cheveux qu'avec la coupe militaire qu'il c'est trimbalé pendant douze ans. Son nouveau métier de tenancier de pub lui va a merveille. La gravité subite de la situation me donne l'envie pressante de changer de sujet.

"Avant que tu te changes, j'aurais besoin d'aide pour trier un truc."

Je tend la paume de ma main droite devant moi, faisant grandir une ouverture donnant sur le noir complet. La caisse d'arme de Tetsuo sort de ma "dimension de poche" pour se poser délicatement sur le sol devant le canapé. Chidori hausse fortement les sourcils.

"D’où tu sort ça ?"

"De ma dimension de poche."

"Je parle sérieusement Oda..."

"De l'appartement d'une ordure morte assassiné. Personne ne peut savoir que je l'ai, ou même qu'elle existait ; si on t'excepte bien sur. Et j'ai besoin de la trier plus précisément."

J'entends son soupir réprobateur d'ici. Chidori me regarde avec un regard fatigué avant de s’asseoir afin de trier les cartouches par type sur le sol pendant que j'absorbe le M16 dans mon arsenal personnel. L'envie de m'allumer une cigarette commence à monter mais en fumer une pendant que je manipule des cartouches me vaudrait plus qu'un regard réprobateur de mon compagnon.

"Oda c'est ridicule... Tu n'es plus membre du SAT tu es inspecteur de police, je serai putain de damné si jamais tu as besoin du quart de cette puissance de feu avant ta mort."

"Trop de puissance de feu", c'était déjà ce que me rabâchait mon supérieur à la belle époque des interventions armées ; à l'époque ou les super-vilains ressemblaient plus à un ensemble de milices privées qu'à des braqueurs de banque du dimanche soir. Mais, même aujourd'hui, quand vous voulez repousser efficacement des cibles qui projettent des boules de feu vous n'avez certainement pas à rechigner sur les moyens.

"Si j'avais rechigner sur la puissance de feu le jour ou un vilain t'a baisé une bonne partie des organes internes, tu serais "KIA", et j'aurai eu que mes petits yeux d'amant pour pleurer la perte du plus important de mes frères d'armes. Et accessoirement, je ne serai pas devenu une légende du SAT pour avoir extrait un blessé sous le feu de quatre super-criminels avec mes petites mains."

"Si un jour quelqu'un apprend pour ton Alter, et pour tes "péripéties" tu seras dans une merde noir."

"Je n'y crois pas une seul seconde."La perspective me semble tellement improbable qu'elle ne peut s’empêcher de m"arracher un sourire."Après tout, qui serait assez bête pour m'accuser devant la hiérarchie ? Et surtout lequel de mes supérieurs seraient assez stupide pour ne pas laisser couler ?"

"Un flic plus intègre que toi."

"Chidori, tout les flics intègres savent que, pour protéger la loi, il faut parfois lui casser une jambe."


Dernière édition par Alucard Dracula le Ven 14 Sep - 15:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alucard Dracula
Messages RP : 86

Feuille de personnage
Titre: Alucard
Expérience: 405/1000
Alter: Vampirisme
Rang C





Alucard Dracula
Rang C
Jeu 28 Juin - 15:13
吸血鬼 Vampire
"Si ce que fait le plus fort te dérange, deviens plus fort que lui et tue le. C'est aussi simple que ça..."
Alucard
Alter

Vampirisme est un Alter obligeant son utilisateur à se nourrir majoritairement du sang d'autres êtres humains. Pour absorber ce dernier, le porteur doit utiliser ses canines modifiées pour une extraction sur des cibles (de préférence) vivantes. En contrepartie, l'utilisateur obtient une longévité quasi surnaturelle et un blocage de son aspect physique à celui d'une personne de vingt cinq ans ; ainsi que des capacités de combat largement augmentées faisant du porteur un prédateur absolument impitoyable, capable de terrasser le plus vigoureux de ses semblables. L'Alter agit sur des aspects telle que la force, l'agilité, le système immunitaire, la régénération rapide et ce que son porteur surnomme la "lance sanguine".
Informations
NOM : Actuellement Walker.
PRÉNOM : Actuellement Tetsuo.
TITRE : Alucard.
AGE : 25 ans d'aspect, age inconnu.
NATIONALITÉ : Officiellement Japonais.
GROUPE : Vilain.
RANG : C.
Avatar : Alucard de Rosario plus Vampire.
CODE DU RÈGLEMENT : Snicket est d'accord.
Contenu 1
Contenu 2
Contenu 3
Contenu 4
Notes de la Police

Le suspect est un homme d'une stature honorable (un mètre quatre vingt deux pour quatre vingt dix kilogrammes) au physique on ne peut plus attirant. Son aspect est toujours soigné au maximum de ses capacités, et il porte généralement des vêtements fait sur mesure. Ses cheveux d'un noir profond sont souvent soigneusement coiffé et ses yeux, originalement marron, virent au rouge quand son Alter s'active. Sa posture reflète quasiment toujours une confiance en soit visible, et son regard est particulièrement acéré. C'est un fumeur régulier, son Alter le rendant particulièrement résistant à toute forme de maladie comme le regretté Toxic-Blade l'a appris. Face à un adversaire qu'il juge dangereux, Alucard aura tendance à jeter sa chemise a terre afin de préserver ses effets personnels, laissant apparaître une musculature abdominale impressionnante et des bras largement développé par son Alter.
En résumé, Alucard ressemble d'une manière saisissante au canon de ce qu'on pourrait attendre chez un millionnaire, un haut fonctionnaire ou un membre de l'élite commerciale internationale. Mais ce n'est pas pour ça que ce type est inoffensif, bien au contraire. N'oubliez jamais que cette ordure est un bourreau de la pire espèce. Si vous décidez de vous interposer dans ses plans, je ne peut que vous conseiller au mieux d'être un solitaire sans attache, au pire de porter une cagoule.
Et il est évident que ceux d'entre vous qui ont des enfants n'ont pas l’autorisation de tenter quoi que ce soit.
Analyse psychiatrique du suspect
Mon Général.

Je comprend les enjeux, je comprend l'énorme bon médical dont la société pourrait bénificier avec un [Information classifié] basé sur [Information classifié] disponible au grand public. Je comprend que nous pourrions sauver des milliers, des millions de vie. Mais je crois que vous ne saisissez pas tout à fait la dangerosité de 3472. Certes, sa puissance va diminuer progressivement si on régule sa consommation de sang humain, mais il est et restera une menace quelle que soit la situation.
Je n'ai ni le pouvoir ni le droit de vous demander de cesser ce projet, mais j'exige l’exécution de 3472 après son accomplissement. Il est hors de question de laisser un être pareil se balader dans la nature après tout le mal que les super héros se sont donnés pour le stopper lui, et [Informations classifiés].
Voila, comme promis, l'analyse originelle que j'ai produit pour le tribunal militaire. Tenez vous strictement au profil dressé et vous ne devriez pas avoir de difficultés insurmontables. Je sais qu'il n'est pas nécessaire de vous dire que si 3472 s'échappe, je serai le premier à vous dénoncer en cas d'enquête ; mais un petit rappel de vos responsabilités ne fait pas de mal.
Je vous prie Général d'agréer l’expression de mes salutations distinguées.

Docteur [Information classifié].




[.....]

Le sujet démontre tout les symptômes d'un trouble de la personnalité antisociale. Une étude accompli de la personnalité du sujet permet de discerner chez lui tout les points majeurs du trouble via :

Une incapacité à se conformer aux normes sociales qui déterminent les comportements légaux, comme l'indique la répétition de comportements ultra violent (physiquement ou psychologiquement) envers des majeurs comme des mineurs.
Une tendance à tromper par profit ou par plaisir malgré un rejet catégorique du mensonge, indiquée ici par une incroyable capacité à jouer sur les mots.
Une impulsivité lié au besoin de se nourrir de sang Humain.
Une agressivité déguisée, indiquée par la répétition de bagarres ou d'agressions violente sous la façade d'un cadre calme apparent.
Un mépris inconsidéré pour sa sécurité et celle d'autrui, venant d'une vision de la souffrance et du danger comme une activité distrayante.
Une absence de remords, indiquée par l’indifférence couramment ressenti après avoir blessé, torturé ou dépouiller une personne.

On retrouve chez le sujet quelques particularité propres, échappant à la classification médical. Mais aucune d'entre elle n'est nécessairement absente chez une personnalité de ce calibre. Incluant :

- Une empathie existante, avec ses poches comme avec certaines de ses victimes.
- Un refus catégorique du mensonge "direct" comme moyen d'action (possible rhétorique de "jeu" visant à s'imposer des règles pour augmenter le plaisir lors de l'acte).
- Une morale structurée permettant la libre expression des pulsions du sujet.
- Une capacité à se désigner un maître, et à rester loyal envers ce dernier (voir la relation construite avec [Information classifié]).

Le constat est sans appel : Le sujet est un individu manipulateur, égocentré et extrêmement dangereux.

Verdict médical

Trouble de la personnalité antisociale. Une rémission médicale fait partie du domaine de l'improbable, voir de l'impossible. La solution minimale consiste à éloigner le sujet de l'ensemble de la société civile dans une prison hautement sécurisé, gardé par un personnel habitué aux tentatives de manipulations et [.....]

Verdict de responsabilité juridique

La responsabilité du sujet est pleine est entière. D'autant plus que toutes les preuves tendent à montrer que la sociopathie observé prend ses racines dans les concepts moraux et philosophiques à travers lequel le sujet a choisi de se représenter le monde. L'Alter pousse à agresser les autres afin de se nourrir, mais le sujet à sciemment choisi de se détourner de la société humaine et de toute forme de morale élémentaire. Malgré le caractère nocif de son Alter, la sociopathie du sujet n'est pas subie. Elle résulte d'un choix de mode de vie conscient, de la part d'un individu dont l'âge réel est inconnu. Si la cour décide de prendre en compte le fait que le suspect est sans aucun doute le possesseur de l'un des premiers Alters de notre Histoire, le constat est encore plus [.....]

[.....]

Document militaire

Briefing opérationnel

Si vous lisez c'est que vous êtes un membre du récent personnel qui se pose des questions. Rien de plus naturel, cette affectation est peut être une des plus spéciale que l'armée Japonaise (ou Américaine) vous donnera de votre vie. Je vais commencer par répondre aux plus élémentaires d’entre elles.
Oui nous effectuons des expériences scientifiques sur celui que nous nommons 3472. Oui celui que nous nommons 3472 n'est (malheureusement pour la sécurité) pas un sujet d’expérience volontaire. Oui les expériences que nous menons ici constituent une atteinte aux droits de l'Homme, ainsi qu'à la convention de Genève. Non votre gouvernement n'est pas officiellement au courant de ce que nous faisons.
Voila l'essentiel. Mais, en général, l'essentiel est loin de contenter une personne qui veut savoir dans quoi elle s'embarque. Si vous avez été choisi pour ce projet c'est que vous êtes conscient de par vos actions, vos idéaux ou vos habilités que la fin justifie parfois les moyens. Ici, nous avons besoin de personnes comme vous, parce que nous sommes précisément dans un cas ou la fin justifie plus que tout les moyens.
Je vais tisser un peu de contexte : quand, en 2021, les Alters ont commencé à se déverser tels une traînée de poudre sur la face du globe, la quasi totalité des gouvernements ont connu une période d'instabilité. Au Japon, un Homme un peu plus intelligent et déterminé que les autres a vu l'opportunité de faire de cette île son royaume personnel. Pour ce faire, cet Homme c'est mis à recruter des vilains de toutes les nationalités. C'est la que notre 3472 entre en scène. Petit détail : nous ne désignons pas cet Homme ainsi dans une tentative ridicule de déshumanisation, nous ne connaissons tout simplement pas son vrai nom.
Attiré par l'idée de trouver un supérieur qu'il jugerait à sa mesure, 3472 est devenu ce que l'on peut qualifier d'Homme de main. D'un genre un peu particulier, sa spécialité étant les interrogatoires et la gestion des individus récalcitrants ; la plupart du temps via des procédés indirects. Entendez par la que lorsque les premiers super héros ont commencé à devenir des gens capables, 3472 c'est fait une spécialité de passer dire bonjour à leur familles. En particuliers à leurs enfants. Et ensuite il envoyait une lettre, un mail, un SMS, un fichier MP4 ou un témoin raconter aux personnes ciblées ce qu'il avait fait. Et vous pouviez compter sur lui pour ne pas louper un détail. Était évidemment adjointe la menace de recommencer ce petit procédé sur quelqu'un d'autre. C'était radicalement efficace, jusqu’à ce que le symbole de la Paix s'intéresse à son cas. Comme vous le savez All Might sait se montrer, à sa manière, tout aussi efficace qu'un criminel sans scrupules.
C'est la que le dossier judiciaire de 3472 tombe dans les mains de l'armée japonaise. Pourquoi l'armée ? Parce que nous avions à l'époque considéré ses actions comme celle d'un guérillero voulant renverser l’État Japonais. Mais le procès à pris une tournure improbable lorsque le médecin militaire chargé de dresser un bilan de santé de 3472 à fait une découverte. Une découverte suffisante pour que je fasse mentir le psychiatre, afin d'établir un constat d’irresponsabilité légale liée à une maladie mentale chez 3472. Dans l'objectif de parvenir à l'isoler ici, dans l'Asile Fukurama.
Si vous êtes scientifique vos collègues se chargeront de vous briefer sur la nature de cette découverte. Si vous êtes un membre de la sécurité, tout ce que vous avez à savoir, c'est que cette découverte est liée à l'Alter de 3472 ; et qu'elle a le potentiel de révolutionner la médecine humain de la même manière que le concept du vaccin en son temps.
Je sais que vous êtes tous capables de comprendre que sacrifier les droits d'une innommable ordure pour sauver des millions de vie est un sacrifice correct. Je sais que vous êtes tous capables de tenir vos langues lors des contacts, avec les médecins civils (qui nous ont complètement délégué la responsabilité du "patient" 3472) comme lors des visites d'ONG. Je sais que vous êtes également capable de comprendre que nous n'avons pas l'intention de laisser quiconque porter atteinte à la sécurité de 3472, de vos collègues ou de ce projet. Enfin, je sais que vous comprenez pourquoi vous vous devez de détruire ce document après lecture. J’espère de tout cœur que votre travail ici sera couronné de succès, quel qu'il soit.
Général terrestre Takeshi Ide, des Forces Japonaises d'Autodéfense.


Addendum

Après la tentative d'évasion meurtrière de 3472 et son contact prolongé avec des patients innocents de l'asile (dont un mineur), il a été décidé que nous le placerions en état semi comateux pour une durée indéterminé. Cette mesure est le meilleur moyen à notre disposition pour réassurer la sécurité de tous.
Revenir en haut Aller en bas
Alucard Dracula
Messages RP : 86

Feuille de personnage
Titre: Alucard
Expérience: 405/1000
Alter: Vampirisme
Rang C





Alucard Dracula
Rang C
Dim 22 Juil - 18:40

VAMPIRISME



Alter de mutation



[Offensif - Résistant - Immortalité théorique / Difficile à maîtriser - Dangereux - Créateur de pulsions]

Vampirisme est un Alter obligeant son utilisateur à se nourrir majoritairement du sang d'autres êtres humains. Pour absorber ce dernier, le porteur doit utiliser ses canines modifiées pour une extraction sur des cibles (de préférence) vivantes. En contrepartie l'utilisateur obtient des capacités extraordinaires, capable de faire de lui un être à l'espérance de vie théoriquement illimitée.

Vampirisme cumule donc les effets suivants :

- L'Alter de l'utilisateur lui permet de dépasser les capacités physique d'un homo sapiens type, et d'égaler des adversaires bien supérieur à l'humain lambda.
- L'Alter de l'utilisateur lui permet, par un certain procédé, de régénérer ses cellules et ses composants organiques lorsqu'il boit du sang.
- L'Alter de l'utilisateur permet un mode d'attaque et de défense personnel, via la capacité à produire des "lances sanguines" (sorte de tentacules de carbones rougeâtres extrêmement résistantes).
- Le système immunitaire de l'utilisateur est grandement amélioré, le rendant insensible à des maladies connu pour leur virulence comme le VIH, les grippes, les pestes et (dans une certaine mesure) les empoisonnements via substances (létales ou non).

En contrepartie de ses effets positifs, Vampirisme fait de l'absorption de sang humain un besoin nécessaire à l’utilisateur, au même titre que manger, boire et dormir. Cependant, Alucard n'a jamais essayer de se sevrer (du moins pas volontairement). Il est donc tout à fait possible que la nécessité de ce besoin soit d'ordre plus psychologique que physiologique, et qu'une absence de sang conduise l'utilisateur à reprendre un vieillissement normal, ainsi qu'à perdre ses capacités hors du commun.

TECHNIQUES






Groupe sanguin WL01



Passif

L'Alter d'Alucard lui permet de gérer au mieux de nombreuses situations via un éventail de capacités exceptionnels.

Effet Plus Ultra :

- Un tour après avoir gagné l'état [Nourri], Alucard regagne un points de vie.
- Un tour après avoir gagné l'état [Surchargé], Alucard regagne trois points de vie.
- Le système immunitaire d'Alucard lui permet de ne ressentir les effets d'un poison qu'un tour sur deux après le dis empoisonnement.


Prise de sang



Attaque courte portée

Alucard mord ses adversaires, dans l'objectif de leur prendre le plus de sang possible.

Effet Plus Ultra : Dé d'attaque du rang d'Alucard

L'attaque inflige un point de dégât le premier tour, quatre à partir du troisième tour sans avoir été dégagé.

- Alucard ne peut plus esquiver les attaques ennemis, sauf en état [Désincarné].
- Alucard gagne l'état [Nourri] après réussite.
- Alucard gagne l'état [Surchargé] après trois tours sans dégagement.
- Alucard ne peut se dégager de sa cible sous peine de mettre fin à la technique.
- Une attaque adversaire réussi "dégage" Alucard et met fin à la technique.

Cooldown : deux tours.


Protection sanguine



Technique défensive

Alucard utilise ses lances sanguines pour parer une attaque au mieux, réduire les dégâts au pire.

Effet Plus Ultra : Dé du rang actuel d'Alucard.

- Si l'ennemi est d'un rang inférieur ou égal au sien, Alucard part l'attaque.
- Si l'ennemi est d'un rang supérieur, Alucard réduit l'attaque d'un dégâts mais subit les autres effets plus Ultra.

Cooldown : Deux tours.


Acharnement



Attaque moyenne portée
Utilisation impossible
.

Effet Plus Ultra : Inconnu.
Cooldown : Inconnu.


Ligotage



Attaque de moyenne portée

Alucard saisit et ligote la cible au sol à l'aide de ses lances sanguines. La variante offensive de cette technique coupe la cible à de multiples endroits. Généralement utilisé avant une prise de sang.

Effet Plus Ultra : Dé du rang actuel d'Alucard.

Cette technique peut infliger deux points de dégâts dans sa variante [offensive].

- La cible ne peut pas se déplacer ou esquiver, et utilise un dé d'un rang inférieur à la normale pour sa prochaine action.
- Attaquer la cible avec prise de sang lors du prochain tour augmente d'un rang le dé utilisé.
- En cas de réussite critique, Alucard gagne l'état [Surchargé].

Cooldown : Trois tours.


Dodge



Technique d'esquive

Les capacités physiques exceptionnels d'Alucard lui permettent d'effectuer une série de déplacement quasi instantanés pour tenter d'esquiver les attaques des adversaires.

Effet Plus Ultra : Dé de un rang supérieur au niveau actuel si la cible est d'un niveau inférieur ; Dé de rang actuel si la cible à un rang similaire ; Dé de un rang inférieur au niveau actuel si la cible est d'un niveau supérieur.

- Esquive une attaque ou attaque de zone (5 mètres ou moins).
- Déplace l'utilisateur de 5m horizontalement.
- En cas de critique : les cibles au contact sont repoussées de 5 mètres vers l'arrière.

Cooldown : Deux tours.


Frappe Lunaire



Attaque sur zone

Alucard fait grossir certaine de ses lances sanguines afin d'être capable de frapper une zone avec une puissance bien plus élevé qu'a la moyenne. Crée un souffle relativement puissant.

Effet Plus Ultra : Dé du rang d'Alucard.

Inflige 3 dégâts sur une zone de dix mètres.

- Utilise un dé de rang supérieur à celui d'Alucard si lancé verticalement.
- Soulève un fort nuage de fumée sur le lieu de l'impact.
- Propulse les personnages de niveau E de dix mètres en arrière.
- En cas de coup critique, propulse les cibles de dix mètres en arrière.

Cooldown : Trois tours.


Forme désincarnée



Passif ultime
Utilisation impossible


Effet Plus Ultra : Inconnu.
Cooldown : Inconnu.


Code par Dehvi sur Never-Utopia, modifié par Rei.

Revenir en haut Aller en bas
David Matsui
Messages RP : 173

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 270/1000
Alter: Wendigo
Rang C





David Matsui
Rang C
Ven 14 Sep - 15:17

Wendigo



Alter à activation



[Semi autonome - Polyvalent - Intimidant / Vorace - Dangereux - Imprévisible]

Wendigo est un Alter à activation permettant a son porteur de créer une créature semi consciente composée d'un agglomérat d'atomes divers, ici surnommée "Wendigo". Wendigo est totalement autonome physiquement vis à vis de son porteur, et peu s'éloigner de ce dernier à hauteur de 2 kilomètres. "Wendigo" possède une force dépassant largement celle d'un être humain classique, variable selon les divers degrés de faim, d'épuisement et de colère du porteur.

Il est capable de sauter 10 mètres de haut et d’atterrir sans dommages en conséquence, et se montre particulièrement agile. Il possède également une bonne résistance aux dégâts, qu'ils soient contondants, tranchants ou par balles, et n'a pas besoin d'oxygène pour fonctionner (il ne respire pas). Il résiste également mieux qu'un humain normal à la pression atmosphérique de son environnement. La créature perçoit le monde via quatre yeux arachnoïdes. Wendigo attaque généralement en usant de ses mains griffues ou de ses jambes, mais il est également capable d'élaborer des stratégies plus complètes (le plus souvent sur impulsion de son utilisateur) et de tenter de s'adapter au situation.

Wendigo permet également à son utilisateur de se régénérer, via l'ingestion de matières organiques (hors combat) par ce dernier. La chair humaine fraîche est le meilleur ratio de régénération possible pour le porteur de Wendigo, suivi par les autres composants biologiques.

Mais Wendigo est loin d’être sans danger pour son utilisateur : en effet, l'Alter a tendance à se monter hostile et dangereux envers d'autres que son porteur (et cela depuis sa première activation). S'accompagne également des effets psychologiques et physiologiques ressentis au minimum comme fortement désagréable, et une tendance de la part de David à perdre le contrôle de son Alter.

Il est a noter que les capacités physiques de David quand à elle, bien que soumises à de possibles évolutions, ne dépasseront jamais le maximum que peut atteindre un Homo Sapiens classique.

TECHNIQUES





Subconscient



Passif

Le cerveau de David génère, via son Alter, des "ondes" lui permettant de contrôler Wendigo, ainsi que de percevoir ce que son Alter perçoit. Mais ce lien (particulièrement depuis l'incident ayant mené David à fuir son hôpital) a un prix. Wendigo est capable d'accéder au subconscient de David et d'en tirer des bribes de pensées, phrases,et comportements semi cohérents, et David à pleinement accès à ce qu'il nomme la "Faim" de Wendigo. Ce lien risque fortement de dégrader le psychisme et la condition de vie de David.

Effet Plus Ultra :  
Wendigo se trouve nécessairement à deux kilomètres maximum de David.
- Si David mis est KO, Wendigo passe en état [autonome]. Ses cooldowns sont divisés par deux.
- Si Wendigo est mis KO, David (en combat ou non) peut tenter de fuir les environs.
- Aux rangs E, et D, David possède 2 point de vie. Au rang C il en possède 3. Au rang B, David possède 6 points de vie. Aux rangs A et S il en possède 9.
- David ne peut que lancer des dés de 1 rang inférieur à ceux de Wendigo. Ses dés ne dépasseront jamais le rang B (hors buff lié à une technique).
- Wendigo possède le nombre de points de vie lié à son rang.
- Wendigo ne ressent pas la douleur.
- Wendigo ne respire pas : les gaz ayant des effets basés sur l'inhalation ainsi que les privations d’oxygènes n'ont pas d'effets sur lui.
- Wendigo n'est pas un être biologique : les soins agissants sur ce type de matières ne font pas effet sur lui


Caméléon



Technique de camouflage

Wendigo se camoufle visuellement en prenant une teinte transparente très marquée. Les bruits qu'ils génèrent, ses traces de pas, les Alter spécifiques et toute forme d'indication "indirect" etc ... ne sont pas influencé.

Effet Plus Ultra :

- Wendigo devient invisible.
- La prochaine action de Wendigo augmente d'un rang de dé.
- Si Wendigo n'effectue aucune action et que son adversaire ne le "débusque" pas avec une attaque réussie durant deux tours, il peut fuir le combat.

Cooldown : Deux tours.


Déchiquetage air-sol



Attaque à moyenne portée

Wendigo prend appui sur une surface proche afin de faire chuter l'adversaire sous son propre poids, de manière à l'immobiliser. Objectif : le lacérer au sol .

Effet Plus Ultra :

Utilisation d'un dé correspondant au niveau actuel de Wendigo.
Cette technique produits deux dégâts.

- Si réussi, Wendigo peut bloquer l'adversaire au sol, l'empêchant ainsi de se déplacer ou d'esquiver à son prochain tour.
- L'adversaire maintenu au sol par Wendigo peut se dégager via une attaque réussie.
- Si le joueur adversaire ne s'est pas dégagé, la position privilégiée dont jouit Wendigo lui permet de gagner un rang de dé pour sa prochaine action.

Cooldown : quatre tours.


Déviation Rapide



Attaque de courte portée

Wendigo dissout momentanément son bras afin de porter un coup déstabilisant à l'adversaire, pouvant briser sa posture de combat. Déclenche (de manière passagère) une forte désagréable sensation comparable à une très forte paresthésies généralisées (vous savez, les "fourmis dans les jambes").

Effet Plus Ultra :

Utilisation d'un dé correspondant au niveau actuel de Wendigo.
Cette technique ne produit aucun dégâts.

- Esquivable, mais impossible à parer sans Alter approprié.
- Si réussi, l'utilisateur peut bloquer l'adversaire sur place, l'empêchant ainsi de se déplacer ou d'esquiver durant son prochain tour. La prochaine attaque de l'adversaire perd un rang de dé.

Cooldown : Deux tours.


Instinct charognard



Technique d'esquive

Wendigo applique les automatismes de son possesseur, ce qui lui permet d'analyser correctement les situations. Et, lorsqu'on livre un combat en temps réel, mettre sa force simiesque au profit de l'esquive est d'une évidence crasse.

Effet Plus Ultra :

Utilisation d'un dé correspondant au niveau actuel de Wendigo.

- Si réussi Wendigo esquive la technique.
- La prochaine action de Wendigo sera d'un rang de dé supérieur à son niveau actuel.
- La prochaine action de l'adversaire sera d'un rang de dé inférieur à son niveau actuel.

Cooldown : Deux tours.


ÉQUIPEMENTS



Dévoreur



Masque tactique - Objet passif

Un outil conçu pour être un symbole. "Dévoreur" est basé sur l'aspect carnassier de Wendigo, et représente les pulsions de mort de David. Le masque a été conçu spécifiquement pour son propriétaire, à l'image d'une tenue héroïque. En plus de dissimuler le visage du porteur sous une couche de blindage, il est équipé de nombreux gadgets tel qu'un modificateur de voix, une "gueule" aux dents amovibles, un système d'ouverture automatique fait pour résister aux retraits "forcés" et bien d'autres encore. Les victimes du Maraudeur ne sont pas prêtes d'oublier cette incarnation du concept de prédateur.

Effet Plus Ultra :
- Respirateur : David peut, pour une durée de 1 tour et une fois par combat, s'octroyer l'état [masque à gaz]. Sous cet état, David devient intangible à toutes les attaques employant du gaz.
- Vision thermique : en attente de développement.
- Poudre fumigène :[/b] en attente de développement.

Cooldown : Nombre de tour où la technique est inutilisable.


Type 54



Arme de poing

Le pistolet semi-automatique "China Type 54" est le successeur spirituel du Tokarev russe. Produit en masse par l'armée chinoise pour les besoins de la défense national, on le retrouve souvent dans les mains des gangsters et des gardes du corps. La présence d'une étoile noire cerclée sur chaque plaquette de crosse lui donne son surnom de « Black Star » parmi les divers milieux marginaux. Son efficacité et sa rusticité de conception en font un choix de qualité, pour la défense comme pour l'assassinat.

Effet Plus Ultra :
Utilise un dé d’attaque du rang actuel de David.
Inflige 1 point de dégâts à distance. Imparable sauf avec une technique/alter/équipement à l’épreuve des balles.
David peut tirer plusieurs fois, en effectuant plusieurs jets, mais chaque tir s’effectuera avec un dé d’attaque d’un rang inférieur à celui utilisé pour le tir précédent, ne pouvant pas descendre en-dessous du rang E. En cas d’échec critique, David ne prend pas de dommages mais son arme s’enraye, rendant inutiles les tirs suivant l’échec critique mais conservant le cooldown normal de l’arme.
Cooldown : 2 + nombre de tirs. Après 16 tirs, David ne peut plus utiliser cette arme pour le restant du combat..



Code par Dehvi sur Never-Utopia, modifié par Rei.



Dernière édition par David Matsui le Sam 2 Mar - 23:10, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
David Matsui
Messages RP : 173

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 270/1000
Alter: Wendigo
Rang C





David Matsui
Rang C
Sam 20 Oct - 19:40
Mindfeel.
"C'est pas de ma faute, c'est lui qui a pensé trop fort !"
Sarah Lincoln
Psionic

Psionic est un double Alter mélangeant les capacités d'un parent "télépathe" (pouvant écouter voir contrôler les pensées d'autrui) et d'un parent "télé-kinésiste" (capable de convertir une volonté interne en énergie physique), mais sans atteindre le potentiel maximum de ces derniers. Le sujet se retrouve alors à devoir composer avec des limites permettant à cet Alter polyvalent de fonctionner sans risques internes. Les capacités télépathiques du sujet lui permettent de ressentir les émotions des autres dans un rayon de 500m, avec une subtilité augmentant au fur et à mesure que la distance se réduit. le sujet ne peut interférer dans les pensées d'une cible et influencer ses émotions que par un contact direct (via la paume de sa main) de longue durée, et avec une grande difficulté en cas de résistance de la cible. Les capacités psychokinétiques du sujet lui permettent de soulever et manipuler des objet de tout type dans un rayon visuel de 25 mètres. Au niveau C, le poids de l'objet de ne peut dépasser cinq kilogrammes. Si le sujet essaye de dépasser sa limite "acquise" il risque de sérieux dégâts internes, notamment au niveau du cerveau.

Informations personnelles
NOM : Lincoln.
PRÉNOM : Sarah.
TITRE : Mindfeel.
AGE : 26 ans.
NATIONALITÉ : Américaine, Aegis.
GROUPE : Héros.
RANG : C.
Avatar : Création originale, lien dans le recensement.
CODE DU RÈGLEMENT : C'est un TC !
Contenu 1
Contenu 2
Contenu 3
Contenu 4
Description physique
Lincoln est une jeune femme de femme d'une vingtaine d'année au physique plutôt attirant si on excepte sa tendance à se retrouver couverte de saleté à la seconde ou elle saute sur le terrain (boue, sang et fumée étant bien souvent de rigueur). C'est une blonde au yeux bleu avec un sourire des plus sadique, ainsi qu'une certaine attirance pour les cigarette et l'alcool. Ses deux bras sont tatoués façon tribaux, les tatouages se rejoignant dans le dos. Dans le civil elle se balade avec des tenues incarnant l'adage "simple mais pratique", et elle garde une toujours une arme à feu à portée de main. Elle porte en permanence une paire de ceste légère, l’objectif étant de pouvoir toucher quelqu'un sans être trop invasive. Son costume héroïque est plus inspiré du militaire lambda que du héros à cape, le tout mélangeant une tenue tactique, des protections légères, et des larges poches pour munitions diverses. Son style de combat étant basé sur les armes à feu, sa tenue de travail laisse une grande place à ses dernières. Elle se moque souvent des costumes flashy de certains collègues, qu'elle considère comme des non sens tactiques complètements stupides. En tenue comme en civil, Lincoln apprécie le style basique.
Dossier médical d'Aegis
Sarah Lincoln, désignée Mindfeel dans notre base de donnée héroïque, est une femme au caractère calculateur. Elle semble s'amuser à jouer avec les émotions de ses interlocuteurs comme avec les conventions sociales les plus basiques dans l'espoir de générer une réaction prévisible (les brimades ne dépassant jamais le stade de l'acceptable au yeux de la Loi). Son Alter, véritable outil de compréhension d'autrui, lui a donné une manière bien singulière d'interagir avec autrui. Peu d'être humains sont capable de cerner l'intention de leurs contemporains en se contentant d'être à leurs cotés, ce qui donne à Mindfeel un avantage plus que conséquent dans la plupart des discussions ainsi que dans les interrogatoires et les psychothérapies. Il est assez compliqué de lui mentir, la tache requérant une connaissance du langage corporelle et des automatismes humains assez poussé. Ce détache chez le sujet une nette tendance à se croire supérieur de fait ainsi qu'une face sociale "explosive" contrastant avec ses raisonnements "de terrains", dont ressortent un pragmatisme souvent décrit comme implacable voir dogmatique par ses subordonnés comme par ses supérieurs.

La morale du sujet, bien que froide, reste cependant bien éloigné de la psychopathie clinique décrite par certains confrères. Ses capacités empathiques, prenant en compte la compassion et la reconnaissance de l'autre comme sujet existant, sont comparables (malgré quelques différences mineures) à celles d'un individu normal. La télépathie du sujet lui a donné la certitude que les humains sont des semblables qu'il faut protéger dans la mesure du raisonnable, et non pas des objets que l'on doit utiliser. En résulte toutefois une grande violence envers certains individus perçut comme "dangereux par nature", ainsi qu'une intolérance formelle envers certains malades psychiatriques vu avant tout comme des menaces plus que comme des êtres humains.

Je n'ai pas à première vue d’objection à formuler contre le passage au service actif de Mindfeel, qui peux se révéler très précieuse pour notre agence dans le contact avec la population civile comme lors de missions de terrain plus ardues. Son Alter est un outil d'une grande polyvalence, un supérieur de qualité sera l'utiliser à bon escient pour comprendre ses subordonnés ainsi que pour la gestion des criminels en captivités. Je recommande néanmoins de surveiller le sujet lors des interrogatoires de suspects afin d'éviter tout dérapage.

Montagne sur le Prophète
Si il y a bien une chose que le sergent Lynx détestait dans cette putain de base avancée, c'était l'arrivé impromptue d'un Hélicoptère. Il avait beau avoir été élu "héro le plus mignon d'Aegis" (sans doute à cause de ses attributs félins) dans le dernier numéro de la gazette interne, il n'en restait pas moins une petite chose sensible. Et les hélicoptères étaient au dessus de ce qu'il pouvait supporter.

Lynx :
 

Il n'avait pas d'aversion particulière pour ces appareils, c'était évidemment fort pratique pour massacrer des Sicarios à grand coup d'armes lourdes, mais les déserts mexicains n'étaient pas fait pour être des Héliports. Il suffisait qu'un engin un peu plus gros ou un peu plus puissant que la moyenne se pose pour que l’entièreté des grains de sables du coin se mettent dans la tête de le faire chier lui. Pas les autres, juste lui. Lui et son putain de pelage de merde, qui rendait chaque moment de son séjour dans cette base adjacente à Ciudad Jarez de plus en plus insupportable.

Pourquoi la direction n'avait elle pas décidé de l'envoyer en Antarctique plutôt ?

"Je pense que ça ira pour le moment Cadet. File te débarbouiller avant que quelqu'un ne t'accuse de laisser ta tenue en plan."

La jeune Femme sur qui le Héro reposait le pied depuis un sacré bout de temps répondit par un grognement typique de quelqu'un qui souffre. Cela faisait bien une demi heure qu'elle se soulevait efficacement à l'aide de son Alter, et cela faisait une bonne heure que son formateur essayait de l'empêcher de planer. Le tout en remplissant des rapports logistiques sans grand intérêt. Un histoire de caisses de calibre cinquante qui c'étaient manifestement trompées de lieu de livraison. La patte du commandant quitta finalement le dos de l'apprentie héroïne pour venir se caler sur le plancher des vaches.

De tout le personnel présent sur cette base, Lynx devait être le seul imbécile qui se baladait pieds nus.

L'appareil fini - enfin - par calmer son courroux. Le rotor contrarotatif se mit à décrire un mouvement de plus en plus lent, tandis que les passagers sautaient sur la terre ferme. Une agitation relativement commune s'empara des lieux lorsque ces derniers disparurent de sa vue sous la masse de technicien venu bichonner l'engin. Mais c'était amplement suffisant, Lynx avait vu ce qu'il voulait voir. Leur Colonel adoré était de retour. L'homme que ses subordonnés surnommait "Minou" depuis qu'ils l'avaient surpris en train de ronronner devant le feu de camp du samedi soir jeta un dernier coup d’œil vers sa protégée, occupé à se refaire une tenue présentable, avant de se diriger vers le seul type qui avait le droit de lui mettre des coups de pieds au cul sur sa zone d'opération.



La tenue du Colonel John Kruegger, plus connu sous le pseudonyme héroïque de Laser Watch, était quasiment immaculée ce qui constituait un exploit dans cet environnement aride. Cela n'empêcha pas ce dernier d'observer son treillis avec attention à travers ses énormes lunettes de soleil à l'instant ou il posa les pieds sur le sol. Kruegger attachait une grande importance à l'apparence. Les nombreuses campagnes de pacification qu'il avait pu mener lui avait appris que c'était ce qui comptait le plus devant les civils qu'Aegis cherchait à secourir. C'était, paradoxalement, aussi vrai pour les sous-êtres qu'elle cherchait à faire disparaitre.

Laser Watch :
 

La base Echo 72 n'avait pas changé d'un pouce depuis son départ. Le survol en hélicoptère lui avait donné une vision globale de son campement : une multitudes de bungalows en métal et de tentes entourés d'une multitudes de sac de sables. Le tout plongé dans un désert dont la chaleur était un doigt d'honneur à toute activité humaine. Enfin... ce n'était pas un doigt d'honneur de mère nature qui allait empêcher l'activité criminelle local. Et quelle activité... Nom de Dieu que les habitants de ce pays de merde pouvait se montrer créatifs. Même les membres les plus Bisounours de la Fondation avait du s'incliner devant la saloperie humaine que cet endroit donnait à voir.

"Vous avez fait bon voyage ?"

De tout les Bisounours d'Aegis, le sergent Lynx était certainement l'un des moins insupportable. Son naturel sympathique en faisait un excellent intermédiaire entre la direction et le personnel, ainsi qu'entre le personnel et les locaux. Un Héro exemplaire, bienveillant et attentionné. Quand les gens avaient besoin d'un truc, c'est systématiquement vers son subordonné qu'il se tournait. Cela convenait parfaitement à Kruegger qui n'avait pas de talent particulier dans ce domaine, si on exceptait celui de gueuler très fort et de parler d'une voie ferme pour donner une impression d'autorité à sa bande de combattants du dimanche.

"Passons les politesses. J'ai pu m'entretenir avec le comité d'éthique au sujet de l'opération Montagne sur le Prophète. Il approuve la décision du Lieutenant, ce qui met un terme à cette histoire. Je veux les rapports de nos Hommes sur la table d'ici une quinzaines de minutes, les officiels pas les officieux. Au passage, brûlez les officieux."

"Nous avons un problème."

Ah.

La formulation de cette phrase ne plaisait pas du tout à Kruegger.

"Quelqu'un refuse de signer."

Le colonel du se retenir de ne pas jurer.

"Et bien... Où est-il ce quelqu'un ?"

"Dans la cellule d'interrogation B4 mais..."

Lynx n’eut pas le temps de finir sa phrase. Son supérieur partait déjà comme une flèche en direction du bloc B. Le plus félin des Héro de la Fondation Aegis poussa un soupir de frustration, avant de retourner à son inventaire. Il avait toujours été trop empathique pour ce genre de chose de toute façon.




Assis seul dans une salle d'interrogatoire beaucoup trop cubique, le cadet Mitchel rongeait son frein. Le "compte rendu" de mission qu'il était censé signer était posé sur la table, et tout ce que l'adolescent pouvait faire pour atténuer sa rage était de le rejeter du plus profond de son être. Des vagues d'images de "Montagne sur le Prophète" lui revinrent mais les pilules qu'il avait avalé le matin même firent leur travail et le garçon réussi à ne pas se perdre en tremblements erratiques.

Qu'est ce qu'il était venu foutre dans cette galère déjà ?

Le jeune homme n'eut pas le temps de replonger dans ses souvenirs. La porte s'ouvrit en grand, laissant apparaître un Laser Watch des plus sérieux. Mitchel ne croisait pas souvent le héro professionnel le plus gradé du coin, mais il savait qu'il n'aimait pas la résistance aux ordres. Son supérieur se contenta néanmoins de soupirer. Il s'attendait à devoir gueuler sur une cible d'un autre calibre. Il allait pouvoir la jouer plus détendu avec l'enfant, on ne pouvait pas ne pas leur pardonner leurs excès de moralité.

"Je ne peux pas cautionner ça. J'ai pas signé pour..."

"La majorité du temps la chose que nous nous devons de faire est parfaitement morale mais ce n'était pas le cas lors de ta dernière mission. Il y avait une chose à faire, et grâce à Dieu ta supérieure à été assez maligne pour s'en rendre compte. Alors maintenant tu vas me signer ce papier histoire que ta collègue ne se retrouve pas dans une merde noir pour avoir sauvé des vies."

"Vous vous entendez parler ? On doit avoir des limites, des limites strictes, sinon on ne vaut pas mieux que..."

Le colonel s'effondra sur la chaise faisant face au "suspect" avec un bruit sourd. L'apprenti héro se stoppa net, il s'attendait manifestement à tout. Kruegger était persuadé qu'il se considérait comme un animal piégé, ce qui n'était pas très loin de la vérité. Si le gamin ne signait pas toute la base était sur la sellette, ce que son agence héroïque ne pouvait se permettre. La situation mexicaine était trop tendue pour autoriser de tels risques, les conséquences d'un tel abandon sur les populations locales seraient une sainte horreur.

"C'est l'arrière boutique de la vie héroïque fils. Si tu n'es pas capable de faire avec ce genre de magouille tu ne pourras sauver personne. Dans notre métier il faut se salir les mains, même si ça ne nous plait pas. Il y a des gens bien dehors, et il compte sur nous. Alors, pour leur survie, signe moi ce putain de constat !"

Laser Watch n'avait pas de temps à perdre avec ce problème et ça se voyait.

Mitchel se figea, les yeux aux bords des larmes. Il n'avait même pas 18 ans et il combinait déjà la moitié des pathologie traditionnellement réservé au vétéran. Le Mexique usait le gosse bien plus efficacement que n'importe quoi d'autre, et il commençait à perdre pied. Pour la première fois dans la vie du cadet, la morale entrait en conflit avec la hiérarchie. L'opération Montagne sur le Prophète était une des pires saloperie auquel il avait assisté, et il prenait peu à peu conscience que personne dans son entourage n'allait faire quoi que ce soit sur le sujet. Il était seul au milieu d'une bande de loup.

C'est sans doute ce raisonnement qui le fit attraper la feuille avec une force un peu trop élevée avant de la signer d'une main absente.

Laser Watch poussa un dernier soupir. Il se promit de faire transférer le gamin le plus loin possible de l’Amérique Latine à la première occasion et récupéra son précieux compte rendu. Il se leva sans grandes cérémonies, il avait beaucoup trop de travail pour perdre la moindre seconde supplémentaire sur le Cadet Mitchel. Ce dernier se figea sans rien dire. Il ne réagit même pas quand le garde de faction, après avoir tâté son pouls, considéra qu'il était de bon ton de l'amener à l’infirmerie juste au cas où.




Sarah Lincoln, héroïne professionnelle associée à la fondation Aegis sous le grade d'Adjudant Chef, essayait de suivre avec plus ou moins de réussite la trace télépathique d'un 44.magnum. L'arme planait au dessus du sol, elle tremblait légèrement ce qui n'était pas la norme avec cet Alter. Lincoln voulait oublier l'horrible mission qu'elle venait de se repasser en songe, mais cette séance de tir marchait beaucoup moins bien que ce qu'elle aurait désiré. Malheureusement pour la jeune femme, avachi sur un tabouret avec une bouteille de whisky vide, son stock de somnifère était vide. Elle s'était donc rabattu sur l'alcool.

Le stand de tir était désert à cette heure. La psychiatre avait beau s'être envoyé une bouteille de vodka en deux gorgée, elle restait suffisamment consciencieuse pour sécuriser l'endroit convenablement. Elle pressa la gâchette par la pensée, explosant les oreilles de tout ce qui ne portait pas de casque anti-bruit dans la pièce. La tête de l'hologramme-cible explosa en morceaux avant de se reformer en quelques secondes. Il était posé à plus de 90 mètres de distance. C'était pas mal pour une fille bourrée. L’héroïne grogna de satisfaction avant de ré-engager une balle dans son arme. La cartouche se souleva lentement de sa poche droite avant de s'engager dans le barillet. Elle les mettait une par une par automatisme, histoire de minimiser les risques d'accidents. La jeune femme s'apprêtait à tirer sa vingt deuxième cartouche mais elle se stoppa lorsque le signature psychique de l'homme qu'elle considérait comme son frère se rapprocha de la porte. Et, bien évidemment, cette dernière ne manqua pas de s'ouvrir.

"Heyyyyyyyyyy chaton...."

La tête du sergent Lynx était beaucoup moins chaleureuse que celle de sa collègue. Il se demandait depuis toujours comment une femme aussi diplômée pouvait faire des choses aussi stupides.

"Sarah, tu as bu."

"C'quil est intellizeeeeeeent en début de soiréééééeeeeee..."

La remarque du nouvel arrivant ne produisait pas l'effet escompté. L’héroïne "déposa" son magnum sur le stand, canon pointé vers les cibles. Elle voulait demander à Lynx si tirer un coup l'excitait mais elle se ravisa devant l'évidence du sous entendu. Son collègue, occupé qu'il était à se remémorer les moments ou il avait surprit Lincoln dans un état pareil, fit une nouvelle tentative de dialogue. Il cachait bien sa frustration mais ce n'était pas assez solide pour bluffer la psycher.

"Depuis quand est ce que tu peux tirer après l'alcool ?"

"Zééééééé pour un test médi... Colooonel..."

Kruegger, accoudé sur le mur du fond depuis peu de temps, observait la scène avec un dégoût de père de famille sur le visage. Lynx essaya de dire quelque chose, mais Laser Watch releva les verres de ses lunettes avec sa vitesse habituelle. Une énorme salve d’énergie partie vers l’autre alcoolisée, qui n'essaya même pas d'esquiver. L’héroïne fit un vrai vol plané à travers le stand avant de s’encastrer dans les planches d'un mur non loin. Elle s’assomma en quelques secondes, laissant un chat terriblement gêné faire face à son supérieur.

"Allez me la coucher, et discrètement. Je ne veux pas donner "ça" à voir aux cadets."

Le sergent s'empressa de soulever sa camarade, qui grommelait quelque chose dans une langue qu'il ne comprenait pas, avant de se diriger vers la porte. Le colonel, quand à lui, avait vidé la chambre du magnum d'un petit mouvement sec. Il lança ce dernier dans une caisse "d'arme de stand" posée non loin en grognant sur le mélange stupide que faisait l'alcool, les armes à feu et une psychiatre de terrain une fois la nuit tombée.

"Lynx, vous vous souvenez quand vous m'avez dit que vous n'en pouviez plus de ce fichu désert ?"

Le chat stoppa son avancé et se retourna. Il se doutait bien qu'il y avait quelque chose. L'arrivé surprise d'un colonel n'était pas la procédure dans ce genre de cas, un gradé intermédiaire aurait pu se charger de gifler Sarah. Il fronça les moustaches en guise de Oui, habitude dont il avait du mal à se passer depuis l'enfance.

"Je pense que votre partenaire est à peu près du même avis."

"Ce n'est pas ce qu'elle vous dirait si elle était sobre."

"Il y a une différence entre ce que les gens veulent et ce dont ils ont besoin. Vous êtes transférés au Japon."

La mâchoire du félin faillit se décrocher sous le choc.

"Par quel miracle..."

"Montagne sur le Prophète lui a valu une promotion, elle est Major. Vous lui annoncerez vous même, mes compétences ont des limites. Mais ne pensez surtout pas que c'est une mise au placard sergent."

Lynx avait envie de répondre quelque chose, mais il ne savait que dire. Passer du bordel qu'était le Mexique post-Alter au paradis sur terre qu'était le Japon était un cran au dessus du simple endroit "plus froid". Une véritable retraite avant l'heure en somme. Quand à la promotion de Sarah... Il ne savait pas comment la jeune femme prendrait d'être félicité pour quelque chose qui la réveillait en hurlant depuis une petite semaine, mais la réaction n'allait pas être neutre. Restait que le Japon...

Pourquoi diable envoyer une psychique et un félin dans un endroit pareil ?

Laser Watch finit par couper court. Il tendit à Lynx une enveloppe kraft anormalement lourde avant de se reculer, le regard camouflé derrière ses épaisses lunettes.

"Ordre de mission. Ne l'ouvrez pas avant d'avoir quitté le sol mexicain. Il est possible que je ne vous recroise pas avant un petit moment alors autant vous souhaiter bonne chance à tout les deux. Maintenant rapportez moi cette loque dans sa chambre."

Sarah, toujours posé sur l'épaule de son "frère", grommela quelque chose de très sérieux mais le seul outil capable de rendre ce cafouillage compréhensible était le lien mental que Lynx et elle partageaient depuis l'enfance. Le Major avait beau être bourrée et dans les vapes, elle n'avait pas perdue une miette de la discussion. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle l'avait trouvé fort intéressante.



"C'est comment ?"

"Quoi donc ?"

"Le Japon."

Sarah pivota la tête vers son camarade. Elle ne l'avait pas vraiment écouté jusque là, occupé qu'elle était à regarder la terre ferme depuis le hublot à sa droite. Cela faisait un petit moment que cet avion "CloudShock" de la fondation Aegis les avaient embarqué direction le Japon, avec un sacré nombre d'escale à la clés. Lincoln aurait préférée un moyen de transport plus rapide, ça aurait évité qu'elle et Lynx se fasses chier comme des rats morts. Restait qu'elle n'en revenait toujours pas. Elle ne pensait pas remettre les pieds sur l'archipel un jour, c'est du moins ce qu'elle s'était dit lorsqu'elle avait obtenu sa licence à Yuei. Son camarade, quand à lui, ne s'était pas formé chez les Japonais. Les mutants utilisant leur Alters par nature, il s'était orienté vers une formation beaucoup plus militaire en rentrant chez les SEALS. Un diplôme à l'ancienne en somme, même si son projet avait été de rejoindre Aegis depuis qu'il était haut comme trois pommes.

Un sourire amer se dessina sur le visage de la jeune femme. Chaton ne parlait pas un mot de Japonais, détail que la hiérarchie ne semblait pas considérer comme important. Elle pouvait comprendre : elle était la "bouche" du duo. Restait que mieux minet appréhendait le moment du premier contact comme un petit enfant devant un contrôle surprise. Il se sentait toujours très honteux vis-à-vis des offenses involontaires.

"C'est calme, beaucoup trop pour des gens comme nous. La population est tellement lobotomisée à l'Ordre que c'est difficile de trouver de quoi s'amuser un peu. Les hommes sont pour la plupart mortellement sérieux, sauf quelques freaks qui carburent comme des mexicains sous cocaïne. Quand je suis parti c'était une des zone les plus sécurisé du monde, merci All Might tout ça tout ça..."

"Et les femmes ?"

Le sourire du félin était devenu aussi vorace que celui de sa camarade, ce qui n'arrivait qu'avec deux sujets. Les femelles étaient l'un des travers notoire du si sérieux Lynx, l'autre étant sa tendance à s'endormir dans des endroits improbables. Lincoln se souviendrait toujours du moment ou, hilare, elle avait observée un cadet ouvrir une armoire dans laquelle le sergent avait décidé de rattraper sa nuit. L'apprenti en avait gardé une phobie mineure des contenants de taille moyenne, ainsi que des poils qui collent. Quand à son matou, son cri psychique paniqué avait été un vrai bonheur à écouter. Il réagissait toujours comme ça lorsqu'on le réveillait par surprise.

"Les Japonaises vont te dévorer vivant mon mignon."

"Sans rigoler ?"

"Sans rigoler. Et ce n'est pas parce que tu baragouine à peine leur langue que tu t'en tirera mieux neko sama."

Le félin pouffa. Il était capable de comprendre des références aussi basiques, mais sa compétence linguistique s'arrêtait là. Sarah fit une pose et se demanda comment elle allait bien pouvoir gérer les sorties nocturnes de son subordonné, visiblement très préoccupé par la découverte de l'anatomie nippone. Elle ressentait son désir "passif" d'ici. Le pire étant qu'il risquait de faire fureur : on croisait rarement des mutants aussi "esthétique" que son frère d'arme. Elle aussi aurait sauté sur l'expérience si elle ne connaissait pas l'homme depuis le berceau. L'avantage était qu'elle aussi commençait à se lasser des mexicains, et que le Japon restait le pays idéal pour ce genre de coup de soir. Elle était à peu près certaine que personne ne tenterai d'égorger son matou pour le plaisir d'envoyer un message à Aegis alors qu'il se trouvait au beau milieu de Tokyo.

Une petite succession de bip tira la jeune femme de ses pensées. Elle finit par baisser les yeux vers sa montre, calibré pour résister aux températures extrême, et appuya sur un petit bouton camouflé. Un compartiment s'ouvrit, révélant une pilule qu'elle s'empressa de gober. Les médecins d'Aegis avaient finit par lui filer leur "stabilisateur" le plus corsé, "histoire que vous vous sentiez mieux au quotidien". Quelle bande de connards, il savait pertinemment qu'elle était capable de s'auto-médicamenter au niveau psychique mais il ne lui faisait pas confiance. "Quand il s'agit de soi-même on ne doit pas se faire confiance" qu'ils disaient. Mon cul ouais. Quand il s'agit de soi-même il ne faut pas faire confiance aux autres, surtout si vous ne les avez pas triés sur le volet. Elle connaissait trop bien le milieu médical pour suivre ses consignes à la lettre, et elle était trop dégoutté d'elle même pour accepter l'aide des autres.

"On est au toujours dans l'espace aérien mexicain ?"

"Affirmatif, on en sortira dans une dizaine de minute."

Sarah failli jurer comme un charretier mais elle se retint. Le pilote n'avait pas décroché l'interphone pour entendre les jurons de sa supérieure. Elle se contenta de regarder à droite, puis à gauche, avant de se tourner avec un air maléfique vers l'enveloppe kraft posée sur la table.

Voilà qui allait la détourner de sa déprime.

"Kruegger avait dit..."

"Kruegger peut aller se faire enculer. J'en peux plus d'attendre."

Un rapide mouvement de poignet permit de récupérer l'ordre de mission, que la jeune femme déchira comme un petit enfant devant le sapin de noël. Elle devait éloigner son esprit de Montagne sur le Prophète, trouver quelque chose pour s'occuper et éloigner la folie. L'enveloppe était l'une des seule chose capable de relever son taux de dopamine dans ce coucou.

"Sarah, tu n'es pas raisonnable."

Mindfeel fit un bras d'honneur au matou avant de s'effondrer sur son siège, un dossier relié à la main. Elle le feuilleta rapidement, et ce qu'elle voyait avait le potentiel de l'amuser presque autant que le "défi mexicain". Des écoles héroïques rasés, la montée d'un vigilantisme expéditif, la résurgence de groupuscules mafieux. Pour la nation de l’héroïsme, ça la foutait plutôt mal. Est ce qu'il y avait un endroit sur terre ou on pouvait vivre sans saloperie ? Certainement pas. Si cet endroit existait il n'était pas pour les gens comme elle de toute façon.

"Silence sergent, vous me couvrez bien mieux que ce que vous voudriez laisser croire. Regardez plutôt ça."

Elle lui tendit le dossier, et il finit par le saisir. Elle sentait que son frère était inquiet, son Alter le lui indiquait clairement. Il ne comprenait pas pourquoi on les avait envoyé au Japon, et la situation le stressait. L'enveloppe le stressait. Mais si le Major l'avait ouvert, le sergent ne se faisait pas d'illusion sur qui était responsable de quoi devant la hiérarchie. Le chat pria pour que le pilote n'ai pas de caméra embarqué et se plongea dans la lecture de son nouveau "travail". Sa conclusion fut moins nihiliste que celle de sa camarade, mais il était tout de même inquiet.

"Et bien, le Japon est beaucoup moins stable que ce qu'il parait."

"Il y a quelque chose de pourri dans l'empire du soleil levant, et ce n'est pas acceptable."

"All Might s'est battu contre le chaos toute sa vie, c'est presque un dieu vivant à ce stade. Pourquoi le commandement veut-il que l'on fouille dans ses affaires ?

Sarah renifla. Elle avait désespérément envie de se gratter une clope ou de tirer sur des trucs, mais ses deux activités étaient bannies des avions pour des prétendues "règles de sécurité". Cette histoire puait, mais tout ce sur quoi Aegis venait remettre de l'ordre puait. Et le Japon était une nation ou les héros envahissaient les rues aussi efficacement que les livreurs de pizza, il n'y avait pas de risques sérieux d'effondrement de l'état de droit. La menace était ailleurs.

"Le Japon est la forteresse l'idéologie héroïque. Il y a des choses qu'Aegis ne peux pas laisser passer. Ce désordre est une putain d'offense au nouvel ordre mondial dans sa globalité."

"Ecoute Sarah, au vu des circonstances je ne pense pas que chasser des terroristes soit le meilleur pour ta santé mentale."

L’héroïne leva un sourcil. Une réponse des plus abjecte lui vint à l'esprit mais elle la réduisit en pièce. Son frère était inquiet pour elle, et il y avait de quoi. Elle n'avait jamais vécu une semaine aussi horrible, et elle n'en vivrai sans doute plus jamais. La guerre contres les cartels avaient finie par la pousser vers l'horreur, et le plus dur c'est que cette horreur s'était révélée nécessaire. Personne ne résistait à ça, pas même une psychiatre "de terrain" doublée d'une combattante d'élite. Il y a des choses pour lesquelles les êtres humains ne sont pas fait, et elle avait surpassée ces choses à un degré dont elle se pensait incapable. Si la pilule n'avait pas dissoute sa mauvaise conscience en baisant ses souvenirs, elle serait encore dans son lit à pleurer pour qu'on la laisse mourir de faim, de soif, ou de n'importe quoi. Ce médicament prenait à peine dix minutes pour agir, mais dix minutes dans cet état s'était déjà bien trop.

Lincoln voulait fondre en larme, sortir son arme de service et s'exploser le crâne avec, mais les médicaments comme la décence commune l'en empêchait. Elle se contenta donc de sourire et fit son possible pour rassurer Lynx.

"Je suis une psycher chaton. Je survivrai quoi qu'il arrive, enfin je crois."

"Tu crois ?"

"Il y a une époque ou j'avais l'impression de le savoir."

Revenir en haut Aller en bas
David Matsui
Messages RP : 173

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 270/1000
Alter: Wendigo
Rang C





David Matsui
Rang C
Jeu 7 Mar - 19:27

PSIONIC AND GUNS



Entre la mutation et l'activation



Fiable - Discret - Tactique / Permanent - Invasif - Compliqué

Psionic est un double Alter mélangeant les capacités d'un parent "télépathe" (pouvant écouter voir contrôler les pensées d'autrui) et d'un parent "télé-kinésiste" (capable de convertir une volonté interne en énergie physique), mais sans atteindre le potentiel maximum de ces derniers. Le sujet se retrouve alors à devoir composer avec des limites permettant à cet Alter polyvalent de fonctionner sans risques internes. Les capacités télépathiques du sujet lui permettent de ressentir les émotions des autres dans un rayon de 500m, avec une subtilité augmentant au fur et à mesure que la distance se réduit. le sujet ne peut interférer dans les pensées d'une cible et influencer ses émotions que par un contact direct (via la paume de sa main) de longue durée, et avec une grande difficulté en cas de résistance de la cible. Les capacités psychokinétiques du sujet lui permettent de soulever et manipuler des objet de tout type dans un rayon visuel de 25 mètres. Au niveau C, le poids de l'objet de ne peut dépasser cinq kilogrammes. Si le sujet essaye de dépasser sa limite "acquise" il risque de sérieux dégâts internes.

Le "Major" Sarah Lincoln a bien compris que son Alter n'était pas un excellent moyen de blesser ses adversaires. Il est en revanche fort pratique pour activer des armes à distances. Quoi de plus sympathique que de tirer sur ses ennemis avec une arme maniée par la pensée alors que vos pouvoirs psychiques vous permettent de les situer dans l'espace ? En résulte une volée de de calibres divers tirée par une arme volante ou bien par une héroïne d'Aegis douée en tir de combat, de quoi créer un véritable cauchemar de plomb en sommes. Grace à Mindfeel, les techniques ancestrales du gun-kata sont de nouveau disponibles pour massacrer du vilain devant le regard terrifié de leur femme, de leur enfants, et de leur beau frère.

Note du sergent Lynx : J'avais demandé un résumé tactique, pas une oeuvre de propagande.

TECHNIQUES



Gun Kata Evolved



Attaque longue portée

Combiner mon ressenti "surnaturel" avec le tir n'a pas été de tout repos, mais j'ai fini par accoucher de ma technique de visée-cerveau. Et le moins qu'on puisse dire c'est que ça marche avec tout ce qui expulse des trucs, et ceux même si l'appareil est soulevé par ma télékinésie. Je ne m'attendais pas à devenir le futur de l’infanterie, mais je suppose qu'il faut de tout pour faire l’héroïsme.

Effet Plus Ultra : Utilisation d'un dé d'un rang supérieur à celui de Mindfeel.
Cette technique inflige 1 point de dégâts.
Le prochain jet de l'adversaire perd un rang de dé.

Cooldown : 2 tours.


Riposte intensive



Attaque longue portée

Je peux cracher une sacré puissance de feu mine de rien. Il me suffit de vider un fusil d’assaut en même temps qu'une "grosse" arme de poing et j'ai la mère Michelle. Autant dire que, vu ma quasi absence de temps de rechargement, le tout peut piquer un petit peu. Je connais quelques fils de pute qui n'ont toujours par digérés la pilule.

Effet Plus Ultra :Utilise un dé d’attaque du rang actuel de Sarah (les bonus d'autres capacités pouvant être ajoutés).
Inflige 1 point de dégâts à distance. Imparable sauf avec une technique/alter/équipement à l’épreuve des balles de gros calibre.
Mindfeel peut attaquer plusieurs fois, en effectuant plusieurs jets, mais chaque "tir" s’effectuera avec un dé d’attaque d’un rang inférieur à celui utilisé pour le tir précédent, ne pouvant pas descendre en-dessous du rang E. En cas d’échec critique Mindfeel ne prend pas de dommages mais son arme s’enraye, rendant inutiles les tirs suivant l’échec critique mais conservant le cooldown normal de la technique.

Cooldown : 4 tours.


TAAAAKE COOOVER !



Technique d'esquive

Vous savez quel est le meilleur moyen de crever ? Rester planté comme une conne au milieu de la zone de combat. Les arts martiaux ancestraux de l'école du Panda devraient cependant permettre de palier à ce léger problème.

Effet Plus Ultra : Utilise un dé d'un rang supérieur à celui de Mindfeel.

Cooldown : 2 tours.


Mon renfort, merde !



Passif

Les renforts sont un peu l'âme d'Aegis, la chose qui vous fait comprendre que vous êtes membre d'une famille héroïque contenant des gens capables de rivaliser avec All Might mais aussi du personnel militaire plus léger. Malheureusement, il est rare de les voir se pointer à l'heure.

Effet Plus Ultra : Sarah ouvre chaque combat avec un appel aux renforts les plus proche qui compte comme une action bonus. Une fois l'appel passé, elle doit effectuer un jet d'Attaque avec le dé de son rang actuel qui correspond surtout à un jet de "Chance". Ce jet détermine le temps que mettrons les renforts à arriver.
- Réussite Critique : 1 tour.
- Réussite : 3 Tours.
- Échec : 6 Tours.
- Échec critique : La technique ne produira aucun effet.
Les renforts, une fois arrivés, peuvent offrir à Mindfell une augmentation d'un rang de dé sur le jet de son choix, et cela avec un Cooldown de 2 tours. Leur présence dans le contexte est avant tout cosmétique, ceci restant une technique PU.


Violence policière



Attaque de zone

J'ai mis un moment à comprendre que je pouvais utiliser ma télékinésie comme un lance grenade haute puissance, et je me demande comment j'ai pu être aussi longue à la détente. Je n'ai jamais vu un nuage de gaz apparaître aussi vite. Pratique pour gérer une émeute, étouffer un bâtiment ou s'enfuir d'un bar sans payer.

Effet Plus Ultra : Sarah lance deux dés d'attaque de son niveau. Le premier permet de voir si la technique réussit, le second permet de déterminer combien de tours le gaz restera en place, infligeant des effets aux adversaires présent dans un rayon d'impact de 25 mètres. Sarah ne peux pas lancer ses grenades à plus de 45 mètre de sa position de tir.

- Réussite Critique : Le gaz se maintient 6 tours.
- Réussite : Le gaz se maintient 4 tours.
- Échec :  Le gaz se maintient 2 tours.
- Échec critique : Le gaz se maintient 1 tour.

Cette technique peut être lancé de deux manières :
- en version civile ou les adversaires perdent un rang de dé tout les deux tours lorsqu'ils se tiennent dans le gaz.
- en version moutarde ou les adversaires perdent 1 point de vie ainsi qu'un rang de dé tout les deux tours lorsqu'ils se tiennent dans le gaz.

Cooldown : Une fois par combat.


Tir orbital



Technique secrète

Technique non apprise.
Autorisation refusée. Si je chope l'imbécile du service technologique qui a trouvé l'idée "trop dangereuse" je lui brise la nuque.


Code par Dehvi sur Never-Utopia, modifié par Rei.

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: COIN DÉTENTE :: Flood-
Sauter vers: