:: SUR LE TERRAIN :: Yokohama :: Casino Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Poker menteur [PV Kass]

avatar
Messages RP : 76

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 105/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Mar 17 Juil - 19:47
Un Casino...
De tout les endroits ou je dois stalker une cible, je me retrouve à devoir l'observer depuis le toit d'un putain de Casino.

"Humide."

"Merci, j'avais pas remarqué."

Je suis trempé comme une vieille chaussette dans un lave linge. L'averse rend glissant et morne tout ce qui existe sur cette putain de planète. Je passe la main sur mon masque, en grognant des insanités sur la capacité des trafiquants de faire leur échanges dans des endroits ou le mot "suspect" ce retrouverait d'office inscrit sur mon front avec un marqueur.
Je relève un peu les lunettes infrarouges que j'ai trouvé dans ma planque en direction de la baie vitrée, un peu plus bas. Ma Viande est en costard cravate blanc. Elle regarde patiemment une partie de Poker et attend, valise remplie de cocaïne à la main, que son client passe prendre sa grosse commission. Il ne ce doute certainement pas qu'un Vigilant l'observe depuis un toit, qu'il a atteint grâce à l'aide d'un gentil monte charge.
Autour de lui des compatriotes, d'une classe sociale beaucoup trop élevé pour que je puisse un jour leur adresser la parole, s'amuse à être des pigeons parfait. C'est très mignon, très exotique pour le pauvre fuyard que je suis.

...

Il y a quelqu'un qui marche derrière moi.

Plus je me concentre plus il est évident que les petits bruits, que je suis incapable de situer, sont ceux d'une personne qui se déplace sur le toit. Respire David. Le toit du Casino est grand, très grand, il est rempli de dispositifs d'aération divers qui bloque autant ma vue que celle de mon Alter ; mais il y a aussi plein de raison qui font qu'un employé lambda doivent monter faire une bricole sur le toit : une conduite qui filtre mal, un panneau solaire qui déconne, une enseigne qui plante. Pas la peine de considérer que tu vas tomber sur un contact hostile. Wendigo, l'air contrarié, se retourne pour observer derrière notre position. Il est tendu comme une mule, vraiment pratique. Je vais devoir partager mon attention entre ma cible et le fait d'éviter que mon Alter massacre un honnête travailleur.

Et merde. Cette putain d'averse ne peut pas s’arrêter juste pour cinq minutes ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 50

Feuille de personnage
Titre: ???
Expérience: 205/1000
Alter: Nightmare
Rang C





Kass Narita
Rang C
Jeu 19 Juil - 21:51
Il y avait mieux à faire. Seule conclusion imaginable après l'échec cuisant de la dernière fois. La situation aurait pu finir plus mal mais elle n'aurait jamais du dégénérer à ce point. Il n'y avait jamais eu de dégâts à déplorer mais cette fois, il y avait eu chute et traces. Une erreur mais surtout une leçon pour la suite des choses. La procession ne pouvait prendre fin, elle devait simplement être faite autrement. La bonne stratégie, n'était donc pas de s'avancer et de faire des ravages, il fallait y réfléchir d'avantage. Et pour commencer, il fallait déterminer la portée, l'intensité, les effets. Ces derniers étaient connus, ces émotions se calant sur l'autre comme si elles étaient les siennes, ces visions d'horreur à en hurler et ces conséquences physiques indéniables.

Les apparitions d'Ein étaient plus nombreuses qu'à l'époque et ironiquement, les médicaments sensés réguler Kass et lui donner un semblant de normalité un jour dans sa vie avec leur diminution n'y aidaient pas. Ein, plus présent, n'aspirait qu'à plus de destruction. Une colère jamais exprimée directement mais qui laissait des marques indélébiles sur ses victimes. Il avait du en venir à la conclusion suivante : S'il ne changeait pas ses méthodes, il y passerait. D'un autre côté, il ne pouvait pas abandonner sa quête. Ne restait donc plus qu'à l'améliorer.

Ce n'était pas son premier entrainement, d'autres y étaient passés mais c'était bien la première cible qu'il choisissait. Ces personnes que l'on appelait "vigilant". Des insectes dans ce monde en décomposition cherchant gloire ou fortune. Des cibles idéales car personne n'irait porter un regret. Non pas qu'il eut quelque chose à faire des émotions de chacun. Mais qui viendrait enquêter ou s'interroger sur la mort d'un vigilant ? Ils oeuvraient dans l'illégalité, c'était finalement presque mérité. Mais c'est bien la chance qui porta ses fruits. Ein avait épluché les profils, les "éléments à analyser". il avait vu celui-là. Kass ne faisait finalement que passer par là et c'est la chance dans l'instant qui donna les commandes à Ein.



Ce toit n'avait rien des terrains de jeu habituel de ce dernier. On pouvait au moins lui admettre son absence de caméras. Très vite, il avait arrêté de se mouvoir. Il n'en avait pas besoin. Et cet alter parfaitement dégoûtant du vigilant valait mieux à distance. Pas de salutation, pas de face à face. Il prenait tout de même le temps d'améliorer légèrement son apparence pour au moins se donner l'air mouillé. S'il devait être vu, il ne devrait pas avoir trop "factice". Il ne savait pas si son esprit affecterait la créature mais il n'avait aucun doute pour le vigilant. Ne restait plus qu'à en faire l'expérience et lui procurer une vision d'horreur tout en se contentant de garder le dos appuyé contre une des cheminées d'aération, hors de vue. 



effet rp:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 76

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 105/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Ven 20 Juil - 18:34
Le Dieu de la pluie ne semble pas avoir grand chose à foutre de mes suppliques. L'averse continue de me massacrer les muscles à coup d'eau glacée. Je passe la main sur les verres de mes jumelles en grognant. Ses maudites gouttes de pluie obstruent la vision au fur et à mesure. Si je veut continuer à suivre ma cible je dois nettoyer mes jumelles toutes les deux minutes. J'ai à peine le temps de voir mon mafieux commander une flûte de champagne que mon outil deviens de nouveau inutilisable.
J'essuie les jumelles encore une fois, avec l'air d'être l'homme le plus malchanceux du monde. L'odeur qui viens soudainement imprégner mes doigts réveille mes sens bien plus que la menace des bruits de pas.

Du sang.
Ce n'est pas de l'eau c'est du sang.
Je plisse les yeux face au liquide rouge que je viens de retirer de mes jumelles. Mes gants en sont couvert. Une rapide inspection de mon Alter sur mon corps ne détecte aucune plaie visible. Mon masque se met soudainement à peser terriblement lourd. Qu'est ce que c'est que ce putain de...

"David."

Le gardien Sato ce tient derrière moi, à découvert au milieu du toit. Il n'a pas changé depuis la dernière fois. Il est blême, son regard vitreux allant de moi à mon Alter, de mon Alter à moi. Sa main est posé sur la plaie ouverte qu'Il lui avait fait avec temps de délicates attentions. Des bouts d'entrailles tombent lentement au sol, tandis qu'une mare de sang commence à se former sous ses pieds. Je me retourne vers lui, lentement. Autour de moi la pluie commence à devenir chaude. Chaude et rouge. Je lance une impulsion vers Wendigo. Mon Alter ne répond pas. À ma droite il n'y a plus personne.

"Tu ne peut pas sortir de l'asile David."

Mes pieds s'humidifient vitesse grand V, suivi de mes genoux. Je vire subitement mon regard vers le bas. Je m'enfonce. Je m'enfonce dans le sol. Je m'enfonce dans le sang. Le spectre devant moi commence à disparaître au fur et à mesure que je m'enfonce. Je cri, mais aucun son ne sort de ma bouche. J'ai à peine le temps de hurler une impulsion à mon Alter que je suis aspiré vers le fond de la mare de sang. Ma bouche se remplit d'un goût métallique tandis que tout deviens noir.





Agression.
Esprit.
Agression.
Surprise.
Effondrement.
Contact du sol. Froid. Humide.
Humide.

Debout de nouveau.
Pas seul.
Pas tout seul sur le toit.
Pluie de sang. Pluie Humide.
Pas du sang.
Malade.
Esprit malade.
David suis malade.
Faim.
J'ai FAIM.

Corps.
Corps de moi.
Corps évanouis.
Corps sur le sol.
PLS.
Mettre corps en PLS.
Mettre David en PLS.
Mettre David à couvert.
Wendigo traîne à couvert. Wendigo met en PLS.
Faim.

Odeur.
Homme. Jeune. Vivant. Effort. Sueur.
Agression.
Viande.
FAIM.
Chasse.
Approche discrète.
Puis massacre.

MASSACRE.
MASSACRE.
MASSACRE.
MASSACRE.




Effets Gameplay:
 




Dernière édition par David Matsui le Lun 30 Juil - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 50

Feuille de personnage
Titre: ???
Expérience: 205/1000
Alter: Nightmare
Rang C





Kass Narita
Rang C
Dim 29 Juil - 20:58
Il paraît évident qu'il n'est pas capable de reproduire, ce que l'on ne connaît pas. Et la chose qu'Ein pouvait le moins suggérer restait ces visions de pur bonheur. Elles étaient plus ou moins absentes de son lexique et.. ses quelques essais avaient d'avantage semblé ressembler à un trip hallucinogène, manquant de toute la finesse que ce ressenti aurait du procurer. Mais la colère, la peur, l'angoisse et le danger.. ce n'était pas bien difficile à procurer et chaque usage lui créait un pincement, lui signalant que cette vision devait faire écho à sa propre personne. C'était là la différence avec ces soit disantes visions de bonheur. A les donner aux autres... les sensations étaient celles d'un mort, aussi plates que vides.



Il n'était pas venu très préparé. Le terrain s'était fait de lui-même pour accueillir sa présence dans les meilleures conditions. La pluie battante pour cacher le bruit de ses pas et cette même pluie pour absorber les odeurs, les diffuser. Il avait même exceptionnellement prévu autre chose. Un de ces articles barbares qui traînaient chez les humains, les vrais, particulièrement du côté de la police et chez celui qui lui avait laissé prendre son arme sans vraiment s'en rendre compte. D'où le gants. Il ne ramènerait pas cette chose chez lui, il fallait être fou, pour peu qu'une personne inappropriée ne mette la main dessus.



C'était une garantie, juste au cas-où. Il se situait non loin de la sortie du toit et n'avait pas l'intention de bouger. Il avait bien connaissance de son corps, de ses faiblesses, et surtout de ses faiblesses. Car c'est tout ce qu'il représentait, un poids. Ses jambes ne lui permettraient pas de fuir, il était même impensable de courir. Son acuité visuelle lui permettrait tout juste de viser à bout portant, aucun n'entraînement n'avait été effectué. Son souffle serait très vite perdu et en rentrant, il ferait certainement face à une pneumonie. Un parapluie était beaucoup trop visible. C'était donc le choix le plus raisonnable. Ironie du sort, il réalisait qu'il était infoutu de savoir si le monstre était touché ou non. De toute façon, c'était quitte ou double à ce stade. Il n'avait qu'à tendre l'oreille, la pluie ne l'aidait pas non plus en ce sens. 


Effet gameplay:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 76

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 105/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Mer 1 Aoû - 19:21
Kamiya Kaoru, directrice du plus gros casino japonais, s'adossa dans le fond de son fauteuil en cuir pour digérer ce que l'inspecteur des impôts assis juste en face d'elle venait de lui annoncer. Ce dernier, sourire au lèvre, semblait parfaitement heureux d'être en sa compagnie en ce début de soirée.

"Donc... si je comprend bien... vous accusez Takyo Mishima d'avoir passé l'intégralité de son temps de travail ici comme courtier clandestin."

"Monsieur Mishima possède un train de vie beaucoup trop élevé et ses comptes bancaires parlent d'eux mêmes. Et vous savez autant que moi que l'attaquer en justice ne peut que vous être bénéfique. Ce constituer parti civile au coté de l’État dans cette affaire ne pourrait qu'avoir des..."

L'inspecteur tourna subitement la tête vers le coté droit de la pièce et poussa un petit hurlement d'animal en cage. Son siège chuta à terre, tandis qu'il se levait pour s'adosser frénétiquement au mur de gauche. Le garde du corps de Kamiya la regarda en levant les sourcils tandis que l'agent de l’État se recroquevillait en boucle dans un coin de la pièce.

"Inspecteur... Et ce que vous allez bien ?"

"Mieux que toi dans quelques instants ma chérie, beaucoup mieux..."

La directrice du casino se retourna vers la fenêtre avant d'imploser psychiquement. Elle eu à peine le temps d'appuyer sur le bouton d'alerte situé sous son bureau avant l'évanouissement, réaction de son corps visant à échapper à ce qui se tenait dans l'entrebâillement de ses volets vénitiens. L’entièreté de l'étage se mis progressivement à hurler à la mort alors qu'elle perdait totalement conscience.



Je ne tarde pas à rechuter sur le toit. Littéralement.
Le décors ambiant semble exploser mes rétines aux moment même ou je me réveille. Ma chute, plutôt que de me tuer à l'impact, m'a délicatement posé mon corps sur le sol. Un rapide regard aux alentours me montre que Wendigo est toujours absent.
Le sol du casino commence à se teindre d'une blancheur d’hôpital que je ne connais que trop bien. La pluie, quand à elle, est toujours constitué de sang. Comment... Pourquoi du sang ? Je me relève avec une foule de précautions et sort mon calibre de ma...

"J'en ai mis du temps pour te retrouver tu sais ?"

Je me retourne avec la fureur d'un animal pris au piège pour ne trouver que du vide derrière moi. Une pluie de... Attends ? Il ne pouvait pas faire ça la dernière fois que je l'ai croisé. Putain de merde c'est pas possible... Ou est il ? Ou est ce putain de...

"Mais au final il m'a suffit de suivre mon instinct, et alléluia. Le petit David. En muscle et en os. C'était plus facile que ce à quoi je m'attendais."

Même impression de l'entendre derrière moi, de sentir son souffle juste derrière ma nuque. Même sensations. Même résultats. Je me retourne à toute vitesse, arme à la main, pour ne trouver que du vide. Et un rire. Un rire de dément. Mes mains tremblent beaucoup trop pour que je réussisse à tenir mon calibre correctement. Pourquoi ici, pourquoi maintenant ?
Je veut pas mourir ici, pas comme ça.
Pas comme ça.
Je veut pas mourir comme ça...

"Putain de... Ça t'amuses de me traquer comme du gibier sale dégénéré ?

"David. Ton langage."

Des cris. Des cris commencent à remonter de sous mes pieds. Putain de merde. On va tous mourir... moi, les civils, les criminels, les héros qui se pointeront pour tenter de nous sortir de la. Il y a plus rien à faire. Nous allons tous mourir...
Face à lui on ne peut que mourir...




Debout.
David debout.
Impulsion.
Silence.
Impulsion.
Silence.
Impulsion.
Silence.
Cris.
Beaucoup de cris.
Cris couvre le bruit.
Couvre le bruit de viande.
Pluie couvre l'odeur.
Couvre l'odeur de viande.
Faim.
J'AI FAIM.
Tourner.
Dois Tourner.
Dois me protéger.




Effets gameplay:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 50

Feuille de personnage
Titre: ???
Expérience: 205/1000
Alter: Nightmare
Rang C





Kass Narita
Rang C
Jeu 2 Aoû - 18:49
50 mètres, c'est ce qu'il avait pu expérimenter sur terrain plat. La distance globale nécessaire à son action ou plus simplement la distance tout court ? Ce n'était pas encore un critère qu'il parvenait à faire varier, il était fixe et peut-être ne pourrait-il pas le changer du tout. C'était suffisamment destructeur à son goût mais il y avait visiblement un élément qu'il n'avait pas eu l'occasion d'analyser de plus près et donc il ne se rendit compte qu'à la première vitre qu'il entendit se briser, y suivant le fracas sur le sol d'un corps sans vie comme ayant tenté d'échapper à des flammes. Il avait suffisamment entendu de cris de terreurs pour connaître l'effet qu'il pouvait avoir et visiblement, plutôt que de fonctionner en ligne droite, sa zone d'activité était visiblement une sphère. Bon, tant pis, ça ne changeait pas grand chose. Il ne fallait pas lui en vouloir non plus, il commençait à s'habituer aux cris. Et peut-être que cela pourrait distraire le monstre difforme qui partageait le toit avec lui. Il n'avait pas grande idée de combien de temps son géniteur pourrait tenir le coups. 



Mais clairement, la situation n'allait pas en s'améliorant et avec ce premier corps à la vue de tous, d'autres cris raisonnèrent plus bas, trop lointains pour être perçus du haut du toit mais tout à fait assez stridents pour attirer d'autres spectateurs. Qu'ils ne s'inquiètent pas, si le premier appel du bouton rouge n'avait pas fonctionné, celui-là aurait autant d'effet, ils n'avaient pas énormément de temps devant eux mais Ein commençait à saisir la situation avec un peu plus de finesse, comme il aurait pu l'imaginer.


Stupide, ce monstre était réellement stupide et ne semblait pas avoir suffisamment de place dans sa tête défigurée pour aligner des pensées. Il pensait même entendre des nouvelles du géniteur ? Debout donc ? Bon, il s'était relevé, puis quoi, il n'allait certainement pas se mettre à danser la java. Les effets devaient être diminués par les spectateurs de trop. Il n'avait plus de raisons de rester en place. D'un pas lent, il pouvait limiter ses bruits mais la direction dans laquelle partait le monstre étant opposée à celle du sous-être, la destination était toute trouvée et visiblement en arrivant à proximité, il pouvait constater qu'il n'était pas venu nu. Il ferait mieux d'éviter une baller perdue. Il gardait donc malgré tout ses distances, croisant les bras sans oublier le monstre de l'autre côté du toit. Ce n'était pas bien différent de ce qu'il avait imaginé mais toujours, quand il voyait ces personnes se tordre de douleurs et hurler à la mort, une seule chose lui venait à l'esprit. 


"Pitoyable"


Aussi un moyen de savoir si le monstre allait rappliquer. les bruits de l'étage inférieur auraient du noyer le sien à cet instant sauf s'ils se renvoyaient des informations. Ce qui ne semblait pas être le cas puisque le monstre le cherchait. Il n'attendait pas de réponses en particulier, il allait se contenter d'observer les effets. Rare qu'il dise le moindre mot. 



effet gameplay:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 76

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 105/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Jeu 9 Aoû - 21:31
La sang continu de dégouliner sur mon visage. Mon corps s'affole en permanence. La menace est partout et nulle part. Mon visage se tourne et retourne frénétiquement tandis qu'une intense crise de panique commence à me rendre fou. Je vais mourir. Je vais mourir ici et maintenant. Mon poing couvert de sueur agrippe mon calibre autant que possible, tellement fort que je me blesse. Un léger petit filet de sang commence à se mélanger à celui du sol tandis que ma peau se craquelle sous ma propre force.

"Tu devrais déstresser un coup. Vraiment. Si tu continu comme ça tu vas me faire une crise cardiaque. Et je n'ai vraiment pas envie que mon petit favori succombe d'une crise cardiaque... on y perdrait tellement en amusement."

"Suffit... ça suffit..."

"Pas la peine d'être aussi paniqué... je t'assure que tu vas t'en sortir en vie. Par contre je ne garanti pas dans quel état. Et puis, sincèrement, tu devrais porter plus d'attention à ta jambe."

Je baisse le regard, lentement.
Une sorte de tentacule de sang monte lentement autour de ma jambe droite. Elle me massacre la cuisse. J'ai mal. Mon regard s’écarquille pendant que Son horrible petit ricanement commence à ce jouer en arrière plan. J'appelle Wendigo. Et Wendigo ne viens pas.

Bouge.

BOUGE !

PUTAIN DE MERDE BOUGE !!!

Le tir de revolver part dans la tentacule avec une force propre aux armes à feu. La tentacule explose.
La balle termine de se loger dans mon pied droit.

"Et bien. Voila un mouvement un peu... hilarant !"

Mon hurlement de douleur explose dans la nuit tandis que le ricanement se transforme en fou rire.




Viande.
Viande.
Devant moi.
Discret.
Lentement.
Frapper.
Trancher.
Faim.
FAIM.

FRAPPER.
BLESSURE.
BLESSURE VIANDE.
BLESSURE DAVID.
DOIT MANGER.





Effets gameplay :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 50

Feuille de personnage
Titre: ???
Expérience: 205/1000
Alter: Nightmare
Rang C





Kass Narita
Rang C
Dim 12 Aoû - 16:03
Décidément, la chance devait jouer contre lui. Ce n'est pas tout à fait la préparation qui avait manqué mais plutôt la technique qui ne permettait pas un bon déroulement des opérations. Ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait blessé par un combat mais cela n'en restait pas moins... surprenant, et un poil déstabilisant. Cette chose avait finit par réussir à s'approcher de lui, atteindre son crâne et à peu de choses près, elle aurait pu le tuer. Mais il ne lui laisserait pas cette occasion et s'il leva son bras, prêt à vider son chargeur pour faire reculer la chose, il n'eut pas besoin de le faire. Le monstre était grand et particulièrement visible pour les policiers qui venaient de parvenir à joindre le toit.

C'était prévisible, il avait déjà pu se rendre compte que la douleur de le détournait de l'attention requise au déploiement de ses sens. Un défaut particulièrement emmerdant dans ce genre de cas de figure. Car forcément, les policiers qui devaient avoir eu un mal de chien à progresser jusqu'ici n'étaient pas les seuls à se ressaisir. Prenons par exemple cette saleté de géniteur qui devait reprendre ses esprits. Lui, n'avait pas multitude d'armes en poche pour renverser la situation à son avantage et qu'était-il sensé faire face à une créature à l'esprit trop peu développé pour lui être sensible ?

De toute manière, le sang commençant à couler sur son épaule, il n'allait pas pouvoir accorder toute son attention à ces trois emmerdes s'accumulant. Le monstre, son géniteur et maintenant quelques raclures policières et bien sur lui qui ne pouvait plus leur faire vivre un cauchemar pour aujourd'hui. Sa survie passait toujours en priorité et au moins ils avaient le mérite de se faire remarquer lorsque l'un des opportuniste remarqua la créature certainement un brin trop grande pour rester discrète, lui permettant de s'écarter suffisamment. Ces flics avaient-ils toujours la gâchette si facile ? Ce qui était arrivé à ce dernier dans la ruelle ne leur avait donc rien appris ?



Il fallait dire que tout le monde était à cran. Dans les derniers étages du casino, c'était une scène de guerre à laquelle ils avaient assistés et il allait de soit qu'une scène de guerre entre gens armés n'était pas la meilleure des idées. Quelques camarades étaient tombés en essayant d'atteindre le toit ou en essayant de secourir ceux qui étaient là malgré eux. Et nécessairement, quand il s'agissait de gros bonnets de la ville, ce n'était pas pris à la légère. Alors à voir une de ces calamités de plus, ce bleu n'hésita pas une seconde à commencer à vider son chargeur sous la pluie battante, suivit de près par quelques-uns de ses collègues à la formation éparse, suivant comme un mouvement de masse jusqu'à ce que l'un des arrivants s'écrie "La saloperie !". Quelle idée d'être connu après tout ? Ein allait tacher de s'éloigner de cette scène. il n'avait pas envie de se prendre une balle perdue ou un nouveau coups de griffe. 



Effet rp:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 76

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 105/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Hier à 17:13
L'officier Kaneke repris conscience en haut des escaliers.
Son fusil à pompe était froid, aucune cartouche n'avait été tiré. Le moustachu souffla profondément du haut de sa gigantesque taille. Ses... ses hallucinations n'avaient pas causé de morts par sa main. Il s'était contenté de s'évanouir sous l'Alter d'un vilain notoire. La seule chose que ce salopard lui avait fait faire, c'est de souiller son pantalon. Quelle soulagement ! Un petit rire parcouru le torse du géant, exposant ses muscles sous son gilet par balles. Il ne ce serait jamais pardonné une chose pareille...

Puis les coups de feu éclatèrent. Le policier moustachu se leva d'un bond et défonça la porte devant lui avec un coup d'épaule bien placé. Cette dernière s'effondra par terre, hors de ses gonds, tandis que le géant pouvait enfin voir en première ligne. Un homme masqué et armé au sol, la main sur la blessure qu'il avait à la jambe : sans doute une victime de l'Alter de l'autre masqué. Ses collègues en train d'ouvrir le feu. D’ouvrir le feu sur... lui ?
L'autre horreur de Vigilant de la dernière fois.
Il les avait encore doublé.

"La saloperie !"

Avec un petit rire de revanchard satisfait, Kaneke se mit à ouvrir le feu sur l'Alter du fou qui se faisait appeler "Maraudeur". Son propriétaire était dans le coin, le mettre derrière les barreaux soulagerait son égo en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.




Cinq. Les flics sont au moins cinq.
L'un d'entre eux me hurle de jeter mon arme au sol. Ma jambe continu de me hurler dessus. La demande se fait plus pressante, plus tendue. J'ai mal putain... je dois... mes empreintes ne sont pas censé être sur l'arme... devrait...

"JETEZ VOTRE ARME AU SOL, DERNIER AVERTISSEMENT !"

Ma main lance le calibre au loin comme si c'était une balle de tennis. Le mouvement d'épaule se répercute sur ma jambe, l'effort l'impact beaucoup plus que je ne l'aurai cru. Le sang... je fout du sang partout. Le flic de tout à l'heure reporte son attention sur moi et apprête à me hurler de retirer la main de mon sac, mais sa voie s'étrangle lorsqu'il me voit sortir un bandage tactique et une bouteille de désinfectant. Je commence à me traiter la plaie aussi sobrement que je le peut pendant que mon Alter se planque derrière un des nombreux obstacles sur le toit. L'agent de police ne me lâche plus des yeux, ses collègues ont du lui ordonner de ma garder en visuel.

"Raaaaah...qu'est ce que j'ai... pourquoi je me suis... putain."

Je renverse ce qui est censé être du désinfectant sur le sol avec un mouvement peu précis. L'acide présent dans la bouteille viens s'écraser sur les taches de sang avec une force propre au liquides dangereux. Le Flic lève un sourcil, se demandant certainement ce avec quoi j'étais sur le point de rafistoler ma jambe. Je tourne ma tête cagoulé vers le haut.

Mes yeux ont tous le loisir d'observer la nuque musclé de l'agent Kaneke.

Putain.
PUTAIN.
PUTAIN DE MERDE !
Je dois bouger d'ici aussi vite que possible.
Wendigo fonce en ma direction, aussi vite qu'il le peut. Une rafale de fusil à pompe de l'autre tas de muscle viens se loger dans son torse monstrueux alors qu'il m'attrape au vol. Je hurle, avec tout mes poumons. Ma putain de jambe bandée avec le cul m'agresse les sens, j'ai à peine le temps d'entendre Kaneke hurler à ses collègues de cesser le feu que je mon cerveau se met en pose.
Ma dernière vision est le vide, celui que mon Alter traverse en sautant de toit en toit.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Yokohama :: Casino-
Sauter vers: