:: SUR LE TERRAIN :: Yokohama :: Immeuble désaffecté Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

So ist es Immer [Melody]

avatar
Messages RP : 61





PNJ
Ven 20 Juil - 1:10

(PNJ présent(s) dans la scène :  Monroe Snicket, frère aîné de Melody, ainsi que des subalternes des Snicket)




"Hamlin s’est révélé être un précieux collaborateur en fin de compte."

L’homme aux cheveux blancs posa sa bouteille d’eau au sol après en avoir pris une grande gorgée.

"Comme quoi, les Coréens savent s’y prendre pour élever des dingos."

La nuit était belle. Yokohama ne perdait rien de son fourmillement une fois la nuit venue. Bien au contraire. Les enseignes lumineuses et les phares des voitures formaient un ballet coloré des plus plaisant. D’autant plus plaisant quand on l’observait depuis cette altitude. L’immeuble désaffecté repéré par Mesmer s’était avéré être une occasion en or de pouvoir accomplir leur objectif sans pour autant prendre le risque de révéler la position de leur base. Et du haut des 60 mètres de l’ancienne résidence, personne ne viendrait les déranger.

Melody était attachée par la taille à une chaise en métal. Un épais scotch noir était posé sur sa bouche. Ses mains étaient menottées dans son dos et ses chevilles fermement liés par une corde aux pieds de la chaise. La chaise se situait à environ dix mètres du bord de l’immeuble, là où se tenait Monroe. L’apprentie héroïne dormait profondément. Son frère avait veillé à l’emmener rapidement ici et à ce qu’elle ne se réveille pas jusqu’à maintenant. Sa gorge exposée laissait apercevoir quelques points desquels perlaient de minuscules gouttes de sang de temps à autre. La marque laissée par les crocs somnifères de Monroe. A quoi bon prendre le risque de se fournir en chloroforme quand on était un anesthésiant ambulant ?

"Mesmer, un peu d’ambiance je te prie. On va pouvoir commencer."

L’homme au masque de chien qui se tenait à côté de la chaise appuya sur un bouton de son téléphone et le Canon en ré majeur de Pachelbel se fit entendre à travers la petite enceinte posée au sol.


Monroe prit quelques secondes pour savourer l’instant. Enfin sa chère sœur allait mieux se porter ! Devant l’évidence du bon choix à prendre, elle se rangerait de son côté ! Et tout rentrerait dans l’ordre...

Il se tourna et jeta un coup d’œil au garde posté devant l’accès au toit. Tout semblait en ordre. De toute façon, d’ici qu’un héros arrive, il devrait passer par cinq gorilles surentraînés et prêts à faire usage de leurs alters… Et surtout de leurs armes. Monroe récupéra sa bouteille d’eau, prit une dernière gorgée, passa sa main dans ses cheveux blancs tout en s’avançant vers la chaise sur laquelle était avachie sa sœur… Et lui jeta le reste de son eau au visage. A cet instant, il fut pris d’une pulsion fort soudaine, probablement née d’un mélange de colère, de frustration et d’une légère touche de peur, et décida que l’asperger ne suffirait pas. Il lui adressa une claque magistrale, synchronisée avec la montée en puissance du Canon, avant de s’éloigner d’elle de quelques pas, sans cesser de lui faire face. Aussitôt avait-elle ouvert les yeux qu’il lui servit un grand sourire avant de s’adresser à elle, en Allemand bien sûr.

"Bonsoir chère sœur ! Bien dormi ?"

Sa question était sortie de ses lèvres avec une sincérité qui faisait froid dans le dos. Il n’y avait pas la moindre trace d’ironie dans sa voix, il semblait vraiment se préoccuper du bien-être de la sœur qu’il avait attaché à 60 mètres d’altitude. Même Mesmer, derrière son masque, tira une grimace de dégoût alors qu’il s’approchait par derrière pour retirer les menottes de la jeune fille. Il fallait bien cela pour en tirer quelque chose.

Toit d’immeuble désaffecté


Dernière édition par PNJ le Jeu 2 Aoû - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 22
Messages RP : 98

Feuille de personnage
Titre: Ophiuchus
Expérience: 0/1000
Alter: Schlange
Rang C





Melody Snicket
Rang C
Ven 20 Juil - 2:20
Tout le monde possède des motifs pour commetre des actes, peu importe leur portée et leur éthique. Cependant, les comprendre est une toute autre paire de manches. L'espèce de rat qui a agressé Melody dans la ruelle pour la mettre dans le coffre d'une voiture avait comme motif que ceci-lui apporterait une somme d'argent plus ou moins coquette. Quand à la personne qui avait engagée le rat.... Cela avait l'air de ressembler avant tout à un réglement de compte familial.

Melody n'avait pas de souvenir de ce qu'il se passait à partir du moment où elle avait été battue par le rat, à vrai dire, elle n'avait même pas eu le temps de rester assez consciente pour avoir ses pensées morose comme à chaque défaites. Il lui arrivait de commater par-ci par là, avant de ressentir une énorme douleur avant de s'endormir à nouveau.

Il était impossible pour elle de déterminer combien de temps s'est écoulé entre le moment où elle s'est endormie et le moment où elle s'est réveillée. Ce réveil d'alleuirs était plus que malaisant : bien que celui-ci était accompagnée d'un magnifique canon en ré majeur de ce cher Johann Pachelbel, charmant compositeur et organiste allemand du XVIIème sciècle cela était très loin de suffir pour que l'ambiance soit agréable. Les quelque blessures pansées non plus d'ailleurs, ceci n'était avant tout que les simples "marques de politesse" qu'on pourrait aussi qualifier comme "Mesure de sécurité car il la faut en vie", mais ceci était bien sûr les seules marques qui pourrait faire croire que tout pouvait aller bien.

Car le fait d'être attachée en soi, c'était pas ce qui dérangeait Melody, le fait d'être à 60m de haut dans un endroit abandonné non plus. Il y avait exactement trois choses qui la dérangeait, la première était de ne pas avoir son casque autour du cou, la seconde était de toujours ressentir une douleur au niveau de celui-ci, et la troisième était..... Monroe.

Sur toutes les personnes capable de s'en prendre à elle, elle n'imaginais pas tomber sur lui, elle avait les yeux rivés sur lui, effrayée, choquée, elle ne comprennait pas. Il avait disparu de la circulation suite a cet incident familial qui s'est passé quelque mois auparavant. Depuis qu'elle lui a crevée l'oeil aussi accessoirement. De base, elle n'avait jamais vraiment su le cerner, lui qui était souvent si gentil avec elle mais aussi qui pouvait se comporter comme la pire des raclures. Malgré tout ça, elle ne pu s'empêcher de faire couler quelque larmes, elle avait peur, mais elle était aussi contente de le revoir.

Celui-ci lui demandait d'ailleurs si celle-ci avait bien dormi, dans le plus grand des calme comme si que tout allait bien, et qu'être attachée à 60 mètres d'altitude était un élément intégré dans le quotidien de la famille. Lorsqu'elle était détachée, elle restait quelque temps sans dire, elle se contentais de bouger ses doigts de manière aléatoire, comme si qu'elle s'échauffais, même si en vrai, c'était plus une manière pour elle de dire qu'elle cherchait ses mots où plutôt, la manière dont elle va lui parler.

Au final elle ne sortit aucun mot, elle aurait très bien pu lui demander comment allait son œil et jouer la provocation mais cela n'aurait pas arrangé la tâche. Elle préférait détourner le regard de lui, tout en lui faisant un magnifique doigt d'honneur. Cela pouvait paraître comme une réponse provocante et impolie, mais c'était un geste qu'elle lui faisait habituellement à chaque fois que celui-ci lui faisait une très mauvaise blague. Et au fond d'elle elle espérait de manière innocente que tout ceci était une énorme blague de très mauvais goût.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 61





PNJ
Dim 22 Juil - 0:41

(PNJ présent(s) dans la scène :  Monroe Snicket, frère aîné de Melody, ainsi que des subalternes des Snicket)




Elle venait de lui faire un doigt d’honneur. Il avait l’air ravi. Ça le ramenait au bon vieux temps tout ça.

"Tu n’as pas changé."

Sa main gauche se tortillait dans tous les sens. Il luttait contre l’envie de lui en remettre une. Il lui aurait bien brisé ce majeur si insolent, mais malheureusement il avait besoin d’une main intacte s’il espérait pouvoir communiquer pleinement avec elle.

"Je vais être honnête, chère sœur. Je souhaite travailler avec toi. Que nous devenions à nouveau une belle famille unie.

Il fit volte-face pour exposer son dos à Melody. Il espérait ainsi lui faire comprendre "Ce n’est pas la peine d’essayer de communiquer pour le moment, laisse-moi finir. Et de cette manière, il lui faisait également savoir qu'il n'avait pas peur de lui tourner le dos. Confiance en elle ? Peut-être, mais surtout confiance en les solides liens qui entravaient ses jambes et en ses gardes du corps qui ne la lâchaient pas des yeux.

"J’ai évolué, vois-tu. La méthode de père… C’est du passé tout cela. Maintenant, nous limitons les pertes humaines le plus possible.

Cette dernière précision était importante. Monroe ne voulait pas trop mentir à sa sœur. Juste un peu, de quoi la convaincre. Il marqua un temps d’arrêt avant de se retourner vers Melody. Une expression pleine d’espoir naïf, presque enfantin, était présente sur son visage.

"Mais avec ton aide… Nous pourrions accélérer notre rythme sans nuire à qui que ce soit ! Ton alter… C’est la porte ouverte au succès… Pour nous, les Snicket…

C’était sa première tentative d'approche. S’il échouait ici… Pas grave. Il avait encore des atouts dans sa manche. Des atouts plus ou moins violents. Mais il était certain d'une chose : Melody repartirait d’ici en adhérant à sa cause, ou elle ne repartirait pas.

Toit d’immeuble désaffecté


Dernière édition par PNJ le Jeu 2 Aoû - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 22
Messages RP : 98

Feuille de personnage
Titre: Ophiuchus
Expérience: 0/1000
Alter: Schlange
Rang C





Melody Snicket
Rang C
Dim 22 Juil - 18:03
Lorsqu'un ennemi a le dos tourné, c'est souvent l'occasion rêvée pour lui porter un coup fatal et soit prendre l'avantage, soit directement obtenir la victoire dans un conflit. Cette action est souvent considérée comme de la lâcheté mais demeure néanmoins une technique efficace. Melody n'était pas du genre à attaquer dans le dos, déjà parce qu'au vu des liens, il était impossible pour elle de se ruer sur son frère et surtout parce qu'elle savait qu'il fallait faire preuve de ruse avec lui.

Elle restait donc à écouter les dires de son frère bien qu'elle avait énormément de mal à le croire. Car devenir une belle famille unie alors qu'elle ne l'a quasiment jamais été auparavant, cela paraissait très utopiste. Quand au fait de limiter les pertes humaines, Melody était très catégorique dessus : Si le nombre de pertes n'est pas de 0 il était hors de question de faire quoi que ce soit.

A la fin du discours, elle pris un temps d'hésitation, comme si qu'elle ne savait pas quoi choisir, mais en vrai ses pensées étaient toutes différentes. Elle cherchait avant tout un moyen de s'enfuir, autre qu'en jouant les coopérantes. Elle préférerait mourir qu'avoir à remettre le pied dans leur affaires. Elle analysait brièvement la scène, elle savait que Mesmer était derrière elle, que Monroe était quelque mètres en face et que derrière lui se trouvait la sortie avec deux sous-fifre. Sa pensée était de trouver un moyen de cracher son poison, vu qu'elle parle en langue des signes, elle doit très souvent faire de grands mouvements de bras et des fois l'approcher de son visage.

Elle se mis donc à commencer à donner une éventuelle réponse et à commencer son langage des signes :

-La dernière fois que nous avons du travailler ensemble, tu a fini par y laisser ton oeil. Je n'aimerai pas te rendre totalement aveugle et puis..... Je te rappelle que je n'ai jamais voulu me servir de mon alter dans cette optique. Cependant....

Elle s'arrêta de faire le moindre signe logique pour prendre le bout de scotch qui l'empêchait d'ouvrir sa bouche et l'arracher d'un coup sec, elle se mis ensuite à cracher un poison paralysant en se balançant sur sa chaise. Le but était simple : Faire en sorte à diffuser le poison paralysant rapidement et tenter d'immobiliser l'entourage. Le fait de se balancer sur la chaise était pour tenter de en pas se faire attraper trop rapidement par Mesmer, le temps que le poison se diffuse.

Situations désespérées, Mesures désespérées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 61





PNJ
Jeu 2 Aoû - 23:45

(PNJ présent(s) dans la scène : Monroe Snicket, frère aîné de Melody, ainsi que des subalternes des Snicket)




Prévisible.

Il avait commencé à se rapprocher aussitôt après qu’elle ait cessé de signer. C’était malin, comme manœuvre, il devait bien l’admettre. Enfin, si on omettait que les pieds de la demoiselle restaient fermement attachés à la chaise, ce qui aurait bien compromis son évasion. Et que, bien évidemment, Monroe connaissait l’alter de sa sœur et s’attendait à un peu de résistance de sa part.

Un magnifique coup de pied. Directement dans le visage. Juste après, il bondit en arrière et vit volte-face pour faire face aux gardes de l’issue, qui accouraient déjà vers lui, un masque à la main. Monroe l’enfila en vitesse. Tout juste, il sentait déjà un léger picotement dans son corps. S’il avait laissé Melody agir quelques secondes de plus…

Il se retourna à nouveau pour faire face à sa sœur.

"Désolé, Melody..."

Mesmer avait l’avantage du masque. Un masque, c’est toujours pratique. C'est extrêmement voyant, pour sûr. Mais ça cache ce qui se trouve en-dessous. Qu’il s’agisse d’un visage ou…

"Mais ce cher Mesmer portait déjà sur lui de quoi se prémunir contre ton poison."

De ce fait, l’homme au masque avait pu bondir sur l’étudiante sans se soucier de respirer les vapeurs nocives, la serrant par la taille. Elle avait beau gigoter, il était bien plus costaud et large qu'elle, c'était facile pour lui de la maîtriser. Prestement, il lui avait recouvert la bouche de scotch. Cette-fois, il avait fait faire un tour complet à la bande. En prenant bien soin de ne pas lui recouvrir les narines, évidemment.

"Franchement…"

Monroe s’approcha de Melody. Son visage désormais masqué laissait voir ses yeux. C’était le regard d’un homme non pas colérique, mais triste. Mais cette tristesse disparut bien vite, son visage se contorsionnant en une hideuse expression de fureur pure.

"TU FAIS CHIER, MELODY !"

Rugissement bestial mêlé à un sifflement aigu. Accompagné d’un nouveau coup de pied, qui souleva quelques vapeurs de poison au passage. Cette-foi, il avait visé le ventre.

"Je vais être obligé de me répéter. Sache qu’à vouloir faire la maligne, tu es en train d’épuiser tes chances."

Il ne disait pas cela pour bluffer. Elle avait vraiment un nombre limité d’occasions de le rejoindre. Il avait encore une dernière méthode… Peut-être deux… Et ensuite, il se pourrait qu’il fasse appel à l’autre.

Toit d’immeuble désaffecté
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 22
Messages RP : 98

Feuille de personnage
Titre: Ophiuchus
Expérience: 0/1000
Alter: Schlange
Rang C





Melody Snicket
Rang C
Ven 3 Aoû - 0:39
Lorsqu'on décide de mener un plan à exécution nous sommes censés vérifier que celui soit le plus fiable possible. Or, dans notre cas actuel il y avait énormément d'éléments qui compromettait la réussite de celui-ci. Le premier étant que Monroe connaissait bien sa sœur et son alter, et s'attendais parfaitement à une réponse de ce type. A partir de là, rien ne pouvait fonctionner et Melody cessa toute tentative d'évasion à partir du moment où Monroe décida de lui asséner un grand coup de pied au visage. Ce coup de pied entraîna plusieurs choses, en premier, une vive douleur et un "Crac" se fit entendre, laissant ensuite couler beaucoup de sang au niveau de son nez et de ses narines. Melody ressentait également de subites difficultés à respirer, son nez était cassé. Sur ce coup, Monroe ne l'avait pas loupé.

Elle essayait de se défendre malgré tout, du moins, d'empêcher d'avoir un nouveau ce scotch autour de la bouche, la respiration par le nez étant compliquée, elle voulait au moins respirer correctement. Mais malheureusment, être traîtée dans de bonnes conditions est généralement un luxe que les otages ne peuvent se permettre, la dose de scotch étant désormais nettement plus conséquente afin que celui-ci soit impossible à enlever par un quelconque tour de passe passe. Elle était en très mauvaise posture, et les saut d'humeur de Monroe n'allaient pas arranger la chose, passant d'un air calme et un tant soi peu attentionné à, assez enervé pour crier un "TU FAIS CHIER" avant d'asséner un nouveau coup de pied, au niveau du ventre cette fois-ci.

Si Melody n'était pas attachée, elle se serait probablement pliée par douleur et par réflexe tout en respirant par la bouche pour contrôler un minimum sa respiration. Sauf que là il était impossible pour elle de faire quoi, la seule chose qu'elle pouvais tenter c'était de retirer le scotch qui entravais sa bouche de nouveau, pas pour cracher son poison mais clairement pour sa propre survie. Elle ne savait pas si cette situation était voulue par son frère mais il était clair qu'il n'était désormais une question de temps avant qu'elle n'étouffe complètement. Elle était trop occupée à essayer de retirer le scotch, et de ce fait n'utilisa pas la langue des signes pour dire qu'elle était en très mauvaise posture. Appeler à l'aide aurait été une solution pourtant très adéquat mais malheureusement, avec un frère comme Monroe, on ne sait pas si il ferait en sorte à ce qu'elle puisse respirer où si il la laisserait comme ça en pensant que c'est du bluff, ses réactions étant souvent imprévisibles. Il est clair que tout était une question de temps avant que Melody ne perde connaissance. En espérant vraiment pouvoir sortir de cette mauvaise passe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 61





PNJ
Mar 7 Aoû - 23:32

(PNJ présent(s) dans la scène :  Monroe Snicket, frère aîné de Melody, ainsi que des subalternes des Snicket)




Monroe avait le dos tourné à sa sœur et s’était lancé dans une série de profondes inspirations et expirations. Il devait se calmer ou il allait commettre une erreur. La voix de Mesmer, tordue par son masque, s’éleva derrière lui.

"Boss, elle…"

"QUOI ENCORE PUTAIN ?"

Il était tendu et ça se sentait. Son attitude était celle d’un homme impatient d’en finir. Mais il devait tenir. Encore un peu plus longtemps.


"Elle s’étouffe."

"Ah. En effet."

Pendant une seconde, rien qu’une seconde, Monroe hésita. Il la voyait s’agiter dans tous les sens, assise sur sa chaise, à essayer désespérément de retirer le scotch. Il était terriblement tenté. A quoi bon après tout ? Elle ne voulait pas travailler avec lui. Il pouvait la laisser là. A crever dans son sang et sa salive. Il lui suffisait de faire signe à Mesmer de ne rien faire. Il rendrait service à Melody en faisant ça. Elle avait une dure vie. Ce ne serait que faire preuve de pitié naturelle. Elle irait rejoindre sa mère qu’elle aime tant. Et puis lui de son côté…

Il chassa ces pensées de son esprit. Non. Ce serait du gâchis. Il avait encore des options. De quoi la convaincre. Il fit un geste de sa main et, en un instant, Mesmer sortit un canif qu’il utilisa pour trancher le scotch en un point précis avant de l’arracher d’un coup.

"Désolé sœurette, j’avais oublié que tu étais si fragile."

Il fit un pas vers elle et se pencha très légèrement. Il lui laissa quelques secondes pour se remettre du choc émotionnel et du coup de pied, puis, très doucement, pris la parole.

"C’est pour ça que tu as perdu, non ? Contre la brebis au tournoi. Elle était plutôt jolie non ? Et athlétique avec ça. Le genre de fille populaire par excellence, avec plein d’amis. Toi... Tu étais faible. Et seule."

Il se redressa. Il se souvenait parfaitement du combat livré par sa sœur. Il avait visionné la rediffusion une bonne centaine de fois. Et il se souvenait parfaitement de l’expression sur le visage de sa benjamine. L’expression d’une perdante qui retient ses larmes. C’était son avant-dernier atout avant de faire appel au Vampir : attaquer ses complexes d’adolescente solitaire et perdue.

"Avec moi… Avec nous tous… Tu deviendras forte. Et nous ne serons plus jamais seuls."

Toit d’immeuble désaffecté
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 22
Messages RP : 98

Feuille de personnage
Titre: Ophiuchus
Expérience: 0/1000
Alter: Schlange
Rang C





Melody Snicket
Rang C
Mer 8 Aoû - 1:01
Le scotch était arraché et Melody pouvait enfin reprendre son souffle correctement, en inspirant et expirant comme elle le pouvait avant de reprendre une respiration stable. Elle dégageait un peu du sang comme elle le pouvait sans toucher son nez qui était déjà complètement cassé. Elle avait échappée de justesse à la mort, probablement grâce à Mesmer car elle doutais fort de la volonté qu'avait Monroe à laisser sa soeur en vie.

Le pire était pourtant à venir, car après tout, les douleurs physique peuvent s'estomper avec le temps, ou un bisou magique de Recovery Girl permettant de brûler de nombreuses étapes. Il y avait cependant une chose que même le temps a du mal à soigner : Le moral. Melody est une fille avec un moral extrêmement bas au vu de nombreux évènements provenant de son passé la tirant constamment vers le bas. Quelqu'un de relativement fourbe serait capable de jouer sur les faiblesses psychologique des gens pour pouvoir les mener plus facilement à la baguette. Et c'était clairment la volonté de Monroe lorsqu'il lui rappelait les évènement du tournois.

Ceci, c'était la chose à laquelle elle s'attendais le moins. Il avait raison sur beaucoup de points liés à Aslinn, tant sur son physique que ses aptitudes à combattre qu'elle a pu constater d'elle même. Mais jouer sur le fait que Melody n'avait pas d'amis, qu'elle était faible et seule... A partir de ce moment là, Melody se bouchais les oreilles, comme si qu'elle avait encore son casque sur les oreilles et qu'elle voulait juste retourner dans sa petite bulle où elle était tranquille, sans personne pour la rabaisser, où elle pouvait oublier le fait qu'elle avait une famille exécrable voulant se servir d'elle pour son alter tout en oubliant le fait que ça reste une "humaine" malgré ses airs de serpents.

Elle ne savait plus du tout quoi penser, d'un côté elle voulait le laisser parler en lui disant "Ouais t'a raison, mais te rejoindre ne changera rien". De l'autre côté, elle voulais capituler de peur que Monroe puisse être au courant de l'amitié qu'elle a pu lier avec Aslinn et qu'il se serve de ça pour lui faire du mal à elle aussi. Puis elle se dit que non, il l'aurait fait depuis longtemps et il serait en train de frapper la brebis devant elle à l'heure actuelle si il était au courant de tout ça. Notre serpent resta quelque minutes sans rien dire et sans rien faire, elle continuais de retenir ses larmes refusant de se rabaisser à pleurer devant son frère mais rien de plus, jusqu'au moment où elle décida enfin de prendre la parole.

-"Si j'étais une personne faible, fragile et incapable de faire quoi que ce soit, en quoi je serais importante pour vous ? L'alter d'une fille faible, vous devez vous en moquer non ? Enfin... une fille faible qui a réussi à te crever un œil et qui aurait pu t'infliger pire si un certain Arschloch de père n'était pas intervenu. Tu te contentes de profiter du fait que je sois attachée pour m'asséner des coups depuis tout à l'heure. Détache moi, à partir de là, on verra qui est vraiment "Faible"."


Melody ne savait pas vraiment ce qu'elle faisait, elle cherchait les ennuis certes mais elle voulait aussi essayer de prouver d'une manière ou d'une autre qu'elle pouvait être forte à certains moments. Histoire de piquer l'intérêt de Monroe pour ceci, elle décida d'ajouter quelque chose.

-"Je serais peut être plus encleinte à accepter si tu m'accordais cette faveur ~"


En vrai les conséquences : Elle s'en fichait. Elle savait que dans tout les cas, elle resterait vivantes car elle leur était inutile si elle était morte. Elle avait pris en compte le fait que Monroe était instable et capable de la tuer si elle jouait trop avec ses nerfs et était prête à considérer sa mort comme une victoire de sa part, entravant définitivement les plans de sa famille. Et surtout : Elle était à court d'idées, et préférais essayer de gagner sa liberté d'une manière ou d'une autre plutôt que rester plus longtemps dans ce lieu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 61





PNJ
Lun 13 Aoû - 10:00

(PNJ présent(s) dans la scène : Monroe Snicket, frère aîné de Melody, ainsi que des subalternes des Snicket)




Monroe restait silencieux. Il espérait sincèrement que sa sœur cède à ce moment. Mais il semblerait qu’elle avait, ne serait-ce qu’un tout petit peu, changé. Elle était plus tenace que ce qu’il croyait. Mais elle était encore naïve. Tant pis pour elle.

"Te détacher hein ? Pas mal comme idée."

Il commença à la contourner sur la droite, sans s’approcher d’elle, de sorte à se retrouver hors de son champ de vision. En même temps, Mesmer se saisit de son rouleau de scotch et commença à ligoter Melody au niveau des bras, très rapidement. Il s’était arrangé avec Monroe plus tôt pour savoir que faire dans cette situation. Le moment de vérité approchait.

"Mais c’est plutôt idiot sur le plan stratégique, non ? Je n’ai aucune raison de te détacher. Après tout, si tu es ici, c’est que tu as déjà perdu pas vrai ? Hamlin a gagné. Et maintenant…"

Mesmer s’était écarté de la chaise pour laisser place à Monroe, qui posa ses mains sur le dessus du dossier.

"C’est toi qui doit te plier à mes exigences. Pas moi."

Il fit un signe de tête imperceptible à Mesmer qui, tout de suite, se dirigea vers l’escalier de sortie. Puis, Monroe déplaça la chaise en la faisant racler sur le sol. Un mètre. Puis deux. Vers le bord. Il laissa un instant de pause, le temps que Melody comprenne, et lui chuchota :

"Contente-toi de hocher la tête bien gentiment si tu acceptes. C’est tout ce que tu peux faire de toute façon."

Il accéléra soudainement, la friction des pieds de Melody comme ceux de la chaise ne semblant pas le gêner. La folie était un carburant des plus efficace. Il arrêta la chaise en calant ses pieds avant au rebord légèrement surélevé du toit. Puis il la pencha en avant. De manière très contrôlée, bien sûr, mais assez pour que sa sœur ait un bon avant-goût de ce qui l’attendait plus bas. Elle n’avait pas forcément à accepter. Il lui suffisait d’être terrorisée et l’alter de Mesmer pourrait être utilisé.

"L’instant de vérité Melody ! Veux-tu rejoindre ta famille ? Ou faire le grand plongeon ?"




Mesmer était assez content de porter un masque à l’heure actuelle. Il dissimulait parfaitement l’angoisse qu’il ressentait à proximité du Vampir. Il s’adressa à ce dernier en japonais.

"Le patron est prêt."

Il fit volte-face et commença à se diriger vers le toit mais s’arrêta pour s’adresser à nouveau à son associé.

"On devrait se presser ou la gamine va passer par-dessus bord."

Il accéléra.


Toit d’immeuble désaffecté
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 43

Feuille de personnage
Titre: Alucard
Expérience: 160/1000
Alter: Vampirisme
Rang C





Alucard Dracula
Rang C
Lun 13 Aoû - 19:02
Alucard aimait bien les Snicket.
Cette affection n'était rien en comparaison de sa dévotion pour All For One, mais elle restait suffisamment réel pour que Ludwig puisse avoir l'illusion que le vampire était un pion. Un pion qu'il pourrait facilement ramener dans son jeu de dame. Malheureusement pour lui, la créature de la Ligue savait se mettre des priorités. Donner un petit coup de main à un criminel qu'il connaissait quasiment depuis le berceau ne faisait pas de mal, mais il était hors de question que cela interfère avec LA mission.
Mais bon, après tout, rien n'était plus proche de la mission que la petite dernière de la fratrie.

Melody Snicket.

Un nom agréable, qui sonnait bien en bouche. Preuve supplémentaire du fait que Ludwig n'avait certainement pas choisi la désignation de sa progéniture. Et une personnalité fragile... très fragile. "Le plus difficile de mes enfants" comme dirait son père. Et une étudiante de Yuei par défaut. Drôle d'enfant, drôle de qualificatifs : être à la fois un témoin sous protection policière, une étudiante à Yuei et la fille d'un homme comme Ludwig ne devait pas être une partie de plaisir tout les jours. Alucard allais prendre un malin plaisir à détruire son petit monde pas si tranquille à coup de masse. Et ensuite il essayerait de lui en reconstruire un autre. Un monde qui serait plus proche des intérêt de la Ligue que de ceux de Yuei, des Snicket et du reste de cette planète.

Mais Ludwig n'avait pas pondu qu'une fille traumatisée. Son premier mariage lui avait donné Monroe. Et nom de Dieu, ce gosse était un vrai plaisir à observer. Son corps entier reflétait un coté beau garçon de noble quartier, qui n'était pas sans rappeler Ludwig au même age. Vraiment attirant malgré son œil dans les nuages.
Mais le tableau était loin d'être tout rose. Monroe semblait être un tueur au sang chaud : un être impulsif, imprévisible, et difficilement contrôlable. Le Vampire se demandait comment est ce que Ludwig pouvait bien lui faire confiance. Ce n’était pas dans les habitudes de ce tacticien du crime de garder des subordonnés incompétents. Le vieux serpent pariait sans doute sur le fait que son fils s'assagirait en grandissant, mais cela sonnait un peu creux.

"Le patron est prêt... On devrait se presser ou la gamine va passer par-dessus bord."

Mesmer était le serviteur de Ludwig depuis un bon bout de temps. Tout l'inverse de Monroe : tueur de sang froid, efficace, réfléchi et loyal. L'homme de main parfait. Il n'aimait pas vraiment Alucard, mais ce dernier comprenait plus que tous le bras droit officieux de Ludwig. Le patriarche Snicket était son maître, un être exceptionnel qu'il avait choisi de suivre et d’assister pour toucher l'exaltation du doigt. Ce n'était pas sans rappeler des bons souvenir au Vampire.

Alucard craqua ses doigts et mis en marche son corps de playboy. Ses chaussures en cuir faites sur mesure commencèrent à gravir les marches de l'escalier, tandis que son costume trois pièce de luxe réussi à prendre le vent.

"L’instant de vérité Melody ! Veux-tu rejoindre ta famille ? Ou faire le grand plongeon ?"

Le corps de Melody Snicket se balançait au dessus du vide. La chaise penchait irrémédiablement vers la mort de la jeune fille, tandis que cette dernière se débattait. L'appel du vide était visible dans ses yeux. Elle a peur... Elle est terrorisée mais elle voit. Elle voit son échappatoire, le retour de son libre arbitre. Reprise de contrôle par le suicide : n'importe quel bourreau un temps soit peu capable aurait fait en sorte d'éviter cette situation. Alucard leva les yeux au ciel, le fils de Ludwig n’était donc pas capable de s’empêcher d'être incompétent.  

"Je pense que votre sœur ne désire ni l'un ni l'autre, et que ce n'est pas parce que l'on fait avouer à quelqu'un via torture qu'il est une carotte qu'il pense être devenu une carotte."

Des lances sanguines fusèrent du corps du Vampire, pour venir s'enrouler délicatement autour de la jeune fille. Il suffit à Alucard de tirer un coup sec pour ramener la chaise de la jeune fille vers lui. Cette dernière disparu beaucoup trop vite pour que Monroe Snicket ai le temps de s'interposer.

"Nez cassé... traumatisme physiques multiples... manque de sang. Monroe, mon garçon, ce n'est pas la première fois que cette situation se produit. Ludwig vous à peut être pardonné la mort de son épouse, mais je ne pense pas qu'il continuera de vous soutenir si vous lui enlevez son enfant."

Il suffit au bourreau d'All For One de tourner la tête vers Melody pour croiser son regard. Des yeux rouges. D'un rouge différent des siens, mais rouge tout de même. La jeune fille était visiblement Albinos, comme nombre de Snicket avant elle. Le liquide qui coulait lentement de son nez soigneusement mélangé à la couleur de sa peau créait un esthétisme assez particulier. Alucard du mettre en cage la pulsion qui lui enjoignait de lécher la petite flaque. Visiblement dans un état de fatigue autant physique que mentale, l'élève de Yuei passait visiblement un moment assez éprouvant.
Le Vampire sourit.
Détruire cette petite chose fragile n'allait pas se révéler trop compliqué.

"Mesmer, auriez vous l’obligeance de raccompagner monsieur Snicket à l'intérieur pendant que je remet sa sœur en état de marche ? Ho, et, pourriez vous me ramener l'intraveineuse ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 22
Messages RP : 98

Feuille de personnage
Titre: Ophiuchus
Expérience: 0/1000
Alter: Schlange
Rang C





Melody Snicket
Rang C
Lun 13 Aoû - 20:39
Ce n'était pas étonnant que Monroe refuse de me détacher, je ne sais même pas pourquoi je lui ait proposée ça. Je veux dire, d'accord ça aurait pu me permettre de me défendre un minimum plutôt que de me prendre tout les coups depuis tout à l'heure. Mais pour être franche je ne pense pas que j'en serais sortie victorieuse, loin de là, j'aurais tentée de me battre de manière héroïque pour tomber comme au sol après par manque de force, avant de mourir, potentiellement.

Mourir en soi *soupire* je ne suis même plus effrayée par rapport à ça. Après tout, je ne peux pas dire que je suis spécialement heureuse ici, et, ma disparition n'aura que pour effet d'empêcher tout leur plans de se réaliser. Et cet aspect là, je crois que ce crétin l'a oublié, et est juste en train de relâcher toute éventuelle frustration sur moi, de la violence inutile et gratuite. Sans parler en plus de toutes ces remarques désobligeantes en pleine gueule.

"Gnagnagna, t'es faible, t'es faible t'a perdue contre la brebis, olala Hamlin il a gagné, t'es là parce que t'a perdu." Ta gueule. Juste. Ta gueule. Tu es là juste à remuer un couteau dans une plaie déjà trop ouverte. Au fil du temps j'ai compris que je n'étais pas faite pour me battre, que j'étais loin d'être une gagnante, alors pourquoi le re-dire, pourquoi insister ? J'aurais aimée pouvoir me boucher les oreilles et ne pas entendre tout ce qu'il disait. J'aurais aimée avoir mon casque et m'enfermer dans la musique pour me dire que tout ceci n'est qu'un mauvais rêve, qu'il suffit de laisser couler le temps de... non oubliez. J'allais dire le temps d'être sauvée mais je ne suis même pas sûre qu'une once de personne puisse se soucier du fait que j'ai disparue. Et même, il est impossible pour les autres d'avoir la moindre piste donc, je devrais juste oublier ça et me dire que succomber aux blessures de Monroe était la meilleure solution. Après tout, j'étais attachée de partout, sans pouvoir bouger et ce génie n'a pas eu meilleure idée de lancer l'ultimatum "C'est OUI ou alors c'est le vide".

Ce vide, cette hauteur, je restai figée quelque temps devant, tout était... je pourrais qualifier tout ça comme effrayant, après tout, je pouvais mourir à tout moment, il lui suffisait de lâcher, mais est-ce que c'était vraiment ce que je voulais ? Tout serait si paisible si je n'étais plus là, je n'aurais plus à me soucier de rien. Plus de vilains qui viennent s'en prendre à moi pour une raison liée à la famille. Plus de soucis de famille, plus de situation délicate. Je serais probablement libérée de tout ça si c'était le cas. Je ne sais pas si on pouvait considérer ça comme lâche ou courageux mais, j'étais à bouger le plus possible pour essayer de faire que Monroe lâche prise. Jusqu'au moment où une voix qui m'était inconnue vint interrompre ces pensées morose, je me retournais comme je pouvais avant d'entendre cette personne dire que la torture ne servirait à rien.

Je n'avais aucune idée de qui il pouvait bien être, un héros ? Un complice ? Aucune idée, mais celui-ci m'extirpa du vide de manière expéditive grâce à son alter avant d'énumérer à haute voix les différents types de blessure que j'ai, certains provenant de Monroe et d'autre du mec contre qui je m'étais battue avant d'arriver ici, parce que bon : Oui j'ai peut être l'air un minimum soignée mais soyons honnête, même un collégien qui fais ses premières leçons de secouriste pourrait faire mieux. Le pire restait la phrase qu'il a dit ensuite.

"Ludwig vous à peut être pardonné la mort de son épouse, mais je ne pense pas qu'il continuera de vous soutenir si vous lui enlevez son enfant."

ZEOKFZEOPFKZEOPFKZEOPFKZOPFKZOEFK NON ! NON ! NON ! NON ! Pité, dites moi que... dites moi que je suis en train d'halluciner à cause de la perte de sang et tout et dites moi que c'est une blague. Lud...Pa.... Non, tu es censé être mort, c'est pour ça que maman a été arrêtée... Elle voulais pas que j'sois responsable... Il mens, c'est obligé ! Monroe est le vrai patron, il a repris l'affaire et il dit ça pour faire peur ! Et maman.... maman est encore en vie ? S'il vous plait dites moi qu'elle est vivante ? Je ne pouvais pas savoir si c'était du bluff ou pas mais, si, ça doit être du bluff, c'est obligé... Je commençais à fondre en larmes sans spécialement m'en rendre compte, j'avais juste envie de.... je ne sais pas. Défoncer ce connard de frère ou alors ce mec là qui viens balancer ces conneries ? Je ne sais pas. Je ne sais plus où j'en suis, totalement paumée. A se demander si ça valait le coup de continuer de se battre dans cette vie quand tout est là pour t'enfoncer encore plus. J'essayais de cracher du poison, d'une part par frustration mais aussi parce que je ne pouvais faire que ça mais rien ne sortait. Mon corps me lâchait tout simplement, je perdais connaissance petit à petit.. S'il vous plait, dites moi que je me réveillerai dans ma chambre et que tout était un rêve et si ce n'est pas le cas, faites que je ne me réveille jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 61





PNJ
Jeu 16 Aoû - 22:42

(PNJ présent(s) dans la scène :  Monroe Snicket, frère aîné de Melody, ainsi que des subalternes des Snicket)




"Je pense que votre sœur ne désire ni l'un ni l'autre, et que ce n'est pas parce que l'on fait avouer à quelqu'un via torture qu'il est une carotte qu'il pense être devenu une carotte."

Timing parfait. Monroe ne put réprimer un sourire fugace en entendant la voix du Vampir. Melody ne le regardait pas à l’instant, il pouvait se le permettre. Les Lances se saisirent de la chaise, sans qu’il n’oppose une quelconque résistance. Il grogna, toutefois, suffisamment fort pour que Melody entende. Alucard observait Melody, d’un regard qui trahissait, étrangement, un certain appétit. Monroe n’approcha pas, se contentant d’observer de loin le vieil ami de son père.

C’était le moment pour lui de rester silencieux. De se repasser ses actions dans sa tête.  Bon sang… Il avait déconné, il s’était emporté avec le coup du rebord, ce n’était pas ce qui était prévu. Il était parfaitement conscient qu’il devrait voir un psy. Mais il avait peur de s’emballer une fois derrière le bureau et de commencer à étrangler le pauvre hère qui aurait eu le malheur d’accepter un rendez-vous avez lui. Non, franchement, avec un tempérament comme le sien, le meilleur filet de secours, c’était des acolytes compétents. Heureusement qu’Alucard était arrivé à temps, Melody aurait été capable de se balancer dans le vide d’elle-même. Enfin, tant que ça servait leur cause, il n’allait pas ressasser éternellement ses erreurs.

"Ludwig vous à peut être pardonné la mort de son épouse, mais je ne pense pas qu'il continuera de vous soutenir si vous lui enlevez son enfant."

Monroe dut se retenir de ne pas exploser de rire. Pas mal, il commençait fort le loustic. Il lui avait dit, un peu avant, que Melody n’était probablement pas au fait du sort de ses parents. Il ne s’attendait pas à ce qu’il ouvre directement avec ça. J’espère que tu sais ce que tu fais. Si on l’abîme trop, quel que soit notre angle d’attaque, elle ne servira plus à rien.

Il marcha vers la sortie du toit, talonné par Mesmer, sans adresser ne serait-ce qu’un regard à sa sœur. Quand il arriva au niveau d’Alucard, il lui adressa un regard mi-joueur, mi-agacé. Un regard qui voulait dire  "Ne prenez pas trop long". Ils étaient en sursis après tout. C’était bien beau de ne pas utiliser une tanière coutumière, mais on y perdait quand même un peu en sécurité globale.

Alors qu’il posait le pied sur la première marche de l’escalier menant à l’étage inférieur, il s’arrêta net. Melody ne connaissait pas Alucard. Elle n’avait aucune raison de croire le Vampir. Monroe prit la parole, sans se retourner, d’une voix qu’il voulait douce et fraternelle.

"Tout ce qu’il dit est vrai. Cet homme est probablement la personne la plus honnête ici, je te conseille de lui faire confiance si tu ne veux pas avoir affaire à moi à nouveau."

C’était peut-être un peu trop, la menace à la fin ? C’était bien de jouer à Bon Méchant et Méchant Méchant mais il risquait de perdre en crédibilité s’il forçait trop. Quoi qu’il en soit, le mal était fait. Il comptait sur Alucard pour rattraper ses maladresses. Derrière sa façade d’homme propre sur lui, Monroe était un homme d’émotion et de violence. Surtout quand sa petite sœur était impliquée. Il n’était pas à son avantage dans cette situation, mieux valait faire ce qu’Alucard disait sans broncher, il risquait de commettre une nouvelle bévue sinon.

Une fois à l’étage inférieur, il fit signe à Mesmer.

"Comme il a demandé, et vite."

L’homme masqué hocha la tête et se pressa vers le matériel médical, tandis que Monroe s’avançait vers l’un de ses hommes, un peu plus loin. Ce dernier tendit à son patron une petite boîte qu’il ouvrit en un clin d’œil. Un Walther P38 flambant neuf s’y trouvait, lové dans un écrin de mousse. Monroe sourit, s’en saisit et accepta les deux chargeurs remplis qu’on lui tendait avant de les faire glisser dans l’arme. Un cliquetis des plus satisfaisant se fit entendre. L’héritier des Snicket s’approcha d’une des fenêtres brisées de l’étage et admira la Yokohama plongée dans la semi-obscurité qui s’étendait face à lui.

Ça allait être une longue nuit.

Toit d’immeuble désaffecté
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Yokohama :: Immeuble désaffecté-
Sauter vers: