:: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Ruelles étroites Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sauvetage ironique [PV Sonia]

avatar
Messages RP : 36

Feuille de personnage
Titre: Lady Moriarty
Expérience: 40/1000
Alter: split second
Rang C





Ryou Hanazawa
Rang C
Sam 4 Aoû - 22:51
Je viens de réaliser que je vous ait beaucoup parlé de moi, mais jamais vraiment de moi-moi. Je veux dire, Melody, Star, Lady Moriarty, les vols et tout ça, c'est bien, c'est intéressant et c'est vrai que c'est une partie importante de ma vie, c'est comme ça que je gagnais ma vie après tout, l'agence de consultante n'était qu'une couverture sans véritable client pour blanchir l'argent à l'abri des regards, mais ce n'était pas toute ma vie. Ryou Hanazawa avait toujours sa propre existence dans le monde, je veux dire, avec mon vrai nom, mon vrai visage, de vrais amis et de vrais loisirs, pas que les amis de Lady Moriarty n'étaient pas de vrais amis pour certains, enfin pour un ou deux peut-être, mais je ne pouvais pas vraiment les inviter à la maison regarder un film ou prendre le dîner, alors que les amis de Ryou, si. Et du coup, si cette vie de femme d'affaire célibataire est très certainement moins intéressante que celle d'une criminelle flamboyante, elle est importante aussi parce qu'elle a influencé les actions de ma vie criminelle, justement.

Pourquoi je voulais dire ça. Si, voilà, Digital Touch. Quel nom bizarre, je ne vois pas vraiment le rapport avec ce qu'elle faisait en tant que héros, je veux dire, digital c'est pour les doigts ou l'informatique et elle faisait du poison, mais bref, si ça ce trouve c'est évident, je sais que j'ai tendance à ne pas voir les blagues ou les jeux sur les mots comme le reste du monde donc ça ne serait pas la première fois que je passe à côté d'un truc, puis il y a plein de héros qui ont des noms stupides, genre All-Might qui n'est pas Almighty puisque ça n'existe pas la toute-puissance, ou Endeavor, ou plein d'autres, c'est comme si ils choisissaient des mots en anglais sans savoir ce que ça veut dire, comme pour les tatouages ou les t-shirts, juste parce que ça sonne bien, sans se soucier du sens. Je l'ai rencontrée, vous savez ? Digital Touch. Et pas mal d'autres héros, certains j'étais même dans leur classe à Yueï avant de quitter l'école, mais on y viendra en temps voulu, là c'est d'elle que je veux vous parler. C'est une anecdote rigolote, en plus. Et qui a peut-être de l'importance pour la suite. J'insiste sur ce peut-être, je ne sais plus, c'est pour ça que je raconte à la base, pour mettre de l'ordre dans mes souvenirs et retrouver ce qui a causé quoi ou non. Peut-être que j'en ferais un livre, un jour, je suis certaine que ça ferait un tabac. La vraie vie d'une vilaine, par elle-même.

C'était un… un… un jour de semaine, un soir de semaine d'ailleurs, mais je serais infichue de dire lequel, en tout cas c'était après un cours de dessin parce que j'avais encore mon carton plein de croquis plus ou moins terminés, certains que je dois encore avoir d'ailleurs, il faut dire que je dessine assez bien donc il y a quelques petits chef d’œuvre signés à mon nom. Je savais que le trajet retour me faisait passer non loin d'un quartier peu recommandable mais j'avais l'habitude, c'était loin d'être la première fois que je passais par là et je n'avais jamais eu de problème, il suffisait de marcher du bon côté du trottoir et personne ne venait vous embêter. Ce soir-là cependant, les petites frappes de Hosu s'étaient senti pousser des ailes et chassaient plus loin de leur tanière que d'habitude. Ils n'ont donc pas vraiment hésité à me tomber dessus, à trois en plus, avec des dégaines de loubards. Torse découvert, pas de manches, coiffures extravagantes, grimaces ridicules et assurance injustifiée, le modèle classique. Deux devant et un troisième qui se pensait discret mais que j'entendais piétiner dans mon dos.

Alors comprenez-moi bien. On parle là de gamins antisociaux de base, qui pensaient simplement que le crime était un moyen plus facile ou agréable de remplir leur vie, rien à voir avec de vrais vilains qui mettent les formes et les efforts dans leurs crimes, comme moi ou l'Alliance des Vilains, ou les yakusas. Je n'ai donc aucun scrupule à les mépriser. Notez quand même l'ironie, ils auraient tous eu peur de Lady Moriarty mais attaquaient Ryou Hanazawa comme si elle était une proie sans défense. Et comme je voulais justement garder cette image de gentille fille, de pauvre employée de bureau incapable de se protéger toute seule, bien loin de la fière et redoutable Lady Moriarty, j'ai dû faire semblant de trembler de peur en les voyant m'encercler.

"Salut ma grande. T'as pas quelque chose à nous donner ?"

Une partie de moi avait envie de jouer le jeu, de sortir mon portefeuille en suppliant et de leur laisser les quelques liasses qu'il contenait, autant dire pas grand-chose. Une autre avait envie de leur casser la figure pour leur apprendre le respect et pour qu'ils arrêtent les agressions sans ambition. Et me fichent la paix. Mais dans une imitation parfaite de panique réelle, j'ai juste tendu le carton à dessin devant moi en tremblant comme si je voulais qu'ils le prennent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 26
Messages RP : 2

Feuille de personnage
Titre: Digital Touch
Expérience: 0/1000
Alter: Poison
Rang C





Sonia Umimaru
Rang C
Dim 12 Aoû - 23:29
Depuis qu'elle avait décroché son permis de héros pro, Sonia trouvait ses journées bien plus actives que pendant ses cours. Même si certains étaient plus tranquilles, sans trop de crimes à sa portée, c'était toujours très intense quand il y en avait, parce que beaucoup avaient des pouvoirs, que ce soit les vilains ou les vigilants, ces civils qui n'avaient pas envie de passer par l'école malgré leur envie de justice et qui préféraient s'en servir illégalement. La compétition était devenue bien moins rude depuis les derniers événements, d'ailleurs, il restait beaucoup plus de miettes de crimes pour les héros pro plus jeunes. De ce fait, Sonia ne pouvait pas vraiment dire qu'on la payait pour ne rien faire, sa simple présence avait pour but de rassurer les civils. Même si elle n'était pas spécialement intimidante ni une grande fana des interviews, elle espérait qu'un jour son visage ou son nom suffirait à faire fuir les bandits de bas étage qui donnaient une mauvaise réputation à la ville.

Par chance un cas s'annonçait déjà à Sonia, un attroupement de voyous dans une ruelle, bien sûr là où elle regardait constamment vu que tous les crimes de ce genre se déroulaient à l'abri des regards. Ils ne semblaient pas très intelligents d'ailleurs, vu qu'ils préféraient agir dans l'ombre alors que c'était justement prévisible pour les héros qui savaient déjà où traîner leur regard. Sans trop attendre que la victime se fasse un peu plus maltraiter, Sonia approcha, demandant la raison de leur présence. Elle poussa alors un long soupir en les entendant la rembarrer comme ils le faisaient souvent. Pourtant se mêler des affaires des autres était bien un des plus importants aspects de la vie de héros, sans ça elle ne pourrait rendre service à personne car elle passerait son temps à laisser les gens se débrouiller eux-mêmes. Mais son rôle n'était pas d'être aimée de tous, c'était de créer un sentiment de sécurité dans les alentours.

Il fallait donc passer à l'action, maintenant que les individus avaient refusé d'obtempérer, ce qui lui plaisait déjà un peu plus. En voyant qu'elle refusait de rester en-dehors de tout ça, les voyous commencèrent à s'attaquer à elle. Ils n'étaient que trois, mais il ne fallait ni les sous-estimer pour autant, ni les malmener à cause de ça. Comme une civils se trouvait au milieu du groupe, il valait mieux éviter d'utiliser des attaques gazeuses, ce serait plus qu'incommodant pour la dame. En revanche elle pouvait user de corps à corps pour les neutraliser efficacement, ce qui était nettement plus efficace et précis. Le premier avait un pouvoir qui lui permettait de transformer ses poings de chair et d'os en poings d'une autre matière au choix, que ce soit du bois, de l'acier, ou même du sucre si il le voulait. Il se pensait invincible car il pouvait réduire des murs en gravats, mais Sonia comptait lui faire comprendre qu'il se trompait lourdement. En effet, il ne fallait pas se reposer sur son pouvoir, il devait servir de soutien, de dernier recours en cas d'échec de la méthode "humaine". Ainsi elle évita son premier crochet du gauche, agrippant son poignet pour lui faire une clé de bras jusque dans le dos, utilisant son index pour le piquer dans le cou avec une épine de poison engourdissant destiné à le déboussoler assez pour le rendre inoffensif quelques instants. Le second pouvait tirer des munitions de chair avec son propre corps à la manière d'un pistolet, ce qui lui permettait de l'attaquer à distance sans problème, bien que ce soit limité en munitions au total. En plus de ça, il pouvait tirer sur la civile à tout moment car il se trouvait derrière elle. En revanche la troisième lui aussi était axé sur la proximité puisque son pouvoir lui permettait de réduire la taille d'une personne touchée avec ses mains nues. Il n'attendit pas le prochain numéro pour l'attaquer, tendant les mains vers elle pour la réduire. Sonia lui prit alors les poignets de part et d'autre de son corps pour lui infliger un coup de genou au menton et l'envoyer dans une benne à ordures, clairement sonné.

Comme elle le redoutait, le deuxième voyou sur les trois tenait en joue l'otage afin d'empêcher l'héroïne d'agir à sa guise sur lui. Un autre aspect du métier se découvrait alors, il s'agissait de la négociation qui remplaçait parfois la violence dans certains cas. Sonia lui proposa alors de faire un échange, l'alléchant avec l'idée de tuer un héros et de "monter en grade" si tant est qu'il y en ait chez les vilains. Il accepta alors, laissant la dame partir en pointant son index sur le visage de Sonia pour la menacer. Une idée lui vint alors, elle se mit alors à jouer les victimes, lui avouant qu'il pourrait se servir de ses mains pour autre chose qu'abîmer sa jolie peau. Elle commença alors à mettre sa poitrine en valeur avec ses bras de façon peu subtile mais assez pour ne pas basculer dans le vulgaire. Le voyou visiblement émoustillé commença à s'approcher, convaincu de la tenir dans le creux de la main avec son pouvoir imparable. C'est à ce moment qu'elle remit quelques mèches de cheveux derrière ses oreilles, avant de soudainement claquer ses mains sur ses tempes pour le déboussoler. Elle profita de ce bref instant pour le plaquer au sol, un bras en clé dans le dos comme pour le premier, injectant son poison soporifique dans son cou pour qu'il fasse un joli somme. Elle fit de même avec les deux autres en train de reprendre leurs esprits, avant de s'approcher de la victime, si elle n'était pas déjà partie.


-Tout va bien ? Ils ne vous ont pas violentée ? Est-ce qu'ils vous ont volé quelque chose ? C'est l'occasion de le leur reprendre si c'est le cas, tant qu'ils sont encore avec nous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 36

Feuille de personnage
Titre: Lady Moriarty
Expérience: 40/1000
Alter: split second
Rang C





Ryou Hanazawa
Rang C
Mar 14 Aoû - 0:01
Elle n'est pas forcément l'héroïne la plus impressionnante, à première vue, c'est vrai. Je veux dire, elle n'a pas vraiment de costume remarquable ou flamboyant, en fait on dirait presque des habits de tous les jours. Mais il ne faut pas s'y fier, hein, elle sait vraiment y faire ! La voir comme ça, en vrai, c'est complètement autre chose qu'à la télévision. Elle a une assurance, une présence, on sait tout de suite à qui on a affaire. Et la façon dont elle a rétamé ces pauvres débiles ! Clé de bras, coup dans la nuque, pif, blam, elle les a envoyés au tapis comme si c'était rien, sans presque se servir de son alter ! Et quand un des idiots a voulu me prendre en otage – oui, bon, j'aurais dû lui briser le bras avant qu'il tente quoi que ce soit, mais j'étais absorbée par la contemplation d'une héroïne, une vraie, en train de se battre pour moi. En plus, même avec son doigt pointé vers ma tête, il restait trop mou et confiant pour réussir quoi que ce soit si je venais à devoir sauver ma peau toute seule – vous auriez dû voir comment elle l'a charmé, comment elle l'a fait manipulé facilement, elle s'est jouée de lui avec maestria avant de le sonner, vlam ! A partir de là il était cuit, prise de soumission, somnifère, et il s'est retrouvé aussi inutile que ses camarades.

Et moi, pendant ce temps là ? Et bien c'est comme je vous disait, je profitais béatement du moment, mon carton à dessins serré contre mon torse et des étoiles pleins les yeux. C'était loin d'être la première fois que je voyais un héros en action d'aussi près. J'en avais même vu de plus près encore, techniquement, quand j'avais donné un coup de boule à l'un d'eux. Seulement, justement, j'étais de l'autre côté de la barrière d'habitude, à subir les attaques et rendre coup sur coup, et je devais refréner mon envie de contempler si ne je voulais pas me faire démolir et envoyer derrière les barreaux. Ce jour là cependant, aucun risque, je n'étais qu'une citoyenne ordinaire aux anges d'avoir été sauvée avec tant de style ! J'en avais même du mal à trouver mes mots quand elle s'est tournée vers moi – vers moi ! – pour me demander comment j'allais ! J'ai juste réussi à bafouiller quelque chose, à la fois trop rapide et trop flou dans mon propre esprit pour qu'elle ait le moindre espoir d'y comprendre quoi que ce soit, puis j'ai vigoureusement secoué la tête pour dire que non, ils ne m'avaient rien pris, je n'avais rien, tout allait bien.

"Nonon,ilnonrieneuletemdefaire,voulesavezarrêtésivite,ohmondieu,cétaisicool,ohmondieu, escequevouvoulezbienmesignerunautographe,silvouplait?"

Toujours fébrile, peut-être même plus que d'habitude, je ne parvenais plus à contenir mon excitation et m'approchait à grands pas d'elle, les bras toujours serrés sur mes dessins, trop occupée à la dévorer du regard, là, toute seule avec moi, rien qu'à moi l'espace d'un instant, la vraie Digital Touch qui me parlait à moi !
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Ruelles étroites-
Sauter vers: