:: SUR LE TERRAIN :: Musutafu (Tokyo) Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Verkaufen Sie Äpfel ? [David]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages RP : 10

Feuille de personnage
Titre: Blonder Zünder
Expérience: 0/1000
Alter: Détonateur
Rang C





Evangeline Pulver
Rang C
Lun 6 Aoû - 22:24
Faire des recherches sur le Trigger est quelque chose d'assez délicat, car, comme me le disait l'autre tanche que j'ai arrêtée il y a de cela quelque mois : Le trafic est en train d'être exporté, et va sérieusement s'intensifier. Et là où est tout le problème : Il n'y a rien ! J'ai beau éplucher toutes les actualités japonaises il n'y a rien qui pouvait avoir un quelconque rapport avec le Trigger.

Enfin, presque : Une école s'est retrouvée complètement détruite par un groupe de vilains, tuant en même temps professeurs et élèves. En soi, cela pourrait être une piste mais... je n'y crois pas trop, ayant été témointe des ravages que pouvait faire le Trigger et des différents effets, cette attaque paraissait trop.... propre. A voir si d'autres compléments d'enquête seront communiqués, mais en attendant, je préférais ne pas suivre cette piste.

Je décidais donc d'opérer de la même manière qu'en Allemagne. La récolte d'informations, a commencer par les différents revendeurs de drogue. Cela me permettrait de voir plusieurs choses :  les différents articles proposés, ceux qui se contentent de revendre et ceux qui produisent. Faire une liste de ce genre est très compliqué surtout lorsqu'on est une personne totalement inconnue de leur réseau. Se rabaisser à jouer les droguées cherchant du réconfort dans différentes substances en errant dans des lieuxs remplis de débauche. Cela avait fonctionné en Allemagne, alors pourquoi pas ici ?

Pour que tout se passe bien il fallait cependant bien prendre en compte plusieurs choses en premier : L'apparence. Hors de question que l'on voit ni mon apparence civile, ni mon apparence rééle. Pour cela il fallait changer d'apparence une fois de plus, à commencer par cacher les différentes cicatrices et brûlures que l'on pouvait voir sur le visage et sur tout le corps, je n'hésitais donc pas à y aller sévèrement avec le fond de teint et la poudre, afin d'obtenir une couleur homogène qui corresponde assez bien à ma couleur de peau initiale. Je continuais en donnant un effet de grosses cernes pour donné un air fatigué. Pour mes bras, les cacher prendrait entièrement prends trop de temps, je me contentais donc de les couvrir grâce à des vêtements à manches longues. Ensuite les yeux : Pour cela, un cache oeil différent et des lentilles de couleur faisaient l'affaire. Il me restait donc juste les cheveux, une perruque courte noire avec des cheveux en pétard mal coiffés faisait l'affaire. Le tout me donnait un air de demoiselle dans la débauche, peu fortunée et pas spécialement clean.

Une fois ce magnifique travail de maquillage terminé, je décidais donc de sortir, en prenant soin de mettre diverses babioles dans les poche de mon pull à capuche au cas ou la situation tournerait mal. Désormais, il me restait plus qu'à errer dans les rues de ces quartiers chauds et peu fréquentables, afin de commencer à faire connaissance avec quelque trafiquants, et me donner une idée de quel genre de personne je vais finir par stalker allègrement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 76

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 105/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Mar 7 Aoû - 18:24
"J'ai un boulot qui devrait t'intéresser..."

"Surprenez moi."

Mon interlocutrice ne met pas longtemps à me sortir ce qui ressemble à un injecteur militaire. Je lève un sourcil, tandis qu'elle commence à le faire tourner entre ses doigts.

"Tu sais ce que c'est ?"

"Jamais vu."

"C'est une nouvelle drogue de combat. Du Trigger, comme les déchets qui le deal l'appelle. L'effet sur l'Alter est radical. La puissance de base du sujet est doublé, au minimum. Ce genre de truc sur le marché ça sent pas bon, c'est mauvais pour les affaires. Je veut que tu remontes la piste. Je dois savoir qui est le gros bonnet qui s'amuse à débarquer cette saloperie sur notre territoire."

"Notre territoire hein..."

"Quoi ? Tu es japonais Maraudeur, cet endroit est encore ton pays à ce que je sache. File nous un coup de pouce avec ça et le Syndicat, l'Empereur et moi on te le rendra."

"Si j'avais su que grâce à vous je deviendrai une barbouze..."

"Réussi ça pour nous, et je t'obtiens l'accès à tout les réseaux d'égouts de nos grandes villes."

"Vendu."




Les rues de Kabukicho sont toujours plus agréables quand on les observe depuis un toit. On évite les ivrognes, la drague homosexuel, les prostituées, les yakuzas et les flics. Et ça me permet d'interroger les gens tranquillement, sans vraiment ce faire voir. Et vu le bordel que fait ce quartier quand le nuit commence à tomber, personne ne vous entend mener des interrogatoires "musclés".  

"Qu'est ce que tu peut me dire sur le trigger."

"Je sais pas ce que c'est et si je le savais je te dirais rien Maraudeur, a toi comme à ton pote le baveux."

"Pote le baveux..."

Je soupire derrière mon masque. Daichi est un petit dealer du coin spécialisé dans le cocaïne, l’héroïne et le Trigger depuis quelque jours. Mais il est aussi en lien avec des plus gros poisson : ces fournisseurs bien sur, mais aussi des vendeurs d'armes, des macs, des terroristes divers. Bref, tout le monde. Et si quelqu'un sait qui fournit cette nouvelle drogue directement sur le sol japonais, c'est bien lui.

"Met lui la main devant la bouche, puis brise lui un doigt ou deux. Si il veut toujours pas parler passe à la vitesse supérieur, mais uniquement si il ne veut pas parler."

"Tu me prend pour une tap... HHUUUUMMMPPPFFF !"

"Des doigts."

Nom de dieu, que cette soirée va être longue.


Dernière édition par David Matsui le Dim 12 Aoû - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 10

Feuille de personnage
Titre: Blonder Zünder
Expérience: 0/1000
Alter: Détonateur
Rang C





Evangeline Pulver
Rang C
Mar 7 Aoû - 20:08
Trouver quelqu'un pouvant me vendre sa drogue ou d'autres substances illicite était une tâche qui s'avérait au final être.... délicate. La première est que les revendeurs n'ont pas l'air d'être la monnaie courante de ce quartier à un premier abord. En même temps, je devais m'en douter, au vu de ce qui peut se revendre il devait y avoir une manière de prendre contact avec eux et de les reconnaître avant de pouvoir les rencontrer, après tout, cela marchait souvent comme ça : Au bouche à oreille.

L'habitude que j'avais en Allemagne, c'était avant tout de colporter les informations auprès de gens complètement ivres, l'alcool les rendants assez docile et communiquants. Ici, cela était nettement plus délicat, en premier à cause de la langue. Je ne maîtrise pas le japonais, je possède encore beaucoup de lacunes dans ce langage de base mais autre chose posait problème : La manière de parler des gens peut relativement changer lorsque celui-ci est ivre. Cela peut être en débit de parole modifié, en syllabes oubliées et je passe de détails. Autant vous dire que, essayer de comprendre ne serais-ce qu'une phrase dans ces conditions me donne un mal de crâne similaire à des explosions provenant de mon alter.

Désespérée de ne pas spécialement trouver mon bonheur au sol, dans ce pays qui reste encore une grande énigme pour moi, je me décidais de me diriger vers les toits histoire de prendre de la hauteur. Voir la ville de haut, je m'en fichais un peu le plus intéressant étant ce qu'il pouvait se passer dans cette partie de la ville auquel peu de gens font attention. Sauf quand un héros beau gosse et élancé hurle du haut de celui-ci pour faire une entrée en scène spectaculaire mais ceci, c'est autre chose. Il pouvait y avoir aussi des réglement de compte et d'autres petites affaires demandant le moins de témoins possible.

Bref, une fois avoir fait l'ascension jusqu'au toit d'un immeuble par le biais d'escalier, je soupirais un bon coup avant de m'allumer une cigarette. Je ne suis pas une grande fumeuse mais en fumer une me détend lorsque certaines situations commencent par me désespérer. J'ai pu constater au japon que pour fumer dans des lieux publics, cela se faisait principalement dans des espaces fumeurs dédiés sous peine d'avoir une amende de 2000 yens. Un détail anodin ici mais qui n'existe pas spécialement en Allemagne par exemple. Un détail qui.... me rappelle le nombre de paramètres à prendre en compte pour passer pour une personne polie et civilisée dans ce pays. Je ne parle même pas de la vision de certains japonais par rapport aux touristes.. Enfin bon, ici, je suis sur un toit donc, je ne pense pas que cela puisse déranger qui que ce soit.

Je regardais autour de moi, profitant de la hauteur pour avoir la vue sur plusieurs toit jusqu'à voir une scène assez intrigante au niveau d'un immeuble voisin, un peu plus bas que le mien. Deux personnes agressant quelqu'un. L'un était masqué, l'autre était difforme, probablement du à un Alter. Là où j'étais, il était impossible pour moi d'entendre quoi que ce soit. J'étais tout de même aux aguets, allongée pour éviter d'être repérée et prenant le soin d'éteindre ma cigarette non terminée et de mettre ce qu'il restait dans ma poche. Au mieux elle pourra servir à faire une explosion digne d'un pétard si je veux effrayer un enfant ou un petit animal mais bon, autant éviter qu'une fumée aussi légère soit-elle reste présente, cela ne pourrait que révéler ma position, et, ce n'est pas bon pour l'espionnage, si j'avais regardée autour de moi plus tôt, je me serais probablement abstenue d'ailleurs. Petite faute professionnelle, je l'assume.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 76

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 105/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Mar 7 Aoû - 20:58
Le hurlement du dealer est contenu par la main de mon Alter. Une griffe de Wendigo est mordu frénétiquement par l'homme qui se fait briser les doigts un par un devant moi. Tactique de base : si on doit empêcher quelqu'un de crier sa douleur, et si on veut lui éviter de se trancher la langue, on le fait mordre dans quelque chose de dur.
La scène est nécessaire, mais elle ne me plaît pas. Je ne comprendrai jamais les gens qui aiment ça. C'est salissant, c'est dégradant mentalement voir physiquement, c'est un excellent moyen de prendre conscience qu'on est tous un monstre en puissance.
Et les détails vous reviennent durant les moments les moins indiqués.

"Schtop...schtop... ch'est von... arrête cha..."

Daichi n'a pas bonne mine. Vraiment pas bonne mine. Son visage est rouge comme une tomate, tandis qu'une quantité énorme de sueur suinte de tout son corps.
Je savais qu'il ne tiendrait pas longtemps. Il n'a pas grandi dans les bas fond, il ne c'est jamais fait tabasser sérieusement, il n'a sans doute jamais tué quelqu'un. C'est un gosse de riche, qui fournit une clientèle très éloigné du prolo moyen. Ce genre d'abruti n'est pas capable de résister bien longtemps à la douleur. Mon Alter le laisse tomber au sol tandis que je me rapproche de la scène.
Le bourge cherche désespérément mon regard mais il ne tombe que sur mon masque. Une cagoule doublé d'un bonnet et des lunettes de ski teintées. Pas de quoi observer mes réactions faciales. Pas de quoi voir que ce que je lui fait me répugne.

"Le Trigger."

"Le... Trigger..."

"Prend ton temps. Tu respires d'une manière trop saccadé. Voila, comme ça c'est mieux. Maintenant le Trigger."

"Je sais pas qui est le grand fournisseur..."

"Des doigts."

La menace tacite ne semble pas capable de stopper son speech.
Je me demande si il a volontairement choisi d'ignorer Wendigo ou si c'est pour prouver sa bonne fois du mieux qu'il peut.

"Mais je sait que le type qui nous le vend à kabukicho s'appelle Max Wailterdorf. C'est un gaijiin... un allemand qui est la pour voir si la recette de base s'adapte bien aux Alters locaux. En remontant jusqu’à lui tu pourras avoir le nom de son supérieur, et ainsi de suite."

Un allemand ?
Voila qui est intéressant.
Le Trigger viens peut être d'Allemagne... Ou alors c'est juste un mercenaire qui a vu dans le Japon l'opportunité de sa carrière. Dans les deux cas je vais devoir me préparer : je pense que ce sera un défi autrement plus important que de tabasser un gosse de bourge qui joue au gangster. Et qui finira sans doute mort avant même que ses doigts terminent de guérir, vu la gueule de ses méthodes de défenses.

"C'est trop gros... trop gros pour toi. Tu vas crever Maraudeur, comme ton pote le débile tu vas putain de crever... Moi et mes gars on retrouvera vos petits culs dans le caniveau. Et ce sera putain de génial."

"Daichi... je crois que tu ne nous parlerai pas comme ça si tu savais qui nous a donner ton nom sur ce coup. Je ne suis pas une balance contrairement à certain, mais je crois que te mettre une balle maintenant serait plus un acte de pitié qu'autre chose.

Son regard change soudainement de saveur tandis que je souri comme un gamin derrière ma cagoule. Comme si j'allais m'amuser à ouvrir le feu pour rien. Ce connard se démerdera tout seul. Après tout il est censé être majeur.


Dernière édition par David Matsui le Jeu 16 Aoû - 17:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 10

Feuille de personnage
Titre: Blonder Zünder
Expérience: 0/1000
Alter: Détonateur
Rang C





Evangeline Pulver
Rang C
Mar 7 Aoû - 21:59
Des fois, je me dis qu'il faudrait vraiment que je puisse trouver un moyen pour entendre des conversations à distance, comme des gadjets permettant d'augmenter l'acuité auditive ou alors juste un mouchard que je pourrais lancer à proximité. Malheureusement, je ne possède rien de tout cela, et tout ce que je peux faire désormais, c'est analyser la scène du mieux que je peux.

La personne se faisant malmener avait l'air d'avoir capitulé et de donner les informations voulues aux deux personnes. Quel dommage de ne pas pouvoir lire sur leur lèvres, d'une part à cause de la distance qui ne me permet pas de voir distinctement et d'autre part à cause du masque du mec qui l'iterroge... Je me retrouvais donc dans cette situation foireuse où j'ai une potentielle information devant moi, mais qu'il m'est impossible d'acquérir à cause de la distance. Sauter directement sur leur toit et aller demander directement serait une option envisageable et rapide qui m'empêcherait d'effectuer une énième filature.

La seconde solution est de justement, jouer la carte de la sécurité, descendre rapidement de l'immeuble pour pouvoir me rendre au niveau de celui où se déroule la scène, attendre que leur échange se termine et espérer qu'une des trois personnes ici-présentes finissent par sortir. Le soucis dans cette solution, c'est que l'immeuble possède probablement plusieurs sortie et que je n'ai strictement aucune idée de celle qui sera utilisée pour sortir. A partir de là, cette solution a énormément de chances de me faire perdre ma piste. Je réfléchis donc un court instant, avant de me dire qu'au final, intervenir maintenant pour choper les informations serait la manière la plus judicieuse.

Par contre, hors de question de sauter et d'arriver de manière banale, d'un côté car le saut que je vais faire va très probablement se voir ou s'entendre, et aussi parce que je dois être sûre de pouvoir être en position de force afin de mener mon interrogatoire. Pour cela, ma manière d'agir était toute trouvée.

Je commençais par sortir un petit sac de billes de la poche de mon pull, afin d'en sortir six. Je commençais par en infuser qu'une seule avant de ranger tout le reste pour avoir au final, une bille infusée dans une main, cinq normales dans l'autre. Ensuite, je regardais le saut à effectuer afin de voir quel élan il faut prendre afin d'être sûr de ne pas se râter. Sur ce côté là, ça allait largement. Pour la suite, c'était simple : Je lançais la bille infusée assez loin, avant de la faire exploser, cela ferait détourner le regard des personnes en dessous assez de temps pour que moi je puisse sauter sans me faire remarquer. Je profiterai du saut pour infuser les cinq billes dans ma main et les jeter sur le toit où j'allais attérir, créeant un petit champ de mines me permettant d'être en posistion de force. Tout ce qu'il me reste à faire ensuite c'est d'attérir correctement, et de placer une magnifique tirade pour expliquer ma présence.

-Bonsoiir ~ Permettez moi de m'inviter dans votre petite sauterie, voyez vous, moi aussi je raffole d'informations provenant de gens malhonnête, et je serais ravie d'entendre vos merveilleuses histoires. Avant que ce toit n'explose, bien entendu ~


Et bien sûr, toujours mettre une petite menace pesante à la fin, histoire de montrer que nous possédons toujours un coup d'avance sur les gens. Il va de soi que je ne ferais rien sauter si cela peut provoquer la mort de quiconque mais qui d'autre que moi est censé le savoir ici ? Laissons le bluff parler le plus possible. Mais bon, il faudra vraiment que je fasse attention à ma prononciation la prochaine fois, j'ai peur que l'accent allemand fasse perdre toute crédibilité à mon entrée en scène.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 76

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 105/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Mer 8 Aoû - 18:23
L'accent Allemand donne un drôle de résultat quand il s’applique au japonais. Une sonorité assez inédite, suffisamment chiante pour rendre compliqué la compréhension des mots les plus simples. Au moins j'ai capté l'essentiel. Les infos, et le toit sur le point d'exploser. Putain de gaijin de merde, comme si j'avais que ça à foutre que de me faire prendre en otage. Est ce qu'elle accompagne son compatriote dealer ou est ce qu'elle bosse en solo ? La coïncidence est trop grosse, il doit y avoir un lien. Je tourne ma tête vers l'autre imbécile de dealer tel un chat en rut devant une femelle.

"Daichi, explique toi. Maintenant."

"Je sait pas du tout ce que... NON PUTAIN ARRÊTE PAUVRE CON JE SAIS PAS... JE SAIS PAS JE TE DIS !"

Mon impulsion mentale fait lâcher Wendigo, qui a déjà retiré la chaussure de l'autre idiot. Les doigts de pieds de ma victime retombe intact au sol, avec un soupir de soulagement. Personne ne me voit lever les yeux au ciel derrière ma cagoule. Je pense que c'est également le cas pour la main que je viens de coller sur le calibre, juste derrière ma ceinture.

La situation est tendue... très tendue...

"Comment... Daichi, au nom du ciel, comment un mec aussi fragile que toi peut être pote avec des putains de Yakuzas ?"

"Va te faire foutre Maraudeur."

"Faire exploser le toit. Dévorer cette salope."

"Merci Wendigo, vraiment... comme si on avaient pas assez de problème comme ça."

Une observation rapide me permet de jauger mon interlocutrice surprise du mieux que je peut. C'est une gaijiin d'une bonne vingtaine d'année, avec un œil en moins et l'autre chargé de la lourde de surveiller au moins trois personnes. Elle est bien foutue : visage relativement harmonieux, belle poitrine, musclée. Beaucoup plus musclée que la citadine de base. Je parierai pour une mercenaire, ou pour une héroïne étrangère qui prend des heures supplémentaires. En cherchant des compatriotes dealers peut être ?

"Ma maman m'a dis de ne pas parler aux gens que je ne connaît pas. Encore plus quand ils sont allemands."

"Pas encore... j'ai déjà donné merde !"

"C'est le karma. Va falloir te faire à ça si tu joues au gangster toute ta vie."

"C'est vrai que cette remarque est vachement pertinente, monsieur le vigilant éventreur de cadavre."

Touché.... Pauvre connard.

"Soit tu fermes ta gueule, soit je brise ta putain de mâchoire."

La menace plane un peu avant de faire son petit effet. Maintenant nous avons du silence. Mais ça m'étonnerai qu'il reste intact bien longtemps.


Dernière édition par David Matsui le Jeu 16 Aoû - 17:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 10

Feuille de personnage
Titre: Blonder Zünder
Expérience: 0/1000
Alter: Détonateur
Rang C





Evangeline Pulver
Rang C
Mer 8 Aoû - 19:14
Utiliser l'effet de surprise pour faire régner la confusion, j'adore. J'adore aussi quand un plan se passe sans accroc, mon attérissage fut réussi et ma demande a bien été entendue par les personnes se trouvant en ce lieu. Je restais sans rien dire, analysant la réaction du duo et de leur victime. Un second interrogatoire se faisait brièvement, la seule information que je retenais était que le fragile se faisant victimiser était à fricoter avec les Yakuzas. Il est bon de savoir que dans tout les cas, cette magnifique intervention n'ait pas servi à rien dans tout les cas. Par contre, le deuxième mec avait l'air bien louche, son apparence n'inspirait de base pas confiance mais la seule phrase qu'il a décidé de sortir n'était pas mieux non plus.

En réalité, je ne savais pas si je devais continuer de prendre toute cette situation au sérieux, après tout, je suis déjà tombée sur des interrogatoires beaucoup plus sérieux que ça pour commencer et puis... Un fragile, un homme masqué et un mec sortant délibérément qu'il à un penchant pour la consommation de "Salopes", cela ressemble à le début d'une mauvaise blague d'humour noir qu'on serait capable de sortir en repas de famille arrosé. Et même les réponses n'étais d'un calibre assez puéril, quand on me disait qu'au Japon j'allais avoir à traîter aec des gens sérieux.... le "Ma maman m'a dis de ne pas parler aux gens que je ne connaît pas" faisait limite.

A partir de là, j'étais prête à me moquer gentillement d'eux et de jouer à nouveau la dissuasion pour m'approcher, jusqu'à ce que j'entende une certaine phrase provenant de l'autre victime continuant de geindre. "Monsieur le vigilant éventreur de cadavres" Enfin une autre information intéressante me permettant de savoir à qui j'avais affaire exactement. Le fait d'être devant au moins un vigilant était en soi quelque chose de potentiellement sympathique pour les affaires. Après le côté "éventreur de cadavres" était fortement discutable mais soit.

"On dirait que les manières de faire des Japonais sont bien différentes de chez moi, mais vois-tu, l'efficacité Allemande restera toujours supérieure ~ Donnez moi donc ce que je veux, aucune victime en sera faite et tout le monde pourra rentrer chez soi. Sauf ce "Daichi", j'ai d'autres projets pour lui ~"


Après tout, il serait dommage que celui-ci décide de tout balancer a propos de ce qu'il se passe actuellement, déjà que les mafieux n'aiment pas les balances... Les mettre au courant qu'on a la piste les mettraient dans un état fâcheux, et ce pauvre homme pourrait avoir son espérence de vie écourtée à cause de cela. Une mort, ce n'est jamais bon, donc autant laisser la police s'occuper de lui bien comme il le faut ~ Mais bien sûr pour cela, il faut qu'on m'obéisse bien comme il faut.

"Certains Vigilant sont moins enclins à la collaborations que d'autres ~ Personnellement, je laisse toujours une chance, alors je vais me contenter de faire des "Tic, Tac, Tic, Tac" jusqu'à avoir votre réponse, pour rappeler tout de même que cet endroit peut exploser à ma simple volonté ~"


Je conçois que si c'est une collaboration, celle-ci se fera par le biais de la menace, mais elle reste malgré tout valide ! Après tout, ils ne sont toujours pas au courant que je ne compte pas réélement tout faire péter, et ça, ça reste un atout de taille dans ce genre de situations.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 76

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 105/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Jeu 9 Aoû - 18:22
Je vais devoir la jouer prudemment.
Cet immeuble est occupé, je n'ai clairement pas envie qu'un effondrement de toit massacre une bonne vingtaine de gens au hasard. Quelle salope... soit je coopère avec une parfaite inconnue, soit je risque de laisser arriver un acte terroriste. Je risque l'explosion quoi qu'il arrive maintenant que j'y pense... Rien ne me dis qu'elle ne fera pas sauter l'immeuble pour me faire taire de toute façon.
Mes pensées sont soudainement interrompus par les chuchotement de l'autre minable.

"Maraudeur... il y a des gens dans cet immeuble."

"Je pensais pas que tu en aurais quelque chose à foutre."

"Non. C'est pas ce que je veut dire. Il y a des "gens" dans cet immeuble."


Ah. Des "gens" hein. Voila une information intéressante. Si le toit de cet immeuble saute, il y a de grandes chances qu'on se retrouve sous le feu d'une bande de type déterminé à défendre leur peau. Daichi marque un point. Si ce bordel s'effondre et que lui, moi et l'autre boche on tombe droit dans l'étage du dessous, on ne survivra peut être pas à la réaction de pointes du milieu. Putain, tu parles d'un choix...
Si je lui donne des infos je pourrait causer des morts.
Si je l'attaque je pourrait causer des morts.
Bon bah... Autant choisir de ne pas choisir.

"Va falloir que tu t'accroches avec ta main valide ou il te lâchera au dessus du vide."

"Je te demande pardo
OOOOOOOONNNNNNN"

Trois secondes. C'est le temps qu'il faut à Wendigo pour nous attraper du mieux qu'il peut, partir à toute vitesse via un magnifique sprint, et sauter aussi vite que possible vers le toit le plus proche. Daichi hurle. Je ne sait pas si ce connard bouffe de plein fouet l'état de ses doigts, ou si c'est le fait de complètement perdre le contrôle qui lui donne ce timbre si particulier.
La seconde ou mon Alter me tiens au dessus du vide produit un drôle d'effet en moi. Elle parait plus longue, plus étirée. Je suis calme. Très calme. L'adrénaline me permet d'attraper mon flingue, et de ne pas le faire tomber.

Mon Alter nous "dépose" derrière une conduite d'aération. Ma victime s'effondre en chouinant, la faute à sa main droite, tandis que je me réceptionne avec une roulade beaucoup trop épique pour être vraie. Il ne me faut pas beaucoup de temps pour me plaquer à la conduite, ordonner à Wendigo d’intercepter tout ce qui arrive, et tirer.

Mon calibre claque deux fois, le gangster du pauvre pousse un petit cri en entendant les détonations. Incroyable, vraiment. Si ce fils de pute sort vivant de ce merdier, ce dont je doute fortement, il mourra étranglé par son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 10

Feuille de personnage
Titre: Blonder Zünder
Expérience: 0/1000
Alter: Détonateur
Rang C





Evangeline Pulver
Rang C
Jeu 9 Aoû - 21:39
Décidément..... je pense que je vais finir par vraiment revoir mes manières de faire pour mes futures interventions, car là, non non et non ! Cela ne va pas du tout. Il était censé commencer à parler et à co-opérer, et non à se décider de se jeter dans un immeuble adjacent ! En Allemagne, tout se serait passé de manière totalement différente, mes compères sont trop prévoyant dans ce genre de situation pour prendre le moindre risque. Je m'approchais tout de même du bord de l'immeuble, cachée pour pouvoir regarder là où il allaient attérir dans un premier temps, mais aussi pour savoir une chose : Fuite ou Repli stratégique ?

Leur solution avait avant tout l'air d'être un repli stratégique. L'homme difforme était là, sur le toit bien visible, tandis que les deux autres avient quittés mon champ de vision. J'était prête à sortir ma tête un peu plus de ma cachette afin d'avoir plus de détails mais "PAN, PAN". Deux coup de feu, vers ma position. Sur le coup, je ne fis qu'un bon avant de me planquer entièrement. Les balles n'étaient vraiment pas passées loin. Scheißkerl ! Le flingue c'était pas prévu dans l'équation, ça ne va pas du tout le faire là !

Il me fallait trouver une solution, ce mec a un flingue, et il sait s'en servir. Dans un monde où beaucoup préfèrent se la jouer avec leur alter, ceux maîtrisant une arme ont un certain avantage. Surtout quand ils récupèrent un avantage lié au terrain... Je vidais mes poches, planquée, afin de voir les différents objets que je possédais, il m'en fallait de tout petits pour pouvoir mettre mon plan à exécution et sortir de ma cachette en prenant le moins de risque possible : Il peut me tirer dessus uniquement parce que je suis dans son champ de vision. A partir de là, il me suffit de l'obstruer le plus possible tout en gérant mes déplacements. Et pour cela, rien de mieux que de petites explosions ? Elles font du bruit, oui mais sont aussi bien voyantes. En aligner cinq d'une taille assez précise et les lancer dans la direction des tirs devrait me permettre de sortir et de sauter sur l'immeuble le plus proche, puis de recommencer jusqu'à rejoindre ce petit groupe qui commence à être problématique.

Partant du principe qu'une bille fait une explosion de la taille d'un ballon de foot. Il me fallait légèrement plus gros, du moins pour la première. Et ensuite en allant au plus loin du toit pour me permettre d'être planquée même avec des petites explosions. Car de loin, on paraît toujours plus petit après tout. Je sortais donc les cigarettes de mon paquet et les cassait en deux, j'infusais les cinq et les lançait assez loin en arrière. Je commençais à avoir l'habitude de lancer des objets de manière précise, le fruit d'un entraînement fastidieux pour ainsi dire.

J'attendais quelque secondes avant de lancer la détonation et de courir vers le premier immeuble et de sauter, avant d'infuser cinq billes et de les lancer pour les faire exploser à nouveau. Même si ces explosions étaient minimes, celles-ci n'empêchaient pas de me secouer au niveau du cerveau, cela était dans la limite du supportable et les effet secondaires n'arrivaient pas encore. Allez, on ne relâche pas.

Un ou deux immeubles plus tard, je fini par atteindre leur immeuble, en plaçant a nouveau des objets au sol, comme lors de ma précédente entrée histoire de. Pour la suite ? Aucune idée, probablement parlementer de manière plus directe quitte à se dévoiler ? Limite j'aurais du faire ça depuis le début, mais il était impossible de savoir à qui j'avais à faire. Je n'ai pu avoir l'information que c'était un vigilant seulement après avoir fait ma mise en scène et je n'allais pas m'arrêter et faire "OH TOI AUSSI ! C'EST COOL !". Cela aurait été complètement stupide. Enfin vous me direz, ma manière de "On menace d'abord et on se présente après" que je vais faire l'est tout autant. Mais bon, on va mettre ça sur le fait que le changement de pays et tout rends mes manière de faire perturbantes. Oui, ça c'est une bonne excuse !

-"Je ne pensais pas que les Vigilant seraient prêts à risquer une explosion d'immeuble pour sauver sa peau. Avant de continuer plus loin, permettez moi de me présenter ~ "Blonder Zünder", et au risque de vous surprendre, nous sommes dans le même camp. Tout ce que je veux, c'est les informations de cette chère personne mais bon. Il semblerait que nos pratiques soient... différentes."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 76

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 105/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Ven 10 Aoû - 18:01
Gueule de croco était accoudé au comptoir, occupé à fumer un cigare cubain et à savourer un bourbon lorsque les coups de feu retentirent au dessus de sa tête. Sa tête de reptile ne mis pas longtemps à pivoter vers la femme adossé dans la banquette la plus luxueuse de l'endroit. Il ne fut pas le seul, la bonne moitié des clients du bar le plus mal fréquenté de Kabukicho commença à se dévisager.

"C'est quoi cette merde Kana ?"

La jeune patronne de l'un des syndicat de "travailleuses" les plus influents de la ville leva le nez de son verre. Après un échange rapide de regard, un de ses gardes du corps se mit à pianoter frénétiquement sur son portable. La situation prenait une tournure intéressante.

"Si c'est une de mes fille je ne suis pas au courant. J'aurai penché pour un de tes...."

La série d'explosion mit immédiatement fin au doute. Aucun des hommes de mains locaux, aussi bien ceux des macs que ceux des divers organisations criminelle, auraient eu la stupide idée de se trimballer avec des grenades dans cette zone. Le crocodile, plus grand dealer de drogue du quartier, ouvrit la bouche afin d’émettre un commentaire acerbe ; mais se il se ravisa assez rapidement.

"Si l'un d'entre vous c'est amusé à..."

"Ne cherchez plus c'est le Maraudeur. Et d'autres. Il y a son pote le moche, une combattante que je ne connais pas et... Daichi ?"

Gueule de Croco manqua de cracher son bourbon. On aurait dis le début d'une mauvaise blague entre criminels bourrés. Le barman, qui venait de prendre la parole, continuait de regarder son écran caméra de surveillance avec l'air d'un Homme qui a vu des choses autrement plus impressionnante qu'un affrontement de rue.

"Le Maraudeur hein... Depuis quand ce fuyard de merde lance des grenades quand des civils sont juste à coté ?"

"C'est pas lui c'est son adversaire. Et ça ressemble à un Alter Explosif."

"Moi je l'aime bien le Maraudeur. Il tape sur ma concurrence."

Quelle salope. Le Vigilant était peut être une bénédiction pour son Syndicat de Putains, mais elle savait parfaitement qu'il ne pouvait s’empêcher de foutre son nez dans les affaires du Croco et de ses gars. Et cela pour des raisons qu'il était le seul à savoir. De toute façon les Vigilants sont tous des tarés. Et les tarés vont dans une asile ou crève dans la rue.

"Va falloir que tu te bouges Croco. Daichi c'est un de tes vendeurs à ce que je sache."

Avec un grognement d'Homme qui aurait aimé rester pour se bourrer la gueule, l'énorme patron de la moitié des vendeurs de drogue de Tokyo se leva. Sa main fit lourdement tomber le prix de son alcool, tandis que ses gardes du corps sortaient déjà leur armes de poings.

"Bon. C'est pas comme si j'avais autre chose à faire que jouer au flic. Allons tuer des connards."





"Différentes... DIFFÉRENTES ?"

La rue commence à s'agiter. Des civils font demie tour, ou rentrent dans les bars aux enseignes colorés sur impulsion des locaux et des "guetteurs" de rue. Kabukicho bouge : le quartier réagit, lentement mais sûrement, à l'agitation que moi et l'autre gaijin venons de contribuer à créer dans le quartier "plaisir" le plus célèbre du Japon.
Et cette connasse me sort que nos méthodes sont différentes ?

"Tu menaces de faire sauter un putain d'immeuble remplis de civils en plein milieu du quartier le plus mafieux de Tokyo, et tu trouves nos méthodes... différentes ? C'EST QUOI TON PUTAIN DE PROBLÈME ? Tout les Boches sont aussi tarés ou c'est toi qui est juste complètement conne ?"

"Reste la."

Wendigo viens de choper Daichi par le col, et achève ainsi dans l’œuf la tentative d'évasion la plus ridicule du monde. J'ai l'impression d'être coincé avec deux débiles profonds. Putain de... comment je vais faire si une milice improvisée débarque pour nous poser deux trois questions ? Non... la vraie question c'est de savoir comment je vais faire quand elle sera la. Quelqu'un va venir nous tirer les oreilles avec les dents, c'est une certitude.

"Lâche le. De toute façon son boss va l'étriper à notre place."

Mon Alter est obéissant : il lâche le col de Daichi et se tourne vers moi, tandis que ce dernier commence à s'éloigner de notre petit attroupement à reculons. Son regard m'indique clairement que je fait une possible erreur. Si il sort en vie de cette soirée, il est assez probable qu'il cherche à venger ses doigts et son honneur.

"Tu m'as torturé salopard de dégénéré, Gueule de Croco comprendra."

"Gueule de Croco comprend, mais quand les blessures sont bien plus conséquentes que des doigts cassés pauvre con."

"Couic couic."

"DIS DONC LA HAUT, VOUS VOYEZ PAS D'OBJECTIONS À CE QU'ON DÉBARQUE DANS VOTRE PETITE SAUTERIE J’ESPÈRE ?"

Putain.
Ce connard de Dealer en chef est sorti beaucoup plus tôt que ce que j'aurai prévu.

"Raaaaaah. Écoute la Boche, va falloir qu'on fasse quelque chose à propos de lui. Gueule de Croco est pas connu pour être le sosie de Gandhi."

C'est bon David respire, il va mettre un peu de temps pour monter sur le toit avec ses gars. Et ensuite il me mettra en pièce pour m'apprendre - nous apprendre - à foutre la merde dans son business j’espère. Va falloir qu'on trouve une manière de fuir. Et le plus vite sera le mieux. L"idéal serait d'embarquer la gaijiin.
Daichi arrivera bien à palabrer avec son boss pour sa propre vie, après tout c'est pas comme si j'en vais quelque chose à faire.



Gueule de Croco :
 


Dernière édition par David Matsui le Dim 12 Aoû - 17:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 10

Feuille de personnage
Titre: Blonder Zünder
Expérience: 0/1000
Alter: Détonateur
Rang C





Evangeline Pulver
Rang C
Sam 11 Aoû - 1:59
Keep calm, dude. Non franchement, il n'était pas dans le besoin de s'énerver autant pour ces petites broutilles. Les japonais sont aussi coincés que ça ? Mes méthodes fonctionnent, elles sortent de l'ordinaire mais c'est ce qu'il fait leur charme. Maitenant, il sait que je suis de son côté, c'est le principal pour le reste... Je regardais autour de moi avant de voir cette pauvre victime en train de se faire rattraper par l'autre mec totalement difforme. Décidemment, ce mec là... un vrai fragile qui s'est trompé de vocation !

Je me contentais de laisser traîner mes oreilles, afin de glâner quelque informations par-ci par là. J'entendais donc le nom de "Gueule de Croco", celui-ci avait l'air d'être le patron de ce pauvre Daichi. Au moment où je me disait qu'il faudrait probablement garder cette piste en tête, une voix inconnue au bataillon se fit entendre. Une voix et un discours qui avait l'air de bien déranger l'homme masqué en face de moi.

"Raaaaaah. Écoute la Boche, va falloir qu'on fasse quelque chose à propos de lui. Gueule de Croco est pas connu pour être le sosie de Gandhi."

Bon, je vous l'accorde sur ce coup, il avait peut être raison sur le fait que c'était plus ou moins dangereux de faire exploser des trucs sur les toits de quartiers mafieux. Mais il ne fallait pas non plus paniquer comme ça. Des échappatoires il y en a toujours et bien plus qu'on ne le croit. Et lorsque que tout semble perdu, l'effet de surprise permet toujours de renverser la situation. Le fait que le mec ne soit pas un tendre je m'en fichais en soi, si j'avais à me battre contre lui, je le ferais sans soucis d'ailleurs. Ce qui me dérangeait le plus, c'est le nombre de personnes qui allaient monter. L'avantage du nombre ne serait pas de notre côté et je ne sais pas si les deux autres sont capable de gérer le surnombre. La fuite était la solution, et je savais exactement comment opérer.

Je commençais par pousser un grand sourire, ce genre de sourire narquois qui montre que j'ai un plan bien fourbe en tête. Puis, je me dirigeais vers la grille d'aération avant de la dégager pour pouvoir emprunter le conduit.


-"Pour commencer, je te conseille de te planquer là dedans, il sera plus simple de s'enfuir si on est considéré comme volatilisés. Ensuite ~"

Elle se dirigea vers Daichi, afin de l'assomer bien comme il faut pour que déjà, il ne s'enfuit pas, mais aussi pour s'assurer qu'il ne transmette pas notre position, cela pourrait être très dérangeant pour la suite des opérations.

-"On neutralise les témoins, j'aurais bien aimée l'embarquer pour le foutre aux flics, ça lui éviterait une mort potentielle mais bon, le prendre avec nous serait trop compliqué. Et maintenant, la petite touche personnelle ~"

Je sortais deux téléphones de ma poche, le premier était mon smartphone avec toutes les applications utiles, dont un gps afin d'avoir les coordonnées exacte de là où nous sommes. Le deuxième, ce n'était qu'un simple téléphone à carte, pratique pour plein de choses, comme par exemple, remonter notre piste. Je commençais à pianoter un numéro avant de mettre le téléphone à mon oreille et commencer à parler en prenant un air toute paniquée et essouflée.

-"Je suis à Kabukicho, sur un toit avoisinant la Discothèque Casablanca... C'est horrible ! Il y a eu des explosions et... On dirait qu'un conflit de gangs va avoir lieu. Le chef ressemble à un crocodile"

Un appel suspect de ce genre, cela devrait motiver la police à pointer le bout de son nez au niveau de cet immeuble, la distraction PAR FAITE. Pour accompagner ma comédie du mieux que possible, je prenais des tout petits morceaux de papier que j'infusais et que je faisait exploser non loin, afin de faire ententre des petits "Boom" par le téléphone. Rappelez moi d'ailleurs de faire exploser le téléphone aussi quand tout sera terminé, juste pour être sûre.

-"Bon, d'ici peu de temps, cet immeuble sera pris d'assault par les flics, tout ce qu'il y a a faire c'est s'enfuir là dedans et de quitter l'immeuble avant qu'ils arrivent."

Après ça, je remis mes téléphone avant de me jeter dans le conduit. En me disant que mon plan était certainement génial, mais que deux certains japonais allaient criser. Après tout, je ne pense pas qu'ils aient déjà eu à faire à ce genre de pratique, chaotique certe, mais efficace.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 76

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 105/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Sam 11 Aoû - 20:24
Est ce que cette conne viens d'appeler les flics juste devant moi ?

Oui, c'est officiel. Les flics vont débarquer. Ils vont débouler sur un territoire hostile avec leur légendaire tact, et sans doute se faire allumer par deux trois criminels désireux de leur fausser compagnie. Et nom de Dieu, ce que je risque de prendre dans la gueule si il trouve "David Ikeda" au plein milieu de la scène. Si en plus ma chance est complète je vais me bouffer un héro professionnel droit dans la gueule, et si Dieu m'en veut personnellement ce soir ce sera putain de Dieu Sylvestre. Encore.
Je peut pas rester ici. Pas avec ces risques la en tête.

La Boche, trop occupée qu'elle est à mettre kabukicho à feu et à sang avec un unique coup de fil, n'a même pas le temps de me voir sauter à plat ventre dans le conduit d’aération. Wendigo me suit à la seconde près. La chute à travers le système d'aération me parait plus courte que ce qu'elle devrait être, la réception est difficile. Je sort du conduit le plus vite possible, la bouche d'aération se dégage en un coup de pied. Wendigo atterrit derrière moi avec un bruit sourd, m'indiquant encore plus clairement qu'avant le poids du bestiau. Je n'aurai pas aimé me le prendre sur le dos. Il ne me faut pas beaucoup de temps pour observer mon nouvel environnement... deux couloirs bardés de porte menant certainement à des studios, une cage d'escalier, un placard à balais. Je connaît cet immeuble... c'est un lieu de passe notoire. Le bruit de la Boche se réceptionnant dans le conduit me sort de mon exploration visuelle. Il me faut un plan, et vite.

Un plan hein... J'ai bien une idée mais je me demande si l'autre boche va me suivre sans protester dans un truc pareil...

"Je connais cet endroit.. . fais moi confiance ou fait toi rattraper par gueule de Croco, mais ne fait pas de bruit."

"Planque. Trouver planque."

Mon Alter active son camouflage le plus rapidement qu'il puisse. Son corps se fond d'une texture transparente tandis qu'il se dirige discrètement vers l'armoire à balais. Il ne me faut pas longtemps pour analyser rapidement les portes devant moi... de souvenir j'ai le choix entre la 300, la 302 et la 315. La gaijin et moi avons un peu de temps, gueule de Croco et clairement trop gros pour s'amuser à passer par le conduit, mais mieux vaut nous bouger le cul. On ne sait jamais. Je prend une grande inspiration, saisit le fric que j'ai piqué à Daichi d'une main et mon arme de poing de l'autre, et frappe à la porte de la chambre 315 avec la crosse de mon calibre.

La porte s'entrouvre, lentement. Il me suffit d'une ligne de tir pour plaquer la main remplit de billet sur la bouche de la ravissante jeune femme qui vient d'ouvrir. Son visage n'a même pas le temps d’écarquiller les yeux à la vue de mon calibre que j’enchaîne déjà avec l'essentiel.

"38000 yens pour une heure ou deux, je pense que c'est largement suffisant."

Le regard de la putain passe de ma cagoule à la gaijin, de la gaijin à ma cagoule, de ma cagoule à l'argent. Le charmant visage finit sa transition de la surprise à l'amusement assez rapidement pour que le contact suffise à me faire retirer ma main.

"Tu gardes ta cagoule si tu ça te chantes et la dame peut regarder si c'est son truc, mais va falloir mettre plus de fric que ça sur la table si vous vous y mettez à deux Maraudeur..."

"Tu nous laisses rentrer ou tu préfères attendre que l'autre crocodile me trouve ?"

Wendigo reste le plus immobile possible dans son placard pendant que la propriétaire de ce charmant studio nous invite à entre avec un petit sourire narquois.


Dernière édition par David Matsui le Jeu 16 Aoû - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Musutafu (Tokyo)-
Sauter vers: