:: SUR LE TERRAIN :: Yokohama :: Immeuble désaffecté Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Flügel der Freiheit ? - 7ème étage

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Messages RP : 156





Dés de combat
Mer 12 Sep - 22:58
Le membre 'Alucard Dracula' a effectué l'action suivante : Faire une action


'Attaque Rang C' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 58





PNJ
Ven 14 Sep - 17:12

(PNJ présent(s) dans la scène :  Monroe Snicket, frère de Melody et Eddie, un subalterne des Snicket)




Touché. La bête noire prend des tirs au torse, quand bien même la majeure partie de la rafale la rate. Eddie laisse échapper un juron tandis que la créature se redresse et hurle. Elle en avait dans le ventre, cette saloperie. C’était quel genre d’alter, ça ? Même Hans aurait du mal à se remettre d’un truc pareil. C’était plus que surhumain, c’était monstrueux à ce stade.

"Je vais te..."

Un bruit, derrière. Il aurait raté des intrus ? Putain d’angle mort, il était trop concentré sur la saleté noirâtre pour y prêter attention. Et maintenant, il n’avait plus le temps de se mettre à une bonne distance de tir. Il devait tenter de bloquer la furie rousse qui se jetait sur lui. Campé sur ses positions, il se prépara à dévier un coup. Allait-elle sortir un couteau ? Un pistolet, peut-être ? Elle ne pouvait pas être aussi bien équipée que lui, elle devrait forcément viser la gorge si elle espérait en finir rapidement. Eddie était prêt à riposter en l’envoyant valser dès qu’elle lancerait son coup.

Il avait mal calculé. Son adversaire avait moins d’honneur que ce qu’il pensait. Ou peut-être était-elle juste plus futée ? Toujours était-il que son entrejambe venait d’être pulvérisé par un coup de pied bien placé. La douleur était inhumaine. Cela faisait bien une décennie qu’il ne s’était pas pris un coup là-dedans. Il avait oublié à quel point c’était violent. L’espace d’une seconde, il vit flou. Et, sans le réaliser, il fit tomber son fusil au sol dans un grand bruit métallique.

"Putain de pouffiasse !"

Il porta prestement la main au holster situé à son flanc droit et en sortit un Beretta flambant neuf qu’il pointa sur la créature de l’ombre. Dans le même mouvement, il sortit de son étui le couteau de combat attaché à sa cuisse gauche et adopta une garde défensive, la lame pointée vers la femme aux lunettes rouges. Sa respiration s’était accélérée. Le sang dans ses oreilles ne lui faisait plus aucun effet. Il était pleinement concentré sur ses deux adversaires. Il avait raté son coup avec l’enchaînement flashbang/FAMAS, il n’avais plus le droit à l’erreur.

Derrière la femme, il eut le temps d’apercevoir un troisième intrus s’engouffrer dans la brèche. Il n’allait pas la poursuivre. Il était déjà seul contre deux, pas besoin de s’attirer plus d’emmerdes. De toute façon, Monroe était dans le couloir. Personne ne passerait.




Elle était passée. Elle était passée sans aucun problème. Et il n’avait rien pu faire. Ce poison… Il ne pouvait pas bouger un muscle. Petit à petit, il le sentait se dissiper. Mais voilà, il avait raté sa chance. Cette gamine avait foncé et maintenant elle partait avec Melody. Cette gamine, d’ailleurs… C’était Aslinn Mac Megido. La brebis du tournoi. Celle-là même qui avait vaincu Melody. Qu’est-ce que c’était que ce foutoir ? Elle n’était même pas dans son école ! Elles étaient adversaires ! Et, surtout, au-delà de tout cela, la présence d’Aslinn ici voulait dire que ceux qui menaient l’assaut étaient… Des putains de lycéens ? Des lycéens avaient retrouvés leur trace et s’étaient dit qu’il serait futile d’appeler la police ? La gamine portait des habits pratiques, mais des habits civils. Ce ne pouvait pas être une intervention officielle. Qu’est-ce qu’il se passait ce soir ? On venait tabasser ses gardes, et lui retirer sa sœur et lui… Il était paralysé. Obligé de regarder s’enfuir cette gamine imprudente qui lui tournait le dos alors qu’il était armé. Il arrivait à peine à l’insulter de manière cohérente.

"Reviens… Putain de mouton..."

Rien à faire, il ne pouvait pas lever son bras et tirer. Encore moins avancer. C’était dramatique. Il était obligé de contempler un échec absolument ridicule et…

"Alu… Card..."

Et le vampire surgit, véritable éclair blanc dans le couloir. Il avait pris son temps. Mais lui… Lui il arrêterait les fugitives. Il était puissant. Il était plus que capable d’intercepter deux gamines dans un couloir. Sans compter Eddie, lui aussi fort compétent. Monroe grimaça alors qu’il sentait la paralysie se lever. Si vraiment tout le monde échouait… Il avait encore sa botte secrète. Celle dont personne n’était au courant. Il rechignait à l’employer devant Melody, mais vieux valait cela que de se la faire piquer par la première gamine un peu cinglée venue.

Ne restait plus qu’une question qui le taraudait. Depuis qu’il avait vu le vampire dans le couloir se jeter à la poursuite des gosses, il ne pouvait s’empêcher de s’interroger sur ce point.

"Pourquoi… Est-ce que… Tu as… Retiré ta chemise ?"




Le vampire venait de se joindre à la mêlée.

"Alucard ? Pourquoi est-ce que t’as retiré ta chemise ?"

Il était immaculé, aucun signe de combat. Il s’était déjà débarrassé de la gamine ? Non, Eddie l’aperçut un peu plus loin derrière la femme aux lunettes, portant Melody. Mais qu’est-ce que le vampire foutait ? Il les laissait passer ? Alors qu’il se posait cette question, Eddie put admirer un splendide coup de pied d’Alucard, qui se déplaçait à une vitesse hallucinante. Parfait. Qu’importe le résultat du combat opposant l’homme pâle au machin noir, il n’avait désormais plus qu’à se concentrer sur la femme. Il braqua son arme sur elle tout en gardant son couteau pointé dans sa direction. Qu’elle essaie de bouger, pour voir. Il allait s’amuser. L’escalier était encombré par le vampire et la bête noire. Il y avait peu de chances que quiconque puisse s’enfuir ou venir les interrompre. Tout se jouait entre lui et la femme, désormais.

Plus Ultra:
 


Immeuble désaffecté – 7ème étage
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 156





Dés de combat
Ven 14 Sep - 17:12
Le membre 'PNJ' a effectué l'action suivante : Faire une action


'Parade Rang D' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 23
Messages RP : 46

Feuille de personnage
Titre: Time Breaker
Expérience: 140/500
Alter: Time Room
Rang D





Léo Oxton
Rang D
Dim 16 Sep - 23:17
Alors que le combat faisait rage dans cette petite pièce, un gamin à la chevelure verte s’invita brusquement dans les escaliers. Passant à côté de Wendigo, il n’hésita pas à attaquer le vampire avec ce qui ne semblait pourtant être qu’un simple jouet, s’invitant ainsi dans cet affrontement au cœur de la rescousse de Melody. La cavalerie… était en partie arrivée.




Aslinn, Coy…
Léo savait très bien ce qu’ils comptaient faire ce soir-là. Le mutant pangolin en avait déjà parlé à toute la classe apparemment, y compris au garçon aux cheveux verts. Partir à l’inconnu et être certain que ça se passe bien… dans quelle utopie vivait-il ? Ils s’étaient d’ailleurs pris la tête là-dessus tous les deux, cette prise de risque semblait inutile aux yeux de Léo, voire idiote. Pourquoi vouloir faire ça soi-même quand des professionnels existent pour cela ? Si ce n’était pour faire grossir son ego ? Certes ils sont aspirants héros, mais ils ne sont qu’en première année, il fallait être réaliste… Bien qu’en contrepartie, il comprenne la volonté d’Aslinn de sauver son amie, l’important était justement que Melody soit sauvée, et peu importe par qui, non ? Et quid de l’état psychologique de l’étudiante de Yuei si cela venait à échouer ? D’après l’irlandaise, la personne qui a fourni ces informations à Coy ne pouvait révéler tout cela à la police. Quelque chose qui échappait au britannique, il y avait sûrement une raison à cela mais… ça ne pouvait l’empêcher de le travailler.


Au final, Léo était perdu entre plusieurs sentiments. Celui de la compréhension d’une amie qui veut
sauver celle qui lui est proche. À l’inverse celui de l’incompréhension, du conflit d’idéaux avec ses propres camarades. Mais aussi celui de la grande peur de perdre ses amis. Il pourrait pourtant les sauver, appeler les forces de l’ordre ne devrait que les aider, non ? C’est d’ailleurs ce qu’Iku lui avait suggéré. Mais il avait décidé de leur faire confiance. Enfin… il était parti sur cette idée, au début. Erreur ou pas ? Il l’ignorait. Il ne faisait que remettre son choix en question, ne sachant quoi faire. Il avait passé sa journée à se tourmenter, il n’avait même pas été attentif en classe. Takiiro-sensei l’avait d’ailleurs réprimandé à ce sujet, il n’avait pas l’air malin lorsque le professeur lui avait posé une question, dont il n’avait pas écouté l’énoncé. Le poulpe avait compris par la même occasion que quelque chose le tracassait, mais l’étudiant avait répondu comme n’importe qui le ferait : « Non, ça va… ». Convaincant.

Il était assis en tailleur sur son lit, téléphone portable posé devant lui. Arrivera-t-il à dormir sans connaitre l’issue de leur mission ? Sûrement pas. Devrait-il l’interrompre pour s’assurer de leur survie ? Ou faisait-il bien de leur faire confiance ? Il savait qu’ils couraient un danger, et il était là, dans sa chambre, à ne rien faire et attendre que ça se passe.

Les héros sont des professionnels formés. Nous ça fait 4 mois à tout casser qu'on suit une formation et qu'on s'entraîne vraiment. On n'a pas de licence provisoire et on n'a même pas fait le moindre stage. On n'est pas comparable.
Et voilà ! Ça c'est l'image d'un Héros que le monde nous montre, quelqu'un de formé, fort, officiel et au centre de l'attention ! Mais un Héros ce n'est pas juste une licence ou un entrainement, c'est avant tout un cœur, un courage et un sens du sacrifice, putain ! Désolé si je vais loin mais l'image que tu as du Héros m'énerve.

Cet échange de message avec Coy lui trottait aussi beaucoup dans la tête. Mais il avait tort. Enfin… peut-être ? Ou partiellement ? Un héros n’est pas un débile qui se jette dans la gueule du loup à chaque SOS. Léo voulait-il devenir héros, sans avoir ce cœur ? En avait-il rien à secouer des autres, était-ce de l’égoïsme ? Non, bien sûr que non, il craignait le pire pour eux ! Voulait-il devenir héros sans avoir le courage d’affronter les grosses difficultés ? Non il n’y a pas de mal à être réticent à l’idée d’affronter plus fort que soi ! Voulait-il devenir héros sans avoir ce cœur, ce courage, et ce sens du sacrifice ? Avait-il… trop peur ? Pas seulement pour ses amis, mais aussi pour lui ? Non, cela ne changeait rien, ce n’était pas à eux de faire ça !

Et si… et si c’était à lui de faire ça… ? Dans ses réflexions, il ne sentait pas que de petites larmes coulaient sur ses joues. Qu’est-ce qu’il foutait putain ? Il chialait d’indécision ? Bravo le héros, bravo ! Time Breaker, le héros qui défie l’écoulement du temps de mon cul sur la commode. Il ne défie rien du tout ouais, il ne sait même pas se défier lui-même ! Il commençait à se lever, et saisit sa planche. C’est donc sa décision ? Mais c’est illégal ce que tu vas faire Léo, tu risques de te faire renvoyer ! Es-tu stupide ? Et si tu y restes, tu n’auras rien arrangé à l’affaire, tu auras même tout empiré ! Mais là, une personne avait besoin d’aide. Et tu peux la sauver, n’est-ce pas ? Tu te dis que tu ne pourrais jamais te regarder dans une glace en disant « Je veux devenir un héros » si tu abandonnais des personnes en danger ?
… Très bien.
Alors soyons stupide et illégal.


Il ne savait pas précisément où avaient lieu les festivités. Coy avait proposé un rendez-vous à la gare pour se diriger vers Yokohama. Par contre, l’endroit précis lui était inconnu. Mais… peut-être avait-il moyen de le savoir.

Salut Haru, désolé de te déranger, mais j’ai vraiment besoin de toi. Est-ce que tu saurais me tracer le téléphone de Coy s’il-te-plait ? Ou celui d’Aslinn si tu la connais. C’est super urgent !

En attendant la réponse, il quitta déjà sa chambre et se précipita vers la porte d’entrée. Sa mère l’aperçut depuis le salon et l’interpela en se demandant ce qu’il allait faire.

« Désolé j’avais oublié de vous dire que j’avais une sortie ce soir, je reviendrai tard, à plus ! »

Il ferma la porte derrière lui sans laisser le temps de répondre, et cela avec un pincement au cœur. Il dépréciait fortement son inquiétude à l’écart de ses camarades, qui foncent vers le danger. Et lui, il était en train de faire la même chose, par rapport à sa propre famille. Vivement que tout cela soit derrière lui, ces sensations étaient insupportables. Une fois dehors, il se dirigeait vers la gare, alors qu’il reçut une réponse de l’étudiant support.

Salut gamin. Devrait pas y avoir de problème, t'as qu'à me passer l'un des numéros. Coy c'est votre crocodile domestique de Shiketsu c’est ça ?

Toujours avec le gamin… mais peu importe, il était heureux de cette réponse positive. La relation entre Coy et Haru ne lui semblait pas géniale. Alors désolé Aslinn, mais ce sera ton numéro qui sera donné. C’est pour le bien de tous…

Super, merci beaucoup ! Tiens, voilà celui d'Aslinn. Et non Coy c'est un pangolin, on n'a pas de crocodile à Shiketsu je crois.
Pareil.

Il était très buté sur ses idées lui… mais peu importe, il lui avait fourni une grande aide.

Tu es en filière assistance, mais ce soir tu es mon héros ! lui répondit-il sincèrement.
Tu me devras une pizza.
Ça marche !

À présent, il n’y avait plus qu’à rester en vie, pour lui offrir cette pizza. Il faisait peut-être une connerie, quelque chose de très imprudent, mais il était soutenu. Est-ce que c’était ça l’héroïsme ?




Maintenant qu’il arrivait là où le signal du téléphone d’Aslinn s’était immobilisé, il pouvait appeler la police pour donner le lieu exact. Était-ce une bonne chose ? Il l’ignorait, mais sa décision ne changeait pas : il allait faire confiance à sa classe, et à lui-même. Il fallait assumer jusqu’au bout, à présent. Les hostilités avaient sûrement commencé, mais il ne savait pas si jusque-là, le bruit était assez fort pour faire sonner une alerte. Il n’y avait pas de voisinage proche on dirait, ce qui facilitait la discrétion de l’assaut. Les rues n’étaient pas agitées, bon point également. Pourvu qu’ils aillent tous bien… Bref, il fallait qu’il songe à sa propre infiltration.


Au vu de son apparence globale, l’immeuble semblait abandonné. Évitant l’entrée principale, il contourna le bâtiment de loin, pour finalement arriver face à la façade opposée. Il retira d’abord l’élastique qui maintenait sa chevelure verte, laissant tomber ses raides cheveux. Sa queue de cheval donnant trop de volume au haut de son corps, cela pouvait jouer contre lui lors d’une infiltration. Proche du mur, il prêta d’abord une oreille attentive aux sons qu’il pouvait entendre depuis le premier étage. Pas grand-chose on dirait, excepté les bruits de l’affrontement venant de l’entrée principale. S’il y avait bagarre, il était peu probable qu’une personne soit restée plantée au premier étage pour la sécurité. Sauf dans le cas où ils étaient déjà victorieux, mais il y avait encore bagarre à l’entrée. Il sortit son yo-yo fraichement confectionné par Oroshine et le fit tournoyer quelque peu, avant de l’envoyer dans le coin d’un trou béant qui devait autrefois servir de fenêtre du premier étage du bâtiment. Une fois qu’il y était coincé, Léo commença son ascension, le corps à l’horizontale et deux pieds sur le mur. Le câble n’était pas très optimal pour ce genre d’utilisation, il ne se saisissait pas aussi bien qu’une épaisse corde d’escalade. Le jeune garçon en enroulait donc un maximum autour de sa main et son poignet, pour le bien de la stabilité. Presqu’au niveau de la fenêtre, il leva lentement la tête pour vérifier qu’il n’y avait personne. Une fois qu’il put constater que la voie était libre, il fit son dernier effort de grimpette pour entrer à l’intérieur. Première impression sur ce nouveau gadget : formidable. Sa résistance allait être très utile.

Il progressa à travers les étages, regardant autour de lui à chaque fois qu’il passait de l’un à l’autre, s’assurant qu’il n’y ait pas de problème. C’était désert… Mais il finit par entendre des bruits venant de quelques étages au-dessus. Il s’y précipit… non, il ne s’y précipita pas, ce n’était pas safe. Il aurait voulu courir pour rejoindre directement, mais une mauvaise surprise ne le pardonnerait pas. S’il en avait la possibilité, il aurait fait une Time Room sur toute la cage d’escalier, pour monter plus vite. Il allait falloir monter calmement ces marches

Ça y est, il y arrivait. Les bruits de la confrontation étaient très proches. Léo était au sixième étage, et ce sera le dernier étage vide par lequel il passerait. Son cœur battait très fort, naturellement. Il avait évidemment peur, mais il allait bomber le torse et rejoindre la bataille. Il fallait faire abstraction des pensées négatives, des doutes. L’objectif était que Melody sorte de cet immeuble. L’objectif additionnel de Léo était que ses camarades sortent aussi de cet immeuble en vie. Et le dernier des trois objectifs… c’était que lui-même en sorte en vie. L’idéal est que cela se passe bien pour tous les secouristes. Ils étaient tous des humains -ou presque tous-, le favoritisme de Léo n’était pas censé influer.
Il adoptait un déplacement plus lent et silencieux. Heureusement, beaucoup de bruits permettaient de couvrir efficacement ses pas. S’approchant des marches, il aperçut quelque chose -ou plutôt quelqu’un- dans la cage d’escalier. Attendez, non. C’était bien "quelque chose". Il l’avait déjà vu, ce truc bizarre avec lequel Coy semblait familier, lorsqu’ils étaient à la plage. Est-ce que c’était lui, le fameux indic ? Il ne semblait pas en bonne posture en tout cas. Face à lui, un homme au physique tout aussi inquiétant. Si on y allait par déduction, le vilain c’était ce dernier. On allait commencer par l’entraver. Heureusement qu’il avait déjà rencontré l’autre, sinon il aurait été perdu. Passons à l’attaque… Il n’avait aucune information sur cet homme. L’attaquer à courte portée était bien trop dangereux en ce cas. Il l’avait pourtant beaucoup fait au tournoi inter-écoles, mais c’était son unique option, et il n’y avait pas de danger de mort. Dans un premier temps, il allait garder ses distances. Dans ce cas…

Il plongea sa main dans sa poche, plaça la boucle de son yo-yo autour de son index droit, et sortit le jouet. Il prit une silencieuse inspiration, puis expiration. Puis tout se passa vite. Il chargea dans l’escalier, passant à côte du semblant d’être humain, et exécuta un balayage avec son gadget pour attaquer l’homme à la chevelure noire par sa droite, cherchant à le ligoter. En montant les marches, de plus en plus de têtes lui étaient visibles. Un autre duo s’affrontait, un homme et une femme. Et, venant à contresens, une figure qu’il ne connaissait que trop bien… c’était Aslinn ! Elle semblait porter quelque chose, avait-elle trouvé son amie ? Super, c’était super. Une partie du cerveau de Léo avait envie de provoquer une explosion de joie, de la voir ici et plutôt pas amochée, ses cheveux cachant assez le saignement de ses oreilles, mais il parvint à contrôler l’émotion. Après tout, il était en pleine offensive, il ne devait pas se laisser se déconcentrer. De plus, vu la situation, rien n’était encore gagné. Le pote de Coy ne semblait pas au mieux de sa forme, et il fallait que sa camarade arrive à descendre sans qu’on l’en empêche, tout en portant ce poids supplémentaire sur son dos. Mission acceptée.

* Let’s wreck their shit. *

Plus Ultra :
 

HRP 1 :
 

HRP 2 :
 

HRP 3:
 



Ma couleur : #0033FF
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 156





Dés de combat
Dim 16 Sep - 23:17
Le membre 'Léo Oxton' a effectué l'action suivante : Faire une action


'Attaque Rang D' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 55

Feuille de personnage
Titre: Lady Moriarty
Expérience: 80/1000
Alter: split second
Rang C





Ryou Hanazawa
Rang C
Dim 16 Sep - 23:41
Le temps que mon genoux trouve sa cible, la situation a pris un cours encore plus bordélique, en un instant. Le crétin surarmé à commencer à se plier de douleur à peu près au moment où la gamine disparaissait par la porte, m'arrachant un début de grognement frustré. Il restait au moins le mec noir invisible, mais après avoir pris plusieurs balles en plein ventre, il n'avait pas l'air en état de bouger pour l'instant. Au moins j'avais fait lâcher son Famas à mon adversaire, réduisant grandement sa dangerosité. J'ai d'ailleurs profité que l'arme tombait pour déplier ma jambe, la repoussant vers l'escalier et les étages inférieurs, histoire que jamais il ne puisse la ramasser, et ce quitte à ralentir un peu mon retour en garde ou mon enchaînement.

Enchaînement que j'ai de toute façon interrompu quand un grand gaillard à la peau aussi blanche qu'une feuille de papier déboule à son tour, de l'intérieur de l'étage. Difficile de ne pas deviner qu'il était dans le camp d'en face, donc j'ai arrêté le coup de poing qui se préparait à partir, choisissant plutôt de me remettre en garde pendant que mon pied regagnait le sol aussi vite que possible et que le grognement commençait enfin à ressembler à quelque chose, un cri primal qui montait vers les aigus. Il ne s'intéressa cependant pas un instant à moi, choqué autant que fasciné par le truc noir dans l'escalier. Ils se sont même parler, prouvant qu'ils se connaissaient, avant que le nouveau mafieux se jette sur lui.

Mon propre adversaire finissait juste de hurler une insulte quand il remarqua à son tour le nouveau venu, achevant le geste dans lequel il dégainait de nouvelles armes. Beretta et couteau, une combinaison moins intimidante que le fusil qu'il avait juste avant mais pas inoffensif pour autant. J'aurais sans doute pu l'empêcher d'en prendre un sur deux si le nouveau venu ne m'avais pas mise sur la défensive. Au moins son arrivée n'avait pas perturbé que moi. Le fana d'armes tourna son regard à droite, observant son allié peut-être providentiel un instant alors qu'il frappait sans succès mon allié à moi, puis à gauche, réalisant que la fille-mouton revenait déjà vers nous – je ne la voyais que du coin de l’œil, trop floue donc pour réaliser qu'elle portait la petite Melody qui était donc bien là et bien vivante, quoique bien amochée – avant d'enfin se rappeler qu'il était en plein combat et pointer son canon dans ma direction.

Dommage pour lui, j'avais enregistré les informations importantes plus vite que lui et donc réorienté toute mon attention sur la cible à abattre la première. Le temps qu'il raffermisse la prise sur la crosse de son arme et lui fasse faire tout l'arc de cercle depuis sa cible initiale jusqu'à moi, mon talon avait presque fini de voler jusqu'à son menton.


Plus Ultra ::
 


Dernière édition par Ryou Hanazawa le Dim 16 Sep - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 156





Dés de combat
Dim 16 Sep - 23:41
Le membre 'Ryou Hanazawa' a effectué l'action suivante : Faire une action


'Attaque Rang C' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 92

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 180/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Hier à 21:38
Wendigo est figé sur place. Tous ses sens lui hurlent de fuir alors que le sang d'Alucard semble transpercer ma gorge. Une autre rasade de bile viens agrandir la flaque de vomi. Les sueurs froides la suivent de près. Putain de merde, c'est pas bon. Mon Alter... mon Alter ne doit pas rester ici. JE ne dois pas rester ici. Partir. Je dois partir loin, très loin, le plus loin possible. M'enterrer. Je dois m'enterrer dans les égouts. Et ne plus jamais en sortir. Plus jamais...

J'ai peur.

Mes poils se dressent en une seconde alors qu'un autre soubresaut me fais cracher de la bile sur le sol. Mon fusil à pompe commence à puer la merde. Est ce que j'ai déjà eu Peur comme ça depuis l'accident ? Pas une fois. Pas une fois dans la rue, pas une fois dans les égouts, pas une fois sur les toits, pas une fois dans les fusillades. PAS. UNE. FOIS. Des petites peurs oui, des absences oui. Mais ça... ça non non NON ! Je ne me suis pas fait une terreur pareil une seule fois depuis que j'ai commencé à... à dévorer des...

"Mourir. Je veut pas mourir. Pas mourir... Je veut pas..."

Tais toi. Arrête de penser.

Concentrer.
Je dois me concentrer.
Arrêter de penser.

L'instinct. Je dois faire réagir Wendigo à l'instinct. Je dois... je dois survivre. Je dois fuir, élève de Yuei en détresse ou pas je dois survivre. Analyse rapide : Lady Moriarty, Mac Megido et sa camarade, un mercenaire avec un beretta, Lui.

Un yoyo.

Léo Oxton, élève de Yuei et ami de la Biquette, viens de sortir de nulle part. Et de tenter de L'agresser avec un Yoyo. Ce qui a loupé. Et maintenant il est seul. Seul avec le regard du Vampire qui se tourne vers lui. Vers lui. Vers lui. Vers lui et personne d'autre. Des entrailles sur le sol. IL va mettre des entrailles partout sur le sol. Si je ne fait rien Léo Oxton va mourir. Il va mourir alors que ses entrailles s'écraseront sur le sol.

L'impulsion est plus forte que moi.

Je ne veut pas. Je ne veut pas d'entrailles sur le sol. Wendigo plonge. Wendigo plonge vers le petit être avec tout ce qu'il peut. Sa main agrippe son vêtement. Puis le tir. Le tir vers la sortie. Le petit être suit. Un rapide mouvement permet à mon Alter de le plaquer sur son torse.

"Pas comme ça... pas laisser mourir comme ça..."

Le sprint. Le coup de feu viens de donner le départ du sprint. Un regard d'animal blessé parcours les regards de Wendigo alors que sa gueule grande ouverte fait pleuvoir de la bave sur Léo Oxton. De la bave et du sang. SON sang. Plus rien. Mon Alter n'entend plus rien tandis qu'il tente de passer les escaliers. De rejoindre le rez de chaussé.
Pas encore. Pas comme ça. Je veut pas mourir comme ça.



Effets plus Ultra:
 


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Yokohama :: Immeuble désaffecté-
Sauter vers: