:: SUR LE TERRAIN :: Yokohama :: Immeuble désaffecté Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Flügel der Freiheit ? - 7ème étage

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
avatar
Messages RP : 224





Dés de combat
Sam 22 Sep - 20:46
Le membre 'PNJ' a effectué l'action suivante : Faire une action


#1 'Attaque Rang C' :


--------------------------------

#2 'Esquive Rang D' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 23
Messages RP : 61

Feuille de personnage
Titre: Time Breaker
Expérience: 215/500
Alter: Time Room
Rang D





Léo Oxton
Rang D
Lun 24 Sep - 22:20
Qu’est-ce qu’il faisait là en fait ? En voilà une bonne question. Il n’avait qu’à moitié réalisé qu’il venait de faire tout ce chemin vers l’inconnu, ignorant les dangers, pour venir sauver une collègue de l’école dite rivale. Mais le temps n’était plus à la question « Comment j’en suis arrivé là » mais plutôt « Comment je vais me sortir de là ».

Il avait manqué sa cible. Fuck. La poisse de la première utilisation peut-être ? Il fallait dire que les conditions n’étaient pas optimales pour un bon lancer. Au niveau de la largeur il était coincé entre le mur et la rambarde de l’escalier. Il y avait peu d’espoir à réussir un balayage par yo-yo. Mais une approche au contact aurait été trop dangereuse, il n’avait pas d’autre moyen. Il venait d’activer le système de rembobinage de son jouet lorsque l’étrange créature au sol jeta un œil derrière lui. La situation le rendait encore plus effrayant. Même s’il était de son côté, ça mettait mal à l’aise. D’un coup il se dirigea vers Léo, et l’emporta avec lui, sans prévenir. Mais pourquoi ? Il était de quel côté en fait ? Léo essaya d’abord de se débattre puis réfléchit deux secondes. Quel était son intérêt de l’emmener en arrière ? Il n’y avait visiblement rien entre le 7e étage et le rez-de-chaussée. Il voulait donc le sortir de là ? Pourquoi ? Pour l’empêcher d’interférer dans les plans ? Léo n’avait pas montré une bonne performance, aux yeux de l’inconnu il ne pouvait pas paraître comme étant un danger. La seule possibilité restante est qu’il essayait de le sauver. Et lui aussi, parce que vu de près, il était dans un sale état. Ce mélange de bave et de sang qui dégoulinait… Beurk !


Il était touché qu’on veuille lui sauver la vie, mais il n’était pas venu jusqu’ici pour repartir directement après… mais Aslinn arrivait ! Elle a réussi à traverser la salle, étrangement sans problèmes.

« Hang on just a little longer, Miss ! »

Puis elle arriva au niveau de Léo, qui était un peu gêné de se présenter dans un état devenu déplorable en quelques petites secondes seulement.

« Glad to s… ! »

Il venait d’entendre un coup de feu, et se retourna. Celui-ci semblait lui être destiné. Il avait manqué, fiou. Les sentiments ce n’était vraiment pas pour maintenant, ça rigolait putain de pas ici. Mais du coup, la femme rousse… on la laissait là ? Aslinn avait semblé sous-entendre qu’elle comptait revenir, ou que quelqu’un allait venir en tout cas. Mais elle pouvait vraiment tenir ? Ce type torse nu là… l’attaque qu’il préparait ne semblait pas rigoler, ça puait.

Au même moment, un autre homme apparut dans son champ de vision, enragé et leur courant après, sûrement pour Melody. Le kidnappeur ? Shit, que faire ? Il ne fallait pas qu’il mette la main sur les filles. Ce n’était pas envisageable. Le but c’était qu’elles s’échappent… Le regard sombre, il posa une Slow Room dans l’escalier, derrière eux, de manière à ralentir l’homme qui les poursuivaient.

« Thanks for the ride but… I have to decline the offer. »

Désolé Aslinn, ce n’était peut-être pas ce que tu aurais voulu. L’inquiétude allait sûrement dans les deux sens, mais le but de la mission restait la sûreté de Melody. Et même s’il n’arrivait pas à bloquer ce gars, l’autre combattante pourrait avoir besoin d’un coup de main. Et Aslinn savait très bien courir toute seule, Léo n’avait pas besoin d’aller avec elle. S’agrippant par la main à la rambarde et bougeant un peu son corps, il fut lâché et laissa tomber ses deux pieds sur le sol. Il ne perdit pas de temps pour la suite. Il remonta les escaliers, courant vers l’homme aux cheveux blancs.

« I won’t let you take her back, pal. »

Rabattant son bras droit sur son côté gauche, et tenant ce même bras de la main gauche, il vint à contre-sens pour lui offrir un coup de coude dans l’estomac.

« Ne regarde pas derrière Aslinn, cours ! »

L’adrénaline montait, il n’hésitait plus pour prendre ses décisions. Là encore, il ne savait pas si c’était la meilleure ici, mais ainsi était sa réponse pour cette situation.
Et du coup, pour la question initiale « Comment je vais me sortir de là » ? Tant pis, la réponse attendra… Prioriser le sauvetage.

Plus Ultra :
 



Ma couleur : #0033FF


Dernière édition par Léo Oxton le Sam 6 Oct - 23:41, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 224





Dés de combat
Lun 24 Sep - 22:20
Le membre 'Léo Oxton' a effectué l'action suivante : Faire une action


'Attaque Rang D' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 64

Feuille de personnage
Titre: Lady Moriarty
Expérience: 185/1000
Alter: split second
Rang C





Ryou Hanazawa
Rang C
Lun 24 Sep - 22:40
Le bruit de mon pied sur sa mâchoire laissa assez peu de doutes sur l'état de celle-ci, ou l'état de celui qui la portait en général, pas plus que le choc mat et extrêmement satisfaisant qui se répercuta à travers toute ma jambe. La concussion cérébrale qui accompagnait la destruction totale de sa mâchoire était clairement suffisante pour le mettre au tapis, peut-être même dans le coma. Pas le tuer cela dit, ses maxillaires avaient absorbé le gros de l'impact, mais d'une part le mettre inconscient était suffisant pour que l'as de la gâchette arrête de nous exploser les tympans à grands renforts de grenades et coups de feu, et d'autre part je préférais me dire qu'il finirait sa vie avec le souvenir de ce jour, de son échec, et une chance de rédemption plutôt que tué sur place pour avoir été au mauvais endroit au mauvais moment. Lui n'aurait pas eu autant de scrupules mais ce n'est pas une raison pour ne pas mériter les miens.

Par contre, le temps que je ramène ma jambe et retourne ma garde vers le nouvel adversaire, l'inconnu en blanc torse poil avait commencé à faire autre chose que regarder dans le vide et babiller comme un vétéran de guerre en pleine crise de SSPT. D'une part, il s'était tourné vers les deux gamins – oh, oui, un autre collégien était apparu de nulle part, Leo Oxton. Lui je le reconnaissait, il m'avait un peu impressionné pendant le tournoi des écoles, son alter avait tellement de potentiel que je ne pouvais que me renseigner – et les avaient reconnus, ce qui signifiait que lui aussi se gardait informé. Informé sur des écoliers, certes, mais au moins il ne débarquait pas de nulle part. Ensuite, il les avait jugé sans intérêt. Pire, il ne montrait aucun signe de peur ou de stress ou de quoi que ce soit après que j'ai étalé son petit camarade, sans alter. Il puait l'orgueil et la confiance en soi, ce qui certes pouvait n'être que de l’ego mal placé, mais j'avais un très mauvais pressentiment à ce sujet. Il ressemblait plus à quelqu'un qui a des raisons de se croire supérieur, on ne survit pas longtemps dans le milieu du crime avec une fierté mal placée.

Il était, par exemple, beaucoup plus menaçant de part son calme olympien que Monroe le roquet, écumant de bave et de fureur comme s'il avait la rage, une bête sauvage tout juste bonne à piquer. Lui aurait pu me faire rire quand il a déboulé, bouillonnant et aveugle à tous les adversaires sur sa route, d'autant que sa présence confirmait tout ce que j'avais deviné jusque là sur le mystère de l'héritage Snicket et signifiait potentiellement que j'allais pouvoir tout autant exercer ma revanche que terminer mon travail pour Melody, si je n'avais pas été trop concentrée sur le troglodyte. Pour être blanc comme ça, il ne devait jamais voir le soleil. En tout cas il prouva vite que j'avais raison, ego démesuré et puissance ridicule. Il me trouvait intéressante. Sans plus. Pas une seconde il n'envisageait que celle qui avait taillé son chemin jusque-là, tant dans la tour que dans le monde puisqu'il me connaissait assez pour me reconnaître, puisse être une menace. Il n'en avait rien à foutre de moi à part me regarder comme un jouet, un passe-temps, une loque.

Et de fait, sans aller jusqu'à lui donner raison sur ce point, il était un cran au-dessus des nazes sous les ordres de Monroe. Sans même un geste il a généré une multitude de projectiles rouges carmins, comme des pieux de rubis qui ont tous volé vers mes pieds. En temps normal, une attaque aussi grossière serait on ne peut plus simple à esquiver, mais d'une part il y avait beaucoup de flèches, et d'autre part à mes pieds, il y avait le corps inconscient de l'as de la gâchette. Et si je n'aime pas tuer, je n'aime pas non plus que quelqu'un d'autre tue. La mort c'est beaucoup trop définitif, c'est sans intérêt, on ne peut pas évoluer, changer, influencer le monde. En résumé, il était hors de question que je laisse le premier meurtrier venu prendre une vie que je venais d'épargner. Entre sa vie et la mienne, je n'aurais pas hésité un instant et l'aurais laissé crever mais là, j'avais encore toutes mes chances de m'en tirer, peut-être même d'esquiver la marée rouge qui emplissait pourtant la pièce.

Dans les fais non, j'avais le temps de réfléchir à un moyen de nous sauver tous les deux mais pas de l'exécuter. Replier la jambe droite, redresser le pied, envoyer ma main gauche en arrière coincer mon talon sous le bras du corps au sol, le tirer vers le haut, le saisir, envoyer ma main droite vers l'escalier, soulever le corps, laisser son poids et le mien m'entraîner, déplier la jambe gauche, tordre mon bassin pour me faire tourner. La suite aurait dû être de finir de lancer le corps du mafieu, me propulser vers le mur opposé dans le même élan, et nous placer de chaque côté de l'assaut, mais le temps a manqué. L'objectif numéro un était accompli, le mafieu vivant l'était toujours, mais c'était parce que mon corps avait servi de bouclier.

La douleur de recevoir une demi-douzaine de pieux dans les jambes dépasse de loin celle d'une flashbang à courte portée, les mots me manquent pour la décrire tant c'était insupportable, au point que même moi – ou peut-être justement parce que c'est moi, capable de ressentir plus intensément qu'aucun d'entre vous mes chairs lacérées et mes os ébranlés – j'en ai perdu le contrôle. Ma belle manœuvre d'évasion s'est achevée par une pathétique chute au sol et un cri de douleur et de rage. J'avais mal, mal, mal, si putain de mal que j'en étais presque aveugle et sourde, mon cerveau surchargé par la douleur au point d'en oublier les autres sens l'espace d'un instant.

"Vateputaindefairfoutre, fisdeputdemerde !*"


J'en oubliais ce que je disais, comment je parlais, rien que me redresser en m'aidant du mur, instable sur mes jambes chancelantes et dégoulinantes de mon sang, a demandé un effort de concentration immense.
* : en français dans le texte


Plus Ultra ::
 


Dernière édition par Ryou Hanazawa le Lun 24 Sep - 23:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 224





Dés de combat
Lun 24 Sep - 22:40
Le membre 'Ryou Hanazawa' a effectué l'action suivante : Faire une action


'Esquive Rang B' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 63

Feuille de personnage
Titre: Curly Locks
Expérience: 230/500
Alter: Mouton électrique
Rang D





Aslinn Mc Megido
Rang D
Jeu 27 Sep - 18:39
Enfin, elle sortait de cet enfer. Melody serrée contre elle, Léo à ses côtés. Elle était euphorique. Elle en oubliait la présence de l’Ombre parmi eux,  obscur chaperon indésirable de ces émouvantes retrouvailles entre amis. Une marche, deux marches… Chaque pas qui la rapprochait de la sortie retirait un poids sur ses épaules.

Puis vint le coup de feu. Proche, très proche. Un frisson sinistre parcourut son échine alors que son monde intérieur idéal s’effondrait pour laisser place à la triste réalité de la situation : ils n’étaient pas tirés d’affaire, loin de là. Elle devait encore parcourir la moitié de l’immeuble, sans lâcher Melody et sans perdre Léo. Et la femme rousse qui restait en arrière…

« Thanks for the ride but… I have to decline the offer. »

Hein ? Aslinn ralentit le pas sans non plus interrompre sa folle descente alors que Léo prononçait ces mots. Elle tourna la tête, juste à temps pour le voir charger vers les hauteurs, droit sur l’homme aux cheveux blancs de tout à l’heure, qui attendait en haut de l’escalier. La fille-mouton était déjà au 6ème étage.

"Léo ! What the fuck are ya..."

« Ne regarde pas derrière Aslinn, cours ! »

Facile à dire. L’Irlandaise détourna le regard et continua encore quelques mètres. Léo voulait gagner du temps. C’était tout à son honneur. Après tout, c’était ça le travail de héros, non ? Ils travaillaient en équipe ! Elle s’occupait de Melody et lui retenait leurs adversaires. Très bonne synergie, non ?

Non. Elle s’arrêta net. C’était idiot de s’arrêter. Elle perdait un temps précieux. Elle serait déjà au 4ème si elle avait continué. Mais elle s’était stoppée. D'un coup. Le regard bas, les dents serrées. And what the fuck am I doing myself ? Elle avait beau se dire que c’était une stratégie optimale, qu’il n’y avait pas d’autre choix, elle ne pouvait s’y résoudre. Qu’est-ce que c’était au juste ? Le sacrifice d’un ami pour le sauvetage d’une autre ? Il devait y avoir une autre méthode. Un moyen de ne pas rendre complètement inutile cette escapade suicidaire. Il devait y avoir quelqu'un qui pouvait l'aider. Ou... Quelque chose.


"Hey, fuckface !"

Elle s’adressait en ces termes fleuris à l’Ombre qui progressait à ses côtés. Elle s’approcha de son ancien adversaire et commença à lui parler en japonais. Elle arrivait à peine à croire qu’elle plaçait une once de confiance dans cette créature qui lui avait fait mordre la poussière par le passé. Mais à l’heure actuelle, la confiance était sa seule arme. La confiance en Igaki malgré son idiotie, en Léo malgré son imprudence, en la Rousse malgré son agressivité… Et en l’Ombre, malgré elle.

"Je te la confie. Si tu nous trahis ou si tu te bats, je te tue. Amène-là à la police. Ne fait rien d’autre."

Alors qu’elle passait précautionneusement Melody à l’Ombre, son amie se mit à bouger. Aslinn manqua de fondre en larmes devant cette preuve de vitalité. Le regard hagard, Melody se mit à signer.

-"C'est aussi un serpent, fais gaffe."

De qui voulait-elle parler ? Le type pâle ? Ou celui aux cheveux blancs ? Franchement, elle n'aurait même pas été surprise que les deux soient des serpents, au vu de leurs faciès. Quoi qu’il en soit, elle devait rassurer au mieux sa camarade. Elle lui adressa un sourire. Crispé et tordu, mais un sourire quand même.

"Je récupère nos amis et je pars. Ne t’inquiète pas."

Elle déposa l’albinos entre les bras de l’Ombre, non sans un léger pincement au cœur. Mais ce n’était pas le moment d’avoir des doutes. Chaque seconde comptait. A nouveau, Melody signa.

-"On a une vie de sandales à rattraper."

Aslinn réalisa alors qu’elle avait encore beaucoup à apprendre pour ce qui était de la langue des signes. Soit ça soit Melody délirait complètement. Un dernier regard à l’Ombre, et là voilà partie vers le septième, véritable missile cornu.

Traversant les marches quatre à quatre, elle tente simultanément d’analyser au mieux la situation. Léo n’avait pas une égratignure tout à l’heure, cela ne risquait pas d’avoir changé. La Rousse, par contre… Elle était sûre de l’avoir entendu hurler alors qu’elle descendait. Et même… Jurer en français ? Elle avait cru discerner quelques grossièretés fétiches de sa mère au milieu des coups de feu et des cris. Drôle d’endroit et drôle de moment pour penser à sa mère. Mais il fallait dire qu'avec ses cheveux roux, sa propension à casser des têtes et maintenant sa maîtrise du français, la femme rouge avait un bon nombre de points communs avec madame Alice Mac Megido. C'était peut-être ces ressemblances qui permettaient à Aslinn d'accorder aussi facilement sa confiance à l'inconnue.

Et la voilà arrivée au 7ème. Du sang partout sur les murs. Elle eut envie de vomir, d’autant plus qu’il semblait être celui non pas des adversaires, mais de la femme rousse. Ignorant complètement l’homme aux cheveux blancs et Léo, qui ne semblait pas blessé, elle bondit entre la femme rouge et l’homme blanc. Les bras tendus en croix, en signe de protection. Elle tremblait comme une feuille. L’adrénaline commençait à retomber, au pire moment. Mais elle tenait bon. Rassemblant tout son courage et toute sa folie, elle cria, comme pour se convaincre elle-même.

"You won’t hurt her ! Personne ne mourra ici !"

Cette dernière phrase avait été proclamée en français. Penser à sa mère l’influençait, semblait-il. D’autant que sa botte secrète, qu’elle tenait de la branche gauloise de sa famille, était prête. Ses cornes crépitaient très faiblement, chargées d’énergie électrique. Elle soutenait l'intense regard rouge de l'individu blafard, prête à encaisser et, s’il le fallait vraiment, à répliquer.

Plus Ultra:
 


J'écris en #ff00cc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 55

Feuille de personnage
Titre: Alucard
Expérience: 160/1000
Alter: Vampirisme
Rang C





Alucard Dracula
Rang C
Sam 29 Sep - 18:45
"You won’t hurt her ! Personne ne mourra ici !"

Le cri d'Aslinn Mac Megido emplit la pièce tel le bêlement d'un mouton au milieu d'une prairie. L'apprentie héroine se tenait droite, suffisamment pour se convaincre qu'elle était  un mur infranchissable et que le Vampire n'allait pas lui faire si mal que ça si jamais il décidait de lui fracasser le crâne contre le sol. Heureusement pour elle, ce n'était pas dans les possibilités d'Alucard pour le moment. D'abord parce qu'il était certain que la jeune Snicket lui en voudrait à mort si il transformait son animal de compagnie en steak haché. Ensuite, parce que malgré sa position défensive il était figé, littéralement.

Le poison de la cadette de Ludwig avait pris son temps pour passer le système immunitaire de la créature d'All For One, mais il restait un dispositif efficace. Alucard se promit de lui toucher deux mots sur la pertinence des attaques à l'aveugle si jamais il la recroisait dans la foulée.

"Le poison... de ton amie... ne me retiendra pas longtemps. Tu comptes... rester ici... le temps que je me remette d’aplomb... jeune fille ?

Un nouveau fou rire commença à émerger de la gorge du Vampire au souvenir des jurons de Monroe. Incroyable. Ce garçon était vraiment une catastrophe sur patte. Incapable de se calmer ne serait ce qu'une minute, incapable d'être un chef d'équipe, incapable d'engager des hommes suffisamment compétent pour arrêter une bande d'étudiant en seconde. L'exact inverse de son père en somme. Alors que sa fille... sa fille n'était pas taillé pour être une criminelle, mais son cerveau d'enfant autiste fonctionnait mieux que celui de son frère.

"It's unexpected to... to see shiketsu's students teaming up with one of the... the most most wanted japanese criminal and someone as David to... to extract the daughter of a german crime lord"

Mac Megido fronça les sourcils. Le mouvement, qu'elle voulait sans doute imperceptible, montra au Vampire qu'il venait de lui apprendre quelque chose. Restait à savoir quoi. La masse d'information sensible lancé dans cette dernière tirade était bien trop imposante pour pouvoir déchiffre avec précision ce qui avait bien pu faire mouche dans le tas. Quel enfer... voila que la créature d'All For One se retrouvait à devoir composer avec la nature explosive de ses semblables. Il allait bien falloir trouver un moyen pour que le fils de Ludwig et la gentille petite élève de Shiketsu ne se massacrent pas, même si cela voulait dire laisser Lady Moriarty s'enfuir. Pour l'instant en tout cas.

Mais bon, la situation n'était pas encore désastreuse : ce n'est pas comme si Monroe parlait la langue de Voltaire. Et que les autres occupants de la pièce ne la parlaient pas.

"Tu... Tu n'es pas ma cible... Aslinn Mac Megido. La jeune Snicket ne l'est pas non plus d'ailleurs. Ta seule erreur... ta seule erreur est d'avoir fait demi tour. Part maintenant... Avec ou sans ton alliée, mais laisse... laisse moi le frère de Melody en bonne santé."



Effets Plus Ultra:
 

Traduction:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 65





PNJ
Lun 1 Oct - 13:47

(PNJ présent(s) dans la scène :  Monroe Snicket, frère de Melody et Eddie, un subalterne des Snicket)




On l’interrompait. Encore et encore. D’abord cette étrange alter qui ralentissait ses mouvements. Oh, il détestait ça. Et maintenant, ce nabot ridicule qui venait le frapper. Il n’avait quasiment rien senti, bien sûr. C’était juste… Agaçant. Et surtout, cela l’interrompait.

"Cassssssssse-toiiiiiiiii..."

Il poussa le gosse sur le côté en plaquant sa main contre son visage tout en sifflant furieusement. Il ne hurlait plus. Paradoxalement, il était trop énervé pour ça. Il reconsidéra un instant la situation. Lady Moriarty à droite. Alucard s’en occupait, ça devrait aller. Eddie était hors de combat. Mais s’il voulait rejoindre la brebis et Melody il devait s’occuper du gosse.

"Je vais te buter, j’espère que tu en es bien conscient."

On ne savait jamais, après tout. Peut-être que cette réalisation allait convaincre le gosse de se rendre gentiment. Ensuite il n’aurait plus qu’à rattraper la brebis et… Et là voilà qui remonte. Très bien, changement de plan, tout le monde va crever, maintenant tout de suite. Monroe en avait assez de tous ces nuisibles qui se payaient sa tête. Fini les états d'âme, finie la retenue. Ceux qui le gênaient mourraient, alliés ou ennemis, et ce jusqu'à ce qu'il remette la main sur sa sœur.

Tandis qu’Alucard déblatérait des inepties, Monroe ouvrit un peu plus la bouche, sans quitter des yeux le gosse. L’épaisse fumée bleuâtre s’en échappa totalement, se répandant instantanément, épais nuage couleur ciel, à travers l’étage. Ce n’était pas son meilleur coup, mais c’était un petit préambule amusant à ce qu’il était capable de faire. Il avait poussé son alter jusque dans ses dernières limites après son combat contre Melody il y a plusieurs années de cela. Quand bien même il n’en avait pas vraiment l’utilité, il voulait se prouver à lui-même qu’il était capable de la vaincre en un instant. Et c’était l’un des résultats de son entraînement. La brume d’ankylose. Si le combat s’éternisait, cela devrait lui permettre de prendre l’avantage.

"Haaaaaaa… Maintenant... Crève."

Il pointa son arme sur le gosse et fit feu. Son sourire carnassier, pas encore complètement dissimulé par le gaz qui avait envahi la zone, déformant son beau visage pâle.

Plus Ultra:
 


Immeuble désaffecté – 7ème étage
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 224





Dés de combat
Lun 1 Oct - 13:47
Le membre 'PNJ' a effectué l'action suivante : Faire une action


'Attaque Rang C' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 64

Feuille de personnage
Titre: Lady Moriarty
Expérience: 185/1000
Alter: split second
Rang C





Ryou Hanazawa
Rang C
Sam 6 Oct - 22:22
J'avais mal. J'enrageais. Je bouillonnais comme rarement dans mon existence, ce qui n'est pas peu dire, et toute mon énergie aurait été perdue en hurlement de rages incohérents et insultes polyglottes si je n'en avais pas eu tant besoin pour juste convaincre mes jambes chancelantes et proches de la destruction qu'elles devaient encore tenir, un moment si pas toute une vie, sans quoi elles m'emporteraient littéralement dans leur chute. Le seul point positif de la situation était la décharge d'adrénaline dans tout mon système, accélérant encore mon cerveau déjà plus que rapide dans l'espoir de permettre à mon patrimoine génétique de rester dans le chaudron de l'humanité en trouvant un réflexe salvateur. Sauf qu'en lieu de réfléchir plus vite j'ai prêté meilleure attention à mes alentours, où j'ai finalement trouvé les ampoules de mon illumination.

Bon, soyons cent pourcent honnêtes, je n'aurais pas eu le temps de penser à tout ça sans les gémissements de Monroe, la brebis qui s'est jetée devant moi et le taré qui soit hésitait soit, comme j'en ai eu la confirmation par la suite mais ne le savais pas avec certitude sur le moment, souffrait d'une paralysie musculaire due à un venin ophidien. Mais ce bref instant de pause dans l'action m'a à la fois permit d'injecter assez de fiel et de haine dans mes jambes pour qu'elles daignent participer à mon plan et de définir les détails de celui-ci, pour peu qu'on puisse parler de détail. En un instant, mon masque de furie s'est teinté d'une jouissance malsaine et proche de la démence car, je l'avoue, je n'en étais moi-même plus très loin en cet instant. Ma voix, par contre, a prit l'accent le plus brisé, le plus désespéré, larmoyant et chevrotant de tout mon répertoire alors que je commençais à geindre et crier.

"Pourquoi vous faites ça ! Je croyais qu'on avait un marché !"

Sans me départir de mon sourire de carnassier, m'assurant juste qu'il échappe au seul et unique destinataire de cette mascarade – à savoir le roquet Snicket – j'ai commencé à traîner mes pieds dans sa direction, vers l'escalier, la sortie mais surtout… autre chose. Il fallait absolument qu'il m'entende me lamenter et supplier son acolyte, et si sa furie aveugle et nerveuse pouvait se révéler mon ticket de sortie hors de ce guêpier, elle risquait surtout de le rendre aveugle à tout ce que je braillais dans son dos.

"Vous aviez dit que personne nous ferait rien, que vous auriez tout préparé !"

Un pas, un autre. Le roquet brandissait son arme en écumant, il ne me visait pas du tout et donc ne m'écoutait sans doute pas, à peine devait-il m'entendre. Tant pis, j'allais l'y forcer, enfin j'ai essayé. L'idée était de le bousculer, de créer un contact physique brusque pour le forcer à me regarder et gober le mensonge que j'essayais de lui faire avaler. Pour ça j'ai enfin décidé de combattre mon sourire, laissant couler les larmes que la douleur invoquait déjà dans mes yeux, formant mon visage en une grimace de désespoir et d'incompréhension, alors que je me lançais dans l'escalier. Manque de bol, alors que le coup de feu claquait, mes jambes ont fini de me lâcher et au lieu de lui défoncer l'épaule, je me suis juste effondrée devant Monroe, l'épaule en plein dans la trajectoire de la balle, le regard toujours rivé sur le taré blanc. Il ne fallait pas que je le quitte des yeux, et il fallait que ça se remarque.

"Vous aviez dit qu'on devait juste entrer et récupérer la fille, que personne nous en empêcherait !"

Mon épaule était déchirée, elle aussi pissait le sang désormais, et mon bras était engourdi par l'impact. Au moins étais-je tombée devant lui, il m'avait forcément vue lui passer droit sous le nez pendant qu'il tentait d'abattre Léo-kun. Dans le doute, avec l'espoir qu'il m'ait remarquée, j'ai continué ma comédie en rampant désormais dans l'escalier. La sortie était trop loin pour que je puisse espérer l'atteindre comme ça. Le roquet était droit devant moi mais armé et fou furieux. Ça, par contre, tout le monde l'avait oublié et je le cachais de mon corps, me tortillant toujours plus pour m'en approcher.

"Je dirais rien, hein ? Pas besoin de me réduire au silence, vous savez ? On peut juste… On peut juste arrêter là ! Je dirais pas que vous avez libéré la gamine, et vous me laissez partir, d'accord ?"

Allez, récitais-je en boucle dans mon cerveau. Mord à l’appât, clébard. Tombe dans le panneau, crétin. Allez, allez, putain* ! Juste un peu et j'y suis !

* : en français dans le texte



Plus Ultra ::
 


Dernière édition par Ryou Hanazawa le Sam 6 Oct - 22:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 224





Dés de combat
Sam 6 Oct - 22:22
Le membre 'Ryou Hanazawa' a effectué l'action suivante : Faire une action


'Esquive Rang D' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 23
Messages RP : 61

Feuille de personnage
Titre: Time Breaker
Expérience: 215/500
Alter: Time Room
Rang D





Léo Oxton
Rang D
Sam 6 Oct - 22:29
Le coup de Léo fut encaissé. Mais avant qu’il n’ait eu le temps de constater les dégâts psychologiques sur le visage de sa cible, celle-ci réagit au ¼ de tour et le poussa violemment, l’éjectant contre le haut la rambarde de l’escalier. Le choc de la barre de métal contre sa colonne vertébrale fit naître une douleur qui se propagea le long de son dos, accompagné d’un petit cri de douleur.

« Je vais te buter, j’espère que tu en es bien conscient. »

Q-Quoi ? Il n’avait même pas le temps de s’en remettre que les yeux du jeune garçon s’écarquillèrent d’un coup. C’était la cour des grands. Et lui, il était petit. En réalité, il s’attendait à ça non ? C’était pour cela qu’il a essayé de dissuader Aslinn et Coy de venir. Mais il ne pouvait pas mourir ici, pas question.

Le gars torse nu commençait à prononcer des mots qui ne passèrent pas inaperçus. Des étudiants de Shiketsu qui coopèrent avec une des criminelles les plus recherchées ? Parlent-ils de cette femme rousse qu’Aslinn veut protéger ? Était-ce vrai tout ça ? Y avait-il malentendu ? Par-dessus l’épaule de ce type aux cheveux blancs, il la voyait qui s’avançait. À l’entendre, il y avait un plan, une sorte d’accord pour récupérer Melody ? Léo avait vraiment le sentiment d’être venu sans se renseigner. Il ignorait tout ce qui était en jeu ici. Mais est-ce que ça l’intéressait ? Oui et non, ce qu’il voulait surtout c’était la sécurité de ses amis. L’étudiant réfléchissait à plein de choses à la fois, tout ce qu’il voyait et entendait ne faisait que s’empiler. Il n’avait jamais été dans une telle situation, tout cela était assez irréaliste. Entendre les professionnels parler de leurs actes héroïques, c’était à des milliers de kilomètres de les vivre soi-même. Logique, il faut se le dire. Et il le savait également, mais c’était plus facile de s’imaginer que de les subir. Pensant à tellement de choses, ne sachant comment réagir, il n’avait pas encore bougé de là où il était, alors que l’ennemi qu’il avait précédemment gêné commençait à montrer un revolver. Il avait une arme à feu lui aussi ? Carrément ! Pourquoi avoir un alter quand on peut déboîter la tête de quelqu’un en une seconde ?

Le canon se pointait sur le jeune étudiant. Il ne fallait pas hésiter, il fallait qu’il sauve sa peau ! Alors qu’une bulle translucide entourait la zone, La présumée vilaine s’interposa, dans cette scène au ralenti. Pourquoi ? Pourquoi a-t-elle fait ça ? Non, pas le temps pour les questions. La balle avait traversé son épaule et arrivait sur Léo à vitesse réduite. Celui-ci bougea sa tête vers le côté escalier, tout en se servant de son pied opposé comme appui et se propulser vers le milieu de cet enchaînement de marches, esquivant la balle qui se retrouva alors dans le mur. Il avait eu chaud…. S’accrochant à la rambarde pour se réceptionner et garder l’équilibre, il se retrouvait juste devant celle qui avait rapidement chuté jusqu’ici. Il lui aurait bien demandé comment elle allait, et l’aurait volontiers aider à se relever, mais cet instant de considération risquait malheureusement de créer une ouverture pour l’ennemi. Tandis que la bulle précédemment formée se dissipait, il se retourna vers l’homme au revolver pour ne rien louper de ses mouvements, s’adressant d’abord à cette femme maintenant bien affaiblie.

« Vous… Vous n’aviez pas besoin d’essayer de me protéger, à cause de moi vous êtes dans un sale état… Je ne voulais pas vous gêner… », lui disait-il, en lui faisant dos.

Il parlait d’une petite voix -puisque de toute façon personne d’autre n’avait besoin de l’entendre- avec une petite pointe de culpabilité tout de même. Il avait le sentiment de l’avoir tiré vers le bas. Certes, Léo avait permis à Melody de s’échapper, mais s’il y avait un autre rescapé à secourir, la situation ne s’arrangeait pas. Et même si elle était une criminelle, elle restait sûrement la personne la plus compétente de leur camp. Si elle y passe, il n’y avait plus que lui et Aslinn pour combattre ces deux gaillards. Il fallait encore gagner du temps, pour que les renforts arrivent. Qu’est-ce qu’ils foutent à la fin ?

« A criminal ? So what ? Aujourd’hui c’est une alliée, et elle a essayé de me protéger. »

Il serait peut-être vu comme un enfant débile, qui ne réfléchissait pas assez loin aux conséquences de ses actes. Mais son code moral ne lui permettait pas d’abandonner quelqu’un qui a essayé de faire le bien. De plus, Aslinn lui faisait confiance, alors il fera pareil. Armé de la seule force de son courage. Il monta son pied gauche d’une marche et se mit de profil, fléchit ses jambes et ses bras pour adopter une posture de combat, avec des appuis au sol prêts à réagir. Faisait-il le bon choix ? Il avait le sentiment de s’en poser cette question toutes les 30 secondes, ce soir-là. Mais Léo ne pouvait pas laisser tomber une personne qui les a tant aidés. C’est tout ce qu’il savait. Il assumera.

« Maintenant, c’est à moi de la protéger ! »

Plus Ultra :
 



Ma couleur : #0033FF


Dernière édition par Léo Oxton le Dim 7 Oct - 18:33, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Yokohama :: Immeuble désaffecté-
Sauter vers: