:: SUR LE TERRAIN :: Yokohama :: Immeuble désaffecté Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qui frappe le serpent obtient du lait caillé. [solo]

avatar
Messages RP : 105

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 250/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Mar 28 Aoû 2018 - 1:35
"Melody Snicket a disparue. Le sujet est une citoyenne Japonaise albinos d'une quinzaine d'années. Elle est probablement en fugue, est est potentiellement dangereuse. Si vous la croisez, n'oubliez pas que son comportement pourrait s'avérer imprévisible. Veuillez contactez les autorités compétentes si vous êtes en possession de toute information pertinente."

Me voir enquêter sur les disparitions "volontaires" est rare. Rattraper les fugueurs n'est pas vraiment ma tasse de thé, j'en suis un après tout. Je ne peut pas décemment leur casser la gueule, ni leur reprocher d'avoir quitté le domicile de parents dont je ne sais foutrement rien. Rien de bien en commun avec mon job officieux de chasseur de criminels donc. Mais une indication m'a fait changer d'avis cette fois. Une toute petite indication.

Le boulot de son père.

Ludwig Snicket, le "bon docteur" Snicket. Un Allemand, qui décida de s'installer au Japon, officiellement pour son travail. Un médecin de génie, mais aussi un criminel très discret. La tête d'une Hydre oscillant entre légalité et criminalité, entre action caritative et ultraviolence de gang. Une personne que Cœur de Glace venait de me décrire comme un des homme les plus dangereux avec qui elle a pu traiter par le passé. Principalement pour établir des accords tacites de non agression.
Et la fille d'un mafieux mort qui s'enfuie discrètement, disparaissant de la circulation pour une durée indéterminée, c'est l'occasion d'attraper une criminelle avant même que son organisation ne se reforme. Donc de regagner des points auprès des flics, qui ne peuvent pas s'empêcher de traquer le "vigilant cannibale".

Melody Snicket était donc devenue mon nouvel intérêt. Et la trouver, une possibilité à ne pas négliger. C'est donc dans une optique d'apaisement avec mes compatriotes que mon Alter se trouva obligé de faire une des chose les plus répugnante que je lui est ordonné. Pénétrer dans la chambre d'une jeune fille pour renifler des affaires.
Des chaussettes plus précisément.

Wendigo tourne la tête vers l'intérieur de la chambre ou il se trouve depuis quelques minutes. Autant retenir une brève description des lieux : c'est une chambre d'étudiante tout ce qu'il y a de plus normal, à l'exception du bureau rempli de livres sur divers poisons mortels. Le reste des affaires était soigneusement rangées, le futon où elle dort est installé à un angle de la pièce, entouré par des armoires et placards de simple facture. La chambre est silencieuse. Pas étonnant : on est en pleine nuit. La disparition de l'étudiante de Yuei ne se voit pas quand tout le monde dort.
Wendigo pousse un ultime grognement, chaussettes dans la bouche, avant de sauter vers le bas de la rue. Je vais devoir laisser la fenêtre - l’accès type du vigilant comme moi - grande ouverte, mais je m'en remettrai. Une fois arrivé au sol, mon Alter prend une grande inspiration de chaussette sale.

La trace de l'odeur est distincte, mais uniquement localisé vers la chambre de la jeune fugueuse. Prévisible. Je met la main sur l'accélérateur de ma moto et me dirige vers le dernier lieu ou la jeune fille a été vue. Son école. On ne trouve pas les gens qui veulent disparaitre près de leur ancien logis. On les trouve en fouillant la merde.



Le temps m'avait paru long. Conduire mon véhicule "emprunté" à une bande de dealers à travers les rues de Tokyo avait été interminable. Mais j'avais trouvé. Après un temps beaucoup trop long j'avais trouvé. J'ai du me taper toute les ruelles entre Yuei et le quartier résidentielle pour y arriver, mais la solution à fini par me tomber sur le coin du nez. Après des heures de recherche, j'ai enfin trouvé mon premier indice. Bien caché derrière une poubelle.

Un casque à musique.

Un casque bien visible sur la photo de l'avis de recherche. Un casque à musique omniprésent sur la moindre image lié à la jeune fille. Un casque qui, en plus d'être d'un modèle que peu de gens possède, respire l'odeur de Melody Snicket.

Un casque qui ne devrait pas se trouver ici...

Je tourne ma tête vers le fond de la ruelle. L'odeur de la jeune fille imprègne toute la rue. C'est inexplicable. La piste d'une prétendue fugueuse ne devrait pas s'arrêter sur le chemin du retour de l'école. Comment l'odeur avait elle pu se fixer aussi longtemps dans cet endroit ? De la sueur ? Non, ça ne fait aucun sens... La sueur disparaît en milieu ouvert, il suffit d'un peu de pluie ou d'un peu de vent et hop : Plus rien.

"Sang de serpent."

Je me retourne vers mon Alter. Une rapide impulsion me dévoile sa trouvaille : du sang séché. Voila ce qui hurle l'odeur de la jeune fille dans cette rue. Wendigo est suffisamment précis pour traquer son odeur : le sang est sur les murs, sur le sol, sur les poubelles. Il n'est plus perceptible par un œil humain, mais pour mon Alter sa présence ne fait aucun doute. Le sang de Melody Snicket est toujours la. Mais pourquoi du sang ? Un combat. Il n'a pu être projeté que lors d'un combat. Mais qui est assez stupide pour s'en prendre à une élève de Yuei en train de rentrer ch...

"Sang de rat."

...

C'est pas possible.

Hamlin.

L'odeur de cet enculé de mercenaire se diffuse lentement dans la rue. Il n'y a pas que du sang de jeune fille dans cette ruelle. Il y a aussi du sang de porc. De porc coréen.
Ce n'est pas une fugue. C'est un kidnapping.
Et je l'avais. Putain de merde. Je l'avais.
Hier j'avais le responsable au bout de mon arme. Et je l'ai loupé. Putain de merde, je l'ai loupé...
Une élève de Yuei est portée disparu parce que je n'ai pas été foutu de buter un connard.

Une élève de Yuei est dans la merde à cause... à cause de mon incompétence.

Mon pied part s'entrechoquer avec la poubelle. Les ordures se rependent au sol, tandis que je lutte contre ma rage pour le contrôle de ma respiration. Je me passe la main sur mon visage avant de me rendre compte que j'ai toujours mon casque de moto sur la gueule.
Seul la certitude que la piste continue m'empêche de hurler ma frustration à voie haute.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 105

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 250/500
Alter: Wendigo
Rang D





David Matsui
Rang D
Mer 29 Aoû 2018 - 18:05
Le Japon n'a pas l'habitude des kidnapping.
Plein de pays ont cette culture. On kidnappe l'amant de sa femme, son patron, la famille de ses adversaires, des inconnus. L'avantage est donc que l’État prend des mesures. Au USA par exemple, les voitures doivent posséder un système d'ouverture interne au coffre pour passer les contrôles de sécurités. Au Japon non.
Ses observations sont d'autant plus évidentes quand l'intégralité des éléments présent me montre que Melody Snicket, après un tabassage en règle, à été soulevé et balancé dans un coffre de bagnole sans autre forme de procès. Et la personne qui s'en est chargé n'y est pas allé de main morte.

En vérité, elle a été tellement bourrin que la piste continu bien après ce que j'assume être la position de la voiture des malfaiteurs. Le salopard a du foutre des gouttelettes de sang de sa victime sur l'arrière de sa caisse sans même s'en rendre compte. Et il m'a laissé une superbe piste de gouttelette. Un piste de gouttelette qui survit à la route, autant que faire ce peut.

Enfin "autant que faire ce peut"... je suis bien parti pour des heures de traques. Si j'avais pas de moto et d'Alter, ça ferais longtemps que je me serais tiré une balle.
Remarque sans Alter, ma vie ne serai pas un bordel sans nom.



Je suis revenu à mon point de départ. Putain de merde. Je déteste ma vie.

Moi qui m'étais équipé pour une longue et lointaine expédition - fusil à pompe plié dans le sas, eau et nourriture, premier secours et de quoi camoufler ma sale gueule - et me voila de retour dans la même ville que ma putain de base. Quelle chance...
Mon Alter continu de renifler la trace comme un chien policier devant un anus bourré de crack. Elle se fait de plus en plus faible avec le temps : des gouttelettes de sang sur l’arrière d'une caisse c'est pas éternel. Mais c'est suffisant pour me traîner vers un lieu tellement évident pour planquer un otage que personne n'y pense. La "zone morte" de Yokoama. Une tripotée de bâtiment en semi construction laissé à l'abandon après un conflit financier. Le décor idéal pour un film d'horreur, un clip de rap ou une exécution entre Yakuza à trois heures du matin.

C'est également le décors idéal pour que le Maraudeur sauve la journée d'une jeune fille en détresse. J'ai l'impression d'être dans une saloperie de compte de fée. J'arrête ma moto quelques kilomètres plus loin, faudrait pas qu'on me remarque si jamais il y a un comité d’accueil. Et faudrait surtout que je trouve un point en hauteur dans le quartier, histoire de voir ou est ce que quelqu'un pourrait planquer une adolescente tout juste kidnappé. Il ne me faut pas longtemps pour trouver une position idéale. Et pour constater qu'un humain, un Alter et 7 cartouches de pompes ne suffiront pas.

"Beaucoup de viande."

"Effectivement. C'est beaucoup trop de connards pour moi."

Deux types à l'entrée. Une voiture qui pourrait certainement être le modèle dans lesquels on a fait "voyager" l'élève de Yuei. Du mouvement dans certains étages est suffisamment perceptible pour que mon Alter puisse me noter ça. Je dirais que je suis en face d'au moins... quatre type au minimum. Une quinzaine au maximum.

Est ce que j'appelle les flics ?

Non. Rien ne me garanti que les flics et les héros seront plus efficaces que moi, ni qu'ils privilégieront de sauver la vie d'une fille de mafieux. En plus, il est assez probable qu'ils ne me prennent pas au sérieux. De toute façon, si combat il y a, ils arriveront bien assez vite pour coffrer tout le monde, moi compris. Et ce n'est pas comme si je n'avais pas à ma disposition des contacts assez utiles.

J'enclenche mon portable après quelques hésitations. Après tous, ce mec m'avais bien assuré qu'il voulait agir plus que ce que l’État Japonais ne veut bien le laisser faire. Il ne met pas longtemps réagir aux sonneries de son portable.

"Ikagi. J'ai pas le temps alors ferme la et écoutes. La fille de Yuei qui a fugué. Elle n'a pas fugué. Elle s'est fait démonter la gueule. Et j'ai la planque de ses ravisseurs dans la ligne de mire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Yokohama :: Immeuble désaffecté-
Sauter vers: