:: SUR LE TERRAIN :: Musutafu (Tokyo) Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Action ou vérité ? {PV Chiruki}

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
David Matsui
Messages RP : 175

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 270/1000
Alter: Wendigo
Rang C





David Matsui
Rang C
Jeu 6 Déc - 23:14
Misuki produit un projectile si énorme que je peut en sentir la puissance d'ici. La peur donne des ailes, le dicton est pourtant bien connu, mais je ne m'attendais tout de même pas à avoir une telle démonstration de Force. L'impact est d'une puissance phénoménale, la tête de mon Alter explose. La matière noire qui la compose vient s'effondrer aux alentours, sur le corps de chiruki en particulier. La dernière chose que les yeux arachnides de Wendigo peuvent apercevoir, c'est le mouvement de mon adversaire. Et par mes aïeuls quel mouvement ! Voila qui explique beaucoup de choses.

Pour pouvoir faire feu, l'apprentie héroïne doit croiser les mains.

"Encore la tête... Pourquoi faut-il toujours qu'ils visent la tête ?"

Les bras de Wendigo passent subitement des épaules aux mains de la jeune fille, et se mettent à serrer le tout avec leur force simiesque. La surprise de l'adversaire est totale, Chiruki devait penser que la tête était LA zone à toucher. C'est bien le cas pour les humains alors pourquoi pas pour cet Alter, aussi répugnant que monstrueux ? Viser la tête c'est une valeur sûr, tellement sûr que l’extrême majorité de mes ennemis oublient un détail : Wendigo n'a rien d'humain.

"Ils devraient pourtant ce douter que ce n'est qu'un point faible mineur."

Je fait le malin, mais la situation n'est clairement pas à mon avantage. Je ne sais pas ce que Chiruki a en réserve, mais Wendigo est sur la fin. Le pilonnage incessant a porté ses fruits : sa structure se fragilise de l'intérieur. Et ce n'est pas l'impact d'une explosion capable de pulvériser une tête qui va arranger les choses. Le torse de mon Alter commence à fumer dangereusement, il se dissout lentement. Mon contrôle sur les actions de Wendigo a beau être absolu, il n'en reste pas moins un être fait de matière. Et on peut briser la matière.

Plus de temps à perdre. Un rapide coup d’œil me permet de voir ou est tombée mon arme, mais je n'ai plus le temps d'observer. Il faut agir. Je dois me dépêcher de reprendre mon flingue. Et ensuite... ensuite...

Ensuite je viderai mon chargeur. Pas dans le crâne de Chiruki bien sur... juste à coté. Peut être que comme ça j'aurai enfin la paix. Après tout ça a plutôt bien marché pour l’Amérique, alors pourquoi pas pour le Maraudeur ?
Revenir en haut Aller en bas
Chiruki Issuo
Messages RP : 92

Feuille de personnage
Titre: Machine-Girl
Expérience: 325/500
Alter: Projectiles de puissance
Rang D





Chiruki Issuo
Rang D
Ven 7 Déc - 18:03
BANG

La tête de mon ennemi explose littéralement. Une matière noire tombe sur mon pull blanc et se colle au tissu trempé...
Je l'ai tué ?
Cette attaque a pour but d'étourdir un adversaire en général, mais cette fois-ci la puissance que j'ai balancée était démesurée... Pourquoi ? Parce que cette chose n'a rien d'humain ? Je n'ai pas retenu mon attaque, pourquoi ?
Je regarde mes poignets encore fumants, l'eau s'est évaporée et des gouttes froides fraîchement tombée perlent ma peau.

"Encore la tête... Pourquoi faut-il toujours qu'ils visent la tête ?"

La pression sur mes épaule se relâche subitement et la créature maintenant sans tête attrape mes mains avec une force moins importante qu'avant.
Je lève les yeux sur ce qu'il reste de lui et son torse sans tête semble très abîmé... Comment le vaincre ? Je dois l'anéantir totalement ?

"Ils devraient pourtant ce douter que ce n'est qu'un point faible mineur."

J'avais raison, son alter n'a rien d'humain. C'est juste une créature à ses ordres qui ne ressent pas la douleur.
Lorsque le maraudeur commence à courir en direction de son arme, je comprends alors que son alter n'est rien de plus, sans la bête, il n'est qu'un humain basique, sans capacités spéciales.

Malgré le fait qu'il ai emprisonné mes poignets, cet idiot les a laissés dans leur position initiale. Cependant, je n'ai plus la force de tirer une autre attaque de cette puissance, mon corps est en feu...
Je me débat ridiculement pour essayer de me défaire de la poigne de mon adversaire. Mais il a beau être diminué, je suis également épuisée.

"Dégage ! Saletééé !"

Tout en me débattant, j'oriente ma main droite vers son épaule et tire quelques projectiles ridicules. Malgré tout, il desserre légèrement son emprise sur moi, j'en profite pour extraire mes poignets glissants et je prends rapidement appui sur ces dernières pour lui asséner un coup de pied et l'éloigner de moi.
Son alter essaye de m'agripper à l'aveugle et déchire la manche de mon sweat... Il semble être perdu.

Je suis toujours proche du pistolet du maraudeur. Je n'ai plus la force d'utiliser mon alter pour l'instant mais j'ai encore le force de lui filer une raclée.
Je m'élance pour essayer de l'empêcher d'atteindre son but tout en surveillant son alter d'un coin de l’œil.

"Hé m'oublie pas ! Viens te battre !"

Mes jambes me brûlent et je crains de tomber à chaque instant... Mais je ne peux pas le laisser gagner.
Revenir en haut Aller en bas
David Matsui
Messages RP : 175

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 270/1000
Alter: Wendigo
Rang C





David Matsui
Rang C
Sam 8 Déc - 20:45
Me battre avec Chiruki ? Et puis quoi encore ? Les étudiants de Yuei sont peut-être des tanches en meurtre, mais le combat je suppose qu'ils connaissent. Hors de question de me laisser engager dans un corps à corps sans réagir. Pas lorsque mon Alter peut encore servir à quelque chose.

"Plonge lui sur la gueule."

Wendigo commence à lentement se remettre de sa décapitation. Le choc fut rude, le processus pour de reconstruction l'est tout autant. Le combat contre l'autre coréen m'a appris que je pouvais modifier la structure de mon Alter, dans la limite du raisonnable. Mais dans un combat ou la différence entre vie et mort est mesurable en quart de secondes, enclencher quelque chose de ce genre me fait perdre du temps. Beaucoup trop de temps.

Mon Alter se jette sur Chiruki avec toute la force qui lui reste. Des yeux ont "repoussés" sur son torse. Quatre appendices arachnides lui permettent désormais de se repérer, mais l’ouïe et l'odorat n'entre plus en ligne de compte. Il hurlerait comme un dingue si il avait encore une gueule pour le faire. La perte de cette magnifique dentition est un problème majeur. Sans gueule pas de morsure, et sans morsure pas de repas. Ma petite partie de chasse est complètement ruinée. Tout ça parce qu'une petite salope aux cheveux bleus est incapable de continuer un putain de jogging.

"Pourquoi se battre honnêtement quand on a un flingue ?"

Je ramasse l'arme avec un mouvement vif, comme un petit enfant animé par l'envie de s'en servir. Voyons comment cette petite héroïne du dimanche va réagir devant un canon pointé sur elle. Je suis loin d'être incapable de presser la gâchette contrairement à elle. Je stop soudainement ma course, lève le flingue vers le ciel et tire. Mais rien ne sort. Je tire un nouveau coup : rien non plus. Un autre ? Toujours rien. Un coup d’œil rapide me permet de comprendre le problème : c'est cette putain chute. Le putain de flingue est tombé sur le canon, le percuteur est certainement dans les choux.

"Parce que maintenant, on a plus de putain de flingue..."

Sans mon Alter je ne suis vraiment rien du tout hein ? Chiruki ma chère... je ne vais pas te tuer. Mais je vais tellement te démonter ta race que plus jamais tu ne te mettras sur le chemin du Maraudeur.
Revenir en haut Aller en bas
Chiruki Issuo
Messages RP : 92

Feuille de personnage
Titre: Machine-Girl
Expérience: 325/500
Alter: Projectiles de puissance
Rang D





Chiruki Issuo
Rang D
Dim 9 Déc - 13:04
J'ai pas le temps, je suis trop loin. Il va attraper l'arme avant que je n'arrive au corps à corps . Je ralentis pour reprendre mon souffle, je ne peux rien faire...
En jetant à nouveau un coup d’œil à son alter, je constate qu'il a repris du poil de la bête... Quatre yeux rouges similaires à ceux de son ancien visage sont apparus sur son torse... Mais c'est quoi ce truc horrible à la fin ?
Je n'ai pas le temps de me questionner sur une quelconque stratégie, à ma droite la bête me charge avec une démarche chancelante pendant que son maître va récupérer son -seul ?- moyen de défense.

Je regarde tour à tour mes deux ennemis et je recule sans vraiment savoir comment agir. Creuse-toi la tête merde ! Je ne peux pas le laisser m'abattre comme ça ! Mais si je l'attaque, je m'expose à donner une ouverture à son alter.

"Pourquoi se battre honnêtement quand on a un flingue ?"

Et voilà, cinq secondes d'hésitation et il reprend l'avantage. Il prend son arme et la lève... rien. Il ne se passe rien.
Ce moment semble très long. Mais je n'ai pas le temps d'observer à quoi joue le maraudeur car la bête est presque sur moi.
Je ne m'en étais pas rendu compte avant mais le corps de cette dernière semble instable, prêt à se dissoudre subitement comme Logan lorsqu'il était sur la fin de ses ressources.

Elle bondit, toute griffes dehors, un direct du gauche part, sûrement pour chercher à me blesser. Animée d'une rage étrange, son style de combat a changé... plus lent, moins précis, mais plus agressif.
J'esquive de justesse d'un petit bond mal assuré, la griffe de mon ennemi me frôle presque le flanc gauche, déchirant encore mon sweat.

Je profite de mon esquive, pour asséner un uppercut en direction de son... nouveau visage ? Continuer à viser les yeux... C'est comme une cible.

Cependant, une brûlure intense me réveille un mauvais souvenir. Je pensais qu'il m'avait loupée mais je me rend compte qu'il a touché une ancienne cicatrice datant de mon exercice avec Melody.
Un léger filet de sang gicle mais le mal est fait.
Mon coup est bancal et imprécis... Je suis bien lancée mais je suis pas vraiment sûre d'atteindre ma cible.

Je ne sais pas trop ce que fait le maraudeur, mais j'ose espérer que ce combat ne va pas s'éterniser.
Revenir en haut Aller en bas
David Matsui
Messages RP : 175

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 270/1000
Alter: Wendigo
Rang C





David Matsui
Rang C
Lun 10 Déc - 23:07
Le coup de Chiruki est faible, imprécis. Mais Wendigo l'est tout autant. Le poing de la jeune fille viens impacter le pire endroit possible : celui qui c'est fait littéralement martyriser par la "mitraille laser". La main de mon adversaire passe à travers le torse de ma bête, enclenchant un processus de désintégration pour cause de... "putain de ventre troué" je suppose ? Et moi je me tiens la, comme un con, à regarder mon Alter se faire découper en quatorze par une saloperie de lycéenne de Yuei.

Une lycéenne de Yuei qui semble tellement épuisée qu'elle pourrait être cardiaque ça changerait rien. Une lycéenne qui n'utilise plus son Alter, alors qu'elle aurait tout intérêt à le faire dans un instant pareil. Une lycéenne qui pisse le sang, pas de manière sérieuse mais juste assez pour que sa vision commence à se brouiller. Une lycéenne qui remplit toutes les caractéristique de la proie facile.

Je range ce qui reste de mon Type 54 dans son holster, juste sous ma cape noir, avant de posément me diriger vers la jeune fille. Wendigo.exe a cessé de fonctionner, il ne répond plus à mes impulsions. Ce n'est pas étonnant, le haut de son torse est en train de s'évaporer. Mon Alter s'effondre au sol, je ne le reverrai pas de la journée. Il va falloir attendre un peu pour pouvoir dissiper la Faim hors de mon esprit. Attendre un peu...

"Il a fallu qu'elle résiste hein..."

La moindre évocation de ce concept ne fait qu'augmenter ma colère. Mais il n'y a pas de problèmes n'est ce pas ? Je suis maître des mes émotions après tout. Clairement pas le genre à massacrer le visage de cette petite salope sur le béton hein... Non, c'est clairement pas mon genre, faudrait pas que je commence à dévorer les cadavres moi même. Il faut que je reste calme, oui bien sur que je dois rester calme. Je ne doit pas perdre mon calme : sinon cette putain de lycéenne de merde va finir dans un tonneau... un tonneau d'acide...

"Pas étonnant. Vous avez ça dans le sang vous autres. Toujours à vous mettre dans notre chemin, sauf dans les moments ou on a vraiment besoin de vous...."

Le premier coup de poing est parti. C'était un uppercut du droit, violent mais lent. Mon cerveau n'a même pas le temps de capter si il a touché sa cible que je ré-enchaîne avec un crocher du gauche. Le respirateur de mon masque me fait prendre conscience de la banalité de ma respiration. Je suis calme, mais je reste en colère. C'est paradoxale. Et c'est nouveau pour moi.

"Lorsqu'on a vraiment besoin de vous il y a jamais personne..."

Les mots sortent tout seul. Une partie de moi prend conscience que je me sert de la jeune fille comme d'un punching ball. Une autre partie de ma psyché me dit de laisser aller. Je prend une grande inspiration, et remet un coup de latte en direction de Chiruki. Mon corps est dans une sorte d'état second. Je ne transpire pas du tout. Les actions sont froides, calculées. Malgré la colère ou parce que la colère ?

En définitive, je ne veut pas savoir. Je veut juste frapper.

"Jamais... putain... de personne..."
Revenir en haut Aller en bas
Chiruki Issuo
Messages RP : 92

Feuille de personnage
Titre: Machine-Girl
Expérience: 325/500
Alter: Projectiles de puissance
Rang D





Chiruki Issuo
Rang D
Mar 11 Déc - 12:17
Mon poing traverse mon ennemi comme dans du beurre. Après la surprise, le dégoût.
Je retire ma main le plus rapidement possible du corps de son alter, me retenant de pousser un cri d'horreur.

Je regarde la bête se décomposer lentement, sa matière étrange se dispersant sur le sol trempé.
J'ai l'impression d'avoir tué quelqu'un... Est-ce que j'étais obligée d'en arriver là pour le vaincre ? Pour me défendre ?

La blinde de questions accusatrices commençent a me marteler le crâne pour m'assomer de honte.
Cette chose n'était pas humaine, je ne faisais que me défendre, ce n'est qu'un alter !

Alors que je regarde ce qui n'est maintenant qu'un tas de poussière, le maraudeur s'approche en marmonant une phrase inaudible.
Il arrive près de moi, je suis tétanisée, je le regarde sans vraiment comprendre ce qu'il se passe.

"Pas étonnant. Vous avez ça dans le sang vous autres. Toujours à vous mettre dans notre chemin, sauf dans les moments ou on a vraiment besoin de vous...."

La voix modifiée de mon ennemi est très calme mais je ressens la rage qui l'anime. J'ai toujours envie de lui péter la gueule, il m'énerve toujours autant, seulement...

Un uppercut bien placé fonce vers ma mâchoire et je l'esquive de justesse avec ce qu'il me reste de réflexes.
Je suis tellement crevée... Mes jambes tremblent et des voiles noirs passent devant mes yeux.
Un direct du gauche débarque et, cette fois-ci, ne loupe pas sa cible.

Ma joue droite encaisse un coup violent et je titube en arrière, a deux doigts de tomber.

"Lorsqu'on a vraiment besoin de vous il y a jamais personne..."

Les mots lourds de sens de mon adversaire tombent aussi violemment que ses coups. Je ne connais pas sa vie et il ne connais pas la mienne... Pourtant ce qu'il s'est passé aujourd'hui ne se résume qu'à des jugements hâtifs.
Un second coup s'abat sur mon visage et je tombe sur mon côté blessé.

"Jamais... putain... de personne..."

Le maraudeur s'avance vers moi, envahit par une haine ardente...
Je pousse sur mes bras pour me relever à moitié et je lève ma main gauche vers lui, comme une tentative désespérée de le stopper.

Je ne le regarde même plus, mon corps ne me répond pas et tremble de fatigue. J'ai envie de hurler, de me lever et de courir vers lui... Mais je ne peux plus rien faire.

"N'a..pproche... pas !"

Il va me vaincre après être resté les bras croisés à regarder sa créature se battre à sa place... Il ne retire aucun honneur de ce combat.
Quel genre d'homme est-il ?
Revenir en haut Aller en bas
David Matsui
Messages RP : 175

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 270/1000
Alter: Wendigo
Rang C





David Matsui
Rang C
Mer 12 Déc - 13:27
Chiruki s'effondre au sol, dans un état misérable état de fatigue. Sa respiration est saccadée la ou la mienne est calme comme la pluie. Elle sent la peur, la peur et l'incompréhension. Mais ce n'est pas avec ce genre de comportements que je vais me calmer. Mon invité surprise lève une main fébrile vers moi avant de me grogner quelque chose, le désespoir dans les yeux. Mais je ne l'entend pas. À vrai dire je n'entend rien, si ce n'est un bourdonnement. C'est un son horrible : mon cerveau lui hurle de s'arrêter mais il ne l'écoutes pas... il ne l'écoutes pas....

"Calme toi...."

Je dégage lentement le bras de la jeune fille avant de lui remettre un violent coup dans le ventre. Ce qu'il lui restait d'oxygène est expulsé en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Mes mains viennent serrer son coup avec toute la force dont je me sent encore capable. Mon masque est vraiment un outil incroyable : tout ce qu'il rend de ma personne sont deux grands yeux rouges, ainsi qu'une légère petite fumée s'échappant du respirateur. Un visage terrifiant pour quelqu'un en train de mourir. L'apprentie héroïne essaye de lutter, mais c'est inutile. Elle est à bout de force. Tout ce qu'elle arrive à produire, soit des faibles mouvements désordonnées et un léger petit gargouillement, lui est complètement inutile.

"Calme toi... Tout va bien se passer...."  

C'est marrant... je ne pense pas que le moi d'il y à a peine deux ans aurait imaginé cette situation possible. Moi à califourchon sur le torse d'une fille de 15/17 ans, en train de l'étrangler. De l'étrangler à mort ou jusqu'à l'inconscience ? La question se pose de plus en plus vite. La résistance de l'autre connasse est en train de disparaître, son regard part dans le vide. Si je continu, il n'y aura plus rien. Plus rien du tout. Une petite voix mécanique commence à résonner dans ma tête : est ce que je suis près pour ça ? Le meurtre d'une élève de Yuei ?

...

...

Non... Je ne pense pas être prêt pour ça.

Je lâche le cou de la jeune fille et pousse un long soupir. Elle ne bouge plus, mais elle recommence à respirer. Je reste penché sur son visage pendant une dizaine de seconde, presque aussi longtemps que ce qu'il m'a fallut pour la mettre dans cet état. Pas de réponse physiologique autre que l'inconscience. C'est terminé... j'ai gagné... Une fois encore, le Maraudeur à triomphé. Mais pour combien de temps ? Le niveau des casses couilles avec qui je m'arrache la gueule est en hausse constante. Le mien, quand à lui, est beaucoup trop stable. Et ça sent pas bon.

Je tourne la tête avec un petit mouvement mécanique. Je suis seul : le Dock est complètement désert. Il n'y a que moi, ma victime inconsciente, et la pluie battante. C'est dans ce genre de moments que je remercie la Pingouin Incorporated de m'avoir fourni une cape imperméable. Il en faut pas longtemps pour que je réalise que quelque chose cloche dans ce décors

Le mafieux n'est plus la.

Il n'y a plus personne dans le hangar. Il ne reste qu'une large traînée de sang se dirigeant vers la route, et un Uzi. Une mitraillette hein... Je ne suis plus calibré, et Wendigo est dans les choux. Voila la sortie de secours parfaite, enfin sortie de secours... seulement si j'arrive à gérer le recul de ce truc le moment venu. Je suis un tireur correct avec les armes de poing, mais ce genre de calibre n'est pas vraiment mon fort. Bah ! Il faudra bien que je m'y mette un jour.

"Vmmmmmmmmmmmmmmmmmmm"

Le bruit du vibreur me tire de mes constatations tactiques. Une flaque commence à se mouvoir à ma gauche. C'est le portable de l'autre inconsciente. Il n'est pas cassé finalement. Je me lève assez lentement et me dirige vers le son du vibreur. L'appareil n'a effectivement pas grand chose, si on excepte une fantastique rayure en plein milieu. Rien qui n'empêche l'utilisation en soit. Je viens de louper un appel : "Ayu"... En espérant que ce ne soit pas une colocataire inquiète. Et, en parlant de collocation...

Je ne peut pas laisser Chiruki comme ça. Autant lui mettre une balle dans la tête moi même. Je ne peut pas non plus l'amener dans une clinique du coin : trop dangereux, et ses blessures ne sont pas assez consistante pour que je prenne le risque. Hors de question que je la traîne dans ma planque, ça nécessiterait beaucoup trop de précautions. Ce que je peut faire en revanche, c'est la ramener chez elle. Bon moyen de lui mettre un dernier coup de pression, et de me servir de quelques trucs à l’œil. J'ai de quoi faire des premiers soins avec moi, mais je ne rechignerait pas sur du mercurochrome.

Reste à trouver le code de ce magnifique objet. Chiruki est une adolescente comme une autre, ça ne devrait pas être bien compliqué. "0000" ? Non, ce n'est pas aussi simple. Mais bon, ça ne coûte rien d'essayer. "6666" ? Non, et ce ne sera certainement pas une série aussi simple....

"3333" ?

Bingo... J'y crois pas. La pauvre gourde.. Enfin bref on est tous un peu con de temps en temps, je suppose que c'est aussi le cas pour les élèves de Yuei. Il me suffit d'ouvrir Google Map pour trouver la localisation "Domicile"... 3 rue des Tartempion... en plein milieu de Tokyo... Cette fille est vraiment une blague. En espérant qu'elle ne se réveille pas pendant que je la traîne d'un bout à l'autre des égouts, ça ça serait vraiment une mauvaise blague.
Revenir en haut Aller en bas
Chiruki Issuo
Messages RP : 92

Feuille de personnage
Titre: Machine-Girl
Expérience: 325/500
Alter: Projectiles de puissance
Rang D





Chiruki Issuo
Rang D
Ven 14 Déc - 8:20
Encore... Un coup... Dans le ventre.
Le maraudeur, sans pitié, m'assene une dernier frappe violente qui fait tourner le monde autour de moi.
À partir de là, j'ai plus vraiment de repères. Je sens ses mains serrer ma gorge et moi, je cherche désespérément de l'oxygène.

J'essaye d'écarter ses bras, de le pousser, de le griffer... Mais rien à faire, j'ai plus de jus.
Ma volonté, aussi forte soit elle, m'abandonne. Mes bras tombent et je me remémore une derniere fois Ayu, mon entrée à Yuei, la rencontre avec Melody et toutes ces choses qui bientôt ne signifieront plus rien.
Je me suis battu toute ma vie pour réussir... C'est comme ça que ça doit se terminer ?

Tout s'éteint. Je tombe.
Une chute très longue avant d'atterrir dans un océan infini et sans fond. J'ouvre les yeux et je regarde les rayons du soleil disparaître petit à petit de la surface de l'eau alors que je m'enfonce.

J'ai besoin d'air. Je ne peux pas me laisser couler si facilement. Je commence a nager, à remonter... Je vais y arriver !
La lumiere du soleil se fait de plus en plus forte, jusqu'à m'éblouir quand j'arrive enfin à la surface.

Mes yeux s'ouvrent et je me redresse brusquement avec une inpiration bruyante suivie d'une toux forte.
La lampe du plafond de ma chambre a remplacé le soleil... Je suis dans mon lit ?

Ce n'était qu'un rêve ?
Je regarde autour de moi, les lumière sont allumées...
Je me regarde, j'ai le T-shirt que j'avais dans mon... Non, ce n'était pas un rêve.
Qu'est ce que je fais chez moi ?
Revenir en haut Aller en bas
David Matsui
Messages RP : 175

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 270/1000
Alter: Wendigo
Rang C





David Matsui
Rang C
Ven 14 Déc - 14:44
La clé de Chiruki tourne dans la porte avec une facilité déconcertante.

La porte s'ouvre devant un grand ensemble immobilier. Impressionnant pour une jeune fille qui vit toute seule, surtout dans le centre ville de Tokyo. Papa et maman doivent être particulièrement friqué, pas étonnant pour une étudiante de Yuei. Ce genre d'école privé doivent être remplient de bourge jusqu’à implosion. Reproduction sociale, tout ça tout ça. Il ne me faut pas longtemps pour faire le tour du studio, et déposer l'autre empêcheuse de dévorer en rond sur son canapé. Mes craintes n'étaient pas fondées : pas de colocataire. Juste elle, et un putain d'appartement de compétition.

"Bah voyons... Je ne vois même pas pourquoi je suis surpris."

Assez d'observation, plus d'action. J'ai des blessures, mon adversaire héroïque aussi. Commençons par elle, soyons un peu galant. Ça m'évitera de la voir se réveiller en hurlant en plein milieu de mon passage sous mercurochrome. Évitons d'attirer tout les voisins juste parce que j'ai eu la flemme de soigner une petite plaie ouverte. D'une petite plaie ouverte à une grande plaie saignante et purulente il n'y a qu'un pas. Il me suffit de retirer un sweat et un t-shirt pour me rendre compte qu'une vieille cicatrice de Chiruki a du se rouvrir. Rien de bien embêtant, il me suffira d'un bandage et d'un peu de désinfectant pour régler ce problème. Sur tout le corps de la jeune fille, seule cette blessure sort vraiment du lot. Une petite fouille dans mes affaires personnels et dans la salle de bain de l'étudiante héroïque, et l'affaire est quasiment réglé. Et sans réveil instantané en plus, voila une nouvelle plutôt agréable. Mettons nous à l'aise, et abandonnons mon invité surprise dans son lit maintenant qu'elle ne pisse plus le sang partout. Je vais pouvoir piller le frigo sans me poser de grosses questions.

"Aïe !"

Il me suffit de poser les yeux vers mon torse pour me rendre compte que ce n'est pas une bonne idée. Je viens de traîner une combattante dans les égouts de Tokyo avec mes petites épaules alors que mon corps est couvert de petites égratignures. Enfin petites... reste que mon flanc droit me hurle que le problème est un peu plus consistant que des petits bobo. Et que ça doit se régler maintenant. Ma cape imperméable et mon haut tombe sur le parquet de la chambre tandis que je m'effondre sur une chaise avec un grognement.

"Putain... Chiruki, chiruki... Ton Alter est une putain de purge."

Un petit rire nerveux commence à sortir de mon masque. J'ai le torse couvert de petites brûlures, et mon flanc droit accumule brûlures et bleues. Incroyable, se faire mitrailler par une élève de Yuei est donc quelque chose de vraiment dangereux finalement. Il ne me faut pas longtemps pour chopper le désinfectant et commencer à noyer mes bobo dedans. Rien ne vaut une petite douleur médicinale pour se remettre d’aplomb hein ? Putain de merde... pourquoi faut il que Wendigo soit dans les choux alors que je suis blessé, affamé, et sans autres défenses qu'une vieille mitraillette israélienne et un chargeur poussiéreux.

Et pourquoi faut il que cette gourde de Chiruki se réveille pile à ce moment ?

Les yeux de la jeune fille s'ouvre d'un coup alors qu'elle prend une énorme inspiration. Je me fige immédiatement, comme un clébard prit en train de manger du poulet sans autorisation. Son regard se charge d'incompréhension tandis que je recommence à m'appliquer sur mes blessures. Elle est toujours aussi fatigué de toute façon, ce n'est pas comme si elle pouvait faire quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Chiruki Issuo
Messages RP : 92

Feuille de personnage
Titre: Machine-Girl
Expérience: 325/500
Alter: Projectiles de puissance
Rang D





Chiruki Issuo
Rang D
Ven 21 Déc - 13:15
Un mec, juste là, devant moi, est en train de se nettoyer le torse... Un torse plutôt musclé d'ailleurs.
En général, avoir un mec à la maison sonne plutôt comme une bonne nouvelle si on oublie son casque aux yeux brillants...

Alors que je l'aperçois, je fais un mouvement de recul pour m'éloigner de lui le plus possible. En signe de defense, je tends mon bras tremblant de fatigue dans sa direction... Comme si je comptais tirer un projectile dans son masque horrible...

"Qu'est ce qu'il se passe ? Qu'est ce que tu fous là ?!"

J'étais en train de le combattre... Puis il m'a étranglé, je ne comprends pas.
C'était un rêve ? Je suis morte ? Comment est-il entré chez moi ?

Je pose mes yeux sur les nombreuses brûlures et bleus qu'il a sur le corps et je commence à comprendre. Ce genre de blessures est typique de mon alter, ce n'est pas une coïncidence, je me suis bien battu avec lui, il a bien gagné le combat.

Cependant ça n'explique pas la situation actuelle. Il m'aurait ramenée chez moi ? Dans quel but ?
Nous étions plutôt loin... Il m'aurait trainée jusqu'ici ? Trop de question m'agressent et il a toute les réponses...

"Réponds vite, j'ai furieusement envie de tirer ou de crier."

Je mélange colère et peur dans ma phrase qui se veut menaçante. Si ce psychopathe sait où j'habite, je ne suis plus à l'abri de rien.
Je pourrais hurler pour alerter le voisinage mais comment expliquer ? J'ai utilisé mon alter sur lui, même si c'était pour me défendre.
Au moins on finirait en tôle à deux et ça ferait un criminel de moins non ? Je pensais qu'il voulait me tuer sauf que si c'était le cas, je serais déjà morte.

J'ai besoin de comprendre et si il faut que je m'énerve, je le ferais. Je ne sais pas vraiment si j'ai assez de force pour encore me battre... Ou tout du moins plus que lui.
Revenir en haut Aller en bas
David Matsui
Messages RP : 175

Feuille de personnage
Titre: Maraudeur
Expérience: 270/1000
Alter: Wendigo
Rang C





David Matsui
Rang C
Dim 23 Déc - 0:41
Chiruki ne sait pas menacer les autres.

Le constat n'est pas difficile : ce n'est pas comme si c'était la deuxième fois qu'elle me faisait le coup. C'est assez marrant à observer, je me demande si les autres élèves de Yuei sont aussi incompétent qu'elle dans ce domaine. Pour leur sécurité, vaudrait mieux pas. Déclencher un fou rire lorsque l'on tente de menacer le Maraudeur c'est ridicule, mais c'est un non événement. Perdre le contrôle lorsqu'on se bat contre un adversaire déterminé à vous tuer ce n'est pas aussi drôle. C'est dévastateur. Ne pas savoir produire de menaces crédibles lorsqu'on est un Héro pro, c'est se construire une autoroute vers l'enterrement . Et, lorsqu'on ne sait pas faire les choses, mieux vaut ne pas les faire du tout.

"3333... Incroyable. J'étais persuadé que ce genre de code PIN était illégal depuis la fin des années 2030, mais visiblement je me suis trompé."

La surprise peut se lire dans les mouvements de la jeune fille. Pas étonnant : elle n'avait pas prévue de caser ma trogne dans son agenda lorsqu'elle est partie faire un footing. Et voilà qu'elle se réveillait dans son lit, la dernière chose qu'elle a vu avant de s'évanouir en train de l'observer. Ce n'était pas très malin de commencer les soins dans une pièce aussi « privée », ça ne pouvait que  choquer ma petite surprise. On a tous nos petits endroits secrets, ceux ou on peut s'endormir sans crainte d'être violenté. Je viens de défoncer la porte des habitudes de Chiruki à grand coup de masque tactique.

"Baisse moi ce bras, chercher à te battre dans cet état est ridicule. Tu n'es plus en capacité pour ça, le moindre mouvement un peu trop violent pourrait rouvrir ta plaie. Ne pense pas avec ton adrénaline, pense avec ta putain de cervelle."

Un petit tintement vient modifier l'ambiance de la pièce. Ma main gauche vient de lâcher les bandages pour réarmer ma mitraillette, tandis que la droite vient orienter l'arme en direction du torse de mon hôte. Chiruki ne sait pas menacer les autres, alors autant lui montrer comment s'y prendre ! Lui foutre un nouveau coup de flippe est loin d'être une mauvaise idée, je n'ai pas envie de la voir tenter quelque chose. Elle en ressortirait probablement morte.

" Je t'ai traîné jusqu'ici, te casser en deux ne me poserait aucune difficultés. Si tu hurles, je te ré-étrangle assez fort et assez longtemps pour que tu me foutes la paix. Si tu sort ton Alter, je te colle une rafale. Dans les deux cas, il va falloir se résoudre à laisser couler niveau physique."
Revenir en haut Aller en bas
Chiruki Issuo
Messages RP : 92

Feuille de personnage
Titre: Machine-Girl
Expérience: 325/500
Alter: Projectiles de puissance
Rang D





Chiruki Issuo
Rang D
Jeu 3 Jan - 23:05
Pathétiques.
Voilà comment je résumerais mes actions de la journée. J’ai été battue par un fou narcissique et maintenant, il connait mon prénom, mon adresse et il a même espionné ma vie dans mon téléphone… Faut vraiment que je pense à changer ce foutu code.
Et évidemment je réussis à me décrédibiliser encore plus dès que je tente de paraître sérieuse.
Pourquoi pas demander gentiment au maraudeur de rester ici pendant que j’appelle les flics sous ses yeux tant que j’y suis ?

"Baisse moi ce bras, chercher à te battre dans cet état est ridicule. Tu n'es plus en capacité pour ça, le moindre mouvement un peu trop violent pourrait rouvrir ta plaie. Ne pense pas avec ton adrénaline, pense avec ta putain de cervelle."

Au moins ma nullité permet encore à mon “invité” d’augmenter sa caractéristique charisme de un niveau. Je regarde le canon de la mitraillette qu’il pointe droit vers mon cœur. Je veux bien admettre que c’est légèrement plus flippant que mes petits prismes lumineux.
Malgré son agressivité, ce qu’il me dit est logique… Je suis blessée, exténuée et j’essaye encore de me la péter. Mon attitude arrogante me met en danger, ce n’est pas malin de la part de quelqu’un qui est censé défendre son prochain.

" Je t'ai traîné jusqu'ici, te casser en deux ne me poserait aucune difficultés. Si tu hurles, je te ré-étrangle assez fort et assez longtemps pour que tu me foutes la paix. Si tu sors ton Alter, je te colle une rafale. Dans les deux cas, il va falloir se résoudre à laisser couler niveau physique."

Non, ce qui m’énerve... c’est qu’il a raison. Il aurait pu me tuer dès la première seconde de notre rencontre. Et ce ne sont pas les occasions qui ont manqué ensuite. J’ai eu peur pour ma vie et je continue d’agir comme s’il était sur le point de m’achever.
Je relâche mes nerfs et laisse tomber mon bras, en signe d’abandon. Je déteste cette sensation mais je me retiens d’agir encore comme une gamine.

Je regarde le maraudeur :

“T’es qui au juste ?”

Au final on s’est battus car il était accompagné d’un monstre inhumain qui s’est révélé être son alter puis qu’il a posé son flingue sur mon crâne. J’ai eu peur pour ma vie et je l’ai agressé. Comment aurait fini cette rencontre si je n’avais pas agi ?
Ce n’est pas un héros et ce n’est - apparemment - pas un psychopathe… Au moins qu’il n’aime étrangler puis soigner ses victimes avant de… Euh, je m’égare… C’est pas ça hein ?
Je suis à sa merci mais je reste sur mes gardes… Je compte pas lui faire confiance après ce combat juste parce qu’il a soigné des blessures qu’il a lui même infligé.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Musutafu (Tokyo)-
Sauter vers: