anipassion.com
 :: SUR LE TERRAIN :: Mont Fuji :: La Veille Résidence Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La cicatrice de votre vie [PV Kass et Yoko]

avatar
Messages RP : 64

Feuille de personnage
Titre: Alucard
Expérience: 160/1000
Alter: Vampirisme
Rang C





Alucard Dracula
Rang C
Jeu 13 Déc - 0:04
Le Vampire se lavait lentement les mains. Sur le coté du lavabo traînaient les gants en plastique qu'il avait dû se résigner à utiliser. Il n’aimait pas ça. La médecine n'était pas sa tasse de thé, malgré le fait que la torture était une science qui y puisait énormément. Torture et médecine, préservation et dégradation, vie et mort... Aucune de ces notions ne pouvait se passer de l'autre, on ne peut être un excellent bourreau sans être un bon médecin. Ce dont les gens ne se rendaient pas compte, c'est que l'inverse était tout aussi véridique.

"Nuuuuuuunnnggg..."

Voila que le patient bougeait... Alucard leva ses yeux vers le miroir, juste en face de lui. Tout ce que ce dernier lui renvoyait, c'était ce ridicule complet médical. La pièce qui se dessinait derrière lui ressemblait à la plupart des sales de traitement clandestines. Des long draps blanc partout sur les murs, des armoires remplies de divers médicaments, une pièce stérilisée avec les moyens du bord. De quoi réparer un camarade sans le faire passer par la case hôpital. Le problème de ce genre de service, c'est que le tout est bien souvent tenu par des charlatans.

Mais si il y a bien une chose dont Alucard pouvait témoigner c'est que, dans un passé pas si lointain, la femme qui tenait cet endroit était loin d'avoir des diplômes en carton. Et l'utilisation qu'elle en faisait était plus qu’impressionnante. Soigner des voyous ne la gênait pas plus que ça : elle avait compris très tôt que "le bien" en tant qu'absolu était un concept stupide.

"Rgnnnnnnnnnnnnnn..."

Le second râle de l'homme qui, selon toute probabilité, était Banshee tira le Vampire de ses pensées. Son état était stable, son corps chaud posé sur la table d'opération en était la preuve la plus éclatante. Alucard n'était pas chirurgien esthétique : sa connaissance du visage humain était avant tout centrée sur les zones qui étaient plutôt douloureuses ou celle qui étaient plutôt érogènes, ainsi que sur les manières de "jouer" avec sans "détruire" le sujet trop vite. Rien de suffisant à une opération lourde en sommes. Son hôte allait devoir s’accommoder de sa magnifique cicatrice. Et s'estimer chanceux : peu de gens ne s'en tirent qu'avec une blessure en bas du visage lorsqu'un Prince Égyptien les prends en grippe. Voila un Japonais qui n'a pas vu le prédateur s'approcher. Autre Terre autre code : il n'a pas du savoir comment réagir. Ce qui était surprenant pour un individu capable de résister de front à une attaque surprise de la créature d'All For One.

Quelque chose clochait chez ce garçon. Et Alucard avait bien envie de comprendre quoi.



La Morphine était vraiment le meilleur des somnifères.

Le Vampire en savait quelque chose, il s'en était injecté et en avait injecté tellement qu'il était presque capable de sentir sa présence dans une pièce. C'était comme ça qu'avait commencé sa quête de Vérité : les informations voulues contre de la Morphine, et une mort rapide. Un mode opératoire qu'il respectait à la lettre. Une victime qui ne fait pas confiance à son bourreau craquera beaucoup moins vite : pourquoi parler lorsqu'on est persuadé que la souffrance ne se stoppera pas ?

"Celui-qui-ne-ment-Jamais", voila le surnom que ses cibles avaient fini par lui donner. Une telle nomination est une arme : elle annonce la couleur. Et elle n'est pas sans évoquer un certain mysticisme. Après tout, quelle meilleure histoire que celle de la mort d'un homme via une créature toute droit sortie d'un conte de fée ? Reste que Alucard n’espérait pas devoir en arriver jusque là avec "Kass Narita". Un pauvre Japonais tout ce qu'il y avait de plus médiocre, véritable aubaine pour les tenants du traditionnel discours sur la décadence : "nos Hommes ne sont plus Virils, nos Femmes n'ont plus de valeurs morales..." Il suffisait de lire un certain test de fertilité (soigneusement emballé dans une grande enveloppe) pour comprendre que ce jeune homme n'était pas gâté par la nature. En apparence tout du moins... Kass Narita n'était pas qu'une pauvre victime bonne pour l’abattoir. C'était aussi le Banshee, un Terroriste au sens premier du terme. Une personne dotée d'un Alter Terrorisant, capable de déclencher les peurs les plus secrètes de la Bourgeoisie Japonaise depuis le toit d'un Casino en vogue. Un acte de pure "barbarie nihiliste" ou un "attentat aux relents néo-marxistes", comme l'avaient scandé des médias Nippon largement influencés par le poids des traditions... ou quelque chose d'autre. Quelque chose de plus désespéré, de plus naturel... La simple envie d'utiliser son pouvoir peut être ? Si il y a bien une chose que le Vampire pouvait comprendre, c'était ça. D'ailleurs, en parlant de pouvoir...

"Santé mon garçon, santé..."

Une large lampée de sang quitta le flasque du bourreau pour rejoindre son organisme. Cuvée Kass Narita. Au vue des blessures subies ? La perte de sang était loin de constituer un problème. Le jeune Japonais, quand à lui, était allongé sur un canapé lit sommairement déplié dans une des pièces de la vieille demeure, les mains menottés sur des poteaux de soutiens. L'endroit tout entier était une possession d'Alucard depuis qu'il avait rejoint All For One, mais l'acte de propriété était caché derrière tellement d'associations et d'entreprises écran que le gouvernement Japonais n'avait jamais réussi à faire le lien. De plus, la vieille Ligue n'était pas connue pour fournir beaucoup d'indicateurs. Comment pouvait-il y en avoir lorsque la "Police" est votre petite milice privée ? Bah, ça devait être la même pour les petites affaires d'All Might de nos jours. On ne change pas le pouvoir. Et on ne change pas les gens qui en sont dépourvus.

"Bon... Réveillons ce dormeur du dimanche avant qu'il ne passe de l'inconscience au sommeil."

Le plan était simple : on réveille "l'invité" avec quelques mots plutôt rassurants, et on enclenche le dialogue. Et si il utilise son Alter (réaction assez courante des réveils post violences), on lui injecte assez de tranquillisant pour paralyser ses mouvements de phasme inoffensif. Aucune fonction humaine n'est vraiment indépendante du corps, l'Alter de Banshee n'allait pas faire exception.

L'opération n'était pas compliquée en soit : tout ce qu'elle réclamait, c'était un timing impeccable. Ah, et une bouteille d'eau fraîche. Si il y a bien une chose que les Humains adorent dans ce monde, c'est boire. Et c'était la première chose qu'Alucard comptait laisser Kass faire.


Dernière édition par Alucard Dracula le Ven 14 Déc - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 70

Feuille de personnage
Titre: Banshee
Expérience: 385/1000
Alter: Nightmare
Rang C





Kass Narita
Rang C
Jeu 13 Déc - 23:51
Le temps est un concept qui s'échappe. Difficile à appréhender, encore plus à apprécier. Une horloge donne l'heure mais seul l'esprit donne le temps et lorsque l'esprit n'est plus là, le temps s'arrête.

Le temps de ce garçon s'était arrêté. Il était inconscient car son corps était brisé mais son âme comptait tout autant. Un sommeil forcé dans un temps incertain, dans un univers figé et dans un monde obscure. Sa dernière vision était sans importance car elle ne le mènerait nul part, seul comptait cette solitude, celle qui permit au temps de reprendre son cours même si ce ne fut pas de la manière la plus évidente.

La salle vue par l'un différait de celle vue par l'autre. Car le garçonnet s'était perdu plus loin que la réalité. Un espace confiné au sein d'espoirs morts. Le corps pouvait être réparé mais les dégâts les plus importants étaient ailleurs. Dans cette salle qui n'en était pas une, le silence était absolu et son corps semblait se matérialiser en un morceau de lui qu'il aurait peiné à identifier, à observer. Pourtant, il n'y avait rien d'autre à voir. Il n'osait s'interroger sur les raisons de sa présence car finalement, dans ce noir lucide, il était certainement plus à sa place qu'il ne l'aurait été vivant.

La porte était bien là, dessinée, nette, il ne voulait simplement pas la regarder, ses pieds étaient plus importants tout comme le mur imperceptible qui retenait son dos ou le sol inexistant accueillant le bas de son corps. Il pouvait presque l'entendre, la réalité derrière cette porte mais il aurait été bien incapable de la franchir. La fissure était là, celle qui le ferait tomber en morceaux. La peur mais surtout la résignation.




Peu de personnes avaient le "choix" de se réveiller et de manière générale, on allait dire que ceux qui ne le faisaient pas, avaient tout simplement jeté l'éponge. Cela restait très difficile à prouver. Mais dans ce cas précis, sans le principal locataire pour répondre à l'appel du réveil suivant l'inconscience, il y avait bien le second pour prendre les choses en main. Car si l'un était dépourvu d'envie de se réveiller, le second qui avait du se faire spectateur d'une scène qu'il n'aurait jamais toléré ne demandait qu'à regagner la dite conscience.

Bien évidemment, cela n'aurait su se faire dans le calme, les blessures, la présence ressentie et surtout les sensations précédant le réveil. Ein était toujours dans l'analyse de ce corps, surtout quand cette vie était directement menacée et des menottes suffisaient, semblait-il, à caractériser la "menace". Avoir un contrôle presque total sur les différentes perceptions présentait des avantages certains comme le fait de pouvoir envisager écarter la douleur pour agir avec la plus grande efficacité. Ses yeux entrouverts, la cible reconnu, il n'allait certainement pas attendre. Néanmoins, il était difficile de juger les dommages que pouvaient avoir des blessures sur l'alter en lui-même.

Un chaos certain, voilà ce qui en découlais, un masque peinant à se construire, une coloration mal répartie et un costume grésillant, ne parvenant pas à prendre le dessus sur le tissus restant. Car même en ayant identifié l'individu, Ein voyait flou, même en usant de son alter, celui-ci peinait  à trouver un point d'encrage, comme si le décalage était tel qu'il ne parvenait pas à se calquer suffisamment sur la réalité pour être efficace. Il n'était même pas la moitié de ce à quoi il devait ressembler malgré l'extrême concentration dans son regard. Son corps restait immobile simplement secoué par une respiration lourde. Car finalement, il avait conscience des dégâts  et ironiquement, le plus gros restait le choc qui avait secoué son lob occipital, centre nerveux de la vision, indispensable dans l'usage de son alter tel qu'il l'utilisait d'ordinaire. Il s'agissait bien de la chute plus que des coups en eux-même.

Ce n'était visiblement pas suffisant pour Ein qui continua de forcer son utilisation, 4 membranes noires et difformes comme un goudron solidifié mettant en joue le vampire. Elles n'auraient pas hésité à tenter de le transpercer de toute part si elles avaient pu. Mais leur forme était impropre à cette fonction, brouillon, à l'image frémissante comme un film mal rembobiné. Elles pouvaient tout juste servir d'avertissement à ce stade. Qu'il reste à l'écart.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 64

Feuille de personnage
Titre: Alucard
Expérience: 160/1000
Alter: Vampirisme
Rang C





Alucard Dracula
Rang C
Ven 14 Déc - 23:25
C'était un bingo complet.

Banshee sorti de son sommeil comme un taureau en rut. Enfin, en rut... Comme un taureau un peu malade tout du moins. Un masque, visiblement défectueux, commençait à se dessiner sur son visage. Des tentacules semi rigide faisaient lentement leur apparition sous le regard fasciné de la créature d'All For One, qui savait reconnaître un bon Alter. Cette illusion était impressionnante, produire une telle sensation chez ses adversaires alors que son corps est dans un état aussi médiocre... Voila quelqu'un habitué aux tabassages en règles, ou au chutes du haut des escaliers. Le Vampire poussa un petit soupir, avant de se lever de la chaise sur laquelle il était confortablement installé.

"Il aura fallu un petit moment. Mais bon, je suppose que ta faible constitution n'aide pas hein ?"

Narita regardait toujours Alucard comme un petit chat blessé. Un petit chat blessé et mouillé, qui n'aurait aucune idée de pourquoi il n'était plus en train de se vider de son sang dans la rue. La vision était rigolote, elle méritait bien une petite cigarette. Le Vampire était chez lui après tout, ce n'était pas comme si quelqu'un allait débouler pour lui ordonner de trouver un cendrier. Il ne lui fallut pas longtemps pour s'allumer un petit plaisir, et attraper la  bouteille d'eau qui traînait juste à coté de sa chaise. Ce n'était pas un terroriste blessé et épuisé qui allait faire peur au bourreau de la Ligue, surtout lorsqu'il n'était qu’illusionniste. Il avait maté des personnes beaucoup plus dangereuse, rien dans sa cible ne le tiltait plus que chez une étudiante comme la jeune Snicket. Cela était certainement dû au physique de Banshee : même Melody avait plus d'abdominaux que lui.

"Ce n'est pas la peine de me pointer avec tes illusions mon garçon. Je suis un bourreau, pas un prince égyptien en vadrouille."

La défense de son patient n'était pas très vigoureuse. Alucard en profitait pour faire quelque tests basiques : l'effet de cette tentacule était absolument mirobolant. Cette illusion était tellement parfaite que le cerveau suivait sa trace sans même sans rendre compte. Il y avait une résistance : son doigt refusait de passer outre. Alors que d'un autre coté...

Un projectile sanguin fut expulsé du corps du Vampire, et ceux tellement rapidement que Narita n’eut même pas le temps de se tourner. Le test était concluant : il passa complètement à travers la présumée illusion pour aller se planter dans le mur avec un bruit sec, une bonne trentaine de centimètre au dessus de la tête de « l'invité ». Un autre petit rire sortit de la bouche de la créature d'All For One alors qu'il traversait le champs de fausses menaces. Si Banshee n'était pas capable de produire mieux il n'allait pas pouvoir empêcher le Vampire de s'amuser un peu avec lui. Alucard se posa tranquillement à coté de la tête de lit, et commença à tripoter les cheveux  de son presque prisonnier d'une manière assez nonchalante. Ils n'étaient pas sales, rien d’étonnant après la douche de bétadine que qu'Alucard leur avait fait prendre. L'odeur était plutôt agréable.

"Tu vois, ce n'est pas comme si ce genre d'attitude allait t'amener quelque part. Regarde plutôt ça."

Le Vampire se mit à agiter la bouteille devant le masque de son blessé. La plupart des gens qui se réveillent après un choc de cet ampleur seraient prêt à tuer pour avoir de l'eau. Mais Kass Narita ne semblait pas être comme la plupart des gens. En bien comme en mal d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 70

Feuille de personnage
Titre: Banshee
Expérience: 385/1000
Alter: Nightmare
Rang C





Kass Narita
Rang C
Dim 16 Déc - 0:00
Il fallait toujours une forme d'explication, d'expérience, de moyen de comprendre la manière dont fonctionnaient les choses et Ein n'était pas une entité qui était présente si souvent que cela. Son expérience directe, notamment avec cet alter, elle la gagnait sur le terrain par ses quelques brèves interventions, peut-être l'équivalent de vingt-quatre heures en six mois tout au plus. Cette tendance s'était avérée à la hausse, épousant la diminution du traitement de Kass ainsi que son état d'esprit continuant à se détériorer. Il n'y avait donc rien de surprenant à ce qu'au moment où ce dernier était le plus bas, autrement que par la situation qui l'exigeait, il n'y ait qu'Ein pour faire face au vampire.

Et son état était réellement pitoyable, ce n'était plus à démontrer. La blessure à l'arrière de son crâne n'était peut-être que temporaire mais elle n'irait pas se résorber en quelques instants. Et cela avait une conséquence directe : il était plus ou moins sans défense car l n'y avait que son alter pour l'aider. Ce corps n'était pas celui d'un guerrier ou d'un athlète. Il était réaliste sur ce point comme sur le fait que peu importe sa position, il devait éviter de bouger pour aggraver les choses. Car de toute façon, en l'état actuel sa vie n'était pas directement menacée. 



Avoir conscience de son état d'inconscience est particulier mais il ne faut pas non plus être idiot et Ein savait pertinemment dans quel état cet étranger avait mis le corps de Kass. Corps qui n'était plus en train de se vider de son sang dans une ruelle pour une raison. Un raisonnement assez basique pour une entité l'étant elle-même assez de manière générale. Mais avant d'être cette entité terroriste, Ein était un condensé des choses qui n'avaient pas sues être assimilées par Kass mais qui étaient bien là, les choses qu'il ne devait pas voir et pas ressentir.

Sa colère profonde, son envie de se faire justice, son égoïsme au-delà des autres, toutes ces envies d'avoir fait les choses autrement qu'Ein respectait dans chacune de ces dimensions. Mais toutes ces choses, mort, il était impossible de les exprimer pour Kass. Il n'était pas du genre à prendre des otages donc être pris en otage était une expérience suffisamment nouvelle pour lui et il ne la visualisait pas forcément comme un déchet en train de tripoter les cheveux de Kass. De toute façon, s'il n'avait pas pu l'empêche de l'approcher, il était trop tard pour essayer de le repousser. Il pouvait toujours appeler les chiens mais rien n'assurait que cela marche. Il allait devoir.. faire différer un peu de ses habitudes. 



Il ne prenait même pas la peine de donner un semblant de réalisme aux membranes inoccupées. Même sans bien le voir, il avait senti l'impact du projectile. La bouteille d'eau agitée, ces dernières s'effritèrent donc, disparaissant jusqu'à la moindre miette pour ne laisser que le corps de Kass tentant encore d'être couvert par le costume d'Ein. C'était un automatisme, contrairement aux membranes, il ne pouvait pas le défaire aussi facilement, au contraire, il lui aurait nécessité une certaine concentration pour ne pas afficher cette tenue. Cela lui donnait un air moins concentré, plus inexpressif.

Alors non, il n'allait pas tuer pour cette bouteille même s'il sentait bien que son corps avait besoin d'être hydraté. Cette erreur de la nature était bien trop bavarde. En effet il était rare, très rare qu'on puisse lui adresser directement plus de deux mots, de toute manière ce n'était pas intéressant. Tout comme là, cela ne l'était pas non plus. Mais répondre... il allait bien falloir y passer, user un peu de cette bouche qui lui servait si peu. Son costume était peut-être raté mais sa voix était bien déformée telle qu'elle devait l'être. Il ne bougeait pas d'un pouce et s'exprimée d'une manière monotone.

"Que veux-tu ?"


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 64

Feuille de personnage
Titre: Alucard
Expérience: 160/1000
Alter: Vampirisme
Rang C





Alucard Dracula
Rang C
Lun 17 Déc - 19:07
La seule chose qu'Alucard produit après la toute petite réponse de son patient, ce fut un gros nuage de fumée. Le Vampire ne s'attendait pas à tomber sur quelqu'un avec du sang froid, mais ce n'était pas pour lui déplaire. Il commençait à en avoir marre des supplications.

"Ce n'est pas la bonne question, et je pense que tu le sais."

Les mouvements de Narita étaient restreints par des menottes extensibles, mais ce n'était pas son corps de grand malade qui allait résister à la poigne d'Alucard. Ce dernier ne mit pas longtemps pour descendre ses doigts des cheveux du jeune homme. Le cou était un bien meilleur emplacement : parfait pour lui permettre de surveiller le rythme cardiaque de son invité. En tant que médecin, il fallait s'assurer que tout était normal. En tant que geôlier, il fallait empêcher les mouvements brusques. En tant que bourreau, il fallait voir si les paroles créaient quelque chose. Et en tant qu'homme de gout, il fallait bien tâter la marchandise.

"Il y a quelque chose que je ne comprend pas Banshee. Tu n'es pas une petite chose fragile, la manière dont tu gères notre petite situation le démontre. Qu'est ce qui a bien pu pousser un terroriste comme toi à se laisser tabasser par l'héritier du trône d’Égypte ?"

La musculature de Narita était médiocre. Beaucoup trop médiocre pour un jeune homme de vingt ans et quelques. Un civil normal, qui n'aurait jamais fait de grands efforts physiques, arriverait sans aucune peine à le lancer d'un bout à l'autre d'une rue. Un déficit calorique ? Non, le Vampire avait pu observer le corps nu du jeune homme, et ce n'était pas comme si les côtes ressortaient. Ce sont les muscles qui posaient problèmes. Une déficience héréditaire peut être ?

"Une mauvaise perception ?"

Voila qui expliquait la prédation de Quassim Al Samada. Ce n'est pas comme si ce petit Japonais tout maigre et tout faible aurait pu lui poser problèmes. Cela restait pourtant une négation complète de ce qu'était l'être humain : n'importe quel civil donnant touts les signes de soumissions pouvait vous sortir une boule de feu de la taille d'une maison, surtout dans un pays ou la valeur Humilité était exigée jusque dans les milieux criminels. L'Alter de Narita semblait être un crack en la matière, mais pourtant rien ne c'était produit. Pourquoi donc ?

"Un Alter épuisé pour la journée ? La Peur des représailles ? Ou quelque chose de plus profond peut être ?"

Toute cette histoire commençait à puer le coup monté. Al Samada et le Banshee n'étaient pas des "n'importe qui". Ce n'était pas dirigé contre le Vampire, personne n'aurait pu prévoir sa présence ce jour là, mais contre quelqu'un d'autre peut être ? Plus le bourreau de la Ligue y pensait, plus cela faisait sens : voila qui expliquerait le caractère stupidement cliché de ce "choc des civilisations".

"Faisons un marché. Tu répond à ma question, et je prend la peine de t'expliquer pourquoi j'ai ramassé ta maigre carcasse."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 70

Feuille de personnage
Titre: Banshee
Expérience: 385/1000
Alter: Nightmare
Rang C





Kass Narita
Rang C
Ven 21 Déc - 16:04
Il allait le tuer. Il ne pensait pas à cet être dégénéré qui l'avait ramené jusqu'ici et de ce qu'il lui ferait subir mais plutôt de ce que lui, lui ferait. Ein allait le tuer. Ou plutôt, à la moindre occasion qui serait à sa portée, il ne se ferait pas prier. Pour l'instant, il y renonçait uniquement car il n'en était pas capable. Autant essayer d'étrangler quelqu'un en étant manchot. Il avait besoin d'un minimum de certitude dans le résultat avant de s'engager dedans. Pourquoi le tuer quand il avait probablement sauvé la vie de Kass ? Car il n'avait pas de raisons de ne pas le faire. Ein n'était pas un être reconnaissant, la seule personne à laquelle il avait accordé le privilège de la tuer en "douceur" était l'ancien psychiatre et depuis, il n'y avait pas eu de récidive. Plus que par nécessité, il le tuerait car il n'avait aucune raison de ne pas le faire.

Il n'y avait pas de motif suffisant pour l'en retenir. Il l'avait attaché, il l'avait ramené, maintenant il tripotait ce corps tout en parlant trop. Un chat aurait beau être soigné par une souris, en état, il n'en ferait qu'une bouchée. Pour ces animaux il s'agissait plutôt d'une mise à mort que d'une réelle alimentation, il devait donc y avoir un bout de vérité dans le parallèle des situations.

A ne pas s'y méprendre, il ne dénigrait pas la "capacité à se défendre ou à riposter" de cette chose. Mais à peser le plus pour le contre, il avait les papiers d'identité de Kass et tout ce qu'il fallait pour le retrouver. Et qui connaissait Kass était un danger potentiel trop important pour être évité. Il s'agissait donc de le tuer car il était là et car il représentait un problème, plus que de raisons suffisantes.

Cela dit, le vampire était foutrement gonflé de prétendre qu'il n'avait pas la bonne question quand il n'y avait pas de question plus intéressante que celle-là. Il n'était pas là pour rien, il ne l'avait pas ramassé pour le plaisir de le faire quand leur dernière rencontre s'était passée dans ces conditions. Il avait un intérêt à l'avoir ramassé tout comme Ein avait une absence d'intérêt à ne pas le tuer. Il parlait décidément trop. Ne pouvait-il pas simplement dire "j'étais curieux de savoir pourquoi tu ne t'es pas défendu ?". En plus d'être un excité qui visiblement n'avait pas fini de le palper.

Il était intéressant de souligner qu'Ein était très peu aux faits de l'actualité ainsi que de ce qui pouvait se dire sur ses crimes. Kass n'appréciant pas la réalité des alters, il avait tendance à fuir les modes d'information et de cette manière, Ein était à peine vaguement conscient du surnom ridicule qui lui avait été donné. Mais c'était bien le fait de cette génération, de vouloir poser un nom sur tout comme si par ses actes il était devenu un "vilain". Il n'avait pas de telles motivations pourtant. Il se considérait encore moins comme terroriste. Enfin, le temps qu'il parle, lui pouvait hydrater un peu son corps, ce qu'il fit sans se presser, la sensation restant loin d'agréable même si la douleur était suffisamment contenue, il fallait aussi qu'il évite de boire trop après une privation.

Maintenant s'agissant de la fameuse réponse qu'il devait donner pour connaître la raison de sa présence ici, il ne comptait pas particulièrement mentir. Il ne voyait pas l'intérêt de le faire et surtout, il ne savait pas vraiment le faire. Le mensonge était une création sociale et Ein était tout sauf un être social. Pas de manipulation de langage mais le nécessaire seulement. Il allait de soit qu'il le laisser le tripoter comme bon lui souhaitait tant que ses attouchements ne représentaient pas une menace.

"Je consomme des inhibiteurs de manière régulière."


De quoi faire comprendre la situation à cette erreur de la nature en un minimum de mots. S'il l'avait bien fouillé il avait du trouver le petit pilulier qui était dans le manteau, vide. Les inhibiteurs, réduisant ou arrêtant une réaction chimique, ceux de Kass étaient adaptés à sa condition même s'ils n'étaient pas prévus dans le cadre de la suppression d'alter.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 64

Feuille de personnage
Titre: Alucard
Expérience: 160/1000
Alter: Vampirisme
Rang C





Alucard Dracula
Rang C
Sam 22 Déc - 1:09
Des phrases courtes.... Avec Banshee c'était toujours des phrases courtes, faites pour aller droit au but. Il n'y avait pas de petites piques sur sa situation ou le comportement tactile du Vampire, pas l'expression d'une inquiétude ou d'une autre émotion forte. Juste un calme complet, et une petite phrase de temps en temps. Un prisonnier très calme en somme. Un homme au comportement très courtois, très policé.

En apparence du moins.

L'apparence, quel vaste sujet. Surtout lorsqu'on s'attaque à quelqu'un qui semble capable d'en changer en un claquement de doigt. Elle est souvent un bon vecteur d'informations mais le fonctionnement d'un corps l'est tout autant, si ce n'est plus. Et pour cause : cela faisait maintenant plus d'une minute qu'Alucard écoutait le cœur du jeune homme. Et ça n'allait pas, ça n'allait pas du tout même. Il était dissonant, impropre. Il ne fonctionnait pas correctement. Voila qui expliquait ce corps rachitique, du moins en partie. L'erreur de la génétique se trouvait sans doute ici. Mais il y avait autre chose. Lorsque le Vampire avait levé les pouces de la nuque de Narita, il avait remarqué une anomalie. Des vibrations, typiques des muscles qui se tendent pour frapper. Une réaction inconsciente, assez classique dans le cadre des phase pré-combats. Banshee avait sans doute la haine. La haine de sa situation, la haine de sa faiblesse physique et la haine du Vampire.

Cette situation commençait vraiment devenir excitante.

"Je t'ai ramassé parce que tu me semblait intéressant. Pour tout te dire, ma petite famille manque cruellement de mains d'oeuvre en ce moment."

Le comportement de l'invité d'Alucard était d'autant plus déroutant qu'il semblait radicalement changeant. L'homme qui se tenait devant lui n'avait rien en commun avec la pitoyable créature en qui lui comme Quassim Al Samada avait cru décerner une proie facile. C'était sans doute ça le plus déroutant. Quand la créature d'All For One avait ramassé ce petits corps brisé, il pleurait des larmes de désespoirs. Pas de douleur ou de colère, mais bien de désespoir. Comme si quelque chose d'essentiel venait de s'effondrer, comme si la promesse d'un monde meilleur venait de s'évanouir. Une réaction typique de la première désillusion face à la violence. Mais le Banshee qu'il tenait dans le creux de ses doigts n'avait rien à voir avec cela.

"Je consomme des inhibiteurs de manière régulière."

Des inhibiteurs pour l'Alter, ou bien pour une toute autre chose ? Quelque chose de plus pragmatique, de plus violent... Quelque chose que la société Japonaise post-All Might ne pouvait plus se résoudre à tolérer.

Quelque chose de terriblement attirant.

La main droite du Vampire partit se figer sous la gorge de Kass tandis qu'un fin cristal tranchant sortait du haut de sa poigne. La gauche vint relever le crâne du jeune homme avec une telle violence qu'une petite touffe de cheveux partit voir si l'air était plus frais ailleurs. Le bourreau laissa tomber sa cigarette au sol et souffla dans le cou de son prisonnier, avant de susurrer quelques mots à son oreille.

"Tu veux me tuer n'est ce pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 70

Feuille de personnage
Titre: Banshee
Expérience: 385/1000
Alter: Nightmare
Rang C





Kass Narita
Rang C
Dim 23 Déc - 18:43
Beaucoup exprimaient tout un lot d'émotion en un instant sur leur visage. C'était une forme de communication si répandue que l'on ne faisait pas souvent le lien entre la sympathie que pouvait nous inspirer une personne et les dites expressions. Contrairement à Ein, Kass était des plus expressif, son humeur se lisait à tout instant sur son visage et à défaut d'être un professionnel de la communication verbale, sa gestuelle en disait long sur celui qu'il était tout comme ses expressions avaient tendance à trahir ses intentions.

Les intentions d'Ein était bien souvent les mêmes. Car elles se résumaient à quelques unes seulement. Dans un premier temps, celle de préserver Kass. Oui, le préserver et non le protéger, les deux notions étaient suffisamment différentes pour qu'il le mette plusieurs fois en danger avec ses oeuvres de destruction. Car son second penchant s'encrait directement dans ce premier objectif. S'il incarnait toute la haine et le ressenti de Kass contre le monde qui l'avait laissé derrière, il se devait de lui faire justice en le ravageant tout en épuisant un peu ce flot qui abimait son corps.

Pour résumer, Ein avait constamment la haine, a chaque minute, il pensait aux dégâts qu'il pourrait infliger en fond de préoccupation pour Kass. Cela ne se voyait pas car il s'agissait globalement de la seule émotion qu'il renvoyait, lui donnant l'air neutre en permanence malgré ses arrières pensées d'une rare violence. Et de son envie de tuer, il était idiot de la cacher. Il avait une capacité minimale à s'adapter aux situations, à écouter ce qu'on pouvait lui raconter et ce même si c'était sans grand intérêt et à ce stade, il n'avait aucune envie de faire le moindre effort.

"Non"


Il était rare qu'il réponde sans qu'il y ait eu de question mais de toute évidence, il n'avait pas l'intention de se raccrocher à une main d'oeuvre. Il n'avait pas de chef, pas de donneur d'ordre et il n'avait certainement pas l'intention d'en avoir un. Non seulement car il n'était pas celui à en décider mais aussi car cela représenterait une contradiction totale avec son deuxième objectif. Cela impliquerait aussi certainement de ne pas pouvoir tuer cet énergumène et cela non plus, cela ne lui plaisait pas. Il n'était pas fermé à la possibilité d'être convaincu mais de là, il n'y avait rien dans ce sens.

Le monstre semblait presque s'amuser ? Pourquoi ? Car il était intéressé ? Ou car il commençait visiblement à le menacer ? En soit, il ne l'avait jamais vraiment écarté comme une menace mais avec ce sens de la mise en scène qu'il avait l'impression de détecter et sa vision qui se faisait un peu meilleure, il constatait une fois de plus tout le soin que cet individu semblait prendre à sa propre présentation. Soin de la mise en scène, propos égoïstes, apparence entretenue, il avait une diva. Une diva qu'il voulait bel et bien tuer.




"Oui"


Il ne servirait à rien de le nier ou même de rester silencieux, il fallait être idiot pour ne pas sentir qu'il voulait le tuer. Si seulement il pouvait comprendre qu'il l'entendrait aussi bien s'il lui parlait de face que dans l'oreille. Kass serait déjà en train de hurler à la mort à cause de sa sensibilité à ce niveau.

Il pouvait paraître absurde de confirmer vouloir tuer une personne qui pouvait le tuer mais de toute manière, s'il voulait le tuer, il le ferait, que ce soit réciproque ou non. Puis en vue de l'état de Kass, mieux valait avoir des certitudes quand à l'avenir. Alors oui, il était franc sur ce point. Le menacer n'était pas une bonne stratégie, ses mots se refermaient d'avantage encore.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 64

Feuille de personnage
Titre: Alucard
Expérience: 160/1000
Alter: Vampirisme
Rang C





Alucard Dracula
Rang C
Sam 29 Déc - 17:37
Banshee était un véritable psychopathe. Le cérémonial humiliant du Vampire ne produisait aucune réaction chez lui. Si il était en colère, il le cachait d'une main de maître. Il s'était contenté de sortir sa Vérité tout simplement, comme si il sortait des poubelles. Non, il ne voulait pas décrocher un emploi dans le domaine de l’insurrection armée. Oui, il voulait le tuer. Le Vampire lui tapait sur les nerfs, et ça c'était visible. Tout ce que le jeune homme voulait, c'était que le bourreau disparaisse de la Vie.

Peu de spécimens avaient une approche similaire de l'emprisonnement, parce que peu de personnes se maintenaient dans un état de conscience aussi primaire que Narita. Il ressemblait à ce qu'aurait pu être le fameux chaînon manquant, ce singe venant de découvrir son intelligence mais qui n'est pas encore un Homme, si ce dernier avait été une créature à sang froid.

"C'est dommage, parce que tu me plais beaucoup."

Alucard se dégagea du dos de sa proie avant de ramasser la cigarette qu'il avait jeté au sol, et de l'écraser sur sa semelle de chaussure. On ne pouvait pas établir un dialogue avec quelqu'un si on ne parlait pas le même langage que lui. Banshee ne parlait pas l'implicite, il ne comprenait pas le sous entendu et ne conceptualisait pas avant d'agir. Il fonctionnait au feeling et à la logique, sans rien ajouter de plus à son plat de résistance. Il fallait être direct avec un spécimen de son acabit.

Le Vampire en Alucard avait rarement croisé une proie pareil. Le Bourreau en lui n'avait jamais eu à extraire des informations d'une victime aussi bien formée pour résister. Mais l'ancien compagnon d'All For One en lui connaissait ce genre de profil. Ça ressemblait à quelques tueurs à gage avec qui il avait pu boire un coup, ou à un Ludwig Snicket sans façade médical.

"J'apprécie ton honnêteté. Te laisser partir ne me dérange pas, plus il y a de gens comme toi en liberté plus mes objectifs actuels sont faciles. Mais je ne pense pas que beaucoup d'autres viendront te proposer de surveiller tes arrières. Tu es un solitaire malade et défaillant avec une situation monétaire désastreuse, et qui finira par crever de Faim dans la rue. Enfin, si tu ne te fait pas massacrer par un autre prince égyptien entre temps."

Si la Ligue était capable de faire un bon chien d'un psychotique complet comme Moonfish, elle trouverait une utilité à ce terrifiant gringalet. Il était radicalement simple (dans le sens le plus psychopathe du terme), mais les coupures de journaux étaient de biens meilleures Curriculum Vitae qu'un ressenti éphémère. Cet homme était malade, dangereux et certainement bipolaire mais il était efficace. Et son coté "matou trouvé dans la poubelle" lui donnait un air presque attachant malgré ce physique des plus disgracieux. Il ferait un bon allié, à défaut de devenir quelque chose de plus amusant.

"Reste que tu es une ressource de valeur, et qu'il est hors de question que je te laisses sortir alors que tu n'es même pas en état de ramper."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 70

Feuille de personnage
Titre: Banshee
Expérience: 385/1000
Alter: Nightmare
Rang C





Kass Narita
Rang C
Mar 8 Jan - 23:50
Pouvait-on réellement parler de sang froid ou de formation ? La réponse était bien évidemment non. Mais le chainon manquant était peut-être bien là même si l'on pouvait plutôt parler de recul, de manque d'expérience direct. De ce monde, il y avait finalement peu de choses qu'Ein connaissait sans filtre, si ce n'était une chose, la chose qu'il devait conserver, à savoir Kass et cela lui permettait de prendre la distance nécessaire avec tout le reste. Il ressemblait bien à un téléspectateur muni de sa télécommande. S'il se retrouvait exposé à quelque chose de déplaisant, il ne l'était jamais pour longtemps. Il n'y avait que les individus pour être déplaisant, les animaux ou les objets le laissaient de marbre et ces individus, il les tuaient, problème réglé.

Sa vrai place n'était pas là et il était rare qu'il soit présent sur une aussi longue période. Il n'était pas maître de ce corps, il n'était pas celui bousculant Kass pour lui dérober sa place, il n'était que le voile qui se mettait en place quand Kass tombait à l'eau. Il était aussi celui qui le ramenait à la surface une fois le danger écarté. Au plus souvent, Kass sombrait de par son malaise mais aussi face au danger qui renvoyait à des souvenirs trop difficile à surmonter. Ein faisait le ménage devant lui puis le rattrapait pour lui rendre sa place. Néanmoins, il était forcé de se rendre compte que cette fois ce ne serait pas aussi facile. Déjà car le moment n'était pas approprié mais aussi car il ne pouvait pas attraper Kass. ll était tombé trop profondément, s'était fait engloutir seul et en l'état il n'arrivait pas l'atteindre. De toute manière, cela devrait attendre.

Alors maintenant à supposer qu'il sache précisément quoi faire, à part tuer ce clown qui jouait bien trop avec l'espace pour lui paraître sérieux. Sa vision redevenait plus nette mais il n'avait aucune certitude sur le résultat, mieux valait donc patienter encore un peu, au moins tant que la bête de foire était plus capable qu'il ne l'était. Il n'avait aucune conscience de l'environnement, pouvait simplement se douter qu'ils n'étaient pas en centre ville. A moins que celui-là n'ait été assez crétin pour mettre d'autres individus à portée de tir ? Il semblait avoir fait quelques recherches après tout.

Ein aurait presque eu du mal à s'identifier à la suite. Car le corps malade, la situation monétaire désastreuse et la capacité à se laisser crever de faim n'étaient pas les siens. Il connaissait suffisamment la vie de Kass pour savoir toutes ces choses et percevoir ce qui l'avait mené à ce point. Certes, il en avait déjà pris conscience, l'état de Kass ne faisait qu'empirer et cet évènement l'avait repoussé réellement loin. Ce n'était pas une bonne chose mais ce n'était pas non plus son rôle que de tenter de répondre à ses besoins primaires, il aurait été incapable de s'y prendre seul, du moins de la bonne manière.

Alors, oui. Enfin, les mots de l'erreur de la nature étaient intéressants, ils ne lui ôtaient pas son envie de le tuer mais ils avaient le mérite de soulever des problèmes auxquels il avait déjà songé. Finalement il s'agissait d'une confirmation bonne à entendre. Si un individu pareil pouvait le voir en plus de lui, c'était bien le signe qu'il était réellement temps d'agir. Mais avait-il vraiment besoin de s'associer à cette chose pour cela, avait-il surtout une bonne raison de le faire ? Pas certain.

"Pourquoi devrais-je m'en remettre à toi ?"


Après tout il n'avait pas de raisons de croire sur paroles quand accepter revenait à mettre en péril celui qui se cachait. Le genre de secret qu'il préfèrerait laisser enfoui, le meilleur moyen de le protéger en l'état. Après tout, si la situation de Kass devenait désastreuse, il pourrait se servir de ses "outils" pour subvenir à ses besoins. Mais ce dernier ayant beau être naïf et vouloir croire au meilleur, ce serait trop gros, il aurait des chances de se faire pincer et il n'enverrait pas Kass en prison, il n'en sortirait pas vivant.

S'associer à une créature ne lui faisait aucunement envie. Mais si les enjeux étaient de taille et que la solution était appropriée, peut-être pourrait-il accepter de le faire. Cela demanderait un certain jeu de pouvoir pour en venir là. A quoi serait prêt le vampire pour assumer ce qu'il soutient ?  Il demandait à voir.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 64

Feuille de personnage
Titre: Alucard
Expérience: 160/1000
Alter: Vampirisme
Rang C





Alucard Dracula
Rang C
Ven 11 Jan - 0:38
Bingo. Il était possible de provoquer une réaction chez Banshee, mais la menace et l'intimidation n'étaient pas les bons moyens. Il fallait être direct sur ce que l'on désirait, et être capable de faire comprendre à cet être d'un acabit particulier où se trouvait son intérêt. Voila qui confirmait les a priori du Vampire sur Narita. Que son interlocuteur apparaisse comme un criminel redoutable ou comme un civil mal à l'aise, la sensation de décalage vis à vis des autres perdurait. Restait à voir si le jeune homme jouait un rôle, ou si c'était son Alter qui le changeait à ce point. Dans les deux cas cela restait assez impressionnant.

"Je ne suis pas du genre à laisser mes partenaires commerciaux en plan si c'est ce qui t'inquiètes. Mais tu auras le temps de repenser à cette question vu la gravité de tes blessures. Nul besoin de se presser."

Les yeux d'Alucard se perdirent dans ses pensées. Intéressant. Comment faire pour prouver à cet être hors du commun qu'il avait tout intérêt à s'allier avec un homme de son acabit ? Avec des actes bien évidemment. Banshee ne semblait pas pouvoir se contenter de promesses. Il pouvait continuer à formuler des bases sur ce qu'il "pourrait" obtenir dans un futur pas si éloigné, mais un homme comme son interlocuteur avait surtout besoin d'une garantie visant l'instant présent. Le bourreau d'All For One prit quelques secondes de réflexion supplémentaires avant de se tourner vers son invité. Il savait ce qu'il avait à faire. Après tout, ce n'était pas comme si ce dernier constituait une quelconque menace physique.

"Je suis bourreau pas médecin, je ne peut pas tout soigner. Je ne peux rien tenter pour ton cœur, et même si je le pouvais je ne le ferai pas gratuitement. Mes employeurs ne peuvent pas se permettre de faire dans la charité. Reste que, si tu acceptes de travailler avec nous, nous regarderons ce que nous pourrons faire."

Alucard se releva de sa chaise. Il ne mit pas longtemps à débarrasser Narita des entraves qui l’empêchaient de sortir du lit, et les laissa tomber sur le coté. Il fit tout de même en sorte de les laisser accessibles. Son hôte pouvait être bien plus agité que prévu dans son sommeil, et une chute non contrôlée pourrait ré-ouvrir des plaies.

"N'hésites pas à te sangler si tu penses que tu as une chance de tomber du lit par faiblesse. Mieux vaut éviter d’aggraver tes blessures. Je repasserai dans quelques temps. D'ici là je te conseille de te rendormir, c'est de ça que ton corps à besoin."
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Mont Fuji :: La Veille Résidence-
Sauter vers: