:: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Commissariat Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un sauvetage à la Rosa x Yoko ! [Pv Yoko]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Rosa Velasquez
Messages RP : 121

Feuille de personnage
Titre: Iluminación
Expérience: 400/1000
Alter: Neón
Rang C





Rosa Velasquez
Rang C
Jeu 7 Mar 2019 - 13:30
Un sauvetage à la Rosa x Yoko !
Du haut du toit du petit immeuble, les pieds dans le vide, j'observe le parking du commissariat, un tacos à la main. L'ambiance est calme dans le quartier, la nuit est tombée, mais de courageux policiers restent de garde dans le commissariat, prêts à agir.
J'arrache une part de mon tacos et une boulette de viande s'écrase quelques mètres en contrebas, c'est beau l'investissement de ces bonhommes qui s'investissent pour faire régner la loi, bien souvent effacés dans l'ombre des héros, s’occupant juste de protéger la population lors des gros problèmes... Ils préfèrent s’occuper de larbins mineurs que les supers n'ont pas le temps d'arrêter tss.

Pour cette soirée spéciale, j'ai enfilé ma tenue de super vilaine trop dark ! Un haut noir avec un grand col qui laisse mon ventre et mes bras à l'air libre, un pantalon noir et des chaussures militaires... Et évidemment mon masque à l’effigie d'un crâne pour compléter mon tatouage... Cacher mon visage va devenir inutile vu que je commence à être connue dans le quartier ! Et j'avoue que ça me plaît !

Ma tenue sombre va me permettre de mener notre mission à bien... Enfin, si j'avais pris la peine de cacher mes cheveux flashy, chose impensable !
Mes pieds se balancent d'impatience, et je finis d'engloutir mon déjeuner... qu'est ce qu'elle fout Yoko ?! Je m'ennuie toute seule.
Elle aurait dû arriver avant, nos amis ne vont pas tarder à commencer... Enfin, "amis", disons plutôt chair à canon. La ligue s'est embêtée à engager un groupe de vilains de bas étage juste pour extraire ce débile d'informateur !

Imada Yohachi... Je l'ai rarement vu mais je sais qu'il détient un paquet d'infos sur nous. Plutôt discret, ce vétéran de l'armée reste un de nos informateurs les plus compétents... Ça m’étonne qu'ils aient réussi à le choper.
Enfin, bref ! On va le tirer du pétrin dans lequel il s'est fourré hein ! Non pas que je l'aime bien, mais parce que ce qu'il sait est trop sensible... Et s'il le faut, je le tuerais.

Bientôt, un groupe de braqueur va essayer de voler la banque la plus protégée de la ville. Ils n'ont aucune chance bien sûr, ils pensent qu'on leur a donné le tuyau du siècle ces abrutis !
Je ricane seule, c'est dans cette banque que tout les pourris des flics planquent leur fric... Ils seront très réactifs quand ça va péter, croyez-moi.
Et dés qu'ils auront déserté le commissariat, on s'occupera de sauver les miches de notre pote le militaire.

Un bruit de pas léger attire mon attention derrière moi, je me retourne pour découvrir la jeune femme aux cheveux roses venir vers moi. Je souris, découvrant mes canines, ça me fout en rogne de voir quelqu'un avec la même couleur de cheveux que moi !
Je connais mal Yoko, on a jamais eu l'occaz' de bosser ensemble, on s'est juste croisés de temps en temps... Je connais juste son alter... Plutôt rigolo d'ailleurs.

Je me lève, pour me tenir en équilibre au bord du vide, et je sors un pistolet de ma ceinture pour le pointer vers ma partenaire avec un air de défi :

"T'es à la bourre dis-moi !"

Je sors une horloge et je regarde... 23h15. Humpf !
Je fais tournoyer mon arme comme un pistolero pour la ranger. Pfff, je voulais m'amuser moi !

"Mouais, tout juste, t'as de la chance."

Les armes à feu ne me servent à rien... C'est juste pour le style ! Ou faire flipper les autres.
Vexée, je me rassoies sur le bord, me remettant à inspecter les voitures de flics endormies. On va devoir agir très vite, avant qu'ils ne comprennent notre véritable objectif. Ça m'aurait amusée de prendre mon temps et faire mon show, mais parfois il faut savoir être sérieuse.

"Cette mission m'ennuie, on va l'expédier vite fait. T'es prête à y aller ?"
Revenir en haut Aller en bas
Yoko Kotsuki
Messages RP : 41

Feuille de personnage
Titre: Thready
Expérience: 155/1000
Alter: Multi-Thread
Rang C





Yoko Kotsuki
Rang C
Sam 9 Mar 2019 - 11:32
Les jours passaient… Yoko se faisait de plus en plus à cette nouvelle vie. Elle ne connaissait pas encore bien chacun de ses collègues, mais il y avait un temps pour tout. Et ce soir, ce sera le temps d’Illuminación. Un membre… extraverti. Ça, il n’y avait pas besoin de bosser directement avec elle pour le remarquer. C’était aussi l’une des seules femmes du groupe, avec Thready. Un peu timbrée, mais pas méchante. Enfin, si, méchante, c’était le principe. Disons qu’il valait mieux l’avoir de son côté, sinon ça semblait être d’autant plus compliqué. La mission du jour consistait en une infiltration. Pas pour voler des documents, mais pour sortir un imprudent du pétrin dans lequel il s’était mis. Un commissariat est une structure qui peut être si fragile, pourquoi les héros ne s’en occupent pas plus que ça ?

Elle arriva sur ce toit d’immeuble, lieu de rendez-vous, où se trouvait sa partenaire. Dès que cette dernière sentit sa présence, elle se leva et la salua en pointant son arme vers elle. Thready la regardait, une main sur la hanche, non-intimidée par cette petite boutade. Peut-être que quelques mois plus tôt, sa réaction aurait été différente. Ils allaient devoir coopérer, et donc se faire confiance. Il n’y avait pas d’intérêt pour la mexicaine de tenter quoi que ce soit du genre. L’ex-héroïne s’approcha un peu plus pour se mettre à son niveau une fois qu’elle se rassit, descendant aussi son regard vers le bas, sans s’asseoir toutefois.

« La mission n’a même pas commencé, elle sera peut-être plus "amusante" après. Par exemple, quand les autres se seront bougés les fesses pour faire sonner l’alarme. »

Là, c’était le chômage technique, il n’y avait qu’à attendre. Pour une femme qui avait autant besoin de bouger, Yoko comprenait que c’était difficile de rester assise à attendre que ça se passe.

« Puisque c’est un commissariat, je suppose que ce sera bourré de caméras de sécurité. Ce serait dommage qu’on sonne l’alerte dès la porte d’entrée. Surtout s’il y a quelques mauvaises surprises. Même si une partie de l’effectif part à la banque, on ne sait pas exactement ce qu’il restera à l’intérieur. »

Est-ce que cette mission l’ennuierait autant que ça semblait être le cas de Rosa ? Non, pas tant. L’infiltration était un domaine dans lequel Thready pouvait bien exploiter son alter. Et ce n’était pas le genre d’opération censée se terminer dans une mare de sang. De manière optimale en tout cas. Mais sa coéquipière était sûrement imprévisible là-dessus, c’était difficile de prévoir ce qu’il allait se passer.

« Ça je pourrais m’en occuper, il me faudrait juste une petite entrée où me faufiler, jusqu’à la salle en question. Une fois cela fait, on devrait pouvoir se permettre un peu ce que l’on veut. »

Toujours pas de mouvements en-bas. Mais qu’est-ce qu’ils foutaient ?

« Je ne suis jamais rentré là-dedans, avoua-t-elle. Une idée de comment c’est à l’intérieur, ou improvisation ? »



J'écris en #D83CDE.
Revenir en haut Aller en bas
Rosa Velasquez
Messages RP : 121

Feuille de personnage
Titre: Iluminación
Expérience: 400/1000
Alter: Neón
Rang C





Rosa Velasquez
Rang C
Mer 13 Mar 2019 - 15:22
Vamos !
Sous la pression de l'arme, Thready n’avait pas bronché. C'est pas une dégonflée, ça me plaît.
Quand j'ai su qu'elle n'avait pas voulu participer à notre attaque sur Ketsubutsu, j'ai pensé qu'elle était incapable de se salir les mains, qu'elle n’avait pas vraiment la conviction de faire partie de la ligue.

" La mission n’a même pas commencé, elle sera peut-être plus "amusante" après. Par exemple, quand les autres se seront bougés les fesses pour faire sonner l’alarme. "

Héhé, elle a l’air rigolote en fait. J'espère que cette mission à deux va être intéressante, je suis curieuse de voir comment elle se débrouille avec son alter.

" Puisque c’est un commissariat, je suppose que ce sera bourré de caméras de sécurité. Ce serait dommage qu’on sonne l’alerte dès la porte d’entrée. Surtout s’il y a quelques mauvaises surprises. Même si une partie de l’effectif part à la banque, on ne sait pas exactement ce qu’il restera à l’intérieur. "

Elle a raison, la principale difficulté de cette mission, c'est l'inconnu. On ne peut pas tout prévoir à l'avance, encore moins venant de flics dans un commissariat en état d'urgence. Mais c'est justement pour ça qu'on est là non ? Ma spécialité c'est l'improvisation et Thready a montré son sang-froid, nous sommes l'équipe parfaite !

" Ça je pourrais m’en occuper, il me faudrait juste une petite entrée où me faufiler, jusqu’à la salle en question. Une fois cela fait, on devrait pouvoir se permettre un peu ce que l’on veut .Je ne suis jamais rentré là-dedans. Une idée de comment c’est à l’intérieur, ou improvisation ? "

Je souris, Black Mist m'avait dressé un plan de l'intérieur du bâtiment mais… J'ai tout oublié. Puis franchement je n'en ai pas vraiment besoin.

“Tu as raison... Mirar, l'entrée Est du bâtiment. On peut rentrer par là. Une petite porte de service qui donne sur une ruelle fermée… Elle ne sert qu'à ceux qui veulent se détendre avec une petite clope.”

Je montre du doigt le côté du commissariat dont je parle. C'est là tout intérêt de notre point d'observation. On peut observer les entrées et sorties des flics en pause depuis le quartier résidentiel… Et ce serait simple d'y accéder sans être vus.

“Avec un peu de chance, on pourra même en neutraliser un ou deux avant de rentrer.”

Je me tourne vers elle avec un sourire impatient :

“T'en penses quoi ? J’espère que ça sera pas trop simple héhé.”

--------------

Lorsque la voix de l’agent de la brigade n°21 résonne dans la radio de la cellule de crise, Renji n’en croît pas ses oreille.
Il connaît la mission de ses deux collègues et leur appel ne pouvait signifier qu’une chose.
L’alarme de la banque centrale de Tokyo vient de sonner.

“Six braqueurs minimum. Armés. Alters inconnus.”

A peine les informations notées sur la première feuille arrachée, le jeune policier se lève de sa chaise pour courir voir son supérieur. Cette banque, cible de nombreuses convoitises, est surveillées h24 par la police de Tokyo. Se risquer à l’attaquer demande une préparation rigoureuse et donc un danger évident.

Sans prendre la peine de toquer il ouvre la porte, surprenant le lieutenant Junpei.
Ce dernier tenait un plan de la ville étalé sur son bureau, Haruka Nezijo à ses côtés :

“La banque centrale subit un braquage ! Six hommes aux moins ! Armés ! Alters inconnus !”

Renji s'étonne de voir un sourire presque invisible se dessiner sur le visage de la jeune fille. Le lieutenant quand à lui, ne se démonte pas, il sait parfaitement gérer ce genre de situations.

“Très bien.” Dit-il froidement

“Envoyez toute nos équipes sur place, je veux qu’ils sécurisent la zone et empêchent les civils d’approcher. Qu’ils soient prêt à récupérer les potentiels otages.”

Il jette un coup d’oeil à sa partenaire et ajoute :

“Je veux que les brigades 7, 2 et 10 restent à mi-chemin entre le commissariat pour pouvoir venir en renfort au cas où. Quand à la 4… Il restent ici.”

Le jeune Rengi acquiesce bluffé par le calme et la maîtrise de son lieutenant. Il s’apprête à quitter la pièce mais une voix féminine le stoppe :

“Oh ! Et dites-leur de faire du bruit en quittant le commissariat.”

Renji se retourne, étonné de ce dernier ordre… Le visage de sa supérieure est froid et déterminé, elle sait ce qu’elle fait. Sans poser de questions, il part communiquer les ordres.

----------------

“Haha ! Regarde ça s’agite !”

Avec beaucoup d'intérêt et un sourire satisfait, j’observe les policiers sortir et rejoindre leurs voitures en criant… Ils sont marrants, ont dirait des petites fourmis.
Revenir en haut Aller en bas
Yoko Kotsuki
Messages RP : 41

Feuille de personnage
Titre: Thready
Expérience: 155/1000
Alter: Multi-Thread
Rang C





Yoko Kotsuki
Rang C
Dim 17 Mar 2019 - 23:00
Une entrée isolée, c’était un bon plan. Illuminación donnait l’impression d’être plus préparée qu’elle ne l’était réellement. La porte d’entrée principale était forcément une mauvaise idée, si elles voulaient réellement se faire discrètes. La mexicaine ne savait cacher son impatience, comme si tout cela était un jeu. Bien qu’elles n’avaient jamais travaillées ensemble, Thready avait déjà pu avoir un aperçu de sa personnalité assez flashy, sans mauvais jeu de mots. En sa présence, elle avait une certaine influence sur l’ambiance dans le bar de l’Alliance. Mais cette notion du fun en mission n’était pas vraiment partagée. Que ce soit plus simple ou plus difficile ne changeait pas l’objectif. Tant qu’elles arrivaient à cet objectif, sans pertes notables, ça lui convenait.

Plusieurs policiers sortaient ensemble du bâtiment. C’était sûrement l’heure. Ils avaient l’air agités, ça oui. C’était presque étrange. En tout cas, vu le nombre d’hommes déployés, c’était sûrement que ce faux cambriolage avait commencé. Et c’était leur signal de début de mission. Du haut de leur perchoir, les deux femmes les regardaient quitter les lieux, par voiture.

« C’est à nous. »

Comme il avait été dit, l’entrée qui les intéressait étaient enfermée entre des murs. Les murs étaient moins hauts que le bâtiment où ils se trouvaient, mais les toits n’étaient pas assez rapprochés pour les couvrir. C’était peu discret d’enchaîner des sauts de l’ange, la voie terrestre était la plus prudente. Après être descendus, ils se rendirent près des bâtiments entourant la fameuse rue. Des ruelles plus étroites leur permettaient d’arriver jusque-là, mais dans le doute, Yoko portait déjà son masque et avait entouré ses cheveux d’un châle. La plupart des membres de la ligue ne s’embêtaient pas avec ça, mais elle pensait que c’était bien trop problématique si sa tête était tant reconnue.

« J’ai de quoi y accéder. »

Après avoir échauffé ses bras, elle leva le droit vers le haut, ce dernier se déformant pour s’accrocher un tuyau sur le toit. Celui-ci n’était pas bien haut, il y avait deux étages. Reformant progressivement son bras, elle se laissa porter vers le haut. C’était mieux que de s’en servir telle une corde d’escalade, où les bruits des pas contre le mur risquaient d’alerter les personnes, leur son se propageant facilement de l’autre côté de la façade. Une fois en-haut, elle élargit à nouveau son bras, cette fois-ci vers son acolyte. Les câbles entouraient son poignet par mesure de sécurité, et elle pourra s’agripper à cette corde organique avec ses mains pour une meilleure prise. Puis, elle la monta jusqu’à elle.

Voilà une infiltration qui avait déjà bien tiré ses muscles, et ils n’étaient pas encore entrés. En s’avançant discrètement, ils pouvaient avoir une bonne vue sur leur porte. Comme si l’avenir était lu, deux personnes étaient postées devant la porte, une clope à la bouche.

« Alors, une préférence pour le plan d’approche ? »

Il ignorait si c’était une bonne idée de lui laisser la main là-dessus. Mais c’était peut-être mieux qu’elle sache tout de suite avec quel degré de folie elle devait coopérer.



J'écris en #D83CDE.
Revenir en haut Aller en bas
Rosa Velasquez
Messages RP : 121

Feuille de personnage
Titre: Iluminación
Expérience: 400/1000
Alter: Neón
Rang C





Rosa Velasquez
Rang C
Lun 18 Mar 2019 - 12:41
Toute en beauté, comme d'hab !
Par quelques acrobaties gracieuses, nous nous dirigeons vers l'entrée dérobée. J'en profite pour absorber la lumière des différents lampadaires à portée, en évitant d'éveiller trop de soupçons. Thready est masquée, ça lui fait peur d'être reconnue ? C'est dommage, ça gâche sa beauté naturelle.

Nous avançons méthodiquement, usant de l'alter de ma partenaire pour gravir un mur plutôt haut... Ses fils organiques sont très étranges au toucher, mais pratiques, je dois bien l'avouer.

" Alors, une préférence pour le plan d’approche ? "

A quelques mètres de nous, se trouvaient deux policiers, fumant leur petite clope tranquilles. Je souris à ma camarade, une lueur sadique dans le regard :

"Laisse faire la pro !"

--------------

Renji a la main tremblante. Plusieurs boutons de sa chemise ouverts pour laisser passer l'air, il a besoin de respirer.
Malgré le calme de ses lieutenants, un mauvais pressentiment le tiraille, cette attaque aussi évidente sur la banque la plus protégée de la ville n'annonce rien de bon.

Etre à l'air libre et fumer un peu son anti-stress le calme, mais il n'arrive vraiment pas à cacher son tremblement.

"Ça va Renji ?"

Sa collègue de la brigade n°4 l'observait avec un inquiétude. La belle Ayuka a pour habitude de venir se détendre ici de temps en temps et ce n'est pas pour déplaire à notre réceptionniste, qui a besoin d'un petit soutien moral.

"Ouais... C'est juste... Je ne peux pas m'empêcher de me dire que tout ça n'est pas normal... Comme si c'était une mise en scène..."

La jeune blonde lui sourit amicalement, laissant sa cigarette de côté. Ses cheveux mi-longs encadrent son visage fin, Renji ne peux s'empêcher de rougir à un sourire si gentil et magnifique :

"Ne t'en fais pas, on va gérer le problème sans trop de soucis, comme d'habitude."

Malgré une phrase dénuée de sens, la voix douce de la policière expérimentée réussit à apaiser un peu les craintes du jeune homme.

"Merci... Je..."

La faible loupiote qui éclairait leur petite rue privée s'éteint subitement, laissant le duo dans le noir de la nuit.

"Qu'est ce que.."

Sans même avoir pu se poser de question, un corps lumineux atterrit juste devant Renji, un visage à l'allure de tête de mort verte fluo s'approche du sien avec un sourire sadique et une lumière meurtrière dans les yeux :

"Extinction des feux !"

Un coup étonnamment puissant se loge dans son abdomen et l'homme perd immédiatement conscience.

--------------

Le corps du policier me tombe dessus. Un déclic d'arme résonne juste derrière moi.
Par une acrobatie majestueuse, je balance un coup de pied retourné sur le pistolet de la policière, l'arme lui échappe des mains et j'en profite pour me propulser vers elle, laissant l'autre inconscient sur le sol.

Droite puissante ! Et sans lui laisser le temps de respirer, j'enchaîne avec un crochet du gauche, la fille tombe dans les pommes.
Je me tourne vers ma camarade qui m'observait depuis sa position en hauteur et lui fait une révérence.

J'ai réussi à les maîtriser sans utiliser mon alter, sans un cri et sans un seul coup de feu. Quelle pro !
Thready descend me rejoindre alors que je me tourne vers la porte d'entrée :

"Je te laisse t’occuper d'eux, je vais checker l’intérieur discrètement."

Par "s'occuper d'eux" je voulais bien sur dire, les empêcher de venir influer sur le bon déroulement de la mission. J'aurais pû les égorger pendant le combat, mais c'était risqué de les faire crier de douleur... Et maintenant qu'ils sont K.O je ne vois aucun intérêt à me salir les mains... C'est que ça accroche aux vêtements le sang merde ! Comme ça, si ma collègue veut s'amuser un peu... Ben tant mieux pour elle.

Je me tourne vers la porte en métal et je pose l'oreille dessus... Pas de bruit à l'intérieur. Je tourne la poignée après quelques secondes d'écoute et je jette un coup d’œil : La porte donne sur un couloir partant dans deux directions... Et devant moi, une grande pièce remplie d'ordinateurs et de bureaux vides... Y'a plus personne dis donc !

Je fais signe à Yoko que la voie est libre.
L'infiltration commence ! Et notre premier pas sera d'avancer vers l'endroit où les malfrats sont retenus en éliminant silencieusement les cibles sur la route... Mon alter est prêt à faire tomber des têtes, je sens qu'on va bien s'éclater !

Mais il va falloir aller vite, notre chair à canon sera vite maîtrisée.
Lorsque Yoko me rejoint, je me tourne vers elle pour lui chuchoter :

"Là on a deux choix. Soit on avance à deux pour être mieux parées à toute éventualité, soit on se sépare pour aller plus vite... Ça pourrait aussi nous permettre de pas être dans la merde ensemble si il y a un imprévu... T'en pense quoi ?"

J'aime pas trop faire confiance aux autres mais Thready semble intelligente, je suis sûre qu'elle fera le bon choix.
Revenir en haut Aller en bas
Yoko Kotsuki
Messages RP : 41

Feuille de personnage
Titre: Thready
Expérience: 155/1000
Alter: Multi-Thread
Rang C





Yoko Kotsuki
Rang C
Mar 19 Mar 2019 - 12:21
Illuminación entra en action à son tour. Tout en classe, elle se débarrassa des deux gugus à l’entrée sans problème. Et sans bavure. Le but n’était pas de faire gicler du sang. Il fallait juste récupérer Yohachi. Plus ils en faisaient, plus il y avait de risques. Alors que la japonaise la voyait utiliser son alter, elle ne put s’empêcher de penser à celui de Lucciano. Une pensée qu’elle tenta bien vite d’écarter.

Une fois que Thready la rejoint, son acolyte partit rapidement en reconnaissance, la laissant s’occuper des deux flics. Ils sont déjà bien assommés, ils ne se réveilleront pas de sitôt. Mais rien n’empêchait un peu plus de prudence. Elle prit le flingue que l’homme avait sur lui puis ramassa celui que sa collègue avait laissé tomber suite au choc. Puis, la japonaise lâcha les deux armes dans un caniveau proche. Pas de victime humaine ici, mais ce sera l’environnement qui prendra pour cette fois. Tant pis.

On lui fit signe que la voie était libre, Yoko la rejoint donc. Elle ne put s’empêcher de regarder autour d’elle si des caméras pouvaient les repérer. Et il y en avait très probablement. Elle en apercevait d’ailleurs une dans un coin plus loin, avec une petite loupiotte colorée, indiquant sûrement qu’elle était en marche. Bien que leur présence finira par se savoir, cette information devait leur parvenir le plus tard possible. Il y avait l’un de ces plans sur fond blanc, à côté d’elles sur le mur. Elle planifiait une approche dans sa tête, alors qu’Illuminación la questionna sur l’organisation du plan d’attaque.

« Ce serait dommage que l’on se fasse repérer si vite. Ici se trouve la salle où les caméras sont monitorées, fit-elle en pointant le rectangle en question sur le plan. J’aimerais que ce soit réglé dès le début. Et ça… Elle leva la tête vers le mur opposé pour porter le regard vers l’entrée d’un conduit d’aération. J’en fais mon affaire. »

Se décomposant, elle s’infiltra à l’intérieur.

« Je fais vite »

Elle faisait ça aussi rapidement qu’elle le pouvait, espérant que la mexicaine prenne son mal en patience. Ce conduit n’était pas l’endroit le plus propre du monde bien sûr, mais il y avait bien pire. C’était surtout de la poussière, pas bien plus. Elle avait bien noté sa position initiale par rapport à la pièce où elle voulait aller. Elle avait déjà été amenée à entrer dans ce commissariat plus d’une fois. Bien qu’elle n’avait pas eu l’autorisation d’entrer dans chaque pièce, elle avait une idée globale de la structure du bâtiment, ce qui l’aidait pour se repérer. Elle passait des fois devant certaines sorties, donnant généralement sur des pièces qu’elle reconnaissait, bien qu’il y en avait qui avaient un peu changé de look depuis le temps.

Ça devait être ici. Elle passa sa tête à travers la grille pour vérifier. Les écrans étaient face à elle. Il y avait un gars assis devant sur un fauteuil, dos à elle donc. Elle aurait bien utilisé une arme pour le menacer, mais si elle les avait jeté plus tôt, c’était parce qu’elle se doutait qu’elle allait vite devoir utiliser son alter. Et ce genre d’objet métallique ne pouvait passer avec elle derrière les bouches d’aération.

Personne n’était assez fou pour attaquer un commissariat, c’était ce que pensait le fonctionnaire qui était assis là. Et c’était aussi ce qui rendait habituellement ses soirées assez ennuyantes, le forçant parfois à être un peu dissipé, en ayant les yeux rivés sur son téléphone de temps à autres. Sans avertissement préliminaire, il sentit quelque chose brutalement entourer son cou. Comme une corde, ou même plusieurs cordes. Elles se serraient rapidement, ne lui laissant déjà pas assez de souffle pour hurler à l’aide. Mais ce n’était pas non plus assez serré pour lui faire perdre encore connaissance. Il essaya de tourner la tête vers l’arrière, mais deux mains vinrent se positionner à droite et à gauche de son visage, empêchant cette réorientation. Puis une voix féminine vint lui souffler à l’oreille.

« Éteins-moi ces caméras. »

Il tremblait. Mais il ne semblait pas vouloir bouger. L’inverse aurait déçu l’ex-héroïne. Elle se doutait qu’une personne dévouée dans la police ne céderait pas à la pression pour remplir ce genre de requêtes. Thready n’insista pas plus. Elle dosa le serrage de ses fils organiques, de manière à le faire tomber dans les pommes. Bon… comment on s’occupait de cette machine ? Elle regardait le tableau de bord. Il devait bien y avoir un bouton pour ça, non ? Elle testait des trucs avec les touches qui s’offraient à elle, cela semblait assez intuitif… Ce n’était pas comme ces films avec ces claviers plein de touches colorées dont on ne pouvait deviner le fonctionnement. Le gars qui était évanoui à côté avait déjà un terminal ouvert sur l’écran, et était déjà connecté dessus. Pas de mot passe à entrer à nouveau. La veine. Il verrouillait sûrement tout cela lorsqu’il quittait la salle pour aller se chercher une boisson, mais pour le coup, il n’en avait pas eu l’occasion.

Et hop, les retransmissions sur chaque écran s’arrêtaient. Les écrans ne furent plus animés par aucune couleur, impossible de savoir ce qu’il se passait. Du côté d’Illuminación, la LED qui se trouvait sur la caméra proche s’éteignait également.



J'écris en #D83CDE.
Revenir en haut Aller en bas
Rosa Velasquez
Messages RP : 121

Feuille de personnage
Titre: Iluminación
Expérience: 400/1000
Alter: Neón
Rang C





Rosa Velasquez
Rang C
Mer 20 Mar 2019 - 13:39
Première complication.
"Ce serait dommage que l’on se fasse repérer si vite. Ici se trouve la salle où les caméras sont monitorées. J’aimerais que ce soit réglé dès le début. Et ça… J’en fais mon affaire."

Ouloulou ! Je savoure ce petit moment avec satisfaction, je pense que ma classe commence à déteindre sur la jeune Thready !

"Je fais vite."

Son corps se sépare en milliers de fils et se glisse dans la bouché d'aération... Je me tourne vers mes deux victimes inconscientes, encore en vie. Yoko ne s'est pas sali les mains mais les a débarrassés de leurs armes... Hm, pourquoi pas. Je préfère m'amuser avec les gens quand ils sont pleinement conscients, là c'est pas drôle.

--------------

Haruka était certaine que la ligue va se manifester d'une manière ou d'une autre. Elle avait tiré cette conclusion des nombreux interrogatoires d'Yohachi. Ce criminel avait été repéré depuis quelques temps, et les observations tirées des filatures ont confirmées qu'il était bien en lien avec la ligue.

Toujours contacté secrètement, il fût impossible de localiser la base des vilains juste en l'observant. Junpei a alors fait le choix de l'arrêter pour couper une partie des actions de la ligue et essayer de glaner quelques infos supplémentaires.

Cet homme est un point clé de ce groupe, elle en était plus que certaine. Sa confiance bien trop élevée, ses réponses pleines de dédain et ses provocations prouvent qu'il ne se sent absolument pas en mauvaise posture. Et maintenant cette attaque sur la banque la plus protégée du pays à peine une semaine après son arrestation ? C'est trop gros.

Junpei était jusqu'ici le seul au courant et sa confiance en sa partenaire est totale. C'est pour cela qu'ils sont là.

"Ecoutez, il est possible que cette attaque soit une diversion. Vous êtes les seuls au courant car je ne veux pas que des infos sortent et leur mettent la puce à l'oreille."

Autour de la jeune femme, deux héros peu connus du public écoutaient calmement les instructions.
Deux professionnels des services spéciaux, spécialisés dans les missions silencieuses. Si Haruka et Junpei avaient fait appel à eux, c'est pour pouvoir surprendre d'éventuels membres de la ligues, réputés pour leur dangerosité.

Sombros, un homme à la carrure imposante mais sombre et aux cheveux noirs tombants semble n'écouter que d'une oreille. Son visage pâle et ses yeux rouges avaient de quoi effrayer. Son alter réside dans une manipulation des ombres complexe. Quand à sa partenaire, une fille aux longs cheveux rouges du nom de Red assasin, son corps est recouvert de ceintures dans lesquelles sont rangés des lames de toute sorte.
Les deux étaient en tenue militaire sombre complète, comme s'ils allaient commencer une mission d'infiltration.

"Si la ligue agit, il n'est pas question de laisser s'échapper leurs membres. Ils vont surement essayer de libérer Yohachi. Il est actuellement enfermé en salle d'interrogatoire, alors agissez comme bon vous semble, mais chopez moi ces salauds."

Junpei leur tend un plan du commissariat et sans même concerter son partenaire, la femme sort du bureau du lieutenant.
L'autre reste un moment à observer le visage des deux policier avant de s'enfoncer lentement dans son ombre avec un "oui" froid et de disparaître à son tour.

--------------

Alors que la fille aux cheveux roses finit d'éteindre les caméras, sa victime encore dans les pommes, une ombre se forme sur le mur derrière elle. Tout en silence, Red assasin sort de l'ombre grâce à l'alter de son partenaire pour se retrouver juste derrière la femme masquée. Deux couteaux de combats dans ses mains, elle s'approche de sa proie et place subitement une lame sous sa gorge :

"On ne bouge plus."

--------------

Yes ! La loupiote s'éteint enfin ! J'ai failli attendre... Maintenant, est ce que j'attend qu'elle revienne ou j'avance ?

Une voix résonne à ma droite. Deux bruits de pas avançaient dans le couloir droit vers moi. Merde ! Il vont trouver les deux autres s'il continuent ! Il faut que je les liquide vite fait bien fait.

Je sors subitement de ma planque et je m'élance dans le couloir, droit vers la voix. Une femme et un homme me font face, avec des allures de gradés, parfait !
Ils m'ont vue. Trop tard pour eux. Dites adieu à votre tête ! Une épée se forme dans ma main, j'adore cette attaque franchement !

Mais alors que je coure, mon pied droit trouve subitement du vide ! Il s'enfonce de quelques centimètres et se bloque. Hein ? Je regarde au sol, ma botte est enfoncée dans une flaque noire visqueuse... Beurk ! Impossible de la retirer.

"Illuminación."

Un visage horrible sort de la flaque et m'observe de ses yeux vides. Les deux policiers s'évaporent dans un splotch dégoûtant. Des leurres ?

"Ta carrière s'arrête ici."

HRP ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Yoko Kotsuki
Messages RP : 41

Feuille de personnage
Titre: Thready
Expérience: 155/1000
Alter: Multi-Thread
Rang C





Yoko Kotsuki
Rang C
Jeu 21 Mar 2019 - 20:13
Objectif accompli. Avec ça, Illuminación devrait pouvoir avancer sans problème. Aucune alarme n’avait encore sonné. Soit elle s’était débrouillée autrement, soit elle s’était montrée bien patiente. Bien, c’était l’heure d’essayer de la rejoindre, ou de continuer la route seule.

« On ne bouge plus. »

Une lame se plaça directement sous sa gorge, au même moment. Merde, en fait elle avait été repérée ? Elle ne l’avait pas entendu venir, et la porte avait été fermée à son arrivée. Elle était sûre que personne d’autre n’était là avant. Était-ce dû à l’alter de cette personne ? Mais un policier ne menacerait pas de cette manière. Alors qui était cette personne et que faisait-elle là ? Cette voix féminine ne lui rappelait rien, ce n’était pas un membre de la Ligue qui faisait une mauvaise blague. Alors, était-ce un héros, ou un autre vilain ? Le timing pour un autre vilain était étrange mais possible, ce n’était peut-être pas une coïncidence. Et en contrepartie, elle imaginait mal une héroïne brandir directement une lame froide sous le visage de quelqu’un. Mais ce ne serait pas la première fois qu’elle serait surprise d’un comportement qui s’autoproclamait héroïque. Et du coup, comment avait-elle été repérée ? Les policiers étaient au courant de leur présence ? Non, mauvaise question, les faits restaient inchangés.

« Qu’est-ce que vous me voulez ?
- Vous êtes en état d’arrestation. »

Ce serait dommage que cela s’arrête si vite. Heureusement pour Thready, c'était l’une des personnes les moins susceptibles de céder à cela. Grâce à son alter bien sûr. Son cou se décomposa subitement, puis sa tête. Prise par la surprise, l’inconnue essaya de trancher, mais elle ne put couper ces câbles organiques. C’était comme essayer couper une corde suspendue au plafond, mais sans la tenir. Au final, on ne faisait que la pousser. Se libérant, Thready reconstitua le haut de son corps tout en effectuant une galipette sur le côté. Elle se retourna, voyant enfin le visage de son opposant. C’était bien une femme, et elle avait sur elle plusieurs couteaux. En état d’arrestation elle disait ? Était-ce donc vraiment un héros ?

« Vous ne faites que retarder l’inévitable, ne me forcez pas à user de la manière forte. »

Yoko la fixait attentivement, sans bouger, mais se tenant prête. Elle remarque un couteau sortir seul d’une des ceintures qui entourait son corps. Qu’est-ce que c’était que ça ? De la télékin...
Le couteau venait de passer à côté de la joue de la criminelle pour foncer jusqu’au mur derrière elle. Ses yeux s’écarquillèrent. Merde. Si cette héroïne avait été une vilaine, elle lui aurait déjà tranché la tête. Mais son semblant de bon fond la forçait à ne pas avoir recours à cette méthode dès le début. C’était ici qu’était la différence entre eux deux.

« Je ne le répéterai pas. »

Thready ne donnant pas de réponse, un autre couteau se leva. À l’instant où celui-ci allait être envoyé, la dame aux cheveux roses étendit son bras vers l’arrière pour attraper le couteau qui était tombé pour frapper directement dans celui qui arrivait vers elle. Dévié, il partit sur le côté. Mais avant de toucher le sol, il se retourna et fit marche arrière. Son pouvoir ne se contentait donc pas de simples lancers. Elle le para une fois de plus comme elle venait de le faire. C’était comme si elle affrontait une personne invisible, tandis que son adversaire réelle ne bougeait pas. Alors qu’elle se battait, elle vit dans le coin de l’œil une autre lame arriver sur elle. Basculant en arrière, elle l’esquiva de justesse. Bordel, elle pouvait en contrôler plusieurs à la fois. Ça n’arrangeait pas la chose, Yoko n’était pas une experte en arme blanche. Avec de l’improvisation, elle arrivait à contenir une lame, mais pas deux. Que faire contre ce genre d’ennemis ? L’entraver ne servait à rien si elle n’avait pas besoin de bouger le petit doigt. Des couteaux qui lévitaient n’étaient pas dérangés par les limites corporelles humaines. Il n’y avait pas d’angle mort non plus. A pain in the ass.

Et Illuminación, elle s’en sortait comment ? Si Thready avait été repérée en étant enfermée dans une pièce, que penser de son acolyte ? Elle espérait que tout allait bien pour elle…



J'écris en #D83CDE.
Revenir en haut Aller en bas
Rosa Velasquez
Messages RP : 121

Feuille de personnage
Titre: Iluminación
Expérience: 400/1000
Alter: Neón
Rang C





Rosa Velasquez
Rang C
Ven 22 Mar 2019 - 9:15
Beurk dégage !
“J'aime pas leur attitude. Tu aurais dû demander l'aide de heros moins scrupuleux et plus bavards.”

Junpei a des doutes sur l'intégrité des deux héros censés tendre un piège aux potentiels membres de la ligue. Leur professionnalisme est une évidenece, cependant l'officier a appris à reconnaitre des profils psychologiques au fil des années… Et ceux de Sombros et Red Assassin ne lui inspiraient pas confiance.

”J'avais besoin d'agents efficaces et disponibles le plus vite possible. Ce sont les meilleurs que j'ai pu trouver. C'est une de nos meilleures occasion pour affaiblir la ligue, nous ne devons pas la manquer.”

Les deux officiers marchent côte à côte vers la salle d'interrogatoire où est enfermé leur “appât”. Le plan B est toujours prêt au cas où.

-------

Red Assassin regarde sa proie avec envie. Elle s'imagine déjà la traîner devant les policiers, s'attirant tout le mérite de sa capture.
Le masque était tombé, son alter révélé. Thready fait face à la femme aux cheveux rouges.

Elle et Sombros s'étaient renseignés sur les membres de la ligue avant de venir. Yoko Kotsuki, ancienne héroïne ayant mal tourné… Elle a réussi à s'échapper de la prison dans laquelle elle était enfermée.

Activement recherchée, Red assassin est certaine de monter en grade si elle la maitrise… Et pour cela elle doit réussir seule !

Ses couteaux encerclent maintenant la jeune criminelle et son adversaire hausse les épaule, un sourire prétentieux sur le visage :

“Je vais t'avouer quelque chose, si je te tue ici ça ne changera rien, je peux toujours appeler à la légitime défense… Donc tu vas t'allonger sur le ventre et mettre les mains sur la tête gentillement.”

Les couteaux se rapprochent lentement de la vilaine alors que le sourire de “l'héroïne” grandit pendant qu'elle sort une paire de menottes anti-alter :

“T'es qu'une héroïne ratée qui n'a pas eu les couilles d'assumer son rôle. Laisse moi te renvoyer là où tout le monde t'oubliera, ça vaut mieux pour toi.”

------------

“Lâche moi saleté !”

Beurk beurk beurk ! Le corps mou et noir de ce type s'enroule peu à peu autour de ma jambe, écrasant mes muscles. En plus ce mec flippant chuchote des “Illuminación” glauques tout en rapprochant son visage du mien ! Trop chelou ce mec.

“Tu l'auras voulu !”

Je ne voulais pas utiliser mon alter maintenant, du fait de sa caractéristique voyante mais là j'ai pas vraiment le choix.
Je concentre mon alter dans ma jambe emprisonnée et je relâche subitement une grande partie de ma lumière transperçant le corps immatériel de mon adversaire.

La prise se desserre mais son visage n'affiche aucune émotion ni douleur… C'est quoi ce type ?
Je fais un bond en arrière, pour me retrouver face à face avec lui.
Je peux le voir en entier maintenant, un mec flippant en tenue militaire, le visage de travers il m'observe… Brr, même moi j'en ai des frissons !

“Hé Frankenstein ! Tu t'es gourré de film. Laisse moi tranquille, j'ai pas de temps à perdre avec toi !”

Une flaque d'ombre se forme à ses pieds et il se met à s'enfoncer lentement…

“Nooonnn…”

Sérieux ? Pas le temps de lui laisser retrouver sa forme étrange ! Je bondis, une lame de lumière dans la main ! Je vais lui régler son compte vite fait bien fait !
Revenir en haut Aller en bas
Yoko Kotsuki
Messages RP : 41

Feuille de personnage
Titre: Thready
Expérience: 155/1000
Alter: Multi-Thread
Rang C





Yoko Kotsuki
Rang C
Dim 24 Mar 2019 - 17:06
Elle était cernée. Elle pourrait essayer d’éviter les lames aussi longtemps qu’elle le désirait, elle risquait de s’affaiblir avant l’adversaire.

« Je vais t'avouer quelque chose, si je te tue ici ça ne changera rien, je peux toujours appeler à la légitime défense… Donc tu vas t'allonger sur le ventre et mettre les mains sur la tête gentiment. »

Dans tes rêves ma pouf. Yoko aussi, pourrait appeler à la légitime défense, si elle venait à la tuer. Seulement, cette personne allait plus facilement convaincre qui que ce soit que c’était la vérité. Alors que Thready, héroïne déchue, allait sûrement être condamnée si elle était attrapée. Cette dame profitait bien de cette différence de statut. Mais elle n’était en rien plus héroïque. Elle correspondait exactement à ce qui a fait douter Yoko Kotsuki quant à ses ambitions de première heure. N’y avait-il plus de héros dignes ?

« T'es qu'une héroïne ratée qui n'a pas eu les couilles d'assumer son rôle. Laisse-moi te renvoyer là où tout le monde t'oubliera, ça vaut mieux pour toi. »

Une héroïne ratée ? Elle semblait renseignée. Bien sûr, renseignée uniquement sur la partie qui arrangeait. En tout cas, elle avait été identifiée. Les autorités savaient donc qu’elle avait rejoint la Ligue. C’était sûrement l’utilisation de son alter pour se libérer quelques instants plus tôt qui avait permis de déterminer qu’il s’agissait d’elle. Bien sûr, ces mots l’affectaient. La vérité s’assumait, alors que ces propos n’étaient pas dans la vérité. Mais si c’est elle le méchant de l’histoire, alors ainsi soit-il. Tout cela n’avait fait que la motiver davantage. Terrible erreur.

« Une héroïne… ratée ? Il y a malentendu. »

Elle bondit en avant pour atterrir sur ses mains, directement en forme de poirier. Puis, alors qu’elle commençait à tourner sur elle-même, sa jambe droite tendue s’élargit pour prendre la forme d’un fouet, et frappa directement au visage de son ennemie. Les couteaux commençaient à trembler et perdre de l’altitude. L’utilisation de l’alter ne lui permettait pas d’être assez réactive lorsqu’elle était attaquée, voilà une faiblesse. L’assaillante s’était bien ramassée sur le sol. Quand elle se releva, elle put voir que Thready s’était approchée du fauteuil, qui avait été tourné. Le responsable des caméras, inconscient, y était toujours assis, avec sous sa gorge un couteau. Yoko l’interrogea alors de ses actions, d’une voix sans vie.

« Alors. Qu’est-ce que vous allez faire, héroïne modèle ? »

La femme aux cheveux rouges pesta.

« Lâche…
- Lâche ? J’ai cru comprendre que vous vouliez utiliser la légitime défense pour protéger vos véritables intentions. »



Elle retira la lame, et d’un coup de pied, elle dégagea le fauteuil contre un mur, afin qu’il ne gêne pas. Elle posa sa main sur son visage et retira son masque, puis l’écharpe qui cachait ses cheveux, laissant ces deux éléments de sa tenue tomber derrière elle.

« Assumons qui nous sommes et ce pour quoi nous nous battons. Affrontons-nous en un contre un. Si vous en avez le courage. »

L’héroïne se releva, grognant. Elle ne répondit pas par des mots, mais la pose qu’elle prit laissait comprendre que cela lui convenait. Parfait. Une lame se leva, et ne tarda pas à foncer vers le cœur de la vilaine, afin d’en finir directement. Alerte, Yoko décomposa son propre buste pour laisser le projectile passer au travers. Pliant d’abord les jambes, elle se propulsa directement vers son adversaire. Un alter qui permettait de contrôler des armes blanches à distance, c’était un problème. Mais en combat rapproché, c’était plus difficile d’utilisation. Il fallait éviter de se trancher soi-même, alors que chacun des deux opposants étaient en mouvement, et ils pouvaient fréquemment inverser leurs places. En plus d’éviter de se découper soi-même, cela demandait aussi une certaine concentration d’éviter les coups. Une concentration déjà nécessaire à une manipulation efficace des lames. Mais Thready ne s’attendait pas à ce que ça lui suffise pour gagner.

Un mouvement de tranche verticale, du bas vers le haut, mit en garde la vilaine, qui recula quelque peu. La prétendue héroïne en venait à ses propres mains. Bien sûr, chacune de ces mains était armée. Yoko étendit son bras pour attraper l’un des autres couteaux qui était tombé au sol, afin d’être à armes égales.

« Tu prétends pouvoir me battre dans ma spécialité ? Quelle audace, le monde se passera bien de toi… »

Mêlant gestes et paroles, elle commença l’offensive, avec des coups de taille. Utilisant ses deux lames à elles, la japonaise arrivait à tenir le rythme, bien qu’avec un peu de peine. Elle commençait même à se faire submerger par la rapidité et la précision de son assaillante. Elle esquiva de justesse un coup destiné à son épaule, qui aura tout de même réussi à abîmer son kimono. Elle ne pourrait pas tenir longtemps ainsi. Alors qu’elle laissait à l’héroïne le temps de prendre confiance, elle leva la jambe gauche pour frapper dans les côtes, et ainsi reprendre l’avantage. Le coup allait atteindre son objectif, jusqu’à ce que le coude de l’assassin s’interposa, protégeant son corps et lui permettant ainsi de ne pas trop perdre l’équilibre.

« Bien essayé, mais il ne faut pas me prendre pour une aveugle. J’ai pu voir les mouvements du haut de ta jambe », se vanta-t-elle avant de revenir à la charge.

Raté. Mais c’était une information intéressante. Elle avait juste à gagner un peu de temps. Mais plus les échanges continuaient, plus elle avait du mal. Son adversaire était vraiment douée dans son domaine. Mais ce sera ce qui la rend si forte, qui allait aussi causer sa perte.

« Alors ? Je t’entends beaucoup moins d’un coup, es-tu prête pour ton jugement ? »

Thready restait toujours silencieuse. Mais un sourire commençait à se dessiner sur son visage.

« Qu’est-ce que tu as ? Tu trouves ça p… »

L’héroïne écarquilla les yeux, avant de lâcher un cri de douleur. Elle baissa les yeux, sentant que cela venait de son pied. Un couteau y était planté. Mais pourtant, elle était certaine de ne pas avoir quitté des yeux les deux mains de cette ratée… Non, il y avait autre chose. Cette lame, elle était entourée par des fils. Est-ce que… ? Les câbles lâchèrent le poignard pour prendre une autre forme, celle d’une jambe et d’un pied.

« Vous aviez vraiment cru que j’allais essayer de vous battre dans votre spécialité ? Je me suis contenté de battre la vôtre, avec l’une des miennes.
- L… »

Stoppée nette par un violent coup dans le ventre, elle ne put terminer sa phrase, et lâcha ses deux armes. Yoko en profita pour la contourner pour se mettre dans son dos. L’héroïne blessée sentait maintenant ces fils entourer son corps, emprisonnant ses membres. Pire encore, elle sentait juste derrière elle, dans son cou, le souffle de cette personne que la société avait rejeté.

« Vous disiez que j’étais une héroïne ratée. Je ne suis pas une héroïne. Je ne suis pas une ratée. Je suis une vilaine. Et contrairement à vous, je ne viens pas d’échouer. »

Elle se débattait, mais la prise était assez forte, et sa douleur au pied lui faisait atrocement mal. Elle commençait à sentir cette sensation, alors que sa gorge se sentit elle aussi entourer d’un fin fil, tranchant. Cette sensation, c’était la peur.

« Il semblerait que l’une d’entre nous n’ait pas eu les couilles d’assumer son rôle. Les héros tels que vous me permettant chaque jour d’assumer de plus en plus la voie que j’ai choisi. J’accepte ma vie, mais vous autres ne semblaient pas encore avoir compris ce qu’on attend de vous. Vous voulez sauver les gens, mais vous n’avez pas l’audace de protéger votre propre peau vous-même. »

Celle anciennement appelée Heaven’s String soupira.

« J’aurais bien continué à tchatter, et raconter mon histoire, mais j’ai une mission à terminer. Toutefois, cela m’a fait plaisir de discuter un peu avec vous. Peut-être pourrions-nous reprendre, dans l’au-delà. »

Les fils se serraient davantage.

« À présent, laissez-vous porter, par les cordes de l’enfer. »

Quelques secondes plus tard, les câbles libérèrent le corps, qui tomba violemment sur le sol. Yoko se déplaça lentement dans la pièce pour récupérer ses affaires, se contentant cette fois de placer son masque et son châle à sa taille. Ça ne servait à rien de se cacher ici visiblement. La couverture c’était bien face aux civils éventuellement, mais pas pour les flics renseignés. Il fallait retrouver Illuminación maintenant, en espérant qu’elle n’ait pas eu trop de complications de son côté.

Ouvrant la porte, elle laissa derrière elle un cadavre, qui était l’enveloppe de ce qui incarnait autrefois la réelle définition d’une héroïne ratée.


J'écris en #D83CDE.
Revenir en haut Aller en bas
Rosa Velasquez
Messages RP : 121

Feuille de personnage
Titre: Iluminación
Expérience: 400/1000
Alter: Neón
Rang C





Rosa Velasquez
Rang C
Dim 24 Mar 2019 - 18:59
Illu à Junpei ! Je répète !
Mierda !
Le gars esquive mon coup de justesse. Je lui touche l'épaule et le sang gicle mais il a le temps de se fondre dans sa flaque !

"Je te jure, tu m'agaces ! J'ai pas le temps pour toi !"

De tout les côtés se forment des ombres, certaines apparaissent sous mes pieds, essayant de me capturer mais c'est trop lent pour me prendre par surprise :

"Oh je comprends, tu dois préparer tes pièges à l'avance avant sinon ton alter est naze."

Le gars ne me répond pas... Tss, c'est pas drôle quand il ne réagissent pas à mes provocs ! Mais alors que j'affiche un visage déçu, une forme noire sort subitement d'une ombre, fonçant droit sur moi !
Je saute pour l'esquiver mais une autre arrive déjà... Je souris, son alter est trop lent.
Une lame de lumière se forme dans ma main et je lance une insulte en espagnol tout en tranchant l'ombre qui me tombe dessus !
Bouffe ça !

Alors que je m'attendais à le blesser, l'ombre disparaît subitement et je balaie le vide. Qu'est ce que ? Soudain je sens une forte pression à la taille, il m'a chopée merde !
Une voix s'élève dans le couloir, elle semble venir de partout à la fois :

"Mon corps est immatériel... Tu ne peux me blesser."

Je commence à comprendre...
L'ombre qui m'a chopé à la taille s'étend et s'enroule autour de mes bras et de mes jambes, comprimant mes membres avec une force impressionnante et me forçant à tomber au sol.

"Une fois que tu es prise dans mon ombre, tu as perdu."

Une ombre s'enroule autour de ma gorge et appuie lentement, j'ai encore de l’énergie en réserve, mon corps physique est trop faible pour son alter mais j'attends le bon moment...
Un visage s'extirpe de l'ombre sur mon corps ainsi qu'une main et sa tête se tourne devant moi, le regard vide.
Il approche une radio sortie de je ne sais où et dit :

"Cible neutralisée. T'en es où de ton côté ?"

Pas de réponse.
Il ré appuie sur le bouton :

"Red Assa..."

Il n'eu pas le temps d'en dire plus. Un rayon de lumière sort de mon visage, transperçant son crâne.
Je souris, je m'en doutais, il peut rendre son corps immatériel, mais il reste vulnérable.

La prise se desserre, les ombres se dissipent pour reformer le corps du militaire, à l'état de cadavre...
Je secoue mes jambes et mes bras et je sautille sur place pour me dégourdir. Bon ! Ça, c'est fait ! Elle en est où ma petite Thready d'ailleurs ?
Une voix s'élève de la radio de ma victime :

"Junpei à Sombros. Est ce qu'il y a des intrus dans le commissariat ?"

Un grand sourire éclaire mon visage, oh oh ! Ça a l'air rigolo ça !

----------------

"Bip bip ! Euh... Illu à Junpei je répète, Illu à Junpei ! Sombros est hors course ! Je répète ! Sombros est hors-course ! Over."

Junpei regarde Haruka, ils ont entendu la même chose.
Sans même réfléchir, Junpei change la fréquence de sa radio et crie :

"Brigades 7, 2 et 10 ! Revenez immédiatement au commissariat ! Il y a des intrus dans le bâtiment ! Surement des membres de la ligue !"

Il regarde de nouveau Haruka qui acquiesce :

"On passe au plan B."

Les deux policiers qui accompagnaient Haruka et Junpei saisissent Yohachi, menotté, et l’emmènent vers le parking arrière.
Par chance, personne d'autre qu'eux n'était présent au commissariat, pas même un ivrogne en garde à vue, il peuvent quitter les lieux sans remord.

"Une minute. Où sont Renji et Ayuka ?"

La jeune policière s'arrête, laissant ses collègues partir devant avec le suspect. Le plan B stipule la fuite du commissariat du suspect et de tout les policiers présents.

"Il n'est pas question de les abandonner ici."

Haruka acquiesce et nos deux policiers repartent à l'intérieur, leurs armes à la main.
Revenir en haut Aller en bas
Yoko Kotsuki
Messages RP : 41

Feuille de personnage
Titre: Thready
Expérience: 155/1000
Alter: Multi-Thread
Rang C





Yoko Kotsuki
Rang C
Dim 24 Mar 2019 - 22:43
Thready rejoint les couloirs du commissariat, pour entamer la recherche de sa partenaire. Avait-elle eu besoin de tuer cette personne ? Elle préférait épargner les vies. Mais cette femme ne l’aurait sûrement pas lâché. Et puis, elle inspirait à Yoko tout ce qu’elle méprisait. Ce n’était pas un meurtre qu’elle regrettera. En réalité, elle se sentait presque mieux maintenant.

« Cible neutralisée. T’en es où de ton côté ? »

Alors qu’elle allait fermer la porte derrière elle, elle entendit un récepteur provenant du corps de l’héroïne tombée. Cible neutralisée, ce ne serait pas… ? Merde !

« Red Assa… »

La voix s’arrêta, comme si son souffle avait été coupé pendant sa phrase. Elle osa déduire qu’Illuminación avait renversé la vapeur. Ouf. Une chose en moins sur laquelle s’inquiéter, pour le moment. Se recentrant sur son but, elle quitta les lieux se dirigea vers l’entrée par laquelle ils étaient entrés. Elle situait bien là où elle était, et avait bien mémorisé le plan. Baissant les yeux, elle remarqua la poussière qui s’était placée sur ses vêtements suite à l’exploration dans le conduit d’aération. Elle les tapota, tout en trottinant.

Évidemment, la mexicaine n’était plus là. Comment la retrouver maintenant… Était-ce une bonne idée de vouloir la retrouver tout de suite d’ailleurs ? Il ne fallait pas perdre de vue l’objectif : Yohachi. Elles avaient visiblement déjà été repérées. Plus elles trainaient, plus elles risquaient de foirer la mission. Yoko devait se contenter de faire confiance à son acolyte. Après avoir jeté un autre œil au plan pour confirmer ses pensées, elle repartit sans attendre. Ses pas avaient un bon ratio de vitesse/discrétion, n’ayant pas de chaussure bien bruyante. Elle diminuait tout de même le rythme à chaque porte et intersection, s’assurant qu’il n’y avait pas de problème. Elle n’avait croisé personne, ils avaient vraiment envoyé tout ce qu’ils avaient à la banque ? Elle passait dans les bureaux, salles d’interrogatoires, et autres pièces susceptibles de cacher leur homme, en vain. Bordel, il était passé où ? Est-ce qu’ils ont fui le commissariat avec lui ? L’idée de laisser un tel bâtiment à l’abandon semblait assez improbable, elles pourraient en profiter pour récupérer plein d’informations et d’objets à valeur. Mais leur laisser Yohachi n’était pas forcément une bonne solution non plus. La police était dans une situation délicate, et ils avaient fait un choix.

Continuant ses recherches, elle finit par tomber nez à nez avec une figure aux cheveux fluo, qu’elle ne connaissait pas si mal.

« Illuminación ! »

Elle s’approcha alors, la renseignant un peu sur la situation.

« Je n’ai trouvé personne dans le commissariat jusque-là. J’ai l’impression qu’ils ont envoyé des personnes pour nous faire perdre du temps et en ont profité pour se tirer en douce, avec Yohachi. »

Et ça, ça compliquait la mission. Que faire du coup ? Partir du principe qu’ils étaient cachés et continuer de fouiller, ou bien essayer de partir à leur poursuite, sans savoir non plus s’ils sont effectivement partis ? Et ils ne pourraient rester ici éternellement, les escouades partis à la banque finiront par revenir. En espérant que ces nazes qu’ils avaient envoyé piller là-bas ne se sont pas faits choppés trop vite.

« On fait quoi maintenant ? »



J'écris en #D83CDE.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Commissariat-
Sauter vers: