:: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Centre-ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

My Hero International [PV Sarah & Ayo]

Aller à la page : Précédent  1, 2
Ai Ueyonabaru
Messages RP : 44

Feuille de personnage
Titre: Factory
Expérience: 145/1000
Alter: Assembly Line
Rang C





Ai Ueyonabaru
Rang C
Sam 22 Juin - 18:15
L’héroïne écouta ses collègues en hochant lentement la tête, assimilant ce qu’elles disaient et réfléchissant à un plan d’action.

“Nan, la moins ‘dapté pour combat’ Moltar, c’moi. Si quelqu’un doit s’faire voir pour servir d’diversion, j’suis la mieux placée. C’la dit, ça s’ra p’têt pôs nécessaire, on peut p’têt faire mieux.”

Elle se tourna encore vers le plan projeté à l’écran. Une réglette métallique prolongea son doigt et vint tracer des cercles au nord de la carte, sur une grosse étendue blanche.

“L’est ‘mplanté sur les docks, à côté d’plein d’quais et d’gros bâteaux, et y donne en plein sur la baie. Ça veut dire qu’y’a un grooos espace où ya aucun civil à blesser par accident, et pleiiiin d’flotte à côté pour maîtriser un possib’ incendie, mais aussi des pétroliers ‘vec pleins d’gros réservoirs pleins d’pétrole ou aut’ trucs chimiques qui flottent et qui crament bien. Si on simule une fuite, on pourra faire un giga-feu d’joie rien qu’pour Moltar, y s’ra obligé d’v’nir voir. En plus, ça d’vrait attirer ses potes aussi, par sécurité. Y’aurait plein d’pompiers, un ou deux héros, d’la police ou des gardes-côtes pour forcer les aut’ bâteaux à faire l’tour, plein d’bordel qui pourrait déborder chez eux et fout’ son nez dans leurs affaires.”

Un leurre de cette ampleur serait dangereux, il coûterait cher à organiser, plus à surveiller, et encore plus en contrecoup économique. La team Idaten, cependant, était parfaitement capable de mettre en place une opération de cette envergure - ils l’avaient déjà fait à plusieurs reprises. Au pire, ils pourraient demander de l’aide à Aegis. Et si c’était pour assurer la capture d’un criminel de l’ampleur de Moltar, ils ne devraient pas avoir trop de mal à se faire rembourser par l’état ou l’ONU après coup, sûrement. Factory n’était pas parfaitement au point de la façon dont fonctionnaient les nations-unies, mais bon, ça ne pouvait pas être si compliqué.

“P’is l’vantage, ‘vec la distraction dans la flotte, c’est qu’personne y surveill’ra l’accès par la terre, l’plus pratique pour nous. ‘Fin sans doute pôs personne, mais moins d’monde. Si Mindfeel - elle se tourna un instant et pointa l’occidentale du doigt - s’est d’jà ‘filtrée derrière leurs sentinelles, ‘lle pourra les neutraliser par derrière et nous ‘vrir un ch’min sûr et discrêt droit sur Moltar et ou son stock, voire juste nous ‘ndiquer par où pôsser, p’is s’placer pour couper la r’traite au vilain pendant qu’Saha-Terra - elle désigna cette fois l’héroïne africaine - charge par d’vant, enfonce les seules gars restés ‘vec leur boss, et l’prend’ en sandwich. Moi, pendant c’temps-là, j’f’rais soit un aut’ distraction, soit barrage, et en grôs j’f’rais en sorte qu’aucun renfort puisse ‘rriver pour sauver Moltar.”

Ça… ressemblait à un bon plan. Factory avait globalement adapté une des procédures habituelles adaptées aux catastrophes naturelles, et plus spécifiquement aux incendies et accidents de la route. Une équipe pour encercler le foyer de la catastrophe et empêcher qu’elle se répande, une pour empêcher les civils d’approcher et d’augmenter le nombre de victimes ; bloquer la propagation des flammes avant de penser à les éteindre ; les détails devenaient difficilement applicables à un problème humain, mais la théorie générale devait bien fonctionner.
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Lincoln
Messages RP : 46

Feuille de personnage
Titre: Mindfeel
Expérience: 80/1000
Alter: Psionic
Rang C





Sarah Lincoln
Rang C
Lun 1 Juil - 22:42
"Héhéhéhéhé, j'adore quand ça fait boum !"

"Moi aussi mais vous êtes qui d'ab..."

Le poing de Mindfeel vint s’encastrer avec telle violence dans le visage du dernier garde de l’entrepôt qu'une dent traversa sa cagoule. Elle le rattrapa juste avant qu'il n'atteigne le sol et lui fracassa les testicules à grands coups de rangers. Le pauvre homme s'effondra sur le coup, et l’héroïne commença à lui attacher les mains en sifflotant. Moltar ne rigolait pas avec la sécurité. Ses hommes étaient armés avec des mitraillettes, ils portaient des cagoules à l'intérieur du bâtiment et avait certainement reçu l'ordre de tirer à vue. La grande majorité d'entre eux étaient des beau morceaux : les charger au corps à corps n'était pas une bonne idée. Sarah se contentait bien souvent de les prendre par surprise ou de leur tirer dessus. Le corps à corps fait main n'était pas sa spécialité, encore moins contre des masses de muscles moldaves. Les mains du mercenaire finirent dans une position saucisson, sa bouche fut bâillonné avec un chiffon qui trainait par là, et la jeune femme se releva pour regarder l'écran de sécurité. L'appareil avait montré l'explosion du bateau dans toute sa splendeur et, bien évidemment, Moltar n'avait pas pût résister devant la scène. Il avait embarqué sa garde rapproché et était parti voir l'accident de plus près. Le criminel était donc loin de se douter que la majorité de ses soldats étaient maintenant au sol, couché ASAP par des coups de Tazers. Maintenant qu'elle avait la paix, l'américaine allait pouvoir prendre des infos. Après tout ses collègues attendaient toujours des précisions sur l'environnement, et elle venait de trouver un centre caméra.

Mindfeel attrapa la souris avec une excitation presque enfantine. Elle adorait s'infiltrer dans les bâtiments ennemis, encore plus lorsqu'elle trouvait de quoi faire sa voyeuse. Une pièce remplis de grandes cages vides fut remplacée par ce qui semblait être l'entrée terrestre, puis par l'entrée maritime. La technologie mise en place était plus que correct : un clic suffisait pour modifier la vision des caméras en infrarouge. Sympa pour des pyromanes tarés. Le prochain clic amena l’héroïne à observer ce qui ressemblait à des dortoirs, les lits étaient bien fait pour une bande de mec vivants seuls dans de la tôle, mais rien de bien intéressant. Elle commençait à se demander si Moltar était venu les mains vides sur l'archipel du soleil levant avant de tomber sur une image inquiétante : une pièce inconnue, qui n'apparaissait pas sur les plans du hangar donné par le constructeur. Quelque chose n'allait pas et, comme pour confirmer le mauvais sort, l'image suivante donna le frisson à l’héroïne. Il était ici. Le putain de char des maitres chocolatiers était ici. Il fallait qu'elle crache ça à la radio, c'était trop important pour passer à la trappe.

"Merde. Ici Mindfeel, je suis dans le centre caméra du bâtiment. J'ai une bonne vue sur un petit tank suisse peinturluré en rouge et or. Vous devriez faire attention, c'est certainement pas la seule chose que Moltar a planqué dans son garage."
Revenir en haut Aller en bas
Ayo Yowa
Messages RP : 16

Feuille de personnage
Titre: Saha-Terra
Expérience: 0/1000
Alter: Earthbending
Rang C





Ayo Yowa
Rang C
Mar 2 Juil - 22:00
Debout, à quelques mètres de l’entrepôt, je reste stoïque et concentrée. Les bras croisés et les yeux fermés, je contrôle la masse imposante de terre qui flotte autour de moi mais surtout, je contrôle ma rage.
Les paroles de la belette lorsque je lui ai donné le briefing résonnent encore contre ma tête comme des oiseaux qui essayent de percer mon crâne à coups de bec :

“Contre vous trois, Moltar n’a aucune chance. Suis le plan, cette fille d’Aegis semble bien s’y connaître, ne prend pas d’initiatives.”

Je serre les dents, je sais ce que je dois faire, Moltar me fout la haine mais je ne compte pas faire foirer le plan pour si peu, il me prend pour qui ? Il pense toujours que je suis la gosse paumée qu’il a récupéré et qui a besoin d’un repère ? Non, je n’ai plus besoin de lui pour avancer.

“C’est bon.”

Le top départ de Mindfeel sort de ma radio et de celle de Factory, qui attend à mes côtés. Un sentiment de soulagement mélé à un grand stress me parcourt. Ces mots signifient deux chose : la première étant que l’infiltrée a réussi à neutraliser la plupart des gardes durant la diversion, la seconde est bien moins agréable vu que ça sonne mon entrée fracassante dans le hangar, droit dans la gueule du loup.

Il est l’heure, je place ma main devant moi et la terre vient s’y rassembler. Je tourne mon visage vers Factory et lui fais un signe de tête entendu, j’entre.

Sans regarder derrière moi, j’avance droit vers le hangar. Les flammes dessinent un halo doré derrière le bâtiment endormi mais je ne reste pas pour admirer, je suis lancé. D’un mouvement simple du bras, je balance 50 kilos de terre solidifiée contre la porte en tôle de l’entrepôt qui s’ouvre dans un fracas assourdissant.

Un bateau en flamme dans la baie fais son show et devant moi, trois silhouettes se tournent en une demi-seconde. Il ne me faut pas très longtemps pour repérer Moltar avec sa barbichette rouge et ses yeux vicieux mais ses deux accompagnateurs ne me disent rien.
Je ne perds pas le nord et tends mon bras vers les trois hommes alors que mes pierres s’alignent en position agressive :

“Moltar ! Tu es en état d’arrestation pour de nombreux crimes contre de nombreux pays mais aussi contre l’humanité ! Je te somme de te rendre maintenant !”

La détermination et la colère étaient palpables dans mes mots, n’importe quel vilain aurait eu la frousse mais… Pas lui. Il se tord un deux et un rire gras s’échappe de ses poumons :

“Hahahaha ! Tu crois pouvoir m’arrêter ?! Moi ?! Le grand Moltaaaar ?!”

Les deux gardes du corps se mettent position de combat, malgré leurs costards cravates, leurs alters de mutations leurs donnent un look totalement atypique. Le premier secoue sa tête de haut en bas, il n’a pas d’yeux, pas d’oreille ou de bouche… Juste un énorme marteau à la place de sa tête et l’autre… Il se met à quatres pattes et de la bave coule des crocs dans sa sale gueule de hyène. Ses yeux ne semblent même pas me regarder et il commence à ricaner, comme pour suivre les rires diaboliques de son patron.

“A moi HammerHead ! Médor ! Réglez-moi son compte et faites lui comprendre ce qu’il en coûte d’attaquer mon illustre personne !”

Sans même répondre, les deux gardes du corps s’élancent vers moi, l’un totalement silencieusement et l’autre en hurlant. Il était évident que j’allais devoir me battre. Je serre les poings et me met en position, prête à les recevoir.
La hyène fait un bond animal, ses griffes gigantesques pointées vers mon visage mais une pierre tombe du ciel pour l’écraser. Le marteau se stoppe, comme intimidé alors que son copain recule en piaillant. Je lève mes yeux et les plantent sur Moltar. On peut y lire ma rage, je ne suis pas là pour plaisanter. La Saha-Terra qui plaisantait sur la faisabilité de se plan a disparue.

“Venez vous battre.”

la voix de Sarah grésille dans ma radio mais je ne l'entends pas, je suis trop concentrée sur le combat qui vient tout juste de commencer.


Dernière édition par Ayo Yowa le Dim 7 Juil - 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ai Ueyonabaru
Messages RP : 44

Feuille de personnage
Titre: Factory
Expérience: 145/1000
Alter: Assembly Line
Rang C





Ai Ueyonabaru
Rang C
Jeu 4 Juil - 23:35
Les deux héroïnes suivirent le chemin tracé par Mindfeel, esquivant les caméras et croisant sur leur route plusieurs gardes assommés ou neutralisés de plusieurs façons. Aucun n'était mort, ce qui était une belle preuve de retenue de l'héroïne américaine. Les quelques doutes que Factory pouvait encore avoir à ce sujet étaient bien dissipés. Elle s'arrêtait tout de même à chaque fois, pour vérifier leur pouls, suturer leurs blessures et les saucissonner fermement. Heureusement que leur chemin était déjà nettoyé de toute présence hostile, parce qu'elles n'étaient pas exactement discrètes. La japonaise était une géante, et Saha-Terra déplaçait assez de terre pour ensevelir une voiture.

L'héroïne africaine avait d'ailleurs pris de l'avance, ignorant les adversaires blessés alors que Factory prenait un peu plus de retard avec chacun d'eux. En conséquence, quand Saha-Terra défonça la porte du hangar et se précipita à l'intérieur, sa camarade était loin derrière, encore occupée à attacher et bâillonner un corps inconscient. Elle n'était pas au premier rang pour l'action, c'était un peu prévu de toute façon. Elle finit vite fait sa besogne et se redressa, prête à sauter à l'aide de sa collègue, quand la troisième héroïne se fit encore entendre dans leurs oreillettes. Sa voix paniquée suffit à immobiliser Factory, qui écouta attentivement en hochant la tête.

"Kay, je m'charge d'neutraliser tout ça. 'St-c'qu'tu peux m'donner un 'ntinéraire ? Chuis à la porte, juste derr'ère Saha-Terra, j'commence à faire l'tour par dehors !"

Elle s'élança à grandes foulées le long du mur, espérant des indications pour savoir où entrer. Le hangar était en métal, ses parois de tôle étaient comme des portes ouvertes face à Assembly Line. Même pas besoin d'outils pour les découper, l'héroïne avait juste besoin d'y passer le doigt. D'ailleurs, elle commença à creuser une fine ligne le long de sa progression, comme un judas pour observer l'intérieur. Pour l'instant, elle voyait surtout la baie de chargement, là où les camions étaient supposés venir prendre et déposer leur cargaison. Moltar en avait fait la salle centrale de sa base, un grand open-space plein de canapés et de bureaux. Pour l'instant, cependant, il t avait surtout beaucoup de chaos. Le vilain et ses séides, quoique, surtout ses séides en fait, affrontaient l'héroïne venue les déloger. Si les choses tournaient mal, Saha-Terra n'avait qu'un mot à dire à la radio et Factory ouvrirait le mur comme une boite de conserve pour venir lui prêter main forte. Avant ça, cependant, il était essentiel de neutraliser l'arsenal du vilain international. S'il décidait d'aller se glisser dans son tank, les choses deviendraient beaucoup plus compliquées.

Fort heureusement, le char inquiétait assez peu Ai. Elle avait eu le temps de regarder les plans de la machine, gracieusement fournis par le gouvernement suisse à Aegis puis par Aegis à la Team Idaten. Certains systèmes critiques étaient en plastiques ou autres polymères mais le gros du blindage était métallique, ainsi que les articulations et un paquet d'autres choses. L'héroïne n'aurait qu'à érafler la peinture et elle pourrait plonger directement à l'intérieur du blindé pour le disloquer sans le moindre effort. Même chose pour les armes introduites en contrebande, elle n'aurait qu'à en absorber des morceaux pour les rendre aussi inutiles que des jouets. Cela sous-entendait, bien sûr, qu'elle puisse toucher l'engin. Si quelqu'un se mettait en tête de le mettre en marche avant qu'elle ne le trouve, et l'utilisait pour la repousser, la situation deviendrait beaucoup plus complexe.
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Lincoln
Messages RP : 46

Feuille de personnage
Titre: Mindfeel
Expérience: 80/1000
Alter: Psionic
Rang C





Sarah Lincoln
Rang C
Sam 6 Juil - 16:42
La situation avait pris un tour imprévu en très peu de temps. Sarah, coincée dans la salle du moniteur, avait observée la rencontre entre Moltar et la libyenne avec une certaine appréhension. Sa collègue se retrouvait en infériorité numérique : son Alter était impressionnant de prime abord, mais les flammes de Moltar n'était pas quelque chose qu'il fallait sous estimer. Si on se penchait rapidement sur le combat, on se rendait compte que le rapport de force était plus qu'inégal. L'homme avec la tête en métal était un mutant capable, et son collègue canin ne devait pas être trop nul. Si il l'avait été, son boss ne l'aurait jamais engagé. Ça puait la merde, et rien n'indiquait que le char d’assaut allait être neutralisé avant la fin du combat. Mindfeel n'avait plus rien à faire hors de l'affrontement, les gardes de l’entrepôt ne représentaient plus aucune menace. Si elle faisait son entrée sur le champs de bataille au bon moment, elle se savait capable de renverser la situation. Son équipe était venu pour Moltar, et personne d'autre : il était donc hors de question qu'elle le laisse faire un barbecue avec le cadavre de Saha-Terra.

Il allait falloir se lancer.

La jeune femme se glissa dans le couloir, une mitraillette à la main. La salle de contrôle de la bande à Moltar était au premier étage de leur bâtiment, mais elle pouvait rejoindre le champs de bataille via une rambarde qui menait droit à une vue dégagée de la zone de stockage. Une position idéal pour canarder les hostiles pendant que ses collègues les engageaient de front, mais il fallait se presser. Un simple sprint lui permit de défoncer la porte du couloir et d'enchainer une succession de coups de feu sur tout ce qui bougeait en contrebas. Deux balles s’écrasèrent sur la gueule de l'enclume ; deux autres transpercèrent la jambe droite de l'homme hyène qui s'éloignait en feulant et les dernières vinrent érafler la coupe de cheveux de Moltar. Ce dernier ne semblait pas le moins de monde impressionné par l'arrivée soudaine d'une seconde héroïne. Il préféra éclater de rire, et se lancer dans l'un des ses monologue qu'il affectionnait tant. Reste que cette fois, il ne comptait pas parler les mains vides : une grosse télécommande en bois ornée d'un gigantesque bouton rouge apparu comme par magie dans sa main droite, et le criminel commença à l'agiter dans tout les sens avec une véritable extase dans le regard. Son aura était vraiment... particulière, presque enfantine. Il s'amusait beaucoup trop pour être en difficulté. Quelque chose était sur le point de se dérouler, et ça ne sentait pas bon !

"Vous vous croyez capable de battre le grand Moltar avec quelques rochers et des munitions ?! Quelle pensée stupide, irréfléchie, irraisonnée ! Je vais vous montrer la puissance de mon génie ! IL ME SUFFIT D'APPUYER SUR CE BOUTON !"

Sarah leva son arme vers le dispositif, mais il était déjà trop tard. La main du super-vilain s'éclata contre le gros bouton rouge de la télécommande éco-plus, et la pièce se figea dans un silence de mort. Tout le monde attendait de voir ce qui allait se passer. Une tension un peu bizarre se mit en place alors que Moltar scrutait son objet avec une haine palpable. On pouvait presque l'entendre pester contre dieu, le destin, et une certaine télécommande qui ne semblait ne plus avoir de piles.

"...sur ce bouton ?"

L'homme à la barbichette rouge esquiva la nouvelle rafale que Mindfeel lui envoya dans les dents et se planqua derrière un transpalette. On pouvait l'entendre cliquer frénétiquement sur un certain bouton avec une rage presque enfantine. L’héroïne pouvait ressentir sa lente transformation en un gigantesque tas de sel seconde après seconde alors qu'elle tentait de lui faire subir le tir de suppression de sa vie. Il était hors de question que sa collègue se retrouve à devoir gérer l'autre pyromane alors que deux criminels lui collaient au train. Si Moltar faisait voir sa barbichette rousse ne serait-ce qu'une seule petite seconde, l'agente d'Aegis lui calait l'impact de balle de sa vie. Malheureusement pour elle, un horrible bruit de tôle froissée fit capoter son plan. Une seconde passa, Sarah ajusta son tir, et un gigantesque char d'assaut suisse traversa la toiture du hangar avec toute l'agilité dont ses pattes d’araignée le rendait capable. Il avait sauté de son emplacement initial pour atterrir au milieu du conflit... La putain de télécommande ! Reste que la jeune femme n'avait pas le temps de jurer. Un rayon laser rouge balaya la pièce de fond en comble avant de se stopper sur son torse. Elle eut le bon sens de se jeter dans le couloir avant qu'une rafale de batteuse de gros calibre ne massacre son ancienne position. Cet imbécile de Moltar ne s'était pas contenté de repeindre le véhicule en rouge flamme : il lui avait installé un véritable pilote automatique. !

"SUR CE BOUTOOOOOOOON ! MON GÉNIE EST SANS ÉGAL ! Attention Médor, il y a des débris partout, faudrait pas se blesser..."
Revenir en haut Aller en bas
Ayo Yowa
Messages RP : 16

Feuille de personnage
Titre: Saha-Terra
Expérience: 0/1000
Alter: Earthbending
Rang C





Ayo Yowa
Rang C
Dim 7 Juil - 18:52
De légères blessures s'accumulent petit à petit sur mon corps et Moltar regarde le spectacle avec délectaction, sans même prêter main forte à ses sbires. Leur travail d'équipe est intelligent, HammerHead me charge en boucle, tête en avant, pour me forcer à rassembler la terre pour contrer l'impact tandis que Médor tourne autour de moi guettant chaque occasion pour m'abîmer un peu plus avant de s'enfuir à toute blinde.

Mon épaule saigne et un rire canin sort de la gueule de la hyène, mes blessures semblent l'exciter de plus en plus, il est de plus en plus rapide alors que moi... Je fatigue. j'ai beau me défendre du mieux que je peux, je ne fais qu'encaisser et mouvoir ma terre me coûte énormément d’énergie... Je commence à apercevoir une mauvaise fin pour Saha-Terra et ça me perturbe, j'espère sincèrement avoir fais le bon choix de faire confiance à Mindfeel et Factory.

L'homme marteau se penche en avant et je grogne en regardant la hyène commencer à faire des pas de côtés, la stratégie fonctionne à merveille pourquoi en changer ?
Des coups de feu résonnent dans le hangar et à mon grand soulagement, elles ne me sont pas destinées. La vision de ma camarade ouvrant le feu sur mes adversaire me redonne une bouffée de confiance et j'en profite pour balancer des pierres vers le chien touché par Mindfeel qui les prend en pleine poire avant de s'écrouler, sûrement K.O.

Moltar commence à gueuler des trucs alors que Mister Marteau décide maintenant de seulement m’empêcher d'approcher son patron, séparé de son coéquipier.
Le criminel aux cheveux rouges brandit un boitier avec un gros bouton et commence à appuyer dessus frénétiquement. A cause de son garde du corps, je ne peux pas faire grand chose à part rester sur mes gardes et en profiter pour me reposer un peu. A quoi peut servir ce truc ?

Soudain, un énorme tank sur pattes traverse le toit de l'entrepôt pour tomber aux côtés de Moltar. Le fracas est assourdissant, d'énormes morceaux de tôles s'écrasent sur le sol et le sol tremble. Mon visage devient livide, c'est le char volé aux Suisses, exactement comme sur la photo si on retire sa peinture tuning... Pourquoi elle m'a pas dit qu'il pouvait le diriger à distance ?!

Le char tire sur Mindfeel qui est obligée de battre en retraite alors que je regarde l'engin, pétrifiée par la peur.

"SUR CE BOUTOOOOOOOON ! MON GÉNIE EST SANS ÉGAL ! Attention Médor, il y a des débris partout, faudrait pas se blesser..."

Ses yeux se posent sur son animal de compagnie au sol et ses yeux s'écarquillent :

"Médor ! QUI ?! QUI A OSÉ ?! Personne ne t'a autorisé à blesser mon toutou adoré ! TU VAS MOURIR !"

Le canon du tank se pointe vers moi, comme s'il obéissait à son maître. Qu'est ce que ? C'est du délire !
Je croise mes bras et rassemble toute la terre possible devant moi avant de la solidifier, ça va suff...
BOOM
Ma terre explose, le souffle brûlant de l'explosion me fait voler en arrière alors que l'énorme bruit  couvre mon cri de douleur. Je ressors de l'entrepôt en volant par là où je suis entrée et je m'écrase sur le sol lamentablement alors que j'entends le rire sadique de Moltar au loin :

"HAHAHA ! Personne ne peux s'opposer à moi !"

Allongée sur le côté, mon corps me fait atrocement souffrir et du sang coule de mes coudes. Les manches de ma tenue sont en lambeau et fument encore. J'ai réussi à atténuer le choc et mes blessures ne sont pas très graves mais je reste au sol, osant à peine bouger..
Je vois encore le tank qui bouge avec ses grosses pattes... Peut-on seulement faire quelque chose contre ce tas de ferraille ?
Revenir en haut Aller en bas
Ai Ueyonabaru
Messages RP : 44

Feuille de personnage
Titre: Factory
Expérience: 145/1000
Alter: Assembly Line
Rang C





Ai Ueyonabaru
Rang C
Mar 9 Juil - 1:21
“Mindfeel ? T’m’entends ? Y m’faut des infos, j’vais où ?”

Malgré les appels répétés de Factory, sa collègue américaine ne donnait pas de réponse. Seuls résonnaient dans ses oreillettes les grognements d’efforts de Saha-Terra et les cris de ses adversaires, lointains échos d’un combat que l’héroïne entendait mieux en direct. Elle continuait de longer le hangar à pas feutrés, creusant des meurtrières pour observer l’intérieur en toute discrétion. Elle s’éloignait du lieu de l’affrontement mais la pièce était immense et elle n’avait toujours atteint aucun mur. Puis elle entendit un bruit qui venait d’au-dessus, des coups de feu et du métal grinçant. Elle dut creuser un trou plus large pour observer, mais elle comprit pourquoi la blonde ne lui donnait plus d’informations. Leur camarade libyenne devait s’en tirer moins bien que Factory le pensait, car Mindfeel avait accouru à son secours. Au moins, à deux, elles feraient la diversion parfaite pendant que l’héroïne locale neutraliser le char…

ou du moins était-ce le plan, jusqu’à ce qu’un immense craquement mécanique ne se fasse entendre, plus loin dans le hangar. Suivit le bruit sourd du bitume qui se fissure, un grincement de rouage mal entretenu, des bruits de pistons et de moteur. Moltar hurlait si fort qu’il couvrait les voix des autres héroïnes à la radio, pourtant Factory regardait ailleurs. Elle regardait à l’opposé, vers une trappe à moitié dissimulée qui s’ouvrait sur un quai. Elle n’avait sans doute jamais été ouverte aussi large car le panneau de métal raclait les bords et se tordait au passage. Factory avait un terrible pressentiment. Elle devina la forme massive avant qu’elle ne surgisse du trou. Sauf qu’au lieu d’un gris métallisé ou d’un vert camouflage, elle découvrit un rouge vif luisant. Et qu’au lieu de gentiment s’immobiliser une fois au niveau du sol, la machine de mort bondit dans les airs comme lancée par une fusée avant de redescendre, à toute vitesse, et de fracasser le toit du hangar.

Ai ne pouvait pas hyperventiler. Sa respiration, comme son rythme cardiaque, étaient régulés mécaniquement et parfaitement constants. Heureusement pour elle, en cet instant, sans quoi son corps aurait cédé sous le coup de la panique. Là, seul son esprit était désemparé. Ce qui venait de se passer n’était pas seulement imprévu, c’était aussi très problématique et particulièrement inquiétant. A deux, Saha-Terra et Mindfeel pouvaient sans doute neutraliser Moltar et ses séides. S’il montait à bord de ce truc, cependant, la situation deviendrait très différente. Il fallait qu’elle se précipite dans l’action, qu’elle vienne apporter son soutien. Elle avait déjà affronté et vaincu une fois le vilain, c’était rien. Alors pourquoi est-ce qu’elle avait autant de mal à bouger…

“P’is merde, v’faites chier !”

Sa jambe se détendit comme un ressort et elle bondit en avant. Un seul pas l'amena contre le mur du hangar, qu’elle traversa comme un rien, absorbant à moitié et déchirant l’autre, et elle pénétra dans l’aire de stockage à l’instant où Saha-Terra s’en faisait chasser.

"HAHAHA ! Personne ne peut s'opposer à moi !”

“J’l’ai d’jà fait !”

Son cri attira forcément l’attention du vilain. Peut-être reconnaissait-il sa voix. Peut-être relevait-il juste l’affront. En tout cas, son regard vira au rouge et il pointa le doigt dans sa direction. Comme par hasard, le monstre artificiel couleur de flammes s’écarta du passage pour mettre en valeur ce geste.

“Toiiiiiii ! MoltâAARR a une dette à te faire payer ! Hammerhead, plante-moi ce clou plus bas que terre !”

La tête de marteau ne se le fit pas dire deux fois. Avec Saha-Terra hors du tableau, et Mindfeel obligée de se cacher d’un tir nourri, il pouvait se concentrer pleinement sur la nouvelle héroïne qui venait d’arriver. C’était la pire situation possible, Factory ne pouvait pas se permettre de perdre une seconde contre son adversaire. Elle était la seule ici à avoir une chance contre le blindé, le plus grand danger du moment.

La distance qui la séparait de sa cible fut parcourue en un instant. Un pas, deux pas, elle avait des foulées à la fois longues et rapides. Son poing se posa lourdement contre la peinture, y traçant de larges griffures. Parfait, elle avait accès au métal caché dessous comme ça. Ses doigts commencèrent à s’y enfoncer, absorbant le blindage et creusant vers les articulations, jusqu’à ce qu’un unique coup de tonnerre ne plie son avant-bras en deux.

“C’est ça ! Détruit cette irritante pimbêche ! Pendant ce temps…”

Hammerhead n’avait pas mis longtemps à la rattraper, et il avait profité de son manque d’attention pour la prendre par surprise. Pas grave. Son os était complètement brisé, sa peau était déchiquetée, mais son bras était encore en une seule pièce. L’héroïne retint un gémissement de douleur, manipula le métal et redonna à ses muscles une forme utilisable. Elle n’avait aucune envie de se battre, encore moins contre quelqu’un assez fort physiquement pour atteindre ses muscles ou ses organes à travers le métal. En plus de ça, le meneur de la bande de vilains commençait à s’éloigner, pas en courant comme s’il voulait fuir, mais plutôt comme s’il allait chercher quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Centre-ville-
Sauter vers: