:: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Quartiers résidentiels Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Burn, baby, burn [PV Evangeline]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Messages RP : 27

Feuille de personnage
Titre: Blonder Zünder
Expérience: 70/1000
Alter: Détonateur
Rang C





Evangeline Pulver
Rang C
Mer 5 Déc - 13:08
Infirmière ou pas en réalité, je m'en fichais, une de mes priorités était de soigner ce foutu mal de crâne, d'ou le fait que je me soit jetée sur le cachet tendu par Factory. Cela n'allait pas faire effet directement, mais déjà savoir que cela allait être soigné prochainement aidait déjà à aller mieux, un genre d'effet placebo en quelque sortes.. Enfin je crois, je ne suis pas du tout en état de réfléchir pour sortir des trucs sérieux et poussés.

Il y avait cependant des questions auquel je pouvais répondre, à commencer par celle qui concernait mon mal de crâne et de son origine, plusieurs pistes étaient en effet envisageable et, même si je n'aime pas déballer les forces et faiblesses de mon alter... Je me devais de répondre, afin d'avoir les soins en conséquence et surtout, d'éviter les recherches inutiles

"Mon crâne est sujet à des secousses d'une force plus ou moins équivalente à la moitié de mes explosions. Du coup à force, je te laisse imaginer.... Saignement de nez, diminution de la vue et de l'ouïe voire pire. Je ne préfère pas imaginer les séquelles possibles en cas de sur-utilisation, la perte de connaissance est déjà assez énervante alors je n'ai pas envie de tenter plus loin."

Bon, j'avoue avoir probablement détaillée plus que nécessaire mais bon, cela donne une idée précise des symptômes. Et c'était déjà moins gênant que de dois répondre à la suite. Faire les présentations avec quelqu'un généralement ça peut être cool et c'est même la base pour créer des liens solide (Bon, frapper un vilain ça peut aider aussi mais ce n'est qu'un point de détail). Quoi qu'il en soit c'était le moment de raconter un gros bobard ou alors de jouer la carte de la franchise et en vrai, je ne suis pas une bonne menteuse, encore moins quand je n'ai pas tout mes neurones pour réfléchir. Se soupirais un bon coup puis :

"Disons que mon nom est personne..... Je ne suis qu'une civile que joue aux super héros. Des vies étaient en danger à partir de là, passer pour une criminelle pour s'être servie de mon alter sans autorisation n'était qu'un point de détail."

Les dès sont jetés. Soit elle est cool et fait abstraction de cet aspect de la loi en partant du fait que les vies sauvées sont plus importante, soit je l'ai dans l'os et va devoir m'improviser une évasion de génie ainsi qu'une nouvelle vie. Si mon père voyait faire tout ça et transgresser la loi... il se retournerait probablement dans sa tombe mais c'est pas le moment de penser à ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 21

Feuille de personnage
Titre: Factory
Expérience: 0/1000
Alter: Assembly Line
Rang C





Ai Ueyonabaru
Rang C
Jeu 6 Déc - 22:38
L'héroïne hocha la tête, observant toujours le va et vient du sauvetage qui se terminait, les mains croisées sur son giron. Le diagnostique de l'occidentale tenait la route, si effectivement son alter faisait trembler son crâne, ce dont elle n'avait aucune raison de douter. Un alter bien dangereux, donc, mais beaucoup l'étaient. Brûlures, auto-mutilations, démembrement, perte de raison, perte de conscience, les accidents dus à un alter mal maîtrisé étaient fréquents. Le plus souvent, les enfants apprenaient à maîtriser le leur avant qu'il ne devienne assez puissant pour être dangereux, mais tous n'avaient pas cette chance, et d'autres devaient être prudents à chaque seconde de leur vie. Tout héros digne de ce nom devait savoir identifier ces risques au plus vite, pour protéger les civils d'eux-même en cas de crise ou de panique.

L'occidentale n'avait peut-être pas reçu ce genre de formation, cependant. Elle n'était, après tout, pas vraiment une héroïne. Sa façon de le tourner était élégante, un brin mystérieuse, et l'identifiait clairement comme quelqu'un d'habituer à aider les héros plus licenciés qu'elle. Une vigilante, en somme. Ai hocha encore la tête. D'un point de vue légal, les vigilants ne valaient pas mieux que les vilains. Ils avaient même une plus grande tendance à la récidive. Il était donc du devoir de Factory de dénoncer la blonde afin qu'elle soit arrêtée, que ses autres interventions soient identifiées, et qu'elle soit jugée en conséquence. Elle préféra hocher les épaules.

"Dans c'cas j'ai eu du bol qu'la civile tenue en otage par l'incendiaire ait eu la force de m'porter hors des flammes après qu'je m'soit presque sacrifiée pour elle. Sans ça, j'parie qu'j'aurais suffoqué là-haut, sous le champi. Et pour les trous partout, mes collègues savent qu'je sort le marteau-piqueur à la moindre occas' donc y chercheront pas plus loin."

Étrangement, ce genre d'instants flottants donnait toujours envie de fumer à Ai. Elle n'avait jamais touché une cigarette de sa vie, sa jeunesse à l'hôpital et son diplôme de médecine tendant tous deux à l'en dissuader. Mais à force de s'abreuver des films noirs dont raffolait sa mère, elle avait cette image du privé ténébreux et impitoyable qui admirait la ville de sa fenêtre en fumant gravée dans son esprit. A la place, elle leva simplement une main devant son visage et posa deux doigts sur ses lèvres.

"Mais c'dommage, vu c'que t'as fait là-d'dans, t'as clairement c'qu'il faut pour avoir ta licence. Et t'as l'air maline donc la théorie d'vrait pas poser trop d'problèmes. Pourquoi tu tentes pas l'diplôme ? C'possible même en sortant pas d'une école héroïque, nan ? Et ça t'évit'rais de d'voir mentir et t'cacher."

Et s'il le fallait, l'héroïne était prête à se porter garante. Si ça pouvait aider. Elle ne savait absolument pas comment se passait ce genre d'examens. Et elle savait qu'elle accordait sa confiance un peu vite. Elle n'avait passé que quelques minutes avec l'occidentale, certes très intenses mais en rien révélatrices. Mais rien pour l'instant ne lui donnait la moindre raison de douter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 27

Feuille de personnage
Titre: Blonder Zünder
Expérience: 70/1000
Alter: Détonateur
Rang C





Evangeline Pulver
Rang C
Dim 9 Déc - 0:25
Coup de chance ou reconnaissance ? J'en avait strictement aucune idée mais ce qui est sûr c'est que Factory n'avait pas l'air de vouloir me balancer pour utilisation illégale d'alter. Je poussais un soupir de soulagement, j'étais rassurée sur ce fait, après tout, cela veut dire que je vais pas finir avec des problèmes avec la justice.....

En tout cas, elle marquais un point lorsqu'elle disait que ce problème n'aurait pas lieu si j'essayais de passer une licence ou quelque chose de similaire pour avoir un titre et pratiquer. Elle avait raison dans la théorie mais dans la pratique, je ne sais pas si c'était vraiment une bonne chose, j'aime jouer les héros mais ces derniers temps, j'ai plus foutu le chaos qu'autre chose.... Oh et puis, il y a le fait que ce mal de crâne m'empêche de réfléchir, j'avais juste envie de dormir pour que celui-ci passe.

Quoi qu'il en soit, elle avait le droit d'avoir une réponse, même si là, j'allais rester floue sur certains points. Répondre aux questions avant de voir si ils veulent des analyses prolongées ou se contenter du fait que je vais bien.

"Les migraines me feraient regretter les sauvetages.... Plus sérieusement, je ne sais pas si j'aurais la patience de faire toutes les démarches, pour moi, devenir un héros doit se baser sur des faits, et non sur un bout de papier. Mais bon, mettre des clauses dans la réglementation rendrait certains procès in-fâme à gérer.

Certains avocats adoreraient mettre tout les maux du monde dessus pour pouvoir défendre leur client "Cet homicide est involontaire, il ne maîtrise pas son alter", "Il voulait s'en servir pour sauver quelqu'un"... bref, vous avez compris le délire je pense. D'ailleurs en parlant de règles et de loi, j'avais un petit détail encore dont je devais m'assurer.

"A défaut des alters, il en est quoi si je rendre chez moi habillée comme ça, rentrer chez soi en soutien gorge, ça passe ? Il me semble que vous accordiez beaucoup à l'image, et je n'aimerais pas non plus poser problème.

En vrai, c'est pas moi que ça dérangerait mais niveau pudeur, ça passe dans beaucoup d'endroit, donc j'aimerais tout de même récupérer ma chemise ou avoir quelque chose d'autre. Au moment de repenser ça, je finis par avoir un gros coup de migraine qui me revenait subitement Je remettais ma main sur mon front subitement et essayais de frapper quelque chose avec mon autre main.

-T'inquiète, y'a rien de grave, il suffit juste d'un peu de repos.

Enfin rien de grave, je ne sais pas encore jusqu'où ça peut aller quand je force sur mon alter, mais là, j'ai vraiment dépassée les bornes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages RP : 21

Feuille de personnage
Titre: Factory
Expérience: 0/1000
Alter: Assembly Line
Rang C





Ai Ueyonabaru
Rang C
Mar 11 Déc - 22:11
Le menton coincé entre le pouce et l'index, l'héroïne hocha lentement la tête. Sur ce point elle partageait l'avis de l'occidentale sans nom. Le vrai héroïsme venait des actes, pas d'un permis ou d'un examen. Mais si celui-ci était si important, c'était aussi pour ça, parce que l'héroïsme venait des actes, et pas des intentions. Entre sauver des vies et essayer, il y avait un monde, et se jeter au feu sans les compétences nécessaires ne pouvait, au mieux, qu'ajouter une victime de plus à sauver. Sans parler des dérives, si tout le monde était autorisé à faire ce qu'il voulait sous prétexte de velléités chevaleresques. C'était ça la vraie valeur du diplôme. Il assurait que celui ou celle le brandissant avait les compétences et, normalement, la force morale nécessaires pour faire ce qu'il fallait comme il fallait. Et c'était justement parce que la blonde avait prouvé posséder tout ça que Factory n'allait pas la dénoncer. A ce papier près, elle était déjà une héroïne.

Pour ce qui était de la question suivante, en revanche, Ai n'était pas entièrement d'accord et se contenta tout d'abord de hausser les épaules. Le Japon traînait encore cette image de pays strict, prude et vieux jeu, sans doute pour une très bonne raison, mais entre les Alters qui empêchaient certains de se conformer aux codes vestimentaires antédiluviens et les vagues d'immigration depuis quelques années, les mœurs avaient changé depuis cette époque. Personne n'allait se faire agresser ou insulter dans la rue pour ses vêtements, sauf dans certains villages reculés. L'héroïne elle-même était légèrement vêtue le plus vaste du temps, son uniforme héroïque pouvait se résumer à un tablier et un short. C'était infiniment plus pratique pour son alter, justement, qui pouvait générer outils et autres ustensiles de chaque pore de sa peau.

"Boarf, ch'uis à moitié à poil quasi tout l'temps et personne m'dit jamais rien. Si vraiment ça t'gênes, j'dois pouvoir t'trouver quequ'chose, c'là dit. J'pas assez d'métal pour te faire une ch'mise, mais ya des couvertures dans les ambulances, au pire."

Elle ne sut pas si elle avait été entendue, un fracas métallique étant la seule réponse de la vigilante. La surprise fit tourner la tête à l'héroïne, malgré l'effort que cela imposa aux maigres muscles de son dos. Elle avait dû optimiser sa masse musculaire artificielle et l'agilité n'avait pas été sa priorité. Il n'y avait heureusement rien de grave, apparemment. L'occidentale avait juste ressenti le besoin de frapper les étagères de l'ambulance, pour… une raison ou une autre. Ai se contenta donc de hausser un sourcil et de reprendre sa posture droite, juste à temps pour voir un inspecteur avancer dans leur direction. Vieux jeu, celui-ci souleva sa casquette du pouce pendant qu'il saluait. Les mœurs n'avaient peut-être pas tant changé que ça.

"Mesdemoiselles. Si vous êtes en état, nous aimerions beaucoup avoir vos dépositions sur ce qui s'est passé dans cet immeuble."

"Ouais, b'sur."


Elle posa les paumes sur ses genoux, peinant à se redresser avec ses muscles filiformes, et accepta finalement une main tendue par l'inspecteur. Sa priorité, dès son retour à l'agence, serait de se refaire une carrure convenable. Avant de suivre le policier, elle marqua une pause et se tourna vers l'occidentale.

"Si t'es intéressée final'ment, ou qu't'as juste envie d'causer, passe à l'agence Ingenium et d'mande Factory, ce s'ra un plaisir. En attendant, fait gaffe à toi."

Elle accompagna l'offre d'un sourire, d'un salut rapide, puis emboîta le pas de l'officier.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku no Hero :: SUR LE TERRAIN :: Hosu (Tokyo) :: Quartiers résidentiels-
Sauter vers: